Enquête: Les rêves brisés des Palestiniens évacuées de Gaza

La petite Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur malgré les tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur (Photo AN: Mohammed Fawzy).
La petite Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur malgré les tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Sabra Moussa comptait parmi les évacués chanceux arrivant aux Émirats arabes unis à bord d'un avion affrété par Etihad Airways pour recevoir des soins médicaux (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Sabra Moussa comptait parmi les évacués chanceux arrivant aux Émirats arabes unis à bord d'un avion affrété par Etihad Airways pour recevoir des soins médicaux (Photo AN: Mohammed Fawzy).
Short Url
Publié le Mardi 05 décembre 2023

Enquête: Les rêves brisés des Palestiniens évacuées de Gaza

  • Arab News a pris part à la quatrième mission émiratie qui a quitté Abu Dhabi vendredi après-midi dans le but d'évacuer 120 enfants palestiniens
  • Malheureusement, seuls quelques patients palestiniens chanceux ont pu bénéficier de cette évacuation

ABU DHABI: Ce qui était autrefois un vol ordinaire transportant des passagers vers différentes destinations ou les ramenant chez eux pour retrouver leur famille s'est transformé en un «hôpital volant» dédié à l’assistance des Palestiniens touchés par la guerre. 

Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza dévastée afin de recevoir un traitement médical aux Émirats arabes unis.

En tant que membre de l'équipe d'Arab News, j'ai pris part à la quatrième mission émiratie qui a quitté Abu Dhabi un vendredi après-midi pour évacuer 120 enfants palestiniens blessés et des patients atteints de cancer, accompagnés de leurs proches, depuis l'aéroport international d'Al-Arich en Égypte. Ce périple difficile a duré quatorze heures. 

En classe économique, mon siège était situé à côté d'un brancard installé au-dessus de sièges pliés où des médecins se préparaient à prodiguer des soins médicaux urgents aux blessés graves.

Ce jour-là, Gaza avait subi des bombardements intenses peu après la fin du cessez-le-feu, avec des frappes aériennes touchant les environs de la frontière de Rafah, d'où seuls quelques évacués ont eu la chance de partir. 

Notre décollage d'Abu Dhabi a été retardé de près de deux heures alors que les autorités émiraties et les médecins ajustaient leurs plans en fonction des informations en provenance des autorités égyptiennes sur le terrain.

À notre arrivée à Al-Arich, au crépuscule, nous avons débarqué deux heures plus tard pour accueillir les patients, à la suite des négociations complexes avec les autorités égyptiennes portant sur les déplacements dans ce lieu hautement sécurisé. 

Le calme et le silence troublant du vaste désert sombre d'Al-Arich contrastaient fortement avec les bombardements intenses près du passage de Rafah, à seulement cinquante-cinq kilomètres de notre position, soit à un trajet de quarante-cinq minutes environ.

L'impact dévastateur de la guerre sur Gaza défilait devant nos yeux au fur et à mesure de l'arrivée des patients dans des ambulances égyptiennes.

fd
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

Les passagers présentaient des caractéristiques communes: des yeux extrêmement cernés, des silhouettes frêles et épuisées, un petit sac en plastique contenant quelques effets personnels et un regard exprimant un mélange d'émotions complexe oscillant entre soulagement, culpabilité et espoir. 

Sur le tarmac, les équipes médicales et les médecins des Émirats arabes unis ont accueilli le premier patient: un homme gravement blessé, solidement attaché sur un brancard et visiblement en proie à une douleur immense. Son transfert à bord de l'avion s’est fait via un monte-charge hydraulique après une évaluation de son état. 

C'était une scène à laquelle les heures innombrables passées quotidiennement à suivre la guerre ne m'avaient pas préparée. 

Peu après, des dizaines de patients âgés atteints de cancer, hagards et affaiblis, ont suivi en fauteuils roulants, attendant leur tour pour embarquer. 

Les médecins et le personnel du département de la santé d'Abu Dhabi les ont accueillis avec des sourires réconfortants et des tapes légères sur l'épaule. Ils ont expliqué par la suite que ces patients n'avaient eu aucun accès à des analgésiques, à une alimentation adéquate ou à de l'eau depuis le début de la guerre, le 7 octobre. 

ds
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

«La première mesure que nous avons prise avec certains cas se résumait à les hydrater et à leur administrer des analgésiques pour soulager immédiatement la douleur. Nous recevons de nombreux patients qui ont enduré des semaines de souffrance», a partagé Sabrine Tawalbé, responsable des soins infirmiers jordanienne. 

Ce vol a accueilli peu de blessures traumatiques liées à la guerre, car la majorité des patients adultes et jeunes atteints de cancer ont embarqué sans assistance, esquissant occasionnellement un sourire de soulagement et nous remerciant alors qu'ils passaient dans les couloirs de l’avion. 

«Aussi soulagé que je sois de quitter l'horreur indescriptible à Gaza, je ne peux pas m'imaginer manger, boire ou dormir sans penser à ma famille restée derrière», a confié Abdelrahman Hussam Ziada, 31 ans, qui accompagnait sa mère atteinte de cancer. La guerre, qu'il qualifie d'«enfer d'un film d'horreur», a déjà décimé 50 membres de sa famille et réduit à néant le lieu où ils vivaient. Il ignore s'il reverra un jour ses neuf frères et sœurs, leurs enfants et ses autres proches. 

«C'est la première fois que je prends l’avion. Je n'ai voyagé que dans mes rêves. À Gaza, nous ne pouvons pas rêver. Nous construisions nos maisons avant qu'elles ne soient à nouveau détruites. Nos rêves finissaient toujours par être brisés.» 

Après avoir miraculeusement quitté Gaza, Ziada a avoué ne pas croire qu'il soit encore en vie.

Une passagère, Amna Hachem Saïd, s'est effondrée en évoquant les derniers moments passés avec sa fille unique qui n'a pas pu l'accompagner après s'être vu refuser l'entrée au passage de Rafah.

fd
Les sièges confortables du Boeing 777 d'Etihad Airways servent désormais de lits de fortune pour des patients âgés atteints de cancer, évacués de la bande de Gaza (Photo, AN).

«Je suis condamnée à mourir ici, maman», répéta Saïd, reprenant la phrase de sa fille alors que la ville en arrière-plan s'effondrait. Le mari de Saïd a été victime d'un accident vasculaire cérébral il y a quelques mois et n’a toujours pas pu recevoir les soins nécessaires. 

«Je ne sais pas si je les reverrai un jour.»

Choqués et traumatisés, des adolescents qui accompagnaient des membres âgés malades de leur famille ou qui cherchaient eux-mêmes à se faire soigner, parcouraient les couloirs de l'avion comme s'ils portaient le poids du monde sur leurs épaules.

Quelques enfants, trop jeunes pour prendre la mesure de ce qui se passait, jouaient avec joie ou se tortillaient de douleur.

Installée au premier rang de l'avion, Karma al-Khatib, âgée de trois ans, ne parvenait pas à oublier sa douleur, malgré tentatives de sa mère Douaa Abou Rahma et d'un membre de l’équipage pour la distraire avec un livre de coloriage et des crayons de couleur. Atteinte de leucémie, Karma a eu une fièvre qui a touché un nerf de son visage, après que son cas n’a pas pu être pris en charge en raison de l'effondrement des hôpitaux dans la bande de Gaza.

Il a fallu près de six heures pour embarquer soigneusement tous les patients et veiller à leurs besoins avant de procéder au décompte final et que l’avion ne décolle vers Abu Dhabi.

«Si l'évacuation avait duré plus longtemps et que le nombre maximum d'heures autorisé pour l'équipage de cabine par quart de travail avait été dépassé, une escale au Caire aurait été nécessaire pour effectuer un changement d'équipage», explique Joe Coughlan, chef de l’équipe médicale à bord.

Le silence s'est rapidement installé pendant le vol vers Abu Dhabi après que les passagers ont pris leur premier repas complet et se sont reposés pour la première fois depuis deux mois.

Avec des yeux rêveurs et un sourire innocent, Mohammed, âgé de deux ans et n'ayant pour compagnie que sa grand-mère malade à bord, est venu s'installer sur mes genoux et a joué sur le petit écran de l’avion pendant des heures avant de s'endormir paisiblement.

Il était déconcertant d'imaginer que des milliers d'enfants comme lui iraient se coucher sans la certitude de se réveiller le lendemain.

En compagnie de mes collègues journalistes, j'ai quitté l'avion qui a atterri à Abu Dhabi à 5 heures du matin le jour suivant, conscient que les images télévisées de la guerre allaient désormais avoir un effet plus profond.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministre saoudien des Affaires étrangères se rend au Pakistan pour renforcer les liens économiques

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal préside une délégation de haut niveau chargée de se concerter sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre
  • Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan

ISLAMABAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. Les médias locaux ont largement diffusé des images de son accueil par le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Ishaq Dar.

La visite du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient un peu plus d’une semaine après l’entretien du prince héritier, Mohammed ben Salmane, avec le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif à La Mecque. Cette visite réaffirme l’engagement du Royaume à mettre en œuvre rapidement un programme d’investissement d’une valeur de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) qui avait été discuté précédemment.

À son arrivée à la base aérienne de Nur Khan, dans la ville de garnison de Rawalpindi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui préside une délégation de haut niveau comprenant plusieurs ministres de premier plan, a été accueilli par les responsables pakistanais.

«Une semaine après la visite du Premier ministre, Shehbaz Sharif, en Arabie saoudite (du 6 au 8 avril), une délégation saoudienne de haut niveau se rendra au Pakistan», annonce le ministère pakistanais de l’Information dans un communiqué.

«La délégation saoudienne se concertera sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre», ajoute le communiqué, précisant que l’investissement prévu par l’Arabie saoudite dans le projet d’exploitation minière d’or et de cuivre de Reko Diq sera également discuté au cours de la visite.

Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays. Il s’agit de l’une des plus grandes régions inexploitées en matière de cuivre et d’or au monde.

De même, Riyad souhaite investir dans l’agriculture, le commerce, l’énergie, les minéraux, les technologies de l’information, les transports et d’autres secteurs au Pakistan, selon le communiqué.

«Grâce à cette visite, la capacité d’exportation du Pakistan augmentera, des entreprises communes seront créées et de nouvelles possibilités se présenteront.»

La semaine dernière, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a indiqué que la délégation saoudienne serait composée du ministre des Affaires étrangères, du ministre de l’Eau et de l’Agriculture, du ministre de l’Industrie et des Ressources minérales, du vice-ministre de l’Investissement, ainsi que de hauts responsables du ministère saoudien de l’Énergie.

La délégation saoudienne devrait se réunir avec le président pakistanais, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et d’autres ministres, ainsi qu’avec le chef de l’armée et les membres du comité supérieur du Conseil spécial de facilitation des investissements du Pakistan, créé l’année dernière pour superviser l’ensemble des financements étrangers.

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com