«Nous allons bâtir l’industrie du cinéma saoudien», déclare le producteur hollywoodien Tarak Ben Ammar

Le producteur de films tunisien Tarak Ben Ammar (Photo, AN).
Le producteur de films tunisien Tarak Ben Ammar (Photo, AN).
Short Url
Publié le Mercredi 06 décembre 2023

«Nous allons bâtir l’industrie du cinéma saoudien», déclare le producteur hollywoodien Tarak Ben Ammar

  • Le producteur arabe qui a mis la Tunisie sur la carte du cinéma hollywoodien parle au Mayman Show de ses projets pour attirer les films étrangers et développer les talents locaux
  • Le cinéaste chevronné estime que la création d'un plus grand nombre de chaînes d'information en langue étrangère contribuera à renforcer l'image internationale de l’Arabie saoudite

RIYAD: Pendant des décennies, le producteur de films tunisien Tarak Ben Ammar a transporté les spectateurs dans des paysages désertiques magiques, de Tatooine dans «La Guerre des étoiles» aux sables mouvants dans «Les Aventuriers de l'arche perdue».

Aujourd'hui, le cinéaste chevronné a jeté son dévolu sur ce qui, selon lui, pourrait être l'une des prochaines grandes destinations du monde du cinéma: l'Arabie saoudite.

Avec une filmographie remontant au début des années 1970, Ben Ammar a participé à des superproductions telles que «La Guerre des étoiles», «Indiana Jones», «Scream», «Equalizer 3» et «La Passion du Christ».

Les dizaines de films sur lesquels il a travaillé ont employé un million de personnes et ont fait de la Tunisie un acteur de l'industrie cinématographique.

En dehors du cinéma, Ben Ammar a également géré la tournée mondiale HIStory de Michael Jackson dans les années 1990, a été conseiller de Rupert Murdoch et de Silvio Berlusconi, et il est à la tête de la principale société de distribution et de production de films indépendants d'Italie, Eagle Pictures.

Ben Ammar a déclaré avoir perçu le potentiel de l'Arabie saoudite en tant que plaque tournante du cinéma en constatant le succès de ses films, en particulier «Equalizer 3», en Arabie saoudite.

«J’ai fait des recherches sur le box-office de ce film», a-t-il déclaré au Mayman Show, le podcast d'Arab News qui propose des conversations personnelles entre l’animateur et ses invités.

«Il y avait l'Angleterre, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, l'Australie, puis l'Arabie saoudite. En dehors des États-Unis, l'Arabie saoudite est en train de devenir le lieu de prédilection de mon secteur d'activité.

«C'est pourquoi [...] Je m'impliquerai. Pour attirer, bien sûr, des films étrangers en Arabie saoudite, mais aussi pour développer la culture saoudienne locale, pour développer les talents saoudiens locaux», a-t-il ajouté.

Tarek ben Ammar a expliqué à Hussam al-Mayman, animateur du Mayman Show, comment les leçons tirées de son travail sur certains des plus grands films de l'histoire du cinéma pouvaient être appliquées à l'Arabie saoudite (Photo, AN).

Plus précisément, Ben Ammar a précisé: «Si un film “La Guerre des étoiles” vient ici, nous vous aiderons avec des crédits d'impôt. Vous devez employer des locaux.

«J'ai employé un million de personnes dans mon pays en imposant dans chaque département un technicien. Ainsi, lorsqu'ils partent, ils laissent derrière eux leur savoir-faire pour que ces jeunes sachent ce qu'est un grand film», a-t-il expliqué.

Parlant de l'Arabie saoudite, il a déclaré que le pays «compte 38 millions d'habitants; il a son propre marché. Sa jeunesse a soif de divertissement et de créativité. Car, vous savez, à une époque, si vous étiez une jeune fille ou un jeune homme de 18 ans et que vous vouliez devenir peintre, musicien, écrivain, chanteur, réalisateur ou acteur, que faisiez-vous? Il fallait aller à Londres, à Paris, en Amérique».

Ben Ammar a ajouté: «Vous avez la chance d'avoir une population jeune. C'est pourquoi je me suis dit: Attendez, c'est un marché formidable. Je dois venir ici et investir.

«D'habitude, les gens viennent en Arabie saoudite pour prendre votre argent. Je viens investir dans votre pays. J'investis mon savoir-faire, mes connaissances, mon nom, mes références, et j'amène avec moi des gens qui disent: “C’est ce que nous allons faire.” Nous allons construire l'industrie émergente de l'Arabie saoudite.»

Bien que les incitations fiscales potentielles et les réductions accordées aux cinéastes soient certainement une raison de son attrait, Ben Ammar affirme que ses projets pour l'industrie cinématographique saoudienne pourraient être différents de ce qu'il a fait en Tunisie ou ailleurs.

«Les rabais ne sont pas suffisants», a-t-il révélé lors de l'émission The Mayman Show, diffusée sur Arab News. «Tout d'abord, je ne suis pas obsédé par l'idée de faire venir Hollywood en Arabie saoudite. Ce n'est qu'une infime partie.»

Il a souligné qu'en Arabie saoudite, et en fait dans toute la région du Moyen-Orient, les films américains et égyptiens dominent le marché.

«Aujourd'hui, il y a, disons, 50-50, des films américains et égyptiens. Si nous parvenons à réduire cette proportion à 40% pour les Américains, 40% pour les Égyptiens et 20% pour les Saoudiens, nous aurons de nouveaux cinéastes, de nouveaux acteurs, de nouveaux musiciens, de nouveaux réalisateurs, de nouveaux écrivains, qui feront ensuite la promotion de l'Arabie saoudite plus qu'ils ne viendront ici pour faire des films.»

Tarak ben Ammar lors d’une visite du siège d’Arab News à Riyad (Photo, AN).

L'essor de l'industrie cinématographique saoudienne pourrait également permettre de résoudre le problème de la représentation des Arabes à Hollywood, a-t-il déclaré, expliquant qu'à un certain moment de l'histoire du cinéma, les Arabes sont devenus des archétypes de méchants classiques.

«C'était toujours les Arabes avec le keffieh palestinien. Bien sûr, en raison de la guerre des Six Jours, de la guerre de 73 et du fait qu'Hollywood était très pro-israélien – il l'est toujours, le terroriste était donc un Arabe», a-t-il précisé.

«C'est à nous qu'il incombe d'aider à la réalisation de films dont l'histoire est différente. L'histoire de mes cousins, de mes frères et de mes cousins arabes devrait être différente. Mais c'est ce qui se passe. Nous voyons des histoires différentes sur les Arabes. J'ai moi-même réalisé quelques films à ce sujet. Je suis donc optimiste et je pense que nous ne sommes pas encore dans la catégorie des méchants.

«Et si nous devenons des partenaires sur ce marché – vous voulez venir sur notre marché, vous nous traitez bien», a-t-il signalé.

Il a déclaré que la création d'un plus grand nombre de chaînes d'information en langue étrangère, comme l'ont fait de nombreux autres pays avec Russia Today, BBC, CNN et Al Jazeera, contribuerait également à renforcer l'image internationale de l’Arabie saoudite.

«Le Royaume vient de gagner l'Expo et la Coupe du monde», a-t-il déclaré, faisant référence à l'Exposition universelle de 2030 et à la Coupe du monde de football masculin de 2034.

«Il est évident que vous voudriez que la télévision reflète la raison pour laquelle vous avez gagné l'Expo, la raison pour laquelle vous avez gagné la Coupe du monde. Il y a ici des gens qui savent ce qu'ils font et qui font la promotion de l’Arabie saoudite, sa culture et son évolution.»

Le rêve de Ben Ammar, jeune cinéaste en devenir, a un lien personnel et émotionnel avec l’Arabie saoudite par l'intermédiaire de son oncle, le premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba.

«La Tunisie doit beaucoup à l'Arabie saoudite, car lorsque Bourguiba était en exil et qu'il luttait contre les Français pour son indépendance, le fondateur du Royaume, Ibn Saoud (le roi Abdelaziz), nous a aidés, l'a aidé. La culture saoudienne était très présente dans mon cœur», a-t-il confié.

Il a révélé que l'un des premiers films qu'il voulait réaliser portait sur le roi Abdelaziz.

«C'était au début des années 1970, et l'Arabie saoudite n'était certainement pas l'Arabie saoudite que j'avais découverte, mais le choc a commencé en 2016 lorsque j'ai vu ce qu'elle devenait. J'ai eu le privilège de rencontrer le prince héritier et de voir sa vision», a-t-il affirmé.

Les dizaines de films sur lesquels Tarak ben Ammar a travaillé ont employé un million de personnes et ont fait de la Tunisie un acteur de l'industrie cinématographique (Photo, AN).

La détermination de Ben Ammar à contribuer au développement de la culture au Moyen-Orient est née d'un événement survenu en 2009, lorsqu'il s'est rendu à la conférence cinématographique d'Abu Dhabi pour en être l'orateur principal.

«En atterrissant, j'ai lu un article qui m'a beaucoup troublé. Il disait: “Le Moyen-Orient va acquérir des centaines de milliards de dollars d'armements dans les vingt prochaines années.”»

Il a ensuite prononcé un discours dans lequel il a disait: «Une nation sans culture n'est rien d'autre qu'un supermarché de consommateurs. Une nation sans passé n'a vraiment pas d'avenir.»

En 2018, Ben Ammar a été approché par le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, qui lui a demandé de mettre son expertise au service du renforcement de l'industrie cinématographique saoudienne.

«En venant ici, j'ai vu l'évolution des multiplexes, des films, et le mois dernier, j'étais ici pour une conférence sur la commission du film», a-t-il déclaré.

Ben Ammar a également parlé de l'expérience qu'il a acquise en faisant venir des films tels que «La Guerre des étoiles» et «Indiana Jones» dans son pays d'origine, et de la manière dont cette expérience pourrait être appliquée à l'Arabie saoudite.

«Lorsque j'ai commencé ma carrière en Tunisie, nous n'avions pas de marché», a-t-il indiqué.

«Vous, ici, avez un avantage, si je peux me permettre une comparaison, le modèle saoudien devrait être exactement ce que la Corée du Sud a fait. Regardez la Corée du Sud. Elle a créé ses propres entreprises, sa propre musique, ses propres réalisateurs, ses propres séries télévisées. Puis ils ont commencé à exporter parce qu'ils ont formé leur personnel.»

L'industrie cinématographique coréenne a connu un succès croissant ces dernières années, avec des séries telles que «Squid Game» qui sont devenues des succès internationaux. En 2019, le film coréen «Parasite» est entré dans l'histoire en devenant le premier film non anglophone à remporter l'Oscar du meilleur film.

«Il n'a pas été fait pour être exporté. C'était un film coréen, un beau film qui a conquis le monde», a expliqué Ben Ammar.

«Peut-être que de mon vivant, je verrai un film saoudien faire de même, pour nous rendre fiers, nous les Arabes, comme les Coréens ont été fiers de “Parasite”», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


France: Un nouveau responsable nommé à la tête du château de Versailles

Christophe Leribault au domaine du Grand Trianon près du château de Versailles, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022 (Photo, AFP).
Christophe Leribault au domaine du Grand Trianon près du château de Versailles, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Leribault, 60 ans, prendra son nouveau poste à moins de cinq mois des Jeux Olympiques de Paris
  • Christophe Leribault avait pris la direction du musée d'Orsay et de celui de l'Orangerie en octobre 2021, succédant à Laurence des Cars, nommée à la tête du musée du Louvre

PARIS: Le Château de Versailles, un des sites les plus visités de France, aura un nouveau responsable à compter du 4 mars, Christophe Leribault, actuel président des musées d'Orsay et de l'Orangerie à Paris, nommé mercredi en conseil des ministres.

Il remplacera Catherine Pégard qui occupait cette fonction depuis 2011.

M. Leribault, 60 ans, prendra son nouveau poste à moins de cinq mois des Jeux Olympiques de Paris, dont les épreuves équestres doivent se tenir dans ce haut lieu touristique.

Sa nomination met un terme à une tergiversation inédite de près de trois ans, Mme Pégard, 69 ans, ayant été nommée par intérim à sa propre succession sur décret présidentiel en octobre 2022, alors que son troisième mandat devait s'achever et qu'elle avait atteint la limite d'âge depuis le mois de mars 2021.

Christophe Leribault avait pris la direction du musée d'Orsay et de celui de l'Orangerie en octobre 2021, succédant à Laurence des Cars, nommée à la tête du musée du Louvre. Durant son mandat, de futurs grands travaux et un réaccrochage ambitieux des oeuvres impressionnistes ont été annoncés en juin dernier.

Cet historien d'art et conservateur général du patrimoine, qui a fait sa carrière à Paris, peut se targuer d'avoir fait revenir en nombre le public à Orsay après la crise sanitaire, grâce à plusieurs expositions à très grand succès comme Edvard Munch en 2022 (724 414 visiteurs) et Van Gogh à Auvers-sur-Oise, qui vient de s'achever sur un record historique de 793 556 visiteurs.

Ancienne journaliste politique, Mme Pégard avait été nommée en 2011 par l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy à la tête de l'établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, après avoir été sa conseillère en 2007. Elle a effectué trois mandats sous trois présidents différents, un record.

L'intérim qu'elle assurait depuis 2022 est également inédit, même si la loi ne l'interdisait pas.

Sous sa présidence, plus de 10 000 m2 supplémentaires du domaine de Versailles ont été ouverts au public ou restaurés, comme le bassin de Latone, la galerie de l'histoire du château, les appartements de Mesdames (les six filles de Louis XV), la galerie des carrosses, la chapelle Royale, les appartements du Dauphin, et la salle du Jeu de Paume, lieu emblématique de la Révolution française.

Plus récemment, le château a ouvert au public les appartements privés de Marie-Antoinette.

Plus de 15 millions de visiteurs sont attendus pour les Jeux olympiques (du 26 juillet au 11 août) et paralympiques (du 28 août au 8 septembre) cet été.

Au château de Versailles, les trois quart de la fréquentation sont le fait de visiteurs étrangers. En 2023, il a reçu 8,1 millions de visiteurs comme en 2019.


Le cinéma français pleure sa doyenne, Micheline Presle, partie à 101 ans

L'actrice française Micheline Presle est photographiée sur scène lors du 45ème Festival du film de Karlovy Vary (KVIFF), le 7 juillet 2010, à Karlovy Vary (Photo, AFP).
L'actrice française Micheline Presle est photographiée sur scène lors du 45ème Festival du film de Karlovy Vary (KVIFF), le 7 juillet 2010, à Karlovy Vary (Photo, AFP).
Short Url
  • Née à Paris en août 1922, Micheline Presle «s'est éteinte paisiblement vers 18H00 à la Maison nationale des artistes de Nogent-sur-Marne» (Val-de-Marne)
  • «Micheline Presle était une figure emblématique du cinéma français», a salué l'Académie des César

PARIS: Le cinéma français pleure sa doyenne: l'actrice Micheline Presle, décédée mercredi à 101 ans, aura accompagné des générations de spectateurs et côtoyé les figures du 7e art du XXe siècle, d'Alain Resnais à Jacques Demy en passant par Claude Autant-Lara.

Née à Paris en août 1922, Micheline Presle "s'est éteinte paisiblement vers 18H00 à la Maison nationale des artistes de Nogent-sur-Marne" (Val-de-Marne), a annoncé son gendre Olivier Bomsel à l'AFP. Les obsèques se dérouleront dans l'intimité, a-t-il ajouté.

L'actrice, élégante et amatrice de mode, restera pour beaucoup Marthe, la camarade de jeu de Gérard Philipe dans "Le Diable au corps" (1947) de Claude Autant-Lara, adapté du roman de Raymond Radiguet. Ou la star des samedis soirs dans le feuilleton télé "Les Saintes Chéries", institution de l'ORTF des années 1960.

Bien au-delà, avec sa mort, une page du cinéma se tourne: sa carrière compte au total plus de 150 films, dont quelques-uns à Hollywood, se laissant porter par ses rencontres, de George Pabst à Alain Resnais en passant par Abel Gance, Jacques Demy ou Joseph Losey.

Longtemps l'une des trois stars préférées des Français, avec Danielle Darrieux et Michèle Morgan, elle était l'une des rares actrices établies qui donnèrent beaucoup à des cinéastes débutants.

"Tristesse infinie. La France est orpheline de sa sainte chérie. A 101 ans, Micheline était belle, d'une simplicité, d'une vivacité, curieuse de tout, chantant à ravir, riant, l'œil vif. Aimant aimer", a réagi auprès de l'AFP l'ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob.

«Figure emblématique»

"Micheline Presle était une figure emblématique du cinéma français", a salué l'Académie des César, à deux jours de sa 49e cérémonie et vingt ans après lui avoir remis un César d'honneur.

"Le cinéma est sans aucun doute la plus belle histoire de ma vie", avait lancé à l'époque l'actrice sur la scène, après avoir rendu hommage aux "jeunes cinéastes" auxquels elle disait devoir sa "survie" et "beaucoup de ses joies".

Avec une mention spéciale à Jacques Becker, qui l'a rendu célèbre avec "Falbalas", juste après guerre, tout comme "Boule de suif" de Christian-Jaque.

Sa fille Tonie Marshall, seule réalisatrice à avoir jamais reçu un César, pour "Venus Beauté (institut)" (1999), dans lequel Micheline Presle apparaissait, est décédée en mars 2020.

La dernière apparition de Micheline Presle devant la caméra remonte à 2018: pour son spectacle autobiographique "Fashion Freak Show", mis en scène par Tonie Marshall, Jean Paul Gaultier avait fait appel à elle pour incarner dans une séquence vidéo sa grand-mère, elle-même à l'origine de la passion du couturier pour la mode, quand il était enfant.

En-dehors du cinéma, Micheline Presle était membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité. "Nous perdons une fervente militante (...) et une amie", a réagi l'association sur le réseau social X (ex-Twitter).


Découverte d'un trou noir avalant un Soleil par jour

Le quasar record J059-4351, le noyau brillant d'une galaxie lointaine alimentée par un trou noir supermassif (Photo, AFP).
Le quasar record J059-4351, le noyau brillant d'une galaxie lointaine alimentée par un trou noir supermassif (Photo, AFP).
Short Url
  • Invisible par définition, un trou noir supermassif illumine par son activité le noyau de la galaxie qui l'abrite
  • Un trou noir est supposé naître à la suite de l'explosion d'une étoile en fin de vie, dont le noyau s'effondre alors sur lui-même

PARIS: Des astronomes ont identifié un trou noir supermassif qui absorbe l'équivalent d'un Soleil par jour, au coeur du quasar le plus lumineux jamais observé, selon une étude parue dans Nature.

"Nous avons découvert le trou noir à la croissance la plus rapide connu à ce jour. Il a une masse de 17 milliards de soleils et +mange+ un peu plus d'un soleil par jour", a expliqué Christian Wolf, astronome à l'Australian National University (ANU) et auteur principal de l'étude, dans un communiqué de l'Observatoire européen austral (ESO).

Invisible par définition, un trou noir supermassif illumine par son activité le noyau de la galaxie qui l'abrite. On appelle ce noyau un quasar, et celui observé par le Très grand télescope (le VLT, situé au Chili) de l'ESO est "l'objet le plus lumineux de l'univers connu", selon Christian Wolf.

Sa lumière a mis 12 milliards d'années à parvenir jusqu'aux instruments du VLT, ce qui permet de dater son existence à l'époque primitive de l'Univers - âgé de 13,8 milliards d'années.

La lumière de J0529-4351, comme on l'a baptisé, avait été détectée dès les années 1980, rappelle l'étude publiée lundi. Mais une analyse automatique des données du satellite Gaia, qui cartographie la galaxie, l'avait assimilé à une étoile très lumineuse.

Les chercheurs utilisant l'observatoire de Siding Spring, en Australie, puis l'instrument X-shooter du VLT, l'ont identifié l'an dernier comme étant bien un quasar.

Le trou noir supermassif qu'il abrite attire une quantité de matière colossale, accélérée à des vitesses qui ne le sont pas moins, en émettant une lumière équivalente à celle de plus de 500 milliards de soleils, selon le communiqué de l'ESO.

L'existence d'un objet aussi massif et lumineux dans l'Univers primitif "est difficile à expliquer", remarque l'étude, qui rappelle la découverte de quasars similaires ces dernières années.

Leur existence suppose à chaque fois la croissance rapide d'un trou noir supermassif, que la théorie a encore du mal à décrire.

Un trou noir est supposé naître à la suite de l'explosion d'une étoile en fin de vie, dont le noyau s'effondre alors sur lui-même. Il peut grandir en se nourrissant de la matière l'environnant, attirée par son champ gravitationnel.

Les scientifiques s'interrogent sur le processus à l'oeuvre permettant à un trou noir de devenir supermassif dans un temps relativement court dans l'Univers jeune.