Le Conseil de sécurité met fin à la mission politique de l'ONU au Soudan

A la demande des autorités soudanaises, le Conseil de sécurité a mis un terme vendredi à la mission politique de l'ONU (Photo, AFP).
A la demande des autorités soudanaises, le Conseil de sécurité a mis un terme vendredi à la mission politique de l'ONU (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 décembre 2023

Le Conseil de sécurité met fin à la mission politique de l'ONU au Soudan

  • Le Conseil se dit d'autre part «alarmé par la poursuite de la violence et par la situation humanitaire»
  • La résolution adoptée par 14 voix pour et une abstention (Russie) «décide de mettre un terme au mandat de la Minuats»

NATIONS UNIES: A la demande des autorités soudanaises, le Conseil de sécurité a mis un terme vendredi à la mission politique de l'ONU (Minuats) dans le pays africain ravagé depuis plus de sept mois par une guerre meurtrière entre deux généraux rivaux.

Prenant note de la lettre de Khartoum réclamant le départ de la mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan, la résolution adoptée par 14 voix pour et une abstention (Russie) "décide de mettre un terme au mandat de la Minuats (...) à partir du 3 décembre 2023", avec une période de transition jusqu'au 29 février pour le transfert de ses activités.

"Soyons clairs, le Royaume-Uni n'aurait pas choisi de fermer la Minuats maintenant", a déclaré l'ambassadeur britannique adjoint James Kariuki, dont le pays a rédigé le texte, soulignant que "la nécessité, pour l'ONU et la communauté internationale, de soutenir le peuple soudanais, n'a pas baissé".

Le Conseil se dit d'autre part "alarmé par la poursuite de la violence et par la situation humanitaire, en particulier par les violations du droit international humanitaire et par les graves violations des droits humains".

Il demande "à toutes les parties au conflit de cesser immédiatement les hostilités, de faciliter l’accès humanitaire (...) et de rechercher une solution négociée au conflit".

La Minuats, dont le mandat incluait la surveillance des violations des droits humains, avait été mise en place en 2020 pour soutenir la transition démocratique au Soudan après la chute l'année précédente d'Omar el-Béchir sous la pression de l'armée et de la rue.

Mais en octobre 2021, la transition difficile vers un régime civil avait tourné court, avec un coup d'Etat mené par le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane.

Et le 15 avril dernier, avant que la signature d'un accord censé relancer la transition démocratique ne soit signé, des combats ont éclaté entre le général Burhane et son numéro deux, le général Mohamed Hamdane Daglo, à la tête des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Quelques semaines plus tard, le chef de l'armée avait réclamé le limogeage du patron de la Minuats, l'Allemand Volker Perthes, lui faisant porter la responsabilité de cette guerre.

Le diplomate, interdit de retourner au Soudan, avait finalement démissionné en septembre dernier, sans être remplacé.

Enfonçant le clou en estimant que la mission de l'ONU "ne répond plus aux besoins en priorité" du Soudan, Khartoum a réclamé mi novembre la fin immédiate de la Minuats, ne laissant pas vraiment de choix au Conseil de sécurité, les missions de l'ONU devant opérer avec le consentement du pays hôte.


Syrie: Trois morts, dont un militaire iranien, dans une frappe israélienne

Zone touchée par des bombardements israéliens dans la ville de Homs, dans le centre-ouest de la Syrie, le 7 février 2024. (AFP)
Zone touchée par des bombardements israéliens dans la ville de Homs, dans le centre-ouest de la Syrie, le 7 février 2024. (AFP)
Short Url
  • La frappe a visé l'intérieur de la ville de Banyas, une première, tuant au moins une personne non syrienne dans la villa qui a été complètement détruite
  • Israël a intensifié ses frappes sur la Syrie depuis le début de la guerre à Gaza en octobre 2023 entre Israël et le Hamas palestinien

BEYROUTH: Trois personnes, parmi lesquelles un militaire iranien, ont été tuées par une frappe aérienne attribuée à Israël qui a visé Banyas, ville sur la côte syrienne, a indiqué vendredi une ONG locale.

"Trois violentes explosions ont retenti vendredi à l'aube, résultant d'une frappe aérienne israélienne sur une +villa+ à Banyas hébergeant un groupe affilié à l'Iran", a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon l'ONG, basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, la villa a été complètement détruite. Trois personnes, parmi lesquelles un conseiller iranien, ont été tuées, d'après l'OSDH.

L'agence de presse officielle iranienne Irna a par la suite annoncé la mort "en martyr" d'un membre des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime, Reza Zarei.

Elle a affirmé que cet homme, présenté comme un "garde de la marine des Gardiens de la révolution", avait été "tué à l'aube par le régime sioniste", dans une référence à Israël.

Des militaires iraniens présentés comme des conseillers soutiennent l'armée syrienne depuis le début de la guerre civile en 2011.

Le port de Banyas, sur la Méditerranée, a accueilli par le passé des tankers iraniens. La ville abrite une raffinerie.

Israël a intensifié ses frappes sur la Syrie depuis le début de la guerre à Gaza en octobre 2023 entre Israël et le Hamas palestinien. Ces frappes visent notamment les groupes proches de l'Iran, tel le mouvement islamiste libanais Hezbollah, allié du Hamas.

Groupes pro-iraniens

Des frappes attribuées à Israël ont visé la Syrie au cours des trois derniers jours.

Un combattant du Hezbollah avait été tué par une frappe de drone israélien qui avait visé jeudi le camion dans lequel il se trouvait dans l'ouest de la Syrie, près de la frontière avec le Liban, selon l'OSDH.

Mercredi et jeudi, des frappes avaient visé les environs de Damas. L'OSDH avait rapporté que des sites de groupes pro-iraniens incluant le Hezbollah avaient été visés, et fait état de deux morts parmi des combattants.

L'armée israélienne a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie depuis le début en 2011 de la guerre civile dans ce pays voisin.

Israël commente rarement ses frappes mais a affirmé qu'il ne permettrait pas à l'Iran, son ennemi juré, de s'implanter à sa frontière.

 


Les Iraniens aux urnes, sans changement politique attendu

Les électeurs remplissent leur bulletin de vote lors des élections parlementaires et de l'Assemblée des experts dans un bureau de vote à Téhéran le 1er mars 2024 (Photo, AFP).
Les électeurs remplissent leur bulletin de vote lors des élections parlementaires et de l'Assemblée des experts dans un bureau de vote à Téhéran le 1er mars 2024 (Photo, AFP).
Quelque 59.000 bureaux de vote ont ouvert vendredi matin en Iran pour les législatives (Photo, AFP).
Quelque 59.000 bureaux de vote ont ouvert vendredi matin en Iran pour les législatives (Photo, AFP).
Short Url
  • Lors des dernières législatives, en 2020, seuls 42,57% des électeurs s'étaient déplacés, soit le taux le plus faible depuis la proclamation de la République islamique en 1979
  • Le scrutin, auquel participeront un nombre record de 15.200 candidats, ne va pas bouleverser les équilibres au sein de la seule chambre du Parlement

TEHERAN:Les Iraniens étaient appelés aux urnes vendredi pour les législatives, dont le principal enjeu est le taux de participation car les conservateurs sont assurés de conserver une large majorité.

Ce scrutin national est considéré comme un test pour le pouvoir car il est le premier depuis le vaste mouvement de contestation ayant secoué le pays à la suite de la mort en septembre 2022 de la jeune Mahsa Amini, peu après son arrestation par la police pour non-respect du strict code vestimentaire du pays.

Outre le Parlement, les 61 millions d'électeurs sur les 85 millions d'habitants sont appelés à renouveler l'Assemblée des experts, chargée de désigner le guide suprême, la plus haute autorité de la République islamique.

En milieu d'après-midi, les autorités se sont félicité de "la bonne" participation dans les 59.000 bureaux de vote.

Elle est "plus élevée" que lors des précédentes élections de 2020, qui s'étaient tenues lors de la crise du Covid, a indiqué Hadi Tahan Nazif, le porte-parole du Conseil des gardiens, chargé de l'organisation du scrutin.

Il y a quatre ans, seuls 42,57% des électeurs s'étaient déplacés, soit le taux le plus faible depuis la proclamation de la République islamique en 1979, selon les chiffres officiels.

Les bureaux de vote, souvent installés dans des écoles et des mosquées, devaient fermer à 18H00 (14H30 GMT) mais les horaires d'ouverture pourraient être prolongés dans la soirée, comme lors des précédentes élections.

Les résultats des législatives, auxquelles participent un nombre record de 15.200 candidats, sont attendus dimanche, et la nouvelle assemblée se réunira en mai.

L'un des premiers à voter, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a exhorté les Iraniens à participer à ces "élections fortes et ferventes" car "il est important de montrer au monde que la nation est mobilisée".

La télévision d'Etat a ensuite montré des images de bureaux de vote où femmes et hommes faisaient calmement la queue, séparément, pour s'approcher des urnes avant de ressortir, un doigt encré de bleu pour preuve de leur vote. Les forces de sécurité ont été déployées en nombre dans le centre de Téhéran, a constaté un journaliste de l'AFP.

«Mécontents»

Dans un bureau de vote du sud de la capitale, Mme Moradiani, une institutrice de 35 ans, a expliqué à l'AFP avoir voté car "le guide suprême a dit que participer était une obligation pour tout le monde. Comme celle de prier".

Mais pour Hashem, un artiste de 32 ans du Kouzestan (sud-ouest), "beaucoup de gens ne votent pas car ils sont mécontents de la situation politique et économique", avec "des prix qui augmentent tous les jours" en raison d'un taux d'inflation proche de 50%.

"Imaginons que je vote, à quoi cela servirait-il? Les élus ne respectent pas leurs promesses", a dénoncé Hanna, une étudiante de 21 ans, qui boycotte le scrutin au Kurdistan (ouest).

L'enjeu de la participation est d'autant plus crucial pour le pouvoir qu'il le présente comme une preuve de sa légitimité sur la scène internationale sur fond de fortes tensions géopolitiques.

"Les ennemis de l'Iran veulent voir si le peuple est présent" car, dans le cas contraire, "ils menaceront votre sécurité d'une façon ou d'une autre", a prévenu l'ayatollah Khamenei.

Selon lui, "les Etats-Unis, une majorité de pays européens, les sionistes malveillants, les capitalistes et les grandes entreprises" ont "peur de la puissance du peuple iranien".

Les Etats-Unis ont déclaré jeudi "ne pas s'attendre" à ce que les élections iraniennes soient "libres et équitables".

Les conservateurs en force 

Aucun bouleversement des équilibres politiques au sein de la seule chambre du Parlement (Majlis) n'est attendu, selon des experts.

Le camp majoritaire, composé de groupes conservateurs et ultraconservateurs parfois rivaux, va continuer à la dominer très largement, comme il le fait dans le Parlement sortant dont il contrôle plus de 230 des 290 sièges.

Les formations centristes, réformatrices et modérées ont été marginalisées depuis le scrutin de 2020 et ne peuvent espérer qu'une poignée d'élus après la disqualification d'un nombre important de leurs candidats.

Les conservateurs vont également renforcer leur contrôle de l'Assemblée des experts, un collège de 88 religieux chargé de nommer et éventuellement de démettre le guide suprême.

Un total de 144 candidats sont en lice mais des personnalités notables ont été disqualifiées, au premier rang desquelles l'ancien président modéré, Hassan Rohani (2013-2021).


Le président palestinien rejette catégoriquement le plan d’après-guerre du Premier ministre israélien

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, rencontre Sigrid Kaag, coordonnatrice des Nations unies pour l’aide humanitaire et la reconstruction à Gaza, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 29 février 2024. (AFP)
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, rencontre Sigrid Kaag, coordonnatrice des Nations unies pour l’aide humanitaire et la reconstruction à Gaza, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 29 février 2024. (AFP)
Short Url
  • Selon M. Abbas, le plan confirme les intentions du gouvernement israélien de recoloniser la bande de Gaza
  • Il perpétue l’occupation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est à travers des projets de construction de milliers d’unités de peuplement

LE CAIRE: Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a réitéré le «rejet palestinien catégorique» des principes du prétendu plan d’après-guerre pour Gaza annoncé par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. 

Ce dernier souhaite qu’Israël conserve son contrôle sécuritaire sur les zones palestiniennes et que la reconstruction dépende de la démilitarisation. 

Son plan, qui rassemble une série de positions israéliennes bien établies, souligne la résistance de Netanyahou à la création d’un État palestinien qu’il considère comme une menace pour la sécurité. 

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a reçu un message écrit du président Abbas qui appelle à une conférence mondiale pour adopter un plan de paix global assorti de garanties internationales et d’un calendrier pour mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens. 

Mahmoud Abbas appelle la Ligue à soutenir la candidature de la Palestine pour qu’elle devienne membre à part entière de l’ONU. 

Le message exhorte les pays qui n’ont pas encore reconnu la Palestine à le faire. 

M. Aboul Gheit a reçu l’ambassadeur Mohannad al-Aklouk, représentant de la Palestine auprès du bloc, au siège du secrétariat général. M. Al-Aklouk apportait un message de la part de M. Abbas. 

Jamal Rushdi, porte-parole du chef de la Ligue arabe, indique que le message en question inclut le rejet catégorique, de la part de la Palestine, des principes annoncés par le Premier ministre israélien dans le cadre du prétendu «plan d’après-guerre». Il comprend en outre une mise en garde sur le danger que posent ces principes – en particulier le déni de l’existence du peuple palestinien et l’insistance à imposer la souveraineté israélienne sur les territoires s’étendant de la mer Méditerranée au Jourdain. 

Selon M. Abbas, le plan confirme les intentions du gouvernement israélien de recoloniser la bande de Gaza et de perpétuer l’occupation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est à travers des projets de construction de milliers d’unités de peuplement. 

Le message avertit que l’objectif du gouvernement israélien n’est pas seulement de saper les chances d’une paix basée sur la solution à deux États, mais aussi d’intensifier le nettoyage ethnique et le déplacement des Palestiniens de la bande de Gaza, de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, précise M. Rushdi. 

Le message du président affirme également que la bande de Gaza fait partie intégrante de l’État de Palestine. 

L’Autorité palestinienne est prête à porter les responsabilités de gouvernance dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ainsi qu’à œuvrer pour rétablir la sécurité, la paix et la stabilité au sein de la région dans le cadre d’un plan de paix globale. 

Le message appelle le chef de la Ligue arabe à continuer d’œuvrer en faveur d’un cessez-le-feu, de la fourniture d’une aide humanitaire, du retour des personnes déplacées dans leurs foyers dans le nord, de la prévention de leur déplacement, et pour l’arrêt des plans et des pratiques expansionnistes d’Israël dans la bande de Gaza. 

M. Aboul Gheit a confirmé à M. Al-Aklouk qu’il continuerait de déployer les efforts nécessaires pour atteindre tous les objectifs soulignés dans le message du président – parmi lesquels un cessez-le-feu immédiat – en s’efforçant d’apporter une aide urgente et durable, tout en s’opposant de toutes ses forces au plan de déplacement. 

M. Aboul Gheit insiste sur le fait que mettre fin à la guerre demeure une priorité fondamentale pour la Ligue arabe et ses États membres. 

Il rappelle que les Palestiniens, les Arabes et le monde ont toujours rejeté le plan de déplacement. 

M. Aboul Gheit soutient que pour mettre un terme à la catastrophe humanitaire provoquée par l’agression israélienne, il faudrait à tout prix ériger un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza. 

Il affirme que les Palestiniens sont capables de se gouverner eux-mêmes. 

M. Aboul Gheit ajoute que la poursuite de l’occupation n’est plus possible et que la solution à deux États reste la seule formule capable d’assurer la sécurité, la paix et la stabilité entre Palestiniens et Israéliens dans la région et à travers le monde. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com