Le transport aérien n'a «jamais été aussi près» de retrouver les niveaux de 2019, selon l'Iata

Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022. (Photo, AFP)
Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 05 décembre 2023

Le transport aérien n'a «jamais été aussi près» de retrouver les niveaux de 2019, selon l'Iata

  • Le dynamisme de la fréquentation, calculée en passagers-kilomètres payants (RPK, son sigle en anglais), l'un des indices de référence du secteur, a surtout été tiré par les vols intérieurs qui évoluent à 104,8% du niveau d'avant-crise
  • Selon les dernières projections de l'Iata, le transport aérien devrait quasiment retrouver en 2023 le nombre de ses passagers d'avant la crise sanitaire, à 4,35 milliards contre 4,54 en 2019

PARIS: Le transport aérien de voyageurs n'a "jamais été aussi près" d'effacer les effets de la crise sanitaire, retrouvant en octobre 98,4% de son activité mondiale de 2019, a annoncé mardi sa principale association.

Le dynamisme de la fréquentation, calculée en passagers-kilomètres payants (RPK, son sigle en anglais), l'un des indices de référence du secteur, a surtout été tiré par les vols intérieurs qui évoluent à 104,8% du niveau d'avant-crise, a souligné l'Association internationale du transport aérien (Iata).

C'est la Chine, encore soumise il y a un an à des restrictions de déplacement pour tenter de juguler la transmission de la Covid-19, qui explique cet état de fait: les vols intérieurs y ont connu une "croissance à trois chiffres" par rapport à 2022, a précisé l'Iata dans un communiqué.

Les vols internationaux, dont la reprise a été plus tardive après la pandémie, ont également connu en octobre une forte croissance, de près de 30% en un an, pour atteindre 94,4% des niveaux du même mois de 2019.

Ce retard est surtout dû à la situation en Asie-Pacifique où les liaisons internationales n'atteignent encore que 80,5% de leur fréquentation pré-pandémie, a noté l'Iata.

Malgré tout, avec "les résultats solides d'octobre, le secteur aérien n'a "jamais été aussi près de parvenir à une reprise complète du trafic après la pandémie", s'est félicité le directeur général de l'Iata, Willie Walsh, cité dans le communiqué.

Selon les dernières projections de l'Iata, publiées en juin et censées être actualisées mercredi, le transport aérien devrait quasiment retrouver en 2023 le nombre de ses passagers d'avant la crise sanitaire, à 4,35 milliards contre 4,54 en 2019.

Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022.


L'inflation recule en zone euro mais la BCE devrait rester prudente

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde (Photo, AFP).
La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde (Photo, AFP).
Short Url
  • Le taux de chômage, à un plus bas historique de 6,4% en janvier, fait craindre des tensions sur les salaires
  • Dans les 20 pays partageant la monnaie unique, l'inflation a été plus que divisée par quatre depuis le record de 10,6% atteint en octobre 2022

BRUXELLES: L'inflation a poursuivi son reflux en février dans la zone euro, envoyant un signal positif mais probablement encore insuffisant pour rassurer la Banque centrale européenne (BCE) qui temporise avant de baisser ses taux d'intérêt.

La hausse des prix à la consommation est revenue à 2,6% sur un an, soit 0,2 point de moins qu'en janvier, grâce à une hausse moins forte des prix alimentaires, a annoncé vendredi Eurostat.

Dans les 20 pays partageant la monnaie unique, l'inflation a été plus que divisée par quatre depuis le record de 10,6% atteint en octobre 2022 quand les tarifs de l'énergie flambaient sur fond de guerre en Ukraine.

Elle se rapproche de l'objectif de 2% fixé par la BCE. Mais le recul de février est un petit peu moins marqué que ce qui était anticipé par les analystes interrogés par Bloomberg et Factset. Ils tablaient en moyenne sur un taux de 2,5%.

Pour calmer l'inflation, la BCE a augmenté les coûts d'emprunt à un rythme sans précédent depuis juillet 2022. Ses taux sont maintenus inchangés à un niveau record depuis octobre 2023, au prix d'une croissance économique en berne. La demande de crédits a été freinée, affectant la consommation et l'investissement des entreprises comme des ménages.

Depuis, les marchés financiers guettent les signes d'une future baisse des taux qu'ils anticipent vers le milieu d'année, après avoir espéré qu'elle intervienne dès avril.

Le chiffre le plus scruté, celui de l'inflation sous-jacente, c'est-à-dire corrigée des prix très volatils de l'énergie et de l'alimentation, a déçu les experts vendredi. Cet indicateur, jugé plus représentatif, a reculé en février à 3,1%, contre 3,3% en janvier, mais les analystes tablaient en moyenne sur un recul plus prononcé à 2,9%.

"Les données de février sur l'inflation semblent être le dernier clou dans le cercueil d'une réduction des taux d'intérêt en avril", a commenté Jack Allen-Reynolds pour Capital Economics. "La plupart des décideurs de la BCE estiment qu'ils ont besoin de plus de temps pour être convaincus que l'inflation retombera durablement à 2%. Les données de février auront renforcé cette conviction", explique-t-il.

Vers une baisse des taux en juin ? 

"La persistance de l'inflation sous-jacente, (...) l'incertitude quant à l'évolution des salaires et la confiance dans un rebond économique de la zone euro empêcheront la BCE de réduire ses taux la semaine prochaine", estime Carsten Brzeski de la banque ING. "Une baisse ne devrait être à l'ordre du jour qu'en juin", prévoit-il.

Le taux de chômage, à un plus bas historique de 6,4% en janvier, fait craindre des tensions sur les salaires qui pourraient à leur tour alimenter la hausse des prix.

Le processus actuel de désinflation "devrait se poursuivre" dans la zone euro, a déclaré lundi la présidente de la BCE, Christine Lagarde, devant le Parlement européen, mais elle a prévenu que la Banque centrale voulait s'assurer que la hausse des prix se maintienne "durablement" à 2%.

Il y a deux semaines, la Commission européenne a nettement revu à la baisse ses prévisions d'inflation pour la zone euro, estimant qu'elle atteindrait 2,7% sur l'ensemble de l'année 2024, contre 3,2% attendu précédemment. Elle prévoit 2,2% l'an prochain.

Contrepartie de l'accalmie sur les prix, la croissance est cependant bien moins bonne qu'attendu. La Commission table désormais sur un PIB en hausse de 0,8% cette année, alors qu'elle s'attendait à 1,2% à l'automne.

En février, le ralentissement de l'inflation est venu principalement d'un moindre renchérissement des prix de l'alimentation. Ils ont progressé de 4% contre 5,6% en janvier.

Les tarifs des biens industriels ont augmenté de 1,6%, contre 2% le mois précédent, et ceux des services de 3,9%, après 4% en janvier.

Les prix de l'énergie ont poursuivi leur mouvement de baisse mais à un rythme inférieur (-3,7%, après -6,1%).


CMA CGM finalise l'acquisition de Bolloré Logistics pour 4,85 milliards d'euros

Pour CMA CGM, Bolloré Logisitics viendra compléter Ceva Logisitics, acquis en 2019 et très fort sur le marché transpacifique et le transport de produits industriels. (AFP).
Pour CMA CGM, Bolloré Logisitics viendra compléter Ceva Logisitics, acquis en 2019 et très fort sur le marché transpacifique et le transport de produits industriels. (AFP).
Short Url
  • Le troisième transporteur maritime mondial acquiert donc un groupe de 13.500 salariés et parachève un peu plus sa diversification entamée en 2018.
  • Grâce à cette acquisition, le chiffre d'affaires de la division logistique devrait représenter à l'avenir 40% de celui de CMA CGM, avec 21,5 milliards de dollars

PARIS: Le transporteur maritime CMA CGM a annoncé jeudi avoir finalisé l'acquisition de Bolloré Logistics pour 4,85 milliards d'euros, permettant au groupe de devenir le cinquième logisticien mondial.

"Nous pourrons désormais proposer à nos clients une offre complète de services et étendre notre expertise à de nouveaux business", a salué le PDG de CMA CGM, Rodolphe Saadé, cité dans le communiqué.

Le troisième transporteur maritime mondial acquiert donc un groupe de 13.500 salariés et parachève un peu plus sa diversification entamée en 2018.

"Acquisition la plus importante depuis la création du Groupe CMA CGM en 1978, cette opération constitue une étape majeure dans la stratégie de développement des activités logistiques du Groupe CMA CGM", a détaillé le groupe marseillais dans son communiqué.

Grâce à cette acquisition, le chiffre d'affaires de la division logistique devrait représenter à l'avenir 40% de celui de CMA CGM, avec 21,5 milliards de dollars.

Bolloré Logistics a réalisé en 2022 un chiffre d'affaires de 7,1 milliards d'euros et dispose d'une capacité d'entreposage de 900.000 m2. En 2022 toujours, il a transporté 710.000 EVP (équivalent vingt pieds, l'unité de référence du secteur) de fret maritime et 390.000 tonnes de fret aérien.

Avec cette vente, qui intervient après celle de ses terminaux africains au transporteur maritime italo-suisse MSC en 2022, Bolloré accentue son recentrage sur les médias, via notamment le géant Vivendi (propriétaire de Canal+, Havas et Editis) désormais majoritaire chez Lagardère.

Pour CMA CGM, Bolloré Logisitics viendra compléter Ceva Logisitics, acquis en 2019 et très fort sur le marché transpacifique et le transport de produits industriels, notamment les véhicules finis (automobiles, camions...) et le matériel informatique.

Bolloré Logistics est lui plus centré sur la France, le commerce transatlantique et Asie-Europe. Il est spécialisé dans le transport de produits à haute valeur ajoutée comme les produits de luxe, les parfums, les cosmétiques ou l'aérospatial.

CMA CGM s'est engagé à conserver tous les emplois et à ne procéder à aucune synergie RH pendant au moins un an.

Pour respecter certaines clauses de concurrence, le groupe devra cependant se séparer des activités opérées par Bolloré Logistics en Martinique, Guadeloupe et Guyane française.

En Polynésie française, il devra céder les activités de commissionnaire de transport pour le transport maritime mais pas pour l'aérien.

Enfin, en Nouvelle-Calédonie, la relation commerciale entre Bolloré Logistics et CMA CGM ne devra pas excéder 35% pour favoriser une concurrence sur le territoire.


Les véhicules connectés désormais au cœur de l'offensive de Washington contre la Chine

Le président américain Joe Biden (Photo, AFP).
Le président américain Joe Biden (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette fois, il s'agit de déterminer dans quelle mesure les véhicules connectés «made in China», peuvent représenter un risque en termes de collecte des données
  • L'objectif de l'enquête publique lancée par le département du Commerce est de mieux évaluer, l'importance des logiciels et composants en provenance de ce pays

WASHINGTON: Après les semi-conducteurs, les technologies de pointe et les données personnelles, c'est désormais au tour des véhicules connectés et des logiciels embarqués d'être au coeur de l'attention de Washington, avec le lancement d'une enquête pour en déterminer les risques associés.

L'annonce est venue du président américain Joe Biden, tout juste 24 heures après avoir signé un décret visant à "empêcher le transfert à grande échelle des données personnelles des Américains vers des pays sensibles", au premier rang desquels la Chine.

Cette fois, il s'agit de déterminer dans quelle mesure les véhicules connectés "made in China", électriques ou non, mais également les logiciels embarqués ou les composants provenant de l'Empire du Milieu et intégrés dans les véhicules importés, peuvent représenter un risque en termes de collecte des données.

Dans un communiqué, le président américain Joe Biden a justifié cette décision par le fait que "les véhicules connectés en provenance de Chine peuvent collecter des données sensibles sur nos citoyens et nos infrastructures et les envoyer directement en Chine".

"La Chine impose des restrictions aux voitures américaines et d'autres pays roulant en Chine. Pourquoi des véhicules connectés provenant de Chine devraient être autorisés à rouler dans notre pays sans garde-fou?"

Dans ces conditions, il est important pour les Etats-Unis d'avoir "une idée précise des risques potentiels pour la sécurité nationale associés aux véhicules connectés", a estimé la secrétaire au Commerce Gina Raimondo, lors d'une conférence de presse téléphonique.

"Plus nous travaillons sur les véhicules électriques chinois, plus nos inquiétudes grandissent", a souligné Mme Raimondo, "nous ne connaissons pas bien les risques et leur importance. Nous avons donc besoin d'informations pour déterminer quelles actions mettre en place".

Interrogé par l'AFP, le porte-parole de l'ambassade de Chine à Washington, Liu Pengyu a jugé que cette enquête "est clairement une approche discriminatoire".

"La Chine s'oppose fermement à la généralisation faite par les Etats-Unis du concept de sécurité nationale et l'instrumentalisation des questions économiques et commerciales", a-t-il ajouté.

Contrer l'industrie automobile chinoise

Pour Thibault Denamiel, du Centre des études internationales et stratégiques (CSIS), cette annonce "est un nouveau constat par l’administration Biden que les technologiques critiques émergentes concernent tant l'économie que la sécurité nationale".

"Ce qui est notable concernant cette mesure est qu'elle examine les risques associés aux technologies transférées vers les Etats-Unis", et non pour réduire le transfert depuis les Etats-Unis, comme les mesures prises jusqu'ici par le gouvernement.

L'objectif de l'enquête publique lancée par le département du Commerce est de mieux évaluer, au-delà des véhicules connectés provenant de constructeurs chinois ou fabriqués en Chine, l'importance des logiciels et composants en provenance de ce pays dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement des véhicules connectés.

Et elle ne visera pas uniquement les véhicules chinois mais bien ceux d'autres marques également qui pourraient intégrer ces composants ou logiciels.

"Cela concerne un niveau incroyable d'informations que vous pensez être privées mais qui peuvent être transmises à l'étranger. Les données de votre téléphone qui se synchronise à votre voiture, vos messages, vos mails, votre localisation, vos finances, votre santé, tout est vulnérable", a rappelé Mme Raimondo.

"Mais ce n'est pas la seule inquiétude", a ajouté la secrétaire au Commerce, "imaginez des milliers ou des centaines de milliers de voitures connectées chinoises sur les routes américaines qui pourraient être désactivées en un instant et simultanément par quelqu'un à Pékin".

Le président américain voit également l'enquête ouverte comme un moyen de contrer le développement de constructeurs automobiles chinois "en utilisant notamment des pratiques déloyales".

"La Chine pourrait submerger notre marché avec ses véhicules, ce qui représentera un risque pour notre sécurité nationale. Je ne laisserai pas cela se produire", a martelé M. Biden.

La fédération de l'industrie américaine, par la voix de son président Scott Paul, s'est félicitée de l'ouverture permise par cette annonce, espérant qu'elle "conduira rapidement à des actions concrètes".

Lors de la publication des résultats de Tesla, Elon Musk avait lui même reconnu que les voitures chinoises étaient "les plus compétitives" au monde, ajoutant que leur succès à l'exportation dépendra des limites qui seront mises en place.

"S'il n'y a pas de barrières tarifaires, elles vont détruire à peu près tous les autres constructeurs au monde", avait ajouté M. Musk.

Le président américain a de son côté cherché à soutenir la transition des constructeurs américains vers les véhicules électriques, notamment dans le cadre de son grand plan pour le climat (IRA), lancé il y a un peu plus d'un an et demi, qui prévoit des subventions à l'achat pour des véhicules électriques fabriqués aux Etats-Unis.