Des loisirs plutôt que des commerces ? Les centres commerciaux en pleine mutation

Une maquette grandeur nature du vaisseau spatial "Star Wars X-Win à Villeneuve-la-Garenne à Paris (Photo, AFP).
Une maquette grandeur nature du vaisseau spatial "Star Wars X-Win à Villeneuve-la-Garenne à Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 01 décembre 2023

Des loisirs plutôt que des commerces ? Les centres commerciaux en pleine mutation

  • La foncière a fait le choix de recentrer le centre sur le loisir et la restauration, des activités «plus propice à créer un lieu de destination», où les consommateurs se rendent avec en tête un objectif bien précis
  • A contrario, le commerce peut avoir besoin de davantage de flux, des flâneurs qui se décident à acheter en passant devant les boutiques

CANNES: Simulateur de vol, salles de sport, mais aussi casiers Vinted ou Amazon, restaurants ou maison de santé: les centres commerciaux délaissent les boutiques et privilégient de plus en plus les services et loisirs, pour s'adapter aux goûts de leurs clients.

Mur d'escalade, karting, jeux d'arcade et même un éléphant en latex animé: il n'y a pas que des promoteurs immobiliers et des représentants des grandes enseignes au salon Mapic de l'immobilier commercial qui se tenait jusqu'à jeudi à Cannes (Alpes-Maritimes).

Les grandes oreilles du pachyderme plus vrai que nature sont là pour susciter "plus d'émotions positives", explique Patrice Prévost, à la tête d'une entreprise familiale nantaise spécialisée dans l'animation des centres commerciaux.

"Historiquement, il y a eu deux grands modèles économiques de centres commerciaux. D'un côté, ceux qui se sont construits autour d'un grand magasin qui en était le premier élément d'attraction", explique-t-il à l'AFP. "De l'autre, un modèle plutôt asiatique se dédouanant de ces magasins pour rassembler les gens dans un lieu unique, avec une offre diverse, de nourriture mais aussi de loisirs". En d'autres termes, davantage tourné vers le plaisir que vers l'utilitaire.

Ces dernières années, le premier a tendance à voir le second prendre l'ascendant, alors que les Français ont tendance à préserver si possible leur budget loisir en période d'inflation.

«Plus d'expérience»

Loica Bun, directrice communication et marketing de la Société des Centres Commerciaux (SCC) qui a plus de 13 milliards d'euros de patrimoine sous gestion pour le compte de 25 clients, prend l'exemple du centre Gran Plaza en Espagne, où "on a détruit des m2 de parking pour mettre des jardins", installer des jeux "en accès libre et gratuit".

SCC a "investi au service de l'expérience en faisant une croix sur la valeur financière", assure-t-elle, même si le centre "marchait très bien". "La première attente des consommateurs aujourd'hui c'est moins d'uniformisation, plus d'expérience, et cela peut faire la différence en Espagne notamment où le modèle de centres commerciaux est généralement assez classique".

Pour Emmanuel Le Roch, délégué général de la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé (Procos) qui publie régulièrement des études sur le suivi de l'activité commerciale en France, "le poids du pur commerce va décroître" à l'intérieur des centres commerciaux, ne serait-ce que parce qu'il y a aujourd'hui "un peu moins d'acteurs de l'habillement" qu'il y a quelques années.

"La partie loisir a tendance à croître, et la réflexion des centres commerciaux aujourd'hui est d'apporter d'autres choses, des maisons médicales ou des lieux de coworking par exemple", observe-t-il encore. Les points de retrait de colis peuvent aussi faire venir des personnes, susceptibles de se laisser tenter ensuite.

Centre commercial sans commerce 

François Agache, directeur général développement et opérations du promoteur Apsys, qui exploite des centres commerciaux en Pologne et en France (Beaugrenelle à Paris, Canopia à Bordeaux), a effectué de gros travaux de repositionnements du centre Vill'Up au sein du parc de la Villette, devenu "Boom Boom Villette" après des débuts compliqués.

Le centre, qui doit rouvrir courant janvier, "n'a pas rencontré le succès qu'on espérait au départ", explique François Agache à l'AFP, évoquant une "offre de commerce pas forcément adaptée à son environnement".

La foncière a fait le choix de recentrer le centre sur le loisir et la restauration, des activités "plus propice à créer un lieu de destination", où les consommateurs se rendent avec en tête un objectif bien précis. A contrario, le commerce peut avoir besoin de davantage de flux, des flâneurs qui se décident à acheter en passant devant les boutiques.

En outre, observe François Agache, "chaque site, de par son territoire, a une identité propre, et le +shopping+ est peut-être un peu plus distant de l'esprit de la Villette", grand parc du nord-est parisien, "que ne le sont la restauration et le loisir".

"Dans tous les cas le multi-usage va se développer", estime Emmanuel Le Roch, de Procos. "Avoir plusieurs raisons de se rendre à un centre commercial rend plus élevée la probabilité d'y aller", calcule-t-il, tout en insistant sur un facteur qui reste toujours aussi déterminant, l'accessibilité.


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).