À Gaza, femmes enceintes et nouveau-nés victimes de traumatismes, d'infections et de malnutrition

Un enfant blessé est amené à l'hôpital Al-Aqsa après l'attaque israélienne. (Photo, Getty Images)
Un enfant blessé est amené à l'hôpital Al-Aqsa après l'attaque israélienne. (Photo, Getty Images)
Short Url
Publié le Samedi 18 novembre 2023

À Gaza, femmes enceintes et nouveau-nés victimes de traumatismes, d'infections et de malnutrition

  • Même si elles survivent à l'accouchement, les mères et leurs bébés ne sont pas à l'abri des pénuries qui menacent la santé et le développement
  • Le siège des hôpitaux et le blocage de l'aide privent les femmes qui accouchent d'analgésiques et les nouveau-nés prématurés de couveuses

LONDRES: Ce qui aurait dû être une période de grande joie et d'excitation est devenu un véritable cauchemar pour des milliers de nouvelles et futures mères vivant sous le siège et les bombardements israéliens constants dans la bande de Gaza. 

Pour Layla, 28 ans, dont le nom a été modifié pour des raisons de sécurité, mettre au monde une nouvelle vie à un moment où il y a tant de morts et de destructions la remplit d'effroi. «Ce qui m'inquiète le plus, c'est de tomber amoureuse de la vie, au milieu de toute cette mort, une fois que j'aurai tenu mon bébé dans mes bras», a-t-elle déclaré à Arab News

Comme 5 500 autres femmes enceintes de la bande de Gaza, Layla doit accoucher très prochainement dans le contexte d'un conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, qui a dévasté les infrastructures de santé et privé la population d'accès à des aliments nutritifs, à de l'eau propre et à des installations sanitaires publiques. 

La fermeture des hôpitaux et des cliniques sous les bombardements intenses et les pénuries chroniques d'électricité, de carburant et de médicaments comptent parmi les plus grands défis auxquels sont confrontées les quelque 50 000 femmes enceintes de Gaza. 

1
Des bébés palestiniens nés prématurément à l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza. (Photo, Dr. Marawan Abu Saada via AP) 

Au 10 novembre, quelque 18 hôpitaux et 51 centres de soins primaires dans l'enclave assiégée n'étaient plus opérationnels, ce qui signifie que moins de 60% des hôpitaux et 30% des centres de santé publique fonctionnent d'une manière ou d'une autre. 

Fikr Shalltoot, directrice à Gaza auprès de Medical Aid for Palestinians (MAP), une organisation caritative britannique opérant dans l'enclave palestinienne, a déclaré que les femmes enceintes de Gaza «sont confrontées à une réalité désastreuse, avec un accès limité aux services de santé essentiels dans un contexte de catastrophe humanitaire quasi-totale». 

«Avec plus de 180 naissances par jour et 235 attaques contre les infrastructures de santé depuis le 7 octobre, la situation est critique», a signalé Shalltoot à Arab News. Les femmes sont donc privées de services obstétriques d'urgence et beaucoup sont contraintes d'accoucher dans des conditions dangereuses. 

«Les hôpitaux fermés obligent les femmes à accoucher dans des abris, des maisons et des rues au milieu des décombres, ce qui augmente les risques d'infection», a-t-elle indiqué. «Les maternités, comme celle d'Al-Hilo, font l'objet d'attaques.» 

Les hôpitaux de Gaza sont en première ligne du conflit, submergés de civils blessés depuis le début de la campagne militaire israélienne, qui a été lancée en représailles aux attaques du Hamas du 7 octobre, ayant causé 1 200 morts et entraîné la prise en otage de plus de 200 personnes, Israéliens et étrangers.

Quelque 135 établissements de santé ont été endommagés ou détruits dans la bande de Gaza. Bien que ces installations soient protégées par le droit humanitaire international, Israël affirme que le Hamas a utilisé les hôpitaux, en particulier le plus grand de Gaza, Al-Shifa, pour abriter des centres de commandement souterrains. 

1
Les dégâts causés par une explosion à l'hôpital Al-Ahli Arabi dans le centre de Gaza. (Photo, AFP) 

Le Hamas et le personnel médical nient que ces installations soient utilisées pour stocker des armes, cacher des otages ou déplacer des combattants le long d'un réseau sophistiqué de tunnels. Les forces israéliennes qui ont pris le contrôle d'Al-Shifa mercredi n'ont pas encore fourni de preuves à l'appui de leurs affirmations. 

Selon les médias locaux, Al-Shifa compte au moins 650 patients, dont 22 en soins intensifs et 36 bébés prématurés, ainsi que quelque 400 membres du personnel médical. Plus de 2 000 habitants de Gaza ont également trouvé refuge dans l'établissement. 

Au milieu des destructions et des pénuries, aggravées par les restrictions imposées par Israël à l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza via le poste frontière de Rafah avec l'Égypte, les médecins ont été contraints de prendre des mesures extrêmes, comme pratiquer des césariennes sans anesthésie ni analgésiques. 

«Certaines femmes souffrent de complications lors de l'accouchement et, pour résoudre le problème, faute de moyens, d'outils ou de temps, les médecins sont confrontés à l'option extrême de l'ablation de l'utérus», a révélé à Arab News Soraida Hussein-Sabbah, spécialiste des questions de genre et de la défense des droits à ActionAid Espagne. 

À l'hôpital Al-Awda, le seul fournisseur de services de maternité dans le nord de Gaza, les médecins ont pratiqué 16 césariennes le week-end dernier dans des conditions extrêmement difficiles, selon les médias locaux. 

Hussein-Sabbah a déclaré que bien qu'il y ait de nombreux médecins et infirmières obstétriciens formés et spécialisés dans la bande de Gaza, ainsi que des maternités privées et publiques, «ils ne peuvent pas fonctionner normalement en ce moment».

EN CHIFFRES

- 50 000 femmes enceintes à Gaza. 

- 5 500 femmes devant accoucher prochainement. 

- 180: Nombre moyen de naissances par jour. 

Malgré cela, «toute personne spécialisée qui se trouve dans un refuge, ou n'importe où... continuera à servir autant que possible», a-t-elle ajouté. 

Zaher Sahloul, directeur de MedGlobal, une ONG médicale basée aux États-Unis, a expliqué les dangers des césariennes dans des circonstances aussi extrêmes. Alors que «les médecins essaient généralement de faire accoucher les femmes le plus rapidement possible», une telle opération les oblige à «couper à travers plusieurs couches» et à «suturer plusieurs couches». 

Effectuer une telle opération sans anesthésie, ni même une dose partielle d'analgésique, serait atroce. 

«C'est, comme vous pouvez l'imaginer, une expérience extrêmement traumatisante, quelque chose qui serait associé au syndrome de stress post-traumatique», a expliqué Sahloul à Arab News. Les professionnels de la santé sont également contraints de faire sortir les nouvelles mères dans les trois heures, ce qui présente des risques supplémentaires. 

Les nouvelles mères sont généralement surveillées pendant au moins 24 heures, car la période post-partum est associée à diverses complications, notamment des hémorragies. Même avant la dernière flambée de violence à Gaza, «les deux principales causes de décès maternels étaient les hémorragies et le sepsis», a souligné Sahloul. 

«Le manque d'eau et d'assainissement les expose à un risque encore plus élevé d'infection et de sepsis. Les hôpitaux n'ont même pas de sang à transfuser à ces patientes si elles commencent à avoir des complications», a-t-il indiqué. 

Même s’ils survivent à l'épreuve de l'accouchement dans ces conditions, la mère et le bébé ne sont pas hors de danger. Le manque d'installations d'hygiène, d'aliments nutritifs, d'eau potable, d'espaces de sommeil sûrs et d'autres conforts et besoins de base menacent la santé et le développement. 

1
Une manifestante tient une pancarte à La Haye en soutien aux enfants palestiniens. (Photo, Getty Images) 

Les carences en acides gras et en vitamines chez les mères allaitantes peuvent compromettre le système immunitaire des nouveau-nés, ce qui les expose à des risques de maladies transmissibles et à des problèmes de développement cognitif, a éclairci Sahloul. 

Fatema, une autre femme piégée à l'intérieur de Gaza, a eu recours à des vêtements propres pour gérer ses pertes car elle n'a pas accès à des serviettes hygiéniques. Embarrassée et ne disposant que d'une intimité limitée, elle a ensuite enterré ces vêtements, a-t-elle affirmé à ActionAid. 

Plus de 1,4 million de Palestiniens ont été déplacés depuis le 7 octobre, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Nombre d'entre eux ont installé des tentes de fortune devant les hôpitaux, tandis que d'autres se sont entassés dans les couloirs des écoles ou ont dormi en plein air. 

Sahloul, de MedGlobal, a averti qu'avec un accès limité à la nourriture et à l'eau, les femmes souffrant de malnutrition courent le risque d'un «accouchement prématuré», qui est également associé à la morbidité et à la mortalité fœtales et néonatales. 

Shalltoot, de Medical Aid for Palestinians (MAP), a mis en garde contre le fait que l'accès aux services obstétriques devenant de plus en plus difficile, «les décès maternels augmenteront, les complications liées au stress monteront en flèche et la malnutrition s'aggravera, affectant la survie de l'enfant». De plus, «sans carburant, les prématurés qui dépendent des soins néonatals sont confrontés à une crise qui met leur vie en danger». 

Elle a ajouté: «Les soins de maternité à l'hôpital Al-Awda sont en péril. Les médecins signalent une augmentation des naissances prématurées causées par les bombardements des habitations, une crise déchirante où les accouchements prématurés sont pratiqués alors que les mères sont à l'agonie.» 

Trois bébés prématurés sont morts mardi à l'hôpital Al-Shifa après que l'unité de soins intensifs néonatals a été mise hors service. La vie d'au moins 36 autres bébés est en danger en raison d'un manque d'électricité et de carburant pour les couveuses, selon le directeur de l'établissement. 

Les femmes et les enfants représentant plus de 70% des victimes, dont une femme sur quatre en âge de procréer, l'accès aux services de santé maternelle est essentiel, a souligné Shalltoot. 

1
Des Palestiniens font la queue en attendant d'acheter du pain dans une boulangerie, dans un contexte de pénurie de denrées alimentaires et de carburant. (Photo, Reuters) 

«Gaza a un besoin urgent de soutien pour protéger la vie des mères et des nouveau-nés», a-t-elle insisté, ajoutant qu’«un cessez-le-feu est impératif pour les femmes enceintes et les nourrissons». 

Elle a poursuivi: «Sans un accès immédiat au carburant, à l'aide et aux experts médicaux, nous sommes confrontés à la menace imminente des maladies infectieuses. La famine de masse, les maladies mortelles et un système de santé en ruine sont imminents si une action rapide n'est pas entreprise.» 

«L'ouverture de plusieurs points de passage est essentielle afin d’éviter une chute libre de l'aide humanitaire. Notre appel est clair: agissez maintenant pour éviter une crise catastrophique», a averti Shalltoot. 

La MAP a livré une série d'articles, notamment des médicaments et des articles médicaux jetables qui peuvent être utilisés pour soutenir l'accouchement et le traitement des femmes et des bébés. «Avec notre partenaire à Gaza, Ard El Insan, nous avons distribué tous nos médicaments et produits alimentaires pour les enfants souffrant de malnutrition et leurs familles», a-t-elle ajouté. 

Save the Children et ActionAid ont également appelé à un cessez-le-feu immédiat et à l'ouverture d'un corridor d'aide humanitaire. 

«Pour que cela se produise, il est nécessaire de lancer un appel unifié et coordonné et de faire pression pour que le point de passage de Rafah soit ouvert et que les forces d'occupation israéliennes respectent le droit humanitaire international et permettent l'acheminement de l'aide et le sauvetage des civils», a expliqué Hussein-Sabbah, d'ActionAid. 

Au 14 novembre, au moins 11 320 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont plus de 4 650 enfants et plus de 3 145 femmes, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas. Au total, 198 membres du personnel médical ont également trouvé la mort. 

Au début de ce mois, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a qualifié Gaza de «cimetière pour enfants» et de «crise de l'humanité». 

1
Une mère couvre le visage de son enfant pour le protéger de la fumée alors que les Palestiniens quittent la partie nord de la bande de Gaza. (Photo, Getty Images) 

Dans un communiqué adressé à Arab News, Save the Children a déclaré: «Au cours de cette catastrophe humanitaire, les civils, en particulier les enfants, continuent de payer le plus lourd tribut à la violence actuelle.» 

«Des enfants sont tués à un rythme effréné, des familles entières sont rayées du registre et un nombre croissant de personnes, notamment des enfants, se retrouvent sans aucun membre survivant de leur famille», s’est désolée l’organisation humanitaire Save the Children. 

Les attaques contre les écoles et les hôpitaux sont considérées par les Nations unies comme «une violation grave à l'encontre des enfants et peuvent constituer des violations du droit humanitaire international», a précisé l’ONG. 

Appelant à la fin des «attaques continues et systématiques», Save the Children a soutenu que «les hôpitaux et les écoles ne peuvent pas être des champs de bataille, et les enfants ne peuvent pas être des cibles. Pourtant, à Gaza, ces trois éléments sont attaqués quotidiennement».

«Même en temps de guerre, les éléments fondamentaux de l'humanité doivent prévaloir», a-t-elle conclu. 

  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.