«Ferme ta gueule!» Larcher se lâche à propos de Mélenchon

Gérard Larcher, s'en est vertement pris mercredi au leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, un langage inhabituel de la part du président du Sénat (Photo, AFP).
Gérard Larcher, s'en est vertement pris mercredi au leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, un langage inhabituel de la part du président du Sénat (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 07 décembre 2023

«Ferme ta gueule!» Larcher se lâche à propos de Mélenchon

  • M. Larcher était interrogé par RTL sur un message au vitriol de M. Mélenchon traitant la journaliste Ruth Elkrief de «manipulatrice»
  • Le chef de file de LFI «s'est mis en dehors de l'arc républicain», a estimé le président LR du Sénat

PARIS: "Ferme ta gueule!": Gérard Larcher, s'en est vertement pris mercredi au leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, un langage inhabituel de la part du président du Sénat mais relativisé par une partie de la classe politique face aux polémiques suscitées par le tribun de la gauche radicale.

M. Larcher était interrogé par RTL sur un message au vitriol de M. Mélenchon traitant la journaliste Ruth Elkrief de "manipulatrice" et affirmant que "si on n'injurie pas les musulmans, cette fanatique s'indigne", publié sur le réseau social X.

Le chef de file de LFI "s'est mis en dehors de l'arc républicain", a estimé le président LR du Sénat, fustigeant "quelqu'un qui a des millions d'abonnés sur X et qui se comporte de cette manière, qui en quelque sorte par sa parole crée un brasier qui peut enflammer, diviser".

Alors que la journaliste a dû être placée sous protection policière, M. Mélenchon "montre du doigt (...) et on voit bien avec quelle allusion derrière", a-t-il ajouté, alors que le leader Insoumis est régulièrement accusé de flirter avec l'antisémitisme sur fond de conflit au Proche-Orient.

Exaspéré, M. Larcher a finalement résumé le fond de sa pensée à l'endroit du triple-candidat à l'élection présidentielle: à la question "Vous lui dites quoi, ce matin? Tais toi?", le patron de la chambre haute a répondu "Oui, ferme ta gueule!".

Après plusieurs heures de silence, Jean-Luc Mélenchon a expliqué mercredi soir sur X vouloir "laisser le ridicule inonder tout le champ de (ses) adversaires depuis le propos de Gérard Larcher".

"Toutes les indignations des chiens de garde (après ses déclaration sur Ruth Elkrief, NDLR) sont annulées par le silence de la classe médiatique devant le borborygme du brave soldat Larcher", a-t-il encore dénoncé.

Dans la matinée, ce sont les proches du leader LFI qui, sans surprise, étaient montés au front.

"Le président du Sénat (...) se vautre dans l'indignité la plus complète en direct à la radio (...) Vivement le +dry january+", le mois de janvier sans alcool, s'est indignée la chef de file des députés LFI, Mathilde Panot.

"Gérard Larcher reprend les mots de Jean-Marie le Pen", a dénoncé le coordinateur des Insoumis, Manuel Bompard, tandis que le député mélenchoniste Aurélien Saintoul a dénoncé un Gérard Larcher "grossier, inepte".

D'autres figures de partis de gauche, dont le numéro un du PS, Olivier Faure, se sont également émus des propos du président du Sénat.

«Message clair et fort»

Tout en dénonçant la forme des propos de M. Larcher, la majorité a pour sa part montré une certaine compréhension sur le fond.

"Si mes enfants devaient tenir ce genre de propos à propos de n'importe qui, on aurait une discussion un peu serrée", a reconnu le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

Mais "je peux parfaitement comprendre que, dans le moment que nous connaissons, il y ait une forme de ras-le-bol de voir les invectives se succéder de la part de Mélenchon qui, encore une fois, fait prendre des risques à des gens très bien", a-t-il ajouté.

"Le président du Sénat ne devrait pas dire ça", a jugé le président de la commission des Lois de l'Assemblée, Sacha Houlié. "Face aux outrances de Jean-Luc Mélenchon, il appartient à la classe politique d'être un peu plus responsable et de prendre plus de hauteur", a-t-il plaidé.

Mais il a accusé dans le même temps Jean-Luc Mélenchon "d'être le meilleur tract pour Marine Le Pen avec sa façon de cannibaliser le débat".

A droite, en revanche, le président des Républicains Eric Ciotti a applaudi des deux mains. "Message clair et fort adressé à Mélenchon. Bravo à Gérard Larcher, on ne pouvait dire mieux", a-t-il réagi, pointant des Insoumis qui "veulent saper nos institutions" et "détruire la République".

Après son refus de qualifier le mouvement palestinien Hamas de terroriste, une attitude qui a entraîné la fin de l'union de gauche Nupes avec ses partenaires, M. Mélenchon a multiplié les critiques contre le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, etc.

Ses détracteurs l'accusent de manier l'ambiguïté antisémite et de multiplier les tensions pour cultiver le vote musulman, et notamment des jeunes de quartiers populaires.


Chlordécone: les députés votent pour reconnaître la «  responsabilité » de l'Etat

Des participants se tiennent à côté d'une pancarte indiquant "Respect, réparation, vérité, justice pour les victimes, non au non-lieu" lors d'une manifestation pour "la vérité et les réparations" pour les victimes du chlordécone dans l'archipel des Antilles, place de la Nation à Paris, le 28 octobre 2023. (AFP).
Des participants se tiennent à côté d'une pancarte indiquant "Respect, réparation, vérité, justice pour les victimes, non au non-lieu" lors d'une manifestation pour "la vérité et les réparations" pour les victimes du chlordécone dans l'archipel des Antilles, place de la Nation à Paris, le 28 octobre 2023. (AFP).
Short Url
  • "Flou artistique", texte symbolique ou "première étape essentielle" à une vraie reconnaissance des ravages de la chlordécone?
  • Les députés examinent jeudi une proposition de loi socialiste visant à reconnaître "la responsabilité" de l'Etat dans ce scandale sanitaire qui empoisonne les Antilles

PARIS: "Flou artistique", texte symbolique ou "première étape essentielle" à une vraie reconnaissance des ravages de la chlordécone? Les députés examinent jeudi une proposition de loi socialiste visant à reconnaître "la responsabilité" de l'Etat dans ce scandale sanitaire qui empoisonne les Antilles.

Adopté par les députés en commission le 14 février, le texte porté par le député de Guadeloupe Elie Califer prévoit que la "République française reconna(isse) sa responsabilité dans les préjudices sanitaires, écologiques et économiques" causés par l'utilisation de ce pesticide en Martinique et en Guadeloupe.

La France doit avoir pour objectif "la dépollution des terres" et "l'indemnisation des victimes", poursuit le texte.

Le chlordécone, pesticide répandu dans les bananeraies pour lutter contre le charançon, a été interdit aux Etats-Unis dès 1975, mais est resté autorisé en France jusqu'en 1990, et même jusqu'en 1993 - quinze ans après les premières alertes de l'OMS - aux Antilles, où il a bénéficié d'une dérogation.

Par cette loi, le groupe PS dit espérer "enfin une reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat" dans ce "scandale environnemental et sanitaire".

"C'est une première étape essentielle" qui permettra "d'introduire dans la loi les objectifs" de dépollution des terres et des eaux et d'indemnisation des victimes, note le PS.

Mais le texte a surtout une valeur symbolique. "C'est très important, même si ça ne changera pas le montant des indemnisations", reconnaît un cadre du groupe.

Une trentaine d'amendements ont été déposés, dont deux de la députée Charlotte Parmentier-Lecocq, exprimant les réserves macronistes.

L'un vise à remplacer la "responsabilité" de la République française dans les "préjudices" subis par sa "part de responsabilité dans l'ampleur des dommages", l'autre réclame une "instance indépendante" pour évaluer les actions de dépollution et de protection des populations.

"C'est important de reconnaître une part de responsabilité de l'Etat, mais la responsabilité est partagée, sinon c'est un peu facile", dit-elle à l'AFP, citant les fabricants du chlordécone, les propriétaires d'exploitations qui l'utilisaient et les élus locaux "qui plaidaient à l'époque pour des dérogations".

Dénonçant le "flou artistique" du texte initial d'Elie Califer, elle estime qu'il n'apporte pas de "réponses concrètes sur la dépollution et l'indemnisation" des victimes.

« Bras de fer »

Elie Califer, à l'origine de la proposition de loi, s'insurge et dénonce "une réécriture" du texte. "C'est inacceptable. Ça va être un bras de fer", prévient-il à l'AFP.

"On a besoin que la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat soit inscrite dans le marbre de la loi. C'est important pour nous. Les territoires des Antilles se sentent abandonnés à leur sort. Après, viendront les questions d'organisation et du fonds d'indemnisation", poursuit le député de Guadeloupe.

Aux Antilles, où le non-lieu prononcé en janvier 2023 par deux juges d'instruction parisiennes enquêtant sur le scandale avait provoqué beaucoup d'amertume, le vote sera scruté de près.

Christophe Lèguevaques, avocat des parties civiles dans l'information judiciaire, note l'absence de reconnaissance du préjudice moral et regrette lui aussi que seule la responsabilité de l'Etat soit engagée.

Un positionnement qui rejoint celui du collectif "Lyannaj pou dépoliyé Gwadloup" (Alliance pour la dépollution de la Guadeloupe), pour qui le texte ne va pas assez loin, notamment en n'impliquant pas les producteurs de l'époque.

"Nous sommes favorables, bien sûr, à une reconnaissance de la responsabilité de l'Etat", souligne Laurence Maquiaba, membre de ce collectif, "mais nous ne pouvons pas considérer que l'Etat est seul responsable, les pollueurs doivent aussi être concernés".

En Martinique aussi, les militants attendent plus. Pour Philippe Pierre-Charles, porte-parole du collectif "Simenn Matinik doubout, gaoulé kont chlordécone" (Semaine de la Martinique debout - révolte contre le chlordécone), cette reconnaissance serait "un élément non négligeable" mais doit ouvrir la porte à un programme de réparation".

"Et là, ce n'est pas encore ce qui est mis clairement sur la table", regrette-t-il.

Comme nombre d'acteurs engagés dans le dossier, Philippe Pierre-Charles reste marqué par le non-lieu prononcé en janvier 2023, vu à l'époque comme un "déni de justice".

En cas d'échec au Parlement, les Martiniquais resteront "déterminés", prévient-il: "C'est la pression populaire qui compte. Si jamais les macronistes ne le comprennent pas, il faudra une mobilisation".


«  Bon sens paysan » et prix planchers: la gauche tente de parler aux agriculteurs

Avec force saucisson et produits régionaux, ou en expliquant pourquoi il faut réguler les marchés, la gauche tente depuis le Salon de l'agriculture de reprendre pied dans le monde rural pour éviter qu'il ne devienne définitivement acquis à la droite et à l'extrême droite. (AFP).
Avec force saucisson et produits régionaux, ou en expliquant pourquoi il faut réguler les marchés, la gauche tente depuis le Salon de l'agriculture de reprendre pied dans le monde rural pour éviter qu'il ne devienne définitivement acquis à la droite et à l'extrême droite. (AFP).
Short Url
  • Avec force saucisson et produits régionaux, ou en expliquant pourquoi il faut réguler les marchés, la gauche tente depuis le Salon de l'agriculture de reprendre pied dans le monde rural
  • Mercredi, c'est le patron des communistes Fabien Roussel qui a prêché la bonne parole auprès des syndicats agricoles, en les mettant en garde contre "les déclarations du RN qui surfent sur l'émotion et la colère

PARIS: Avec force saucisson et produits régionaux, ou en expliquant pourquoi il faut réguler les marchés, la gauche tente depuis le Salon de l'agriculture de reprendre pied dans le monde rural pour éviter qu'il ne devienne définitivement acquis à la droite et à l'extrême droite.

Mercredi, c'est le patron des communistes Fabien Roussel qui a prêché la bonne parole auprès des syndicats agricoles, en les mettant en garde contre "les déclarations du RN qui surfent sur l'émotion et la colère".

Et pour les convaincre de sa légitimité, l'ancien candidat à la présidentielle s'appuie sur l'histoire de son parti: "On a toujours considéré les paysans comme des travailleurs, c'est pour ça que notre emblème c'est la faucille et le marteau!".

A travers les agriculteurs, qui ne représentent que près de 1,5% de la population active, c'est avec les zones rurales que la gauche, accusée d'être souvent trop élitiste ou tournée vers les villes, espère renouer.

Et à cet exercice, Fabien Roussel, fort d'une bonne cote de popularité, s'est toujours targué d'être un des meilleurs défenseurs du "terroir".

"On parle la même langue" que les cultivateurs ou les éleveurs, assure-t-il, en ajoutant: "Dans le bon sens populaire, il y a le bon sens paysan".

"J'ai toujours défendu le terroir, la viande et le vin (...) face aux discours culpabilisants. Ca me vaut ici un accueil chaleureux ", déroule le député du Nord avant d'aller caresser le postérieur des vaches, sous le regard du patron des députés communistes, l'Auvergnat André Chassaigne, figure tutélaire du PCF sur les questions agricoles.

"C'est pas un problème en soi de venir des grandes métropoles, le problème c'est la surreprésentation des grandes métropoles dans les listes de gauche", poursuit Léon Deffontaines, la jeune tête de liste des communistes aux élections européennes du 9 juin.

Ces reproches viennent en écho à ceux formulés par le vice-président socialiste du Lot Rémi Branco qui, dans un livre publié mi-février, déplorait que la gauche "devienne un repoussoir" dans les campagnes, car perçue comme "une élite qui impose un modèle de vie".

"Quand je parle d'agriculture, je parle de ma famille, c'est mon originalité", appuie Léon Deffontaines, originaire d'Amiens.

« Bon vin »

Autre Amiénois soucieux de ne pas abandonner "les bourgs" à l'extrême droite, François Ruffin a lui aussi martelé mardi la nécessité d'imposer des prix planchers, ciblant l'ambivalence du Rassemblement national sur cette question.

La veille, c'est la tête de liste des Insoumis, Manon Aubry, qui était venue défendre le même message, ciblant les "clowns" du RN.

"Je sais que je sais convaincre les paysans", croit savoir François Ruffin, député LFI de la Somme.

"Je suis une voix écoutée par les agriculteurs de chez moi, même s'ils ne votent pas forcément pour moi", développe le putatif candidat à l'élection présidentielle de 2027 qui veut axer son message autour de trois thèmes centraux: "unité, clarté, joie".

Et, Salon de l'agriculture oblige, l'ancien journaliste de préciser dans un sourire: "La joie peut passer par le couscous, le saucisson, les frites, le pinard, tout ce que vous voulez!".

Car, même les responsables de gauche moins identifiés "terroir", se prêtent au jeu de la bonne franquette dans les allées du Parc des expositions de la porte de Versailles.

"Le sauciflard, l'apéro, c'est aussi notre culture", a ainsi lancé lundi après une rencontre avec des fabricants de spiritueux le patron du Parti socialiste Olivier Faure, expliquant "défendre une façon de vivre", mais se défendant de "faire dans la démagogie ou dans une forme de caricature".

Une manière pour lui de répondre à la "légende" qui voudrait que le PS soit un parti d'urbains, malgré les dernières polémiques sur la composition de la liste autour de Raphaël Glucksmann.

De quoi faire de l'ombre à Fabien Roussel?

"La défense de la gastronomie française, un bon vin, du fromage, une bonne viande, c'est libre de droit!" a réagi dans un sourire l'intéressé.

Et le patron des communistes de préciser: "Si tout le monde le faisait, la France se porterait mieux et la gauche aussi".


Réforme des retraites: coup de pouce de 30 euros en moyenne pour les petites pensions

Un homme brandit une pancarte sur laquelle on peut lire "augmentons nos retraites" lors d'un rassemblement appelé par les organisations nationales de retraités pour demander la revalorisation de la réforme des retraites, à Paris, le 24 octobre 2023. (AFP).
Un homme brandit une pancarte sur laquelle on peut lire "augmentons nos retraites" lors d'un rassemblement appelé par les organisations nationales de retraités pour demander la revalorisation de la réforme des retraites, à Paris, le 24 octobre 2023. (AFP).
Short Url
  • Le gouvernement a introduit cette mesure pour muscler le volet social d'une réforme reculant à 64 ans l'âge légal de la retraite, contre 62 ans auparavant
  • La proportion de nouveaux retraités bénéficiant du soutien aux petites pensions va ainsi rester largement supérieure à ce qu'elle aurait été sans la réforme: près de 30% en 2024

PARIS: Le coup de pouce aux petites pensions prévu par la réforme des retraites bénéficiera à 185.000 des nouveaux retraités de 2024, pour une revalorisation moyenne d'environ 30 euros par mois, selon une étude du service statistique du ministère du travail, de la santé et des solidarités (Drees).

L'étude évalue le gain lié à la réforme pour le flux de nouveaux retraités en 2024 et ensuite.

Elle n'aborde pas le cas des 1,7 million de personnes déjà en retraite au moment de l'entrée en vigueur de la réforme, le 1er septembre 2023, qui vont aussi bénéficier d'une revalorisation dans le cadre de ce coup de pouce aux petites pensions.

L'estimation par la Drees d'une revalorisation moyenne de 30 euros pour les nouveaux retraités confirme l'évaluation qu'avait déjà faite la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) devant le Sénat, en octobre dernier.

Mais la CNAV n'avait pas précisé alors le nombre de personnes concernées.

La très contestée réforme des retraites a revalorisé le "minimum contributif" (Mico), dispositif de soutien aux petites pensions, pour que celles-ci atteignent au minimum 85% du Smic net (1.200 euros au moment de la réforme), pour un salarié ayant accompli une carrière complète au Smic.

Le gouvernement a introduit cette mesure pour muscler le volet social d'une réforme reculant à 64 ans l'âge légal de la retraite, contre 62 ans auparavant.

Mais l'exécutif et la majorité ont été accusés d'avoir survendu l'effet positif de la mesure sur le niveau des petites retraites, en faisant miroiter une évolution bien plus avantageuse qu'elle ne l'était réellement.

Pour la Drees, l'effet "revalorisation des petites pensions" de la réforme des retraites va en tout cas se poursuivre dans les années et décennies à venir, puisque le "Mico" est désormais indexé sur le Smic, et non pas sur l'inflation.

La proportion de nouveaux retraités bénéficiant du soutien aux petites pensions va ainsi rester largement supérieure à ce qu'elle aurait été sans la réforme: près de 30% en 2024, avec une redescente à 25% dans la décennie suivante, et une légère remontée dans les décennies suivantes.

Selon la Drees, la réforme a également un effet redistributif. "C'est bien pour les bénéficiaires les plus modestes que le minimum contributif a les effets les plus importants", souligne-t-elle.

La Drees indique également que "les femmes bénéficient du minimum contributif deux fois plus souvent que les hommes".

"Grâce au minimum contributif, l'écart de pension moyenne dans les régimes de base du secteur privé entre femmes et hommes se réduit, passant de 16,6% à 14,5%", indique-t-elle.

S'agissant des 1,7 million de personnes déjà en retraite au moment de l'entrée en vigueur de la réforme, la CNAV a estimé le gain apporté par la réforme à 60 euros en moyenne.