Israël-Hamas: Macron hausse le ton sur «l'objectif» de guerre israélien

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse lors du sommet climatique des Nations Unies COP28 à Dubaï (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse lors du sommet climatique des Nations Unies COP28 à Dubaï (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 03 décembre 2023

Israël-Hamas: Macron hausse le ton sur «l'objectif» de guerre israélien

  • Son déplacement dans le Golfe a coïncidé avec la reprise des hostilités, dont les deux camps s'imputent mutuellement la responsabilité
  • L'armée israélienne a affirmé avoir procédé à plus de 400 frappes contre la bande de Gaza depuis vendredi, tandis que le Hamas a annoncé avoir tiré des «déluges de roquettes» vers Israël

DOHA: Emmanuel Macron a haussé le ton samedi avec une vigueur inédite à l'égard de la stratégie israélienne, interrogeant, de Dubaï, "l'objectif" de "destruction totale du Hamas" et appelant à "redoubler d'efforts pour parvenir à un cessez-le feu-durable".

Alors que le président français espérait s'appuyer sur la "dynamique" de la trêve entre Israël et le mouvement islamiste palestinien pour promouvoir ses positions et esquisser "le jour d'après" la guerre, son déplacement dans le Golfe a coïncidé avec la reprise des hostilités, dont les deux camps s'imputent mutuellement la responsabilité.

L'armée israélienne a affirmé avoir procédé à plus de 400 frappes contre la bande de Gaza depuis vendredi, tandis que le Hamas a annoncé avoir tiré des "déluges de roquettes" vers Israël.

Après deux jours d'entretiens à la COP28 sur le climat dans ce contexte lourd, Emmanuel Macron a dîné samedi soir au Qatar avec cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, l'émir de ce pays au coeur des négociations pour la trêve et la libération des otages encore détenus par le Hamas, au nombre desquels figurent potentiellement quatre Français.

Mais son escale de cinq heures à Doha a suivi de peu le départ des négociateurs israéliens, Israël invoquant "l'impasse" dans les discussions.

Une nouvelle difficulté dans ce déplacement qui illustre une fois de plus la complexité, pour le chef de l'Etat français, à trouver comment peser dans cette crise internationale majeure.

«Ressentiment»

Dans son allocution après l'attaque d'une violence inédite menée le 7 octobre par le Hamas sur le sol israélien, qui a fait 1.200 morts selon Israël, il avait lui-même défendu le droit de ce pays à "éliminer" le mouvement islamiste palestinien mais à condition de préserver les civils.

A présent, tandis que les représailles israéliennes à Gaza ont fait selon le gouvernement du Hamas plus de 15.000 morts, il met ouvertement en doute "l'objectif" de guerre actuel d'Israël.

"La destruction totale du Hamas", voulue par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, "est-ce que quelqu'un pense que c'est possible?", a lancé Emmanuel Macron devant la presse à Dubaï. "Si c'est ça", l'objectif, "la guerre durera dix ans", a-t-il prévenu, appelant les autorités d'Israël à le "préciser".

"La bonne réponse contre un groupe terroriste n'est pas de supprimer l'intégralité d'un territoire ou de bombarder l'intégralité des capacités civiles", a-t-il insisté, estimant que la "sécurité durable" d'Israël ne pourra être garantie si elle "se fait au prix des vies palestiniennes, et donc du ressentiment de toutes les opinions publiques dans la région".

Est-ce la teneur de ses entretiens en marge du sommet de l'ONU sur le climat, avec le président israélien Isaac Herzog et plusieurs dirigeants arabes, qui l'a poussé à durcir le ton comme jamais depuis le 7 octobre ?

Une tournée plus vaste au Moyen-Orient avait un temps été envisagée. Au final, la présence de nombreux acteurs de la scène internationale à la COP a convaincu l'Elysée d'en faire un rendez-vous climatico-diplomatique d'envergure.

Mais l'ambition initiale a été en partie contrariée.

Une rencontre espérée de plusieurs dirigeants arabes réunis simultanément autour du président français, qui aurait pu décupler son message, n'a pas pu avoir lieu.

Quant à Benjamin Netanyahu et au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ils n'étaient pas à Dubaï et aucune étape en Israël ou à Ramallah n'est au programme.

Stratégie brouillée

"La France, Macron, n'arrivent pas à véritablement trouver leur place dans cette crise", estime Agnès Levallois, de l'Institut de recherche et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient.

Selon elle, le président a perdu un peu de son crédit en lançant fin octobre à Jérusalem, sans avoir préparé le terrain, l'idée d'enrôler les pays arabes dans une coalition internationale contre le Hamas. Puis, après avoir été critiqué pour une prise de position trop nette en faveur d'Israël, son appel à "arrêter" de bombarder des civils a pu tendre ses relations avec le chef du gouvernement israélien.

Une recherche d'équilibre "au gré des réactions" qui brouille sa stratégie, déplore la chercheuse.

Outre les mises en garde sur les opérations israéliennes, la France recherche aussi la formule pour renforcer une Autorité palestinienne vacillante afin qu'elle puisse, le moment venu, assumer le contrôle de Gaza.

Mais, dans les deux cas, les moyens de pression font défaut. Quant à la solution à deux Etats défendue avec ténacité par Paris, nul ne connaît vraiment la voie pour y parvenir.

"Tout seul, Emmanuel Macron ne peut pas y arriver", note Agnès Levallois. "En revanche, l'Europe dispose de leviers. On a une vraie carte européenne à jouer", ajoute-t-elle, regrettant qu'elle soit pour le moment inexistante.


Devant le Panthéon, hommage au résistant apatride Manouchian et colère contre Marine Le Pen

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de l'hommage national au combattant de la résistance communiste arménienne et à ses camarades au Panthéon, à Paris, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de l'hommage national au combattant de la résistance communiste arménienne et à ses camarades au Panthéon, à Paris, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • En dépit des réserves exprimées par Emmanuel Macron et l'indignation du comité de soutien à cette panthéonisation, la cheffe de file des députés RN Marine Le Pen a assisté à la cérémonie
  • Lentement et solennellement, des soldats de la Légion étrangères ont avancé vers le Panthéon avec les cercueils de Missak et de son épouse Mélinée, couverts de drapeaux tricolores

PARIS: "Un étranger qui a donné sa vie pour la France": des anonymes ont célébré mercredi le résistant apatride d'origine arménienne Missak Manouchian qui entre au Panthéon en dénonçant la présence de Marine Le Pen, "héritière politique", selon eux, de ceux qui l'ont torturé et fusillé.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sous une pluie battante pour assister à la "panthéonisation" de Missak Manouchian, fusillé il y a 80 ans jour pour jour. Un hommage national hautement symbolique en plein débat sur l'immigration et le repli identitaire d'une partie de la société.

Lentement et solennellement, des soldats de la Légion étrangères ont avancé vers le Panthéon avec les cercueils de Missak et de son épouse Mélinée, couverts de drapeaux tricolores.

Le coeur de l'armée française entonnait "Le chant des partisans", l'hymne de la Résistance. Emus, plusieurs personnes debout aux abords du Panthéon, chantaient avec eux au passage du cortège.

Les 24 noms des résistants étrangers - Manouchian et 23 de ses compagnons d'armes - ont été lus par ordre alphabétique, suivis de la mention "mort pour la France", prononcés par les élèves du lycée militaire d’Autun, médaillé de la Résistance française, au même titre que plusieurs personnes venues assister à la cérémonie.

«Honte qu'elle soit là»

Fusillé par les nazis au mont Valérien à l'âge de 37 ans, Missak Manouchian, "a versé son sang pour un pays qui n'était pas le sien", souligne Charles Lagier, 22 ans, étudiant en économie qui se félicite de cet hommage à "un immigré dans un contexte politique particulier".

Pour lui, "cela pose aussi la question de la présence du Rassemblement national" (RN), "parti politique aux antipodes des idées et des valeurs que défendaient ou incarnaient Manouchian".

En dépit des réserves exprimées par Emmanuel Macron et l'indignation du comité de soutien à cette panthéonisation, la cheffe de file des députés RN Marine Le Pen a assisté à la cérémonie.

"C'est une véritable honte qu'elle soit là", s'insurge Augris Carmen, 82 ans, dont le père était résistant. "Je suis là parce que Manouchian est un personnage extraordinaire. Un étranger qui donne sa vie pour la France, c'est tout un symbole, surtout actuellement", poursuit-elle abritée au bas d'un immeuble pour éviter la pluie.

Pour Ronan Farnos, 23 ans, étudiant en histoire, "c'est important de venir lui rendre hommage dans le cadre de tout ce qui se passe aux quatre coins du monde. Manouchian s'est engagé très tôt contre le fascisme, et là où l'extrême droite revient, c'est un symbole".

Et de renvoyer aux origines du Front national, dont une partie des fondateurs était "collaborationniste" : "Manouchian a été torturé par des policiers français, par des vichystes. Marine Le Pen est l'héritière politique et même quasi familiale de ceux qui l'ont combattu, donc oui, ça me gêne", ajoute-t-il. "Manouchian était plus français par ses actions que par une simple carte d'identité."

"Je viens rendre hommage à un grand monsieur de la Résistance, venu d'un pays étranger (...) C'est un exemple de ce que notre pays devrait être: ouvert sur le monde, avec des valeurs universelles, partagées", dit Philippe Le Blevennec, un retraité de 62 ans.

Pour Emma Pekmezian, étudiante en économie de 19 ans, il est important qu'il s'agisse d'un premier résistant étranger et communiste à entrer au Panthéon dans un contexte "où les étrangers sont rejetés un peu par les politiciens".

"C'est extrêmement surprenant de voir Marine Le Pen conviée à cette cérémonie. On connaît bien l'histoire de son parti politique. On ne comprend pas trop quel message elle vient apporter aux gens", conclut-elle.


Navalny «influencera l'histoire», assure à Paris sa principale avocate

La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, s'exprime lors d'une conférence de l'opposition russe à Paris le 21 février 2024 (Photo, AFP).
La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, s'exprime lors d'une conférence de l'opposition russe à Paris le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Mme Mikhail a défendu le principal opposant au président Vladimir Poutine pendant 16 ans dans les multiples procédures judiciaires lancées contre lui
  • L'équipe de défense de M. Navalny est désormais dans le collimateurs des autorités russes

PARIS: La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, a déclaré mercredi que, même mort, il "influencerait le cours de l'histoire", alors qu'elle rendait à Paris hommage à l'opposant russe mort le 16 février.

Mme Mikhailova, figure majeure de l'équipe de juristes aux côtés de M. Navalny, a défendu le principal opposant au président Vladimir Poutine pendant 16 ans dans les multiples procédures judiciaires lancées contre lui.

Visée à son tour par une enquête criminelle, elle a quitté la Russie et demandé l'asile en France.

"Alexeï Navalny est un homme politique étonnant, courageux et charismatique", a déclaré Mme Mikhailova, visiblement bouleversée, lors d'une réunion organisée dans la capitale française par l'opposition russe.

"Les autorités affirment qu'il est mort. Même si c'est le cas et qu'il a été tué, je suis sûre qu'il ne restera pas seulement dans l'histoire, mais qu'il influencera aussi le cours futur de l'histoire", a déclaré Mme Mikhailova à plusieurs dizaines de personnes, la voix parfois brisée par l'émotion.

Les autorités russes ont annoncé vendredi la mort soudaine de M. Navalny, 47 ans, dans sa prison de la région Arctique. L'annonce a bouleversé ses partisans dans le monde entier.

Des fleurs sont placées autour des portraits du défunt chef de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison russe de l'Arctique, sur un mémorial devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Des fleurs sont placées autour des portraits du défunt chef de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison russe de l'Arctique, sur un mémorial devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024 (Photo, AFP).

Lors de l'événement organisé par l'association Russie-Libertés, Mme Mikhailova a parfois évoqué M. Navalny au présent. "Il n'est pas comme les gens ordinaires. C'est un homme de fer", a-t-elle dit.

M. Navalny a survécu de justesse à un empoisonnement au Novichok, un agent neurotoxique de conception soviétique, en 2020. Après un traitement en Allemagne, il est retourné en Russie en 2021 et a été immédiatement arrêté, puis emprisonné.

Mme Mikhailova a raconté l'avoir mis en garde contre un retour en Russie.

"A Berlin, je lui ai dit : +Tu seras emprisonné pendant dix ans+. "Il m'a répondu avec un sourire : +Tu dis toujours que je serai emprisonné. Alors, tu me défendras+".

L'équipe de défense de M. Navalny est désormais dans le collimateurs des autorités russes. En octobre, trois de ses avocats ont été arrêtés et accusés de participer à une "organisation extrémiste".

Mme Mikhailova a indiqué qu'elle était à ce moment-là en vacances à l'étranger et avait décidé de ne pas rentrer en Russie, où elle serait jetée en prison.

Mi-février, un tribunal de Moscou a lancé un mandat d'arrêt contre elle.


Grève SNCF: Circulation «normale» ce weekend avec «quelques perturbations localisées»

Un assistant de la compagnie ferroviaire nationale française SNCF attend d'informer les voyageurs à la gare de l'est lors d'une deuxième journée de grèves et de manifestations à l'échelle nationale contre le plan de réforme des retraites du gouvernement, à Paris le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Un assistant de la compagnie ferroviaire nationale française SNCF attend d'informer les voyageurs à la gare de l'est lors d'une deuxième journée de grèves et de manifestations à l'échelle nationale contre le plan de réforme des retraites du gouvernement, à Paris le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les aiguilleurs, chargés de réguler la circulation sur le réseau, sont appelés à cesser le travail par Sud-Rail les vendredi 23 et samedi 24 février, une semaine après une grève des contrôleurs très suivie
  • Ces dates ont pour particularité d'être communes aux trois zones de vacances scolaires A, B et C

PARIS: La circulation ferroviaire sera "normale ce weekend" avec "quelques perturbations localisées" en raison d'une grève des aiguilleurs, a annoncé la direction de la SNCF mercredi.

Les aiguilleurs, chargés de réguler la circulation sur le réseau, sont appelés à cesser le travail par Sud-Rail les vendredi 23 et samedi 24 février, une semaine après une grève des contrôleurs très suivie qui a entraîné l'annulation d'un train sur deux sur les grandes lignes.

Ces dates ont pour particularité d'être communes aux trois zones de vacances scolaires A, B et C.

Les aiguilleurs sont appelés à se mobiliser pour demander "un vrai plan massif d'embauches", une "majoration de la prime opérationnelle de circulation" à 300 euros contre 60 euros actuellement et des questions d'organisation du travail avec des plannings plus prévisibles, d'après Julien Troccaz, secrétaire fédéral Sud-Rail.

"La mobilisation risque d'être importante dans les Alpes, la région parisienne ou la Nouvelle-Aquitaine", prévenait M. Troccaz mardi.

Du côté de SNCF Réseau, le gestionnaire d'infrastructure, on assure que l'entreprise a fait des efforts de recrutement ces dernières années, en passant de 508 embauches en 2020 à 654 en 2022, puis 902 en 2023.

Lors de la dernière grève des aiguilleurs en décembre 2022, une cinquantaine de TGV sur 1 300 avaient été supprimés, pendant le premier weekend des vacances de Noël.