Face aux aléas climatiques, le Maghreb mobilise drones et high-tech

Un technicien de la startup RoboCare se prépare à faire voler un drone au-dessus d'un domaine agricole, afin de scanner les arbres depuis les airs et d'évaluer leur niveau d'hydratation, la qualité du sol et leur santé générale, afin de prévenir des dommages irréversibles, dans la région de Nabeul, au sud-ouest de Tunis, le 30 août 2023. (Photo HASNA AFP)
Un technicien de la startup RoboCare se prépare à faire voler un drone au-dessus d'un domaine agricole, afin de scanner les arbres depuis les airs et d'évaluer leur niveau d'hydratation, la qualité du sol et leur santé générale, afin de prévenir des dommages irréversibles, dans la région de Nabeul, au sud-ouest de Tunis, le 30 août 2023. (Photo HASNA AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 03 décembre 2023

Face aux aléas climatiques, le Maghreb mobilise drones et high-tech

  • «Recourir aux technologies modernes dans l'agriculture est devenu inévitable» pour réduire les coûts et les pertes de cultures, explique Imen Hbiri, 35 ans, fondatrice de RoboCare, qui emploie une dizaine de personnes
  • Les données collectées permettent à RoboCare d'analyser le niveau d'hydratation de telle ou telle parcelle, la qualité du sol et même l'état des cultures pour détecter des maladies

NABEUL, Tunisie : Dans un champ d'orangers à Nabeul, le silence est brisé par le vrombissement d'un drone. En Tunisie et ailleurs dans le Maghreb, les agriculteurs se tournent vers la high-tech pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.

Tunisie, Maroc, Algérie et Libye figurent dans le top 33 mondial des pays confrontés à un stress hydrique qui s'aggrave d'année en année, selon l'institut américain World Resources Institute.

«Recourir aux technologies modernes dans l'agriculture est devenu inévitable» pour réduire les coûts et les pertes de cultures, explique à l'AFP Imen Hbiri, 35 ans, fondatrice de RoboCare, qui emploie une dizaine de personnes.

L'engin noir en forme de V effectue des zigzags au-dessus des plants d'agrumes -- spécialité de la région de Nabeul (est) -- en scannant les 15 hectares avec des caméras et des capteurs.

Les données collectées permettent à RoboCare d'analyser le niveau d'hydratation de telle ou telle parcelle, la qualité du sol et même l'état des cultures pour détecter des maladies.

Ensuite, l'agriculteur peut intervenir avec une pulvérisation de pesticides ou un arrosage ciblé sur les plantations en souffrance.

- Vert, bleu et rouge -

En quelques clics, Imen Hbiri accède aux indicateurs d'irrigation, de végétalisation de chaque zone, et à leur état de santé, selon une gamme de couleurs (rouge, vert, bleu) plus ou moins prononcées.

«L'agriculteur peut obtenir jusqu'à 30% d'économies en eau, augmenter ses rendements de 30% et réduire ses dépenses de 20% grâce à cette technologie», souligne la Pdg de RoboCare, elle-même fille d'agriculteurs.

La Tunisie traverse sa quatrième année consécutive de sécheresse, selon le ministère de l'Agriculture. Les barrages, principale source d'approvisionnement en eau potable et pour l'irrigation, sont remplis à seulement 22% de leur capacité et 20 réservoirs sont hors d'usage faute de pluie.

Yassine Gargouri a fait appel aux services de RoboCare dans le but de réduire ses coûts, alors qu'il consacre 80% de ses dépenses à l'achat d'engrais et fertilisants.

«Nous n'avons plus les saisons d'avant où on savait exactement ce qu'il fallait faire», explique M. Gargouri en notant qu'en mai les températures sont désormais élevées et qu'en août, il peut pleuvoir favorisant les maladies, quand autrefois le temps était sec et chaud.

«Il faut s'adapter à ces bouleversements, c'est vraiment le défi de demain», ajoute-t-il.

Les drones et la high-tech sont pour lui «une étape supplémentaire», après l'arrivée de l'irrigation goutte-à-goutte il y a une vingtaine d'années face à la raréfaction des pluies. Et les nouvelles technologies permettent d'«optimiser ce qu'on met sur les feuilles comme produits phytosanitaires et donc leur coût».

Dans les pays voisins, la situation est similaire. Au Maroc, l'agriculture est un secteur clé, représentant 13% du PIB, 14% des exportations et 33% des emplois.

Mais seulement 3% des deux millions d'agriculteurs utilisent les technologies, selon Loubna El Mansouri, directrice du pôle numérique au ministère de l'Agriculture, dans un pays qui a pourtant subi en 2022 sa pire sécheresse depuis 40 ans.

- «Une grande économie d'eau» -

«Avec un drone d'irrigation, on consomme moins de 20 litres d'eau pour irriguer un hectare contre près de 300 litres» avec les techniques conventionnelles, détaille Mme El Mansouri. «Donc, il y a une grande économie d'eau».

Mû par des objectifs similaires, le ministère de l'Agriculture en Algérie entend développer l'utilisation des drones et des images satellitaires.

Les autorités préparent, selon des déclarations officielles, «une carte nationale des sites et des capacités de production» afin d'«optimiser l'utilisation des terres agricoles».

La généralisation des nouvelles technologies dans l'agriculture en Afrique du nord nécessite toutefois d'adapter le cadre juridique de ces pays et de sensibiliser les agriculteurs tout comme les administrations.

En Tunisie, Mme Hbiri espère que les autorités vont faciliter leur usage alors que «seulement 10% des agriculteurs y ont recours actuellement».

Il faudrait, selon elle, que «le côté administratif soit plus fluide», notamment pour l'octroi d'autorisations de survol par des drones qui prend souvent des mois.

En Tunisie, tout comme en Algérie et au Maroc, l'utilisation des drones est très surveillée et interdite sur certaines portions de territoire pour des raisons de sécurité.

«Nous voulons nous concentrer sur la technologie plutôt qu'investir du temps et des efforts en allées et venues dans les bureaux et les banques, ce qui freine notre développement», souligne Mme Hbiri.

 

 


Beyrouth: Amos Hochstein fait pression en faveur d’une solution diplomatique au conflit entre Israël et le Hezbollah

L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein (à droite), quitte le palais gouvernemental de Beyrouth, accompagné du responsable libanais du protocole, Lahoud Lahoud (à gauche), après sa rencontre avec le Premier ministre par intérim du Liban. (AFP).
Short Url
  • Cette visite s’inscrit dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite
  • «Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise M. Hochstein

BEYROUTH: L’envoyé spécial américain, Amos Hochstein, a déclaré lundi, lors d’une visite à Beyrouth, qu’une solution diplomatique est la clé pour mettre fin à près de cinq mois d’affrontements entre le Hezbollah et Israël, qui ont éclaté après le début de la guerre à Gaza.

M. Hochstein, conseiller principal du président, Joe Biden, a rencontré le président du Parlement libanais, Nabih Berri, le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, ainsi que plusieurs autres personnalités politiques.

Cette visite intervient dans un contexte de menaces israéliennes croissantes d’une guerre contre le Liban pour forcer le Hezbollah à battre en retraite et faire pression sur les autorités libanaises afin qu’elles appliquent les dispositions de la résolution 1 701 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée en 2006 dans le but de mettre un terme à la guerre qui a opposé Israël au Hezbollah cette année-là.

Par ailleurs, cette visite intervient au moment où on assiste à une nouvelle escalade des combats au Liban-Sud, notamment des tentatives d’incursion terrestre israélienne en territoire libanais, en plus des affrontements qui en ont résulté avec le Hezbollah.

Le Hezbollah déclare qu’«une force israélienne hostile a tenté de s’infiltrer dans la vallée de Qatamoun, en face de Rmeich, au Liban, dimanche soir, avant d’être prise pour cible au moyen de roquettes».

Une unité israélienne de la brigade Golani aurait tenté d’entrer au Liban depuis Khirbet Zarit, près de la ville libanaise de Ramia. Le Hezbollah a riposté en ciblant l’unité avec un gros engin explosif.

Dans le même temps, le Hezbollah a intensifié ses frappes contre des sites israéliens. Une attaque contre la colonie de Margaliot a fait un mort et dix blessés, dont deux grièvement. Selon le service d’ambulance israélien, un missile antichar a été tiré sur la colonie depuis le Liban. Les médias israéliens ont rapporté que les morts et les blessés étaient des travailleurs étrangers.

De plus, le Hezbollah a déclaré avoir visé, lundi matin, «la caserne de Zarit et ses environs» avec des tirs d’artillerie.

Ailleurs, l’armée israélienne aurait tiré des coups de feu en l’air à proximité d’agriculteurs travaillant sur leurs cultures près de la ville de Wazzani, dans le district de Marjayoun. Les forces israéliennes ont également ciblé les villes de Hula et de Markab, surplombant Wadi Hunayn et la colonie de Margaliot, avec des bombes au phosphore et des fumigènes. En outre, des avions militaires israéliens ont mené des raids à la périphérie de la ville de Chihine.

Amos Hochstein s’était déjà rendu à Beyrouth au mois de janvier dans le cadre des efforts américains visant à négocier un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et au Liban-Sud. Les autorités libanaises lui ont demandé de revenir en février, lors de sa visite à Tel-Aviv, mais cela n’a pas eu lieu.

Entre-temps, il n’y a pas eu de changements spectaculaires dans l’équilibre des forces militaires au Liban-Sud, malgré l’intensité croissante des affrontements et l’expansion des cibles de l’armée israélienne et du Hezbollah.

Les autorités libanaises ont déclaré qu’Israël devait pleinement mettre en œuvre les dispositions de la résolution 1 701 de l’ONU en mettant un terme aux attaques, en s’attaquant aux points frontaliers controversés, en se retirant des fermes de Chebaa et des collines de Kfarchouba occupées et en respectant les frontières internationales. Le Hezbollah affirme également que la fin des hostilités sur le front sud dépend de la fin des attaques israéliennes dans la bande de Gaza.

Lundi, M. Hochstein a noté que les tensions le long de la frontière entre Israël et le Liban s’étaient intensifiées ces dernières semaines.

«L’escalade de la violence n’est dans l’intérêt de personne et il n’existe pas de guerre limitée», déclare-t-il après sa rencontre avec M. Berri, allié du Hezbollah. «Un cessez-le-feu temporaire ne suffit pas. Une guerre limitée ne peut être maîtrisée.»

«Une trêve à Gaza ne permettrait pas automatiquement de rétablir la paix au Liban-Sud», précise-t-il, mais il «garde espoir» quant à la mise en place d’une solution diplomatique pour résoudre le conflit frontalier.

Les États-Unis «restent déterminés à promouvoir des solutions de sécurité durables, obtenues grâce à un processus diplomatique qui permettra à la fois aux résidents libanais et aux Israéliens de rentrer chez eux en toute sécurité», ajoute-t-il.

Le but de sa visite était «de trouver une solution diplomatique pour mettre fin au conflit à la frontière sud», rapporte-t-il. Il poursuit: «Notre position sur les hostilités a été cohérente et demeure claire.»

Washington «estime qu’une solution diplomatique est le seul moyen de mettre fin aux hostilités actuelles le long de la Ligne bleue et de parvenir à un accord de sécurité durable et équitable entre le Liban et Israël», soutient M. Hochstein.

«Les peuples du Liban et d’Israël ont le droit de vivre dans la paix et la prospérité. Permettez-moi de reconnaître l’unité d’une telle position à l’échelle mondiale.»

«Un élément important de tout accord inclura le soutien international au Liban, au peuple libanais et au renforcement de ses institutions militaires, civiles et économiques. Mais cela ne pourra commencer que lorsque nous pourrons définir une voie à suivre.»

«Les États-Unis continuent de travailler avec le gouvernement libanais à la recherche d’une solution diplomatique favorisant la prospérité et la sécurité», insiste Amos Hochstein.

«Ce que nous voulons, c’est une solution diplomatique, ici, à la frontière, afin d’aboutir à une cessation des hostilités. Il faut que des précautions soient prises pour que toutes les personnes déplacées des deux côtés de la ligne puissent rentrer chez elles en toute sécurité et se tourner vers l’avenir sans aucune crainte.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit un représentant français à Riyad

Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Le prince Faisal ben Farhane s’entretient avec Olivier Cadic à Riyad. (Photo fournie).
Short Url
  • Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a reçu, lundi à Riyad, Olivier Cadic, vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et président du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe.

Les dirigeants ont discuté des relations et de la coopération entre le Royaume et la France dans divers domaines. Ils se sont également concentrés sur l’actualité internationale, rapporte le ministère sur X.

Le vice-ministre saoudien des Affaires multilatérales internationales, Abdelrahmane al-Rassi, a également participé à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ahmed Aboul Gheit: refuser une aide essentielle aux Palestiniens équivaut à une condamnation à mort

Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Sigrid Kaag s’entretient avec Ahmed Aboul Gheit au Caire. (X/@arableague_gs)
Short Url
  • Sigrid Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours
  • Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza

LE CAIRE: Refuser aux Palestiniens une aide vitale équivaut à une condamnation à mort et à une punition collective, déclare le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

Il a tenu ces propos lors d’une réunion avec Sigrid Kaag, secrétaire générale adjointe de l’ONU et coordonnatrice principale de l’action humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Mme Kaag a donné un aperçu détaillé de la situation humanitaire à Gaza, à la lumière des opérations militaires israéliennes en cours sur le territoire et du blocus qui affecte plus de deux millions de Palestiniens.

Jamal Ruchdi, porte-parole de M. Aboul Gheit, précise que la discussion a porté sur la grave détérioration de la situation humanitaire au cours des dernières semaines et sur les plans proposés pour l’acheminement de l’aide.

Le chef de la Ligue arabe soutient que la communauté internationale se partage la responsabilité de la tragédie qui se déroule à Gaza en raison de l’approbation tacite accordée à Israël par certaines puissances mondiales importantes. Cette situation a permis aux autorités du pays de se livrer à des actes agressifs pendant leur guerre contre le Hamas de manière répréhensible et déshumanisante.

Sigrid Kaag a discuté avec Ahmed Aboul Gheit de plusieurs idées pour acheminer l’aide et des difficultés rencontrées pour y parvenir en raison de l’intransigeance israélienne.

Tous deux s’accordent pour dire que l’Autorité palestinienne devrait urgemment rétablir son contrôle sur la bande de Gaza pour que la reconstruction puisse commencer, affirme M. Ruchdi.

M. Aboul Gheit réitère que la priorité actuelle est de parvenir à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas, de mettre un terme à l’effusion de sang et d’éviter la famine au sein de la population palestinienne à Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com