L'Arabie saoudite prolonge la réduction volontaire de sa production d’un million de bpj jusqu'au T1 2024

Selon une décision récente, la production de brut de l’Arabie saoudite sera maintenue à environ 9 millions de bpj jusqu’à fin mars 2024 (Photo d’archive)
Selon une décision récente, la production de brut de l’Arabie saoudite sera maintenue à environ 9 millions de bpj jusqu’à fin mars 2024 (Photo d’archive)
Short Url
Publié le Vendredi 01 décembre 2023

L'Arabie saoudite prolonge la réduction volontaire de sa production d’un million de bpj jusqu'au T1 2024

  • Ces réductions volontaires supplémentaires visent à renforcer les mesures déployées par l'Opep+, pour soutenir la stabilité et l'équilibre des marchés pétroliers
  • Le Brésil espère rejoindre l'Opep+ en janvier après une analyse technique de la charte de coopération, selon le ministre brésilien de l'Énergie

RIYAD: L'Arabie saoudite a décidé mardi de prolonger la réduction volontaire de sa production de brut d'un million de barils par jour jusqu'à la fin du premier trimestre 2024, en coordination avec certains membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep+), a rapporté l’agence de presse saoudienne, citant une source officielle du ministère de l'Énergie.

Cette décision s'inscrit dans la continuité de celle prise par le Royaume en juillet, a ajouté l'agence.

Selon sa dernière décision, la production de brut de l'Arabie saoudite demeurera à environ 9 millions de bpj jusqu'à fin mars 2024. Le rapport ajoute qu'après le premier trimestre, «en vue de soutenir la stabilité du marché, ces réductions supplémentaires» seront modifiées progressivement en fonction des conditions du marché. 

La source a également indiqué que cette réduction volontaire s'ajoutait à la réduction volontaire de 500 000 bpj annoncée par le Royaume en avril 2023, qui s'étend jusqu'à fin décembre 2024.

Elle a confirmé que ces réductions volontaires supplémentaires visaient à renforcer les mesures déployées par l'Opep+, pour soutenir la stabilité et l'équilibre des marchés pétroliers.

La Russie a également annoncé jeudi qu'elle intensifierait la réduction volontaire de sa production pétrolière à 500 000 bpj, et la prolongerait jusqu'à la fin du premier trimestre 2024.

Ces réductions supplémentaires visent à «maintenir la stabilité et l’équilibre du marché pétrolier», a déclaré le vice-Premier ministre, Alexander Novak, dans un communiqué, à l’issue d’une réunion des ministres de l’Opep+ qui s’est tenue à Vienne.

Le Koweït a suivi cet exemple en annonçant des réductions volontaires de 135 000 bpj pendant trois mois à compter du 1er janvier, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle koweïtienne KUNA, citant le ministre koweïtien du Pétrole.

La production pétrolière du Koweït s'élèvera à 2,413 millions de bpj d'ici fin mars 2024, a déclaré Saad al-Barrak. Il a affirmé que cette réduction s'ajoutait à une réduction volontaire de 128 000 bpj annoncée en avril, a indiqué la KUNA.

Ces annonces sont intervenues après la réunion en ligne des membres de l'Opep+ sur la production mondiale de pétrole. Les ministres de l'Opep+ ont fixé des quotas pour l'Angola, le Congo et le Nigeria après avoir reporté de quatre jours leur réunion initialement prévue pour dimanche. Il n’y a eu aucune information dans l’immédiat sur des réductions de la part des autres pays membres.

Le Brésil invité

Le Brésil espère rejoindre l'Opep+ en janvier après une analyse technique de la charte de coopération, a déclaré jeudi le ministre brésilien de l'Énergie, selon Reuters.

Le bureau du président, Luiz Inacio Lula da Silva, a confirmé avoir reçu cette invitation lors de son voyage en Arabie saoudite, mais a indiqué qu’il n’y avait pas répondu officiellement.

Le bureau du président et le ministère des Mines et de l’Énergie n’ont pas précisé si le Brésil participerait en tant qu’observateur de l’Opep+, ou en tant que participant à part entière aux quotas de production communs du groupe.

Le ministre des Mines et de l'Énergie, Alexandre Silveira, a affirmé à ses homologues de l'Opep+ que le Brésil se réjouissait de rejoindre officiellement le groupe lors d'une prochaine réunion à Vienne, après un examen technique de la charte de coopération.

«Tout est prêt. Mais le document que nous venons de recevoir doit être analysé en détail par notre équipe technique, cette phase fait partie du protocole au Brésil», a déclaré Alexandre Silveira en portugais lors d'une réunion virtuelle, où ses propos ont été accueillis par une ovation debout des ministres de l'Opep+. 

Dans un communiqué, l'Opep+ a indiqué avoir accueilli Alexandre Silveira à la réunion, ajoutant que le Brésil «rejoindra la charte de coopération de l'Opep+ à partir du mois de janvier 2024».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La transformation de l’économie saoudienne crée des opportunités, selon un responsable du PIF

S'exprimant lors du forum Future Investment Initiative Priority à Miami, Jerry Todd a présenté les trois piliers de la transformation de l'économie saoudienne (Capture d'écran/FII Priority).
S'exprimant lors du forum Future Investment Initiative Priority à Miami, Jerry Todd a présenté les trois piliers de la transformation de l'économie saoudienne (Capture d'écran/FII Priority).
Short Url
  • Selon Jerry Todd, les changements économiques structurels en Arabie saoudite requièrent des ressources et des talents, des capitaux et des capacités d'exploitation au niveau mondial
  • Un ancien secrétaire au Trésor américain a souligné les opportunités d'investissement dans les énergies propres et la transformation énergétique dans le Moyen-Orient élargi

LONDRES: Il est important que les investisseurs comprennent les changements structurels à long terme de l'économie saoudienne qui sont en cours et les opportunités qu'ils offrent, a déclaré jeudi le chef de la division du développement national du Fonds d'investissement public saoudien.

S'exprimant lors du forum «Future Investment Initiative Priority» à Miami, Jerry Todd a déclaré que les trois piliers de cette transformation sont l'industrialisation de l'économie, le développement et l'expansion des secteurs de services, et le renforcement des capacités en matière d'énergie verte.

«La Vision 2030 est le plan directeur de cette transformation économique. Il s'agit d'un projet national, mais il nécessite des ressources, des talents, des capitaux et des capacités d'exploitation à l'échelle mondiale», a-t-il indiqué. «L'attraction de ces ressources en Arabie saoudite fait partie intégrante de ce plan.»

«La question de savoir ce qui va se passer ensuite dépend vraiment de la capacité des personnes présentes dans cette salle, et des personnes présentes dans des salles comme celle-ci, à apprendre davantage et à essayer de comprendre ce qui se passe en Arabie saoudite. Personnellement, je suis optimiste, je pense qu'il y a une prise de conscience croissante des opportunités qui sont créées», a ajouté Todd.

«Une autre chose qui est en train de changer est la capacité de l’économie nationale d’absorber les investissements à long terme, en grande partie grâce à la construction de l’industrie qui se déroule dans le cadre de la Vision 2030. Il s’agit de créer des occasions pour les gens de saisir des opportunités au niveau des actifs», a-t-il expliqué.

L'ancien secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin (Capture d'écran/FII Priority).

L'ancien secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin s'est fait l'écho de ce sentiment et a indiqué qu'il existait de nombreuses opportunités d'investissement dans la région du Moyen-Orient élargi en ce qui concerne l'énergie propre et la transformation énergétique.

Il a toutefois prévenu que pour que la région reste un pôle d'investissement attractif, il fallait s'attaquer à la menace que l'Iran fait peser sur la stabilité et la sécurité régionales, principalement en imposant des sanctions plus sévères et plus rigoureuses à l'encontre du régime de Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'économie de Gaza s'est contractée de 80% au 4e trimestre, rapporte la Banque mondiale

Des Palestiniens déplacés se rassemblent pour recevoir de la nourriture dans une école publique de Rafah (Photo, AFP).
Des Palestiniens déplacés se rassemblent pour recevoir de la nourriture dans une école publique de Rafah (Photo, AFP).
Short Url
  • Au-delà de l'impact humain dévastateur, «presque toute l'activité économique à Gaza est paralysée»
  • Cette baisse trimestrielle de 80% équivaut à une baisse annuelle de 24%, détaille la Banque mondiale

WASHINGTON: L'économie de Gaza s'est contractée de plus de 80% au quatrième trimestre de l'année, a rapporté jeudi la Banque mondiale, qui a par ailleurs annoncé une subvention de 30 millions de dollars pour maintenir une éducation pour les enfants.

Le produit intérieur brut (PIB) de Gaza a "chuté de plus de 80%" au 4e trimestre 2023 - soit les trois mois d'octobre à décembre - par rapport au 3e trimestre, passant d'environ 670 millions de dollars à seulement 90 millions, a indiqué la Banque mondiale dans un communiqué, citant les estimations préliminaires du Bureau central palestinien des statistiques.

Cette baisse trimestrielle de 80% équivaut à une baisse annuelle de 24%, détaille la Banque mondiale, qui précise que "le niveau observé de dommages et de destructions d'immobilisations est catastrophique".

Au-delà de l'impact humain dévastateur, "presque toute l'activité économique à Gaza est paralysée", a souligné la Banque mondiale.

"Depuis le début du conflit, l'économie palestinienne a connu l'un des chocs les plus importants enregistrés dans l'histoire économique récente", est-il encore précisé, et "presque tous les habitants de Gaza vivront dans la pauvreté, du moins à court terme".

La Banque mondiale a par ailleurs annoncé jeudi une subvention de 30 millions de dollars "pour aider à assurer la continuité de l'éducation cruciale pour les enfants".

"Cette subvention contribuera au secteur de l'éducation pour garantir que les élèves ne ratent pas l'éducation fondamentale", a-t-il déclaré dans un communiqué.


La conférence ministérielle de l’OMC à Abu Dhabi abordera la décentralisation des chaînes d’approvisionnement mondiales

La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala. (Photo, Fabrice Coffrini, AFP)
La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala. (Photo, Fabrice Coffrini, AFP)
Short Url
  • L’accent mis sur la décentralisation vise à encourager les investisseurs à remodeler les chaînes d’approvisionnement mondiales et à créer des emplois
  • Mme Okonjo-Iweala a remercié les Émirats arabes unis pour leur engagement en faveur du multilatéralisme et de la solidarité mondiale

RIYAD: Abu Dhabi s’apprête à accueillir la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dont l’objectif est de remodeler la dynamique du commerce mondial, selon la directrice générale de l’organe intergouvernemental.

Ngozi Okonjo-Iweala a souligné, dans une interview accordée à l’Agence de presse émiratie (WAM) depuis Genève, l’importance de cette conférence qui se tiendra du 26 au 29 février.

Elle a indiqué que ce rassemblement donnera lieu à des discussions sur divers sujets, tels que la décentralisation des chaînes d’approvisionnement mondiales, la promotion d’un paysage commercial international plus inclusif et la garantie de la participation des communautés marginalisées aux efforts de développement multinationaux.

Mme Okonjo-Iweala a expliqué que de nombreux investisseurs du secteur privé adoptent actuellement le modèle «Chine+1», qui consiste à diversifier les chaînes d’approvisionnement au-delà du géant économique asiatique, vers des pays comme le Vietnam, l’Indonésie ou l’Inde.

«Nous n’avons aucun problème avec cela, mais ce que nous disons, c’est qu’il y a aussi la Chine et le Maroc, la Chine et le Brésil, la Chine et le Sénégal, la Chine et le Bangladesh. Il y a donc de nombreux pays qui sont propices aux investissements», a poursuivi Mme Okonjo-Iweala.

L’accent mis sur la décentralisation vise à encourager les investisseurs à remodeler les chaînes d’approvisionnement mondiales et à créer des emplois. Mme Okonjo-Iweala a précisé que pour renforcer la résilience du monde, le secteur privé devait investir dans les pays en développement dotés d’un environnement propice aux investissements.

Elle a attiré l’attention sur les avantages multiples de ces investissements, déclarant: «Vous pouvez contribuer à la résilience des chaînes d’approvisionnement. Vous pouvez contribuer à lutter contre les inégalités en investissant dans les pays en développement. Vous pouvez contribuer à la création d’emplois.»

Revenant sur l’importance de la 13e conférence ministérielle de l’OMC qui se tiendra à Abu Dhabi, Mme Okonjo-Iweala a remercié les Émirats arabes unis pour leur engagement en faveur du multilatéralisme et de la solidarité mondiale.

Elle a ajouté que la collaboration avec les autorités émiraties pour l’organisation d’une réunion qui rassemblera plus de 7 000 personnes à Abu Dhabi a été très positive.

L’ordre du jour de la 13e conférence ministérielle comprend des discussions novatrices sur diverses questions contemporaines, allant du commerce et de l’environnement au changement climatique, à la durabilité et à l’inclusion.

Mme Okonjo-Iweala a insisté sur l’importance de relever les défis auxquels sont confrontées les populations marginalisées et d’intégrer les pays en développement, en particulier les femmes et les petites entreprises, dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

En outre, la 13e conférence ministérielle célébrera l’adhésion de nouveaux membres à l’OMC, le Timor oriental et les Comores, pour la première fois en huit ans. Les discussions porteront également sur les réformes du système de règlement des différends, les négociations sur le commerce numérique et les subventions à la pêche, entre autres.

Alors que le monde est confronté à des défis économiques et environnementaux complexes, la 13e conférence ministérielle constitue une plate-forme qui favorise le dialogue, la coopération et les politiques commerciales inclusives afin de stimuler le développement durable à l’échelle mondiale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com