A Marrakech, un documentaire sur l'actrice palestinienne Hiam Abbass et les «douleurs du passé»

(De gauche à droite) L'actrice et réalisatrice palestinienne Hiam Abbass et la réalisatrice franco-algérienne Lina Soualem posent sur le tapis rouge du 20e Festival international du film de Marrakech, le 25 novembre 2023. (Photo AFP)
(De gauche à droite) L'actrice et réalisatrice palestinienne Hiam Abbass et la réalisatrice franco-algérienne Lina Soualem posent sur le tapis rouge du 20e Festival international du film de Marrakech, le 25 novembre 2023. (Photo AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 26 novembre 2023

A Marrakech, un documentaire sur l'actrice palestinienne Hiam Abbass et les «douleurs du passé»

  • Sous un tonnerre d'applaudissements, des spectateurs marocains se sont écriés «vive la Palestine» après la projection de «Bye bye Tibériade» réalisé par la fille de Hiam Abbass, la Franco-algérienne Lina Soualem
  • Hiam Abbass, née en 1960 dans le nord d'Israël, a quitté sa terre natale dans les années 1980 pour Londres puis Paris, mue par sa volonté de faire du cinéma

MARRAKECH, Maroc : Un documentaire retraçant la vie de l'actrice franco-palestinienne Hiam Abbass a été projeté samedi au Festival international du film de Marrakech où il est en compétition, trouvant un écho particulier sur fond de guerre dans la bande de Gaza.

Sous un tonnerre d'applaudissements, des spectateurs marocains se sont écriés «vive la Palestine» après la projection de «Bye bye Tibériade» réalisé par la fille de Hiam Abbass, la Franco-algérienne Lina Soualem.

Le documentaire «ouvre les douleurs du passé» pour rendre compte des choix de vie difficiles de Hiam Abbass et des femmes de sa famille, en prenant pour point de départ la Nakba, la «catastrophe» qu'a constitué pour les Palestiniens la création d'Israël en 1948 et leur exil et déplacement.

«Les histoires racontées par ces femmes dans ce film ne sont pas seulement des histoires de transmission de femme à femme, de fille à mère ou de mère à fille», a clamé Lina Soualem. Elles «véhiculent une histoire de personnes privées de leur identité».

La famille de Hiam Abbass a été déplacée de force en 1948 de Tibériade pour Deir Hanna, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest, ce que raconte le film à travers de nombreuses archives personnelles.

Hiam Abbass, née en 1960 dans le nord d'Israël, a quitté sa terre natale dans les années 1980 pour Londres puis Paris, mue par sa volonté de faire du cinéma.

Elle a notamment joué dans «La fiancée syrienne» (Eran Riklis, 2004) «Munich» (Steven Spielberg, 2005), «Paradise now» (Hany Abou Assad, 2005) et la série américaine «Succession».

«Avec nos histoires, nous luttons contre l'effacement et ces images se présentent comme des preuves d'une existence niée», a ajouté Lina Soualem, disant penser «aux habitants de Gaza qui sont en réalité des enfants et petits-enfants de réfugiés palestiniens, qui comme vous et moi, essayent de trouver leur place dans le monde».

- En lice pour l'Oscar -

Le film, qui doit sortir au printemps en France et est en lice pour l'Oscar 2024 du Meilleur film international, a été projeté alors qu'une guerre a éclaté dans la bande de Gaza, en représailles à l'attaque sanglante de commandos du Hamas palestinien le 7 octobre sur le sol israélien.

«Je me suis dit qu'il ne fallait pas être trop émotionnelle mais il est difficile pour nous, les Palestiniens, de ne pas l'être», a déclaré Mme Abbass devant le public du festival de Marrakech, qui se tient du 24 novembre au 2 décembre.

Cette 20e édition est marquée par l'annulation des traditionnelles projections sur la place Jamaa El Fna, du fait de la volonté d'organiser un évènement «sobre sans festivités» à cause de la guerre à Gaza, selon les organisateurs.

Attendu cette semaine, le cinéaste américain Martin Scorsese a annulé son déplacement «pour des raisons personnelles», selon cette source.


Oujda accueille la première édition du Salon international de la calligraphie arabe

La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe (Photo, AFP).
La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement rassemble plus de 100 calligraphes et ornemanistes de renom, marocains comme étrangers
  • Ce rendez-vous culturel est également ponctué de colloques internationaux et d'ateliers artistiques

CASABLANCA: La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe, un événement d'envergure inauguré sous l'égide du Centre Thanoon pour l'art de la calligraphie arabe et de l'ornementation.

Ce salon, qui s'étale jusqu'au 26 février, se veut un carrefour d'échanges culturels et artistiques, mettant à l'honneur l'un des arts les plus raffinés de la tradition arabo-musulmane.

L'événement, qui rassemble plus de 100 calligraphes et ornemanistes de renom, marocains comme étrangers, témoigne de l'engagement du Maroc à promouvoir la calligraphie arabe, cet art ancestral qui transcende les frontières.

La collaboration avec la Direction régionale de la Culture, ainsi que divers partenaires institutionnels et privés, souligne l'importance accordée à la valorisation et à la préservation de cet héritage culturel. Le salon offre aux visiteurs une immersion dans l'univers de la calligraphie à travers une exposition riche et variée, dévoilant les multiples facettes et styles de cet art.

Colloques

Ce rendez-vous culturel est également ponctué de colloques internationaux, d'ateliers artistiques et de rencontres, favorisant le dialogue entre les artistes et les passionnés de calligraphie. Mohamed Amine Bouhid, président du Centre Thanoon, met l'accent sur l'objectif du salon : faire rayonner la calligraphie marocaine et contribuer à son enseignement auprès des nouvelles générations. L'ambition est de perpétuer la noblesse de cet art et d'en assurer la transmission.

En conclusion, ce premier salon ne constitue pas seulement une célébration de la calligraphie arabe et de l’ornementation, mais aussi une promesse d'avenir pour cet art. Par l'organisation de cet événement, Oujda se positionne comme un phare culturel, illuminant le chemin pour une reconnaissance plus large de la calligraphie arabe.

Le salon marque un pas vers la consolidation des liens entre les artistes, les experts et les amateurs, et ouvre des perspectives pour l'intégration de cet art dans le patrimoine culturel mondial, affirmant ainsi l'engagement du Maroc en faveur de la diversité culturelle et de la richesse artistique.


Gigi Hadid et des mannequins arabes défilent pour Versace

Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col (Photo, Getty Images).
Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Le mannequin américano-néerlandais-palestinien Gigi Hadid, incontournable des défilés Versace, a fait un retour remarqué sur le podium de la marque italienne cette semaine lors de la Semaine de la mode de Milan
  • Hadid a été rejointe par d'autres mannequins aux racines arabes, notamment Imaan Hammam, marocaine, égyptienne et néerlandaise, et Loli Bahia, franco-algérienne

DUBAΪ: Le mannequin américano-néerlandais-palestinien Gigi Hadid, incontournable des défilés Versace, a fait un retour remarqué sur le podium de la marque italienne cette semaine lors de la Semaine de la mode de Milan.

Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col, avec des détails complexes de boutonnage et une fente audacieuse au niveau des cuisses. Pour compléter sa tenue, elle a porté des gants en latex noirs et a accentué son look avec un maquillage des yeux prononcé.

Hadid a été rejointe par d'autres mannequins aux racines arabes, notamment Imaan Hammam, marocaine, égyptienne et néerlandaise, et Loli Bahia, franco-algérienne.

ds
Imaan Hammam portait un blazer imprimé superposé à un haut marron (Photo, Getty Images).

Hammam a arboré un blazer imprimé superposé à un haut marron, complétant sa tenue avec des collants noirs et des bottes en cuir à hauteur de cuisse. Tout comme Hadid, elle a accessoirisé son look avec des gants en latex et un maquillage des yeux saisissant.

ds
Bahia portait une mini-robe noire (Photo, Getty Images).

Bahia a ouvert le défilé dans une mini-robe noire, complétant son ensemble par une touche de couleur audacieuse grâce à un sac à main rouge vif.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


De la finance à la célébrité: Yasmine al-Bustami évoque son parcours vers la gloire hollywoodienne

L'actrice incarne Lucy Tara dans NCIS: Hawai'i (Photo, Getty Images).
L'actrice incarne Lucy Tara dans NCIS: Hawai'i (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Connue pour ses rôles dans The Originals, NCIS: Hawai'i et The Chosen, l'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine
  • Une partie du défi auquel Yasmine al-Bustami a dû faire face a été d’obtenir l’aval de ses parents et de trouver des rôles fidèles à son ethnicité

LOS ANGELES : De la finance à la scène et à l'écran, Yasmine al-Bustami s'est imposée comme un talent dynamique en pleine ascension.

Connue pour ses rôles dans The Originals, NCIS: Hawai'i et The Chosen, l'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine.

Yasmine al-Bustami a grandi au Texas et a commencé à travailler dans le monde de la finance, mais elle s'est vite aperçue qu'elle n'était pas épanouie et a commencé à chercher quelque chose de plus stimulant.

« Je n'avais jamais pris de cours d’art dramatique, mais je savais que pour obtenir des auditions, il fallait un agent », explique-t-elle. « J'ai donc envoyé un courriel à tous les agents de Dallas et l'un d'entre eux, très gentil, m'a répondu... J'envoyais un CV professionnel, même pas d'actrice, qui disait où j'avais fait des études de finance. En fait ils n'en avaient que faire. »

« Et l'agent m'a dit : “De toute évidence, vous n’avez aucune idée de ce que vous faites. Prenez des cours. Et voici quelques recommandations de cours d'art dramatique.” À partir de là, j'ai continué à prendre des cours à Dallas, puis j'ai déménagé à Los Angeles », raconte-t-elle.

Al-Bustami a commencé par une brève apparition dans une publicité sur la santé avant de faire ses premiers pas à la télévision dans The Originals, où elle a régulièrement interprété le rôle de Monique Deveraux, une méchante de la première saison.

ds
L'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine (Photo, Getty Images).

Aujourd'hui, elle joue dans la série à succès NCIS: Hawai'i et la série historique The Chosen, qui a récemment été diffusée en salle.

Dans The Chosen, je joue le rôle de Ramah, dit-elle. « Et quand vous la rencontrez, c'est dans la première saison. Je figure dans l'un des épisodes, l'épisode cinq, je travaille avec Thomas le disciple, et nous vivons une petite histoire d'amour. Nous flirtons beaucoup l'un avec l'autre, et vous commencez à voir cela se développer à partir de la deuxième saison jusqu'à maintenant, la saison qui sort en ce moment étant la quatrième. »

Une partie du défi auquel Al-Bustami a dû faire face a été d’obtenir l’aval de ses parents et de trouver des rôles fidèles à son ethnicité.

Sur ce dernier point, elle a décroché un rôle représentant les femmes de couleur dans la comédie noire Immigrants.

« Nous venons de terminer le pilote, réalisé par mon ami Mustafa Knight, et nous l'avons décrit comme Friends, mais avec de la couleur », a-t-elle précisé.

« Je n'ai jamais été aussi fière d'être une immigrée, car j'ai maintenant un moyen d'exprimer cela aux gens à travers la fiction », a ajouté l'actrice. « C'est un autre type de reconnaissance lorsque vous avez l'occasion de travailler sur quelque chose que vous êtes vraiment. »

La série est décrite comme une comédie noire qui suit les « mésaventures de six amis improbables à travers leurs épreuves et tribulations sur ce que cela signifie vraiment d'être américain en Amérique ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com