Une organisation de défense des droits de l’OCI se réunit à Djeddah pour lutter contre le «fléau» du racisme

Mohammed Lawal Sulaiman, président de la CPIDH (à droite), et le secrétaire général adjoint de l’OCI pour les affaires politiques, Youssef al-Dobeay (à gauche). (X)
Mohammed Lawal Sulaiman, président de la CPIDH (à droite), et le secrétaire général adjoint de l’OCI pour les affaires politiques, Youssef al-Dobeay (à gauche). (X)
La session se déroule sous le thème «Des réformes pour un avenir meilleur». Elle est organisée en coopération avec la Commission saoudienne des droits de l’homme. (X)
La session se déroule sous le thème «Des réformes pour un avenir meilleur». Elle est organisée en coopération avec la Commission saoudienne des droits de l’homme. (X)
La 22e session ordinaire de la Commission permanente indépendante des droits de l’homme de l’Organisation de la coopération islamique a débuté dimanche et se poursuivra pendant cinq jours au siège de l’organisation à Djeddah. (X)
La 22e session ordinaire de la Commission permanente indépendante des droits de l’homme de l’Organisation de la coopération islamique a débuté dimanche et se poursuivra pendant cinq jours au siège de l’organisation à Djeddah. (X)
Short Url
Publié le Lundi 27 novembre 2023

Une organisation de défense des droits de l’OCI se réunit à Djeddah pour lutter contre le «fléau» du racisme

  • La session se déroule sous le thème «Des réformes pour un avenir meilleur». Elle est organisée en coopération avec la Commission saoudienne des droits de l’homme
  • «L’OCI et ses États membres restent à l’avant-garde des efforts de lutte contre le racisme», a affirmé Youssef al-Dobeay

DJEDDAH: La lutte contre les violations des droits de l’homme figure parmi les priorités de la 22e session ordinaire de la Commission permanente indépendante des droits de l’homme (CPIDH) de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui a débuté dimanche et se poursuivra pendant cinq jours au siège de l’organisation à Djeddah.

La session se déroule sous le thème «Des réformes pour un avenir meilleur». Elle est organisée en coopération avec la Commission saoudienne des droits de l’homme.

Parmi les participants à la journée d’ouverture figurent Hala bent Mazyad al-Tuwaijri, présidente de la commission, Yilmaz Tunc, ministre de la Justice de Turquie ainsi que Mohammed Lawal Sulaiman et Noura al-Rashoud, respectivement président et directrice exécutive de la CPIDH.

Des représentants des États membres, des États observateurs et des experts d’organisations internationales et régionales étaient également présents.

Youssef al-Dobeay, secrétaire général adjoint de l’OCI pour les affaires politiques, a inauguré la session avec un discours qui avait pour titre «L’élimination de la discrimination raciale: une perspective de l’islam et des droits de l’homme».

Son allocution s’est concentrée sur les moyens de résoudre le problème croissant de la discrimination, y compris les aspects contemporains de l’intolérance raciale.

M. Al-Dobeay a soutenu que l’organisation et la communauté internationale reconnaissaient la précieuse contribution de la commission à la promotion et à la protection des droits de l’homme de manière indépendante, neutre et objective.

«La commission a joué un rôle important en fournissant des recommandations cohérentes aux États membres sur diverses questions afin de garantir le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le monde avec les valeurs islamiques», a-t-il déclaré.

M. Al-Dobeay a mis l’accent sur les conséquences graves de la discrimination raciale sur les individus et les communautés. Il a affirmé que l’intolérance perpétuait les inégalités sociales, limitait les possibilités de progrès social et d’emploi, portait atteinte au bien-être mental et physique et qu’elle pouvait contribuer aux conflits sociaux et à un sentiment d’appartenance affaibli.

«L’OCI et ses États membres restent à l’avant-garde des efforts de lutte contre le racisme, contribuant activement à la mise en place de mesures classiques qui ont contribué à combattre ce fléau», a-t-il ajouté.

M. Sulaiman a confié à Arab News que la CPIDH voulait «montrer au monde musulman que l’islam respecte également profondément les droits de l’homme».

Il a affirmé que la session aborderait «la question de la discrimination raciale afin de montrer que, pour l’islam, être blanc ou noir, c’est pareil».

Faisant allusion à la catastrophe humanitaire à Gaza, M. Sulaiman a indiqué: «Nous condamnons fermement les actions prises contre les Palestiniens. Dans nos prières quotidiennes, nous implorons Allah Tout-Puissant de les protéger contre ceux qui leur infligent de telles difficultés.»

«Nous sommes profondément bouleversés par les événements actuels et nous avons exprimé sans équivoque notre désapprobation. Notre déclaration a été largement diffusée et est approuvée par tous les membres de l’OCI indépendante. Il est universellement reconnu, au sein de l’OCI, que la situation à Gaza est regrettable et nous exhortons l’ONU à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à ces événements pénibles.»

La session d’ouverture a abordé les normes islamiques et institutionnelles destinées à éliminer la discrimination raciale, tandis que la deuxième session a mis l’accent sur les stratégies et efforts internationaux pour lutter contre la discrimination raciale et ses aspects contemporains. Une troisième session a mis en lumière le rôle des médias et des expériences nationales dans l’élimination de la discrimination raciale.

Il y a eu ensuite un débat ouvert entre les membres de la commission, les États membres de l’OCI, les États observateurs et leurs institutions nationales des droits de l’homme. Par ailleurs, les principaux orateurs ont répondu aux questions.

Au cours de la semaine prochaine, des réunions à huis clos auront lieu pour les groupes de travail, notamment sur les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels dans les États membres. Des débats seront également organisés; ils porteront sur les violations des droits de l’homme en Palestine et au Jammu-et-Cachemire.

En outre, des réunions ordinaires des quatre groupes de travail se tiendront. Elles seront consacrées à la Palestine, aux droits des femmes et des enfants, à l’islamophobie et aux communautés musulmanes ainsi qu’au droit au développement.

À l’issue de la 22e session, des décisions visant à élaborer un plan d’action pour la CPIDH seront formulées et un atelier – qui aura pour sujet «L’incidence de l’intelligence artificielle sur les droits de l’homme: défis et possibilités» – sera mis en place dans le but de générer des recommandations aux États membres afin d’améliorer leurs politiques et programmes en matière de droits de l’homme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Beyrouth: Amos Hochstein fait pression en faveur d’une solution diplomatique au conflit entre Israël et le Hezbollah

L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
Short Url
  • Cette visite s’inscrit dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite
  • «Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise M. Hochstein

BEYROUTH: L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein, a déclaré lundi, lors d’une visite à Beyrouth, qu’une solution diplomatique est la clé pour mettre fin à près de cinq mois d’affrontements entre le Hezbollah et Israël, qui ont éclaté après le début de la guerre à Gaza.

M. Hochstein, conseiller principal du président, Joe Biden, a rencontré le président du Parlement libanais, Nabih Berri, le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, ainsi que plusieurs autres personnalités politiques.

Cette visite intervient dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite et faire pression sur les autorités libanaises afin qu’elles appliquent les dispositions de la résolution 1 701 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée en 2006 dans le but de mettre un terme à la guerre qui a opposé Israël au Hezbollah cette année-là.

Par ailleurs, cette visite intervient au moment où on assiste à une nouvelle escalade des combats au Liban-Sud, notamment des tentatives d’incursion terrestre israélienne en territoire libanais, en plus des affrontements qui en ont résulté avec le Hezbollah.

Le Hezbollah déclare qu’«une force israélienne hostile a tenté de s’infiltrer dans la vallée de Qatamoun, en face de Rmeich, au Liban, dimanche soir, avant d’être prise pour cible au moyen de roquettes».

Une unité israélienne de la brigade Golani aurait tenté d’entrer au Liban depuis Khirbet Zarit, près de la ville libanaise de Ramia. Le Hezbollah a riposté en ciblant l’unité avec un gros engin explosif.

Dans le même temps, le Hezbollah a intensifié ses frappes contre des sites israéliens. Une attaque contre la colonie de Margaliot a fait un mort et dix blessés, dont deux grièvement. Selon le service d’ambulance israélien, un missile antichar a été tiré sur la colonie depuis le Liban. Les médias israéliens ont rapporté que les morts et les blessés étaient des travailleurs étrangers.

De plus, le Hezbollah a déclaré avoir visé, lundi matin, «la caserne de Zarit et ses environs» avec des tirs d’artillerie.

Ailleurs, l’armée israélienne aurait tiré des coups de feu en l’air à proximité d’agriculteurs travaillant sur leurs cultures près de la ville de Wazzani, dans le district de Marjayoun. Les forces israéliennes ont également ciblé les villes de Hula et de Markab, surplombant Wadi Hunayn et la colonie de Margaliot, avec des bombes au phosphore et des fumigènes. En outre, des avions militaires israéliens ont mené des raids à la périphérie de la ville de Chihine.

Amos Hochstein s’était déjà rendu à Beyrouth au mois de janvier dans le cadre des efforts américains visant à négocier un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et au Liban-Sud. Les autorités libanaises lui ont demandé de revenir en février, lors de sa visite à Tel-Aviv, mais cela n’a pas eu lieu.

Entre-temps, il n’y a pas eu de changements spectaculaires dans l’équilibre des forces militaires au Liban-Sud, malgré l’intensité croissante des affrontements et l’expansion des cibles de l’armée israélienne et du Hezbollah.

Les autorités libanaises ont déclaré qu’Israël devait pleinement mettre en œuvre les dispositions de la résolution 1 701 de l’ONU en mettant un terme aux attaques, en s’attaquant aux points frontaliers controversés, en se retirant des fermes de Chebaa et des collines de Kfarchouba occupées et en respectant les frontières internationales. Le Hezbollah affirme également que la fin des hostilités sur le front sud dépend de la fin des attaques israéliennes dans la bande de Gaza.

Lundi, M. Hochstein a noté que les tensions le long de la frontière entre Israël et le Liban s’étaient intensifiées ces dernières semaines.

«L’escalade de la violence n’est dans l’intérêt de personne et il n’existe pas de guerre limitée», déclare-t-il après sa rencontre avec M. Berri, allié du Hezbollah. «Un cessez-le-feu temporaire ne suffit pas. Une guerre limitée ne peut être maîtrisée.»

«Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise-t-il, mais il «garde espoir» quant à la mise en place d’une solution diplomatique pour résoudre le conflit frontalier.

Les États-Unis «restent déterminés à promouvoir des solutions de sécurité durables, obtenues grâce à un processus diplomatique qui permettra à la fois aux résidents libanais et aux Israéliens de rentrer chez eux en toute sécurité», ajoute-t-il.

Le but de sa visite était «de trouver une solution diplomatique pour mettre fin au conflit à la frontière sud», rapporte-t-il. Il poursuit: «Notre position sur les hostilités a été cohérente et demeure claire.»

Washington «estime qu’une solution diplomatique est le seul moyen de mettre fin aux hostilités actuelles le long de la Ligne bleue et de parvenir à un accord de sécurité durable et équitable entre le Liban et Israël», soutient M. Hochstein.

«Les peuples du Liban et d’Israël ont le droit de vivre dans la paix et la prospérité. Permettez-moi de reconnaître l’unité d’une telle position à l’échelle mondiale.»

«Un élément important de tout accord inclura le soutien international au Liban, au peuple libanais et au renforcement de ses institutions militaires, civiles et économiques. Mais cela ne pourra commencer que lorsque nous pourrons définir une voie à suivre.»

«Les États-Unis continuent de travailler avec le gouvernement libanais à la recherche d’une solution diplomatique favorisant la prospérité et la sécurité», insiste Amos Hochstein.

«Ce que nous voulons, c’est une solution diplomatique, ici, à la frontière, afin d’aboutir à une cessation des hostilités. Il faut que des précautions soient prises pour que toutes les personnes déplacées des deux côtés de la ligne puissent rentrer chez elles en toute sécurité et se tourner vers l’avenir sans aucune crainte.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit un représentant français à Riyad

Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Short Url
  • Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu, lundi à Riyad, Olivier Cadic, vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et président du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe.

Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines. Ils se sont également concentrés sur l’actualité internationale, rapporte le ministère sur X.

Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ahmed Aboul Gheit: refuser une aide essentielle aux Palestiniens équivaut à une condamnation à mort

Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Short Url
  • Sigrid Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours
  • Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza

LE CAIRE: Refuser aux Palestiniens une aide vitale équivaut à une condamnation à mort et à une punition collective, déclare le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

Il a tenu ces propos lors d’une réunion avec Sigrid Kaag, secrétaire générale adjointe de l’ONU et coordonnatrice principale de l’action humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Mme Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours sur le territoire et du blocus qui affecte plus de deux millions de Palestiniens.

Jamal Ruchdi, porte-parole de M. Aboul Gheit, précise que la discussion a porté sur la grave détérioration de la situation humanitaire au cours des dernières semaines et sur les plans proposés pour l’acheminement de l’aide.

Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza en raison de l’approbation tacite accordée à Israël par certaines puissances mondiales importantes. Cette situation a permis aux autorités du pays de se livrer à des actes agressifs pendant leur guerre contre le Hamas de manière répréhensible et déshumanisante.

Sigrid Kaag a discuté avec Ahmed Aboul Gheit de plusieurs idées pour acheminer l’aide et des difficultés rencontrées pour y parvenir en raison de l’intransigeance israélienne.

Tous deux s’accordent pour dire que l’Autorité palestinienne devrait urgemment rétablir son contrôle sur la bande de Gaza pour que la reconstruction puisse commencer, affirme M. Ruchdi.

M. Aboul Gheit réitère que la priorité actuelle est de parvenir à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas, de mettre un terme à l’effusion de sang et d’éviter la famine au sein de la population palestinienne à Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com