Enquête: Les rêves brisés des Palestiniens évacuées de Gaza

La petite Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur malgré les tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur (Photo AN: Mohammed Fawzy).
La petite Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur malgré les tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Sabra Moussa comptait parmi les évacués chanceux arrivant aux Émirats arabes unis à bord d'un avion affrété par Etihad Airways pour recevoir des soins médicaux (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Sabra Moussa comptait parmi les évacués chanceux arrivant aux Émirats arabes unis à bord d'un avion affrété par Etihad Airways pour recevoir des soins médicaux (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Short Url
Publié le Mardi 05 décembre 2023

Enquête: Les rêves brisés des Palestiniens évacuées de Gaza

  • Arab News a pris part à la quatrième mission émiratie qui a quitté Abu Dhabi vendredi après-midi dans le but d'évacuer 120 enfants palestiniens
  • Malheureusement, seuls quelques patients palestiniens chanceux ont pu bénéficier de cette évacuation

ABU DHABI: Ce qui était autrefois un vol ordinaire transportant des passagers vers différentes destinations ou les ramenant chez eux pour retrouver leur famille s'est transformé en un «hôpital volant» dédié à l’assistance des Palestiniens touchés par la guerre. 

Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza dévastée afin de recevoir un traitement médical aux Émirats arabes unis.

En tant que membre de l'équipe d'Arab News, j'ai pris part à la quatrième mission émiratie qui a quitté Abu Dhabi un vendredi après-midi pour évacuer 120 enfants palestiniens blessés et des patients atteints de cancer, accompagnés de leurs proches, depuis l'aéroport international d'Al-Arich en Égypte. Ce périple difficile a duré quatorze heures. 

En classe économique, mon siège était situé à côté d'un brancard installé au-dessus de sièges pliés où des médecins se préparaient à prodiguer des soins médicaux urgents aux blessés graves.

Ce jour-là, Gaza avait subi des bombardements intenses peu après la fin du cessez-le-feu, avec des frappes aériennes touchant les environs de la frontière de Rafah, d'où seuls quelques évacués ont eu la chance de partir. 

Notre décollage d'Abu Dhabi a été retardé de près de deux heures alors que les autorités émiraties et les médecins ajustaient leurs plans en fonction des informations en provenance des autorités égyptiennes sur le terrain.

À notre arrivée à Al-Arich, au crépuscule, nous avons débarqué deux heures plus tard pour accueillir les patients, à la suite des négociations complexes avec les autorités égyptiennes portant sur les déplacements dans ce lieu hautement sécurisé. 

Le calme et le silence troublant du vaste désert sombre d'Al-Arich contrastaient fortement avec les bombardements intenses près du passage de Rafah, à seulement cinquante-cinq kilomètres de notre position, soit à un trajet de quarante-cinq minutes environ.

L'impact dévastateur de la guerre sur Gaza défilait devant nos yeux au fur et à mesure de l'arrivée des patients dans des ambulances égyptiennes.

fd
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

Les passagers présentaient des caractéristiques communes: des yeux extrêmement cernés, des silhouettes frêles et épuisées, un petit sac en plastique contenant quelques effets personnels et un regard exprimant un mélange d'émotions complexe oscillant entre soulagement, culpabilité et espoir. 

Sur le tarmac, les équipes médicales et les médecins des Émirats arabes unis ont accueilli le premier patient: un homme gravement blessé, solidement attaché sur un brancard et visiblement en proie à une douleur immense. Son transfert à bord de l'avion s’est fait via un monte-charge hydraulique après une évaluation de son état. 

C'était une scène à laquelle les heures innombrables passées quotidiennement à suivre la guerre ne m'avaient pas préparée. 

Peu après, des dizaines de patients âgés atteints de cancer, hagards et affaiblis, ont suivi en fauteuils roulants, attendant leur tour pour embarquer. 

Les médecins et le personnel du département de la santé d'Abu Dhabi les ont accueillis avec des sourires réconfortants et des tapes légères sur l'épaule. Ils ont expliqué par la suite que ces patients n'avaient eu aucun accès à des analgésiques, à une alimentation adéquate ou à de l'eau depuis le début de la guerre, le 7 octobre. 

ds
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

«La première mesure que nous avons prise avec certains cas se résumait à les hydrater et à leur administrer des analgésiques pour soulager immédiatement la douleur. Nous recevons de nombreux patients qui ont enduré des semaines de souffrance», a partagé Sabrine Tawalbé, responsable des soins infirmiers jordanienne. 

Ce vol a accueilli peu de blessures traumatiques liées à la guerre, car la majorité des patients adultes et jeunes atteints de cancer ont embarqué sans assistance, esquissant occasionnellement un sourire de soulagement et nous remerciant alors qu'ils passaient dans les couloirs de l’avion. 

«Aussi soulagé que je sois de quitter l'horreur indescriptible à Gaza, je ne peux pas m'imaginer manger, boire ou dormir sans penser à ma famille restée derrière», a confié Abdelrahman Hussam Ziada, 31 ans, qui accompagnait sa mère atteinte de cancer. La guerre, qu'il qualifie d'«enfer d'un film d'horreur», a déjà décimé 50 membres de sa famille et réduit à néant le lieu où ils vivaient. Il ignore s'il reverra un jour ses neuf frères et sœurs, leurs enfants et ses autres proches. 

«C'est la première fois que je prends l’avion. Je n'ai voyagé que dans mes rêves. À Gaza, nous ne pouvons pas rêver. Nous construisions nos maisons avant qu'elles ne soient à nouveau détruites. Nos rêves finissaient toujours par être brisés.» 

Après avoir miraculeusement quitté Gaza, Ziada a avoué ne pas croire qu'il soit encore en vie.

Une passagère, Amna Hachem Saïd, s'est effondrée en évoquant les derniers moments passés avec sa fille unique qui n'a pas pu l'accompagner après s'être vu refuser l'entrée au passage de Rafah.

fd
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

«Je suis condamnée à mourir ici, maman», répéta Saïd, reprenant la phrase de sa fille alors que la ville en arrière-plan s'effondrait. Le mari de Saïd a été victime d'un accident vasculaire cérébral il y a quelques mois et n’a toujours pas pu recevoir les soins nécessaires. 

«Je ne sais pas si je les reverrai un jour.»

Choqués et traumatisés, des adolescents qui accompagnaient des membres âgés malades de leur famille ou qui cherchaient eux-mêmes à se faire soigner, parcouraient les couloirs de l'avion comme s'ils portaient le poids du monde sur leurs épaules.

Quelques enfants, trop jeunes pour prendre la mesure de ce qui se passait, jouaient avec joie ou se tortillaient de douleur.

Installée au premier rang de l'avion, Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur, malgré tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur. Atteinte de leucémie, Karma a eu une fièvre qui a touché un nerf de son visage, après que son cas n’a pas pu être pris en charge en raison de l'effondrement des hôpitaux dans la bande de Gaza.

Il a fallu près de six heures pour embarquer soigneusement tous les patients et veiller à leurs besoins avant de procéder au décompte final et que l’avion ne décolle vers Abu Dhabi.

«Si l'évacuation avait duré plus longtemps et que le nombre maximum d'heures autorisé pour l'équipage de cabine par quart de travail avait été dépassé, une escale au Caire aurait été nécessaire pour effectuer un changement d'équipage», explique Joe Coughlan, chef de l’équipe médicale à bord.

Le silence s'est rapidement installé pendant le vol vers Abu Dhabi après que les passagers ont pris leur premier repas complet et se sont reposés pour la première fois depuis deux mois.

Avec des yeux rêveurs et un sourire innocent, Mohammed, âgé de deux ans et n'ayant pour compagnie que sa grand-mère malade à bord, est venu s'installer sur mes genoux et a joué sur le petit écran de l’avion pendant des heures avant de s'endormir paisiblement.

Il était déconcertant d'imaginer que des milliers d'enfants comme lui iraient se coucher sans la certitude de se réveiller le lendemain.

En compagnie de mes collègues journalistes, j'ai quitté l'avion qui a atterri à Abu Dhabi à 5 heures du matin le jour suivant, conscient que les images télévisées de la guerre allaient désormais avoir un effet plus profond.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un sommet et une exposition sur le divertissement et les loisirs à Riyad vont réunir les leaders mondiaux de l’industrie

SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
SEA, SLS Expo 2024 sera une vitrine de l'innovation réunissant les chefs de file mondiaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Le Saudi Entertainment and Amusement Summit and Expo (SEA) vise à mettre en valeur les projets de divertissement et de loisirs du Royaume
  • La Saudi Light and Sound Expo (SLS) se concentrera sur le tourisme, avec l’organisation d’ événements qui attirent la génération Z et approfondissent le potentiel de la technologie

RIYAD: Le Saudi Entertainment and Amusement Summit and Expo (SEA) devrait se tenir à nouveau à Riyad du 7 au 9 mai, avec des exposants du monde entier présentant les dernières innovations du secteur.

Organisée par dmg events, SEA 2024 se déroulera parallèlement à la Saudi Light and Sound Expo (SLS), et se tiendra au Riyadh Front Exhibition and Conference Center.

Cet événement présentera l'innovation et les nouvelles tendances, réunissant des experts mondiaux et des chefs de file du secteur.

Lors d'une récente réunion du conseil consultatif à Riyad, les membres ont défini les tendances clés pour 2024 qui seront utilisées pour constituer l'ordre du jour de l'Expo SEA. Celles-ci comprennent l’étude de stratégies mondiales d’investissement, la vision du marché de la nouvelle génération, l’autonomisation de la main-d’œuvre saoudienne, l’adoption du divertissement vert et l’examen de la crypto technologie.

L’évolution des personnes talentueuses de la prochaine génération s’est avérée être une priorité, tout en reconnaissant le potentiel du secteur à contribuer à hauteur de plus de 23 milliards de dollars (3 %) au produit intérieur brut du Royaume d’ici à 2030, en créant au moins 100 000 emplois.

Doug Stagner, membre du conseil consultatif et directeur général des attractions de Saudi Entertainment Ventures, a indiqué que «ce qui se passe en Arabie saoudite n’a jamais été fait auparavant dans le secteur des attractions. Il y a des parcs d’attractions et des manèges révolutionnaires qui n'ont jamais été construits auparavant, et de nouveaux concepts et idées naîtront en Arabie saoudite, notamment à partir des discussions lors de l'Expo de cette année, qui se retrouveront dans d'autres parties du monde. Ce qui se passe ici a un impact très important, qui s’étend au-delà des frontières de l’Arabie saoudite.»

L'Expo SEA 2024 vise à mettre l’accent sur les projets de divertissement et de loisirs du Royaume, et à créer des opportunités dans le secteur pour conduire le pays vers la réalisation de ses objectifs dans le cadre de la Vision 2030.

Avec des centaines de marques internationales et locales de plus de 40 pays, SEA Expo servira de plate-forme pour présenter les produits nouveaux et innovants de ses 350 exposants.

Les responsables du conseil consultatif ont indiqué que la SLS Expo 2024 se concentrerait sur le tourisme, en organisant des événements qui attirent la génération Z, et en approfondissant le potentiel de la technologie.

Le Sommet SLS, point central de l'Expo, se penchera sur l'impact du tourisme sur le domaine du divertissement et de l'événementiel, en examinant la façon dont l'afflux de visiteurs mondiaux redéfinit le secteur et stimule l'innovation.

«Nous assistons à une croissance exponentielle dans le secteur du divertissement et de l’événementiel dans le Royaume, et cela entraîne une demande pour les dernières technologies, associée à une soif de comprendre l'évolution de la dynamique du marché dans le paysage professionnel de la lumière et du son à travers le pays», a précisé Sarkis Kahwajian, directeur de portefeuille à dmg event.

«Cette année, la SLS Expo ouvrira la voie aux innovateurs, aux fabricants et aux professionnels de l'éclairage et du son, dans la mesure où ils attirent des clients potentiels, tissent de nouveaux liens, et conduisent à une ère nouvelle dans notre secteur», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Gaza: Netanyahu propose son premier plan «d'après-guerre»

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Photo, AFP).
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée israélienne «exercera un contrôle sécuritaire sur toute la zone à l'ouest de la Jordanie, y compris la bande de Gaza»
  • L'annonce de ce plan intervient alors que les pourparlers s’intensifient pour une trêve de plusieurs semaines dans les affrontements à Gaza

JÉRUSALEM: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a proposé son premier plan pour "l'après-guerre" avec le Hamas prévoyant notamment le maintien du "contrôle sécuritaire" d'Israël en Cisjordanie occupée et à Gaza, une éventualité aussitôt rejetée par l'Autorité palestinienne.

Le document en plusieurs points, que M. Netanyahu a soumis jeudi soir au cabinet de sécurité du gouvernement et que l'AFP a pu consulter vendredi, rappelle en préambule les objectifs de l'armée à Gaza: démantèlement du Hamas et du Jihad islamique et libération de tous les otages encore retenus.

L'armée israélienne "exercera un contrôle sécuritaire sur toute la zone à l'ouest de la Jordanie, y compris la bande de Gaza" et ce "pour empêcher le renforcement sur place des éléments terroristes" et endiguer "les menaces contre Israël", souligne le document. Israël conservera "sa liberté d'action opérationnelle dans toute la bande de Gaza, sans limite de temps", poursuit le document.

A la frontière stratégique entre l'Egypte et le sud de la bande de Gaza, où le Hamas avait creusé depuis plus d'une décennie des tunnels pour la contrebande d'armes, Israël "maintiendra un bouclage" en "coopération avec l'Egypte et avec l'aide des Etats-Unis" afin d'éviter un ré-armement des factions palestiniennes sur place, précise le document.

Parmi les autres dispositions, la "démilitarisation complète de Gaza (...) au-delà de ce qui est nécessaire pour les besoins du maintien de l'ordre", ainsi que "la déradicalisation dans toutes les institutions religieuses, éducatives et sociales de Gaza".

«Perpétuer l'occupation»

A l'instar du projet présenté début janvier par son ministre de la Défense Yoav Gallant, le plan Netanyahu prévoit que l'administration de bande de Gaza soit confiée à des "fonctionnaires locaux ayant une expérience administrative" et qui ne sont "pas liés à des pays ou à des entités qui soutiennent le terrorisme".

Le projet ne mentionne pas l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, rival des islamistes du Hamas et qui siège en Cisjordanie occupée, sans toutefois explicitement exclure sa participation à la gestion de Gaza. Surtout, le plan ne prévoit pas la création d'un Etat de Palestine indépendant, une perspective à nouveau prônée par Washington, Londres et Paris.

"Les plans proposés par M. Netanyahu visent à perpétuer l'occupation israélienne des territoires palestiniens et à empêcher la création d'un État palestinien", a réagi vendredi Nabil Abou Rudeinah, porte-parole de Mahmoud Abbas,

Seul un plan reconnaissant Gaza comme une partie intégrante d'"un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale sera acceptable. Tout projet contraire est voué à l'échec. Israël ne réussira pas à modifier la réalité géographique et démographique de la bande de Gaza", a-t-il indiqué dans un communiqué.

L'annonce de ce plan intervient alors que les pourparlers s’intensifient pour une trêve de plusieurs semaines dans les affrontements à Gaza et la libération des quelque 130 otages toujours entre les mains du Hamas.

Une délégation israélienne menée par le chef du Mossad, les services de renseignement extérieurs, est d'ailleurs arrivée vendredi à Paris, théâtre récent de pourparlers à ce propos, afin de favoriser un accord.

L'Unrwa dans la mire 

En outre, le plan Netanyahu prévoit le démantèlement de l'agence des Nations unies pour le soutien des réfugiés palestiniens (Unrwa), dont plusieurs employés ont été accusés par Israël d'avoir participé à l'attaque du Hamas du 7 octobre sur le sol israélien, qui a entraîné la mort d'environ 1.160 personnes, pour la plupart des civils. L'offensive israélienne menée en représailles a tué jusqu'ici plus de 29.500 personnes, en majorité des civils, à Gaza.

L'ONU a licencié les employés accusés par Israël et entamé une enquête interne sur l'Unrwa. Plusieurs pays ont suspendu leur financement à l'agence.

Le chef de l'Unrwa, Philippe Lazzarini avait souligné jeudi que l'agence, principale source d'aide au civils à Gaza, a atteint un "point de rupture" avec les appels répétés d'Israël à son démantèlement et le gel des financements de donateurs face à des besoins humanitaires.

"Je crains que nous soyons au bord d'une catastrophe monumentale avec des graves implications pour la paix, la sécurité et les droits humains dans la région", a-t-il ajouté.


L'Irak inaugure une importante raffinerie de pétrole dans le nord

Le Premier ministre Mohamed Shia al-Sudani lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de la réouverture de la raffinerie de pétrole du Nord à Baiji, au nord de Bagdad (Photo, AFP).
Le Premier ministre Mohamed Shia al-Sudani lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de la réouverture de la raffinerie de pétrole du Nord à Baiji, au nord de Bagdad (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette unité de raffinement, dotée d'une capacité de traitement de 150 000 barils par jour (bpj), avait été réduite à un tas de ruines
  • Ravagé par des décennies de conflits ayant mis à genoux ses infrastructures, l'Irak importe environ la moitié de ses besoins en carburants

BAGDAD: Le Premier ministre irakien a inauguré vendredi une importante raffinerie de pétrole à Baïji dans le nord du pays riche en hydrocarbures, nouveau projet devant permettre au gouvernement de réduire sa dépendance aux importations de carburants.

Cette unité de raffinement, dotée d'une capacité de traitement de 150.000 barils par jour (bpj), avait été réduite à un tas de ruines lors des combats ayant opposé les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) aux forces de sécurité irakiennes entre juin 2014 et octobre 2015, et qui s'étaient soldés par l'éviction du groupe jihadiste hors de Baïji.

Saluant un "projet vital", le Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani a assuré vendredi que la raffinerie était un pas de plus vers l'auto-suffisance, et devait aider le pays à "cesser toute importation de dérivés pétroliers", un objectif que les autorités espèrent atteindre d'ici mi-2025, via le lancement d'infrastructures supplémentaires.

"Malheureusement, l'Irak qui est connu pour ses richesses pétrolières et produit quatre millions de barils par jour, importe des dérivés pétroliers", a rappelé le chef du gouvernement, lors d'une cérémonie d'inauguration diffusée à la télévision publique.

Ancienne vitrine industrielle 

Ravagé par des décennies de conflits ayant mis à genoux ses infrastructures, l'Irak importe environ la moitié de ses besoins en carburants, essence et autres dérivés pétroliers, selon les autorités.

Baïji et sa région, à 200 km au nord de Bagdad, fut un temps la vitrine industrielle de l'Irak, avec plusieurs raffineries et centrales thermiques ainsi qu'un noeud ferroviaire et un carrefour d'oléoducs. La ville a ensuite connu d'importants pillages et Baïji a été déclarée zone sinistrée par le Parlement en 2016.

Le complexe, construit en 1975, pouvait raffiner avant la guerre entre 250.000 barils et 300.000 quotidiennement.

Aujourd'hui, après l'inauguration de vendredi, "la capacité de raffinement effective" du complexe est de 250.000 bpj par jour, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère du Pétrole Assem Jihad, rappelant que ces dernières années deux unités de traitement avaient déjà été remises en service.

Par ailleurs "les raffineries du sud ont été développées avec l'ajout de nouvelles unités, et elles ont atteint une capacité de raffinement de 280.000 bpj", a-t-il ajouté, en allusion aux raffineries de Bassora.

En avril 2023, les autorités ont inauguré une raffinerie à Kerbala (centre), qui à terme doit atteindre une capacité de traitement de 140.000 bpj.

L'Irak est le deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avec près de 4 millions de barils par jour (bpj). L'or noir représente 90% de ses revenus.