Borne prête à aller «plus loin» pour protéger les Français

Elisabeth Borne se dit prête à mettre davantage de moyens pour protéger les Français après l'attaque au couteau commise samedi (Photo d'illustration, AFP).
Elisabeth Borne se dit prête à mettre davantage de moyens pour protéger les Français après l'attaque au couteau commise samedi (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 07 décembre 2023

Borne prête à aller «plus loin» pour protéger les Français

  • Elisabeth Borne suggère notamment que les individus comme l'assaillant samedi puissent faire l'objet d'une «attention encore plus soutenue»
  • Sur le très sensible projet de loi immigration elle dit sa «confiance» en Gérald Darmanin pour trouver une majorité à l'Assemblée nationale

PARIS: "S'il le faut, on ira encore plus loin": Elisabeth Borne se dit prête à mettre davantage de moyens pour protéger les Français après l'attaque au couteau commise samedi, dans un entretien au Figaro mis en ligne mercredi, aux accents très régaliens.

"Tous les pays du monde sont exposés à des risques qu'il faut déjouer. Nous mobilisons des moyens pour ces Jeux olympiques (de Paris) et on en mobilisera davantage si c'est nécessaire", affirme la Première ministre, quatre jours après une attaque mortelle au couteau commise samedi à Paris, qui a mis l'exécutif sous pression face à la menace jihadiste.

"Avec les lois de programmation récemment votées, les budgets des ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Armées ont encore été renforcés. S’il le faut, on ira encore plus loin", ajoute-t-elle.

La cheffe du gouvernement suggère notamment que les individus comme l'assaillant samedi, connu des services de renseignement pour son islamisme radical et ses troubles psychiatriques, puissent faire l'objet d'une "attention encore plus soutenue".

"Il est vrai qu’un nombre important de personnes sont suivies au titre de la radicalisation et du terrorisme. Il y a des personnes suivies au titre de la psychiatrie. A l'intersection des deux, on peut avoir des individus qui exigent une attention encore plus soutenue", dit-elle.

Attend des propositions

Alors que son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait pointé un "ratage" dans le suivi psychiatrique de l'auteur présumé de l'attaque, Elisabeth Borne considère que "c'est l'ensemble des maillons de la chaine qu’il faut examiner".

Un juge d'instruction a mis en examen mercredi le Franco-Iranien, Armand Rajabpour-Miyandoab, soupçonné d'être l'auteur de l'attaque mortelle au couteau perpétrée samedi soir près de la tour Eiffel, a indiqué son avocate à l'AFP.

Agé de 26 ans, il avait dit avoir agi en "réaction à la persécution des musulmans dans le monde", alors que le gouvernement avait dit craindre l'importation sur le sol français du conflit au Proche-Orient entre Israël et le Hamas.

L'attaque est survenue moins de deux mois après celle d'Arras (Pas-de-Calais) qui a coûté la vie à un enseignant mi-octobre et conduit au relèvement du plan Vigipirate au niveau maximal "urgence attentat".

Et à huit mois des JO-2024 l'été prochain, quand 15 millions de spectateurs seront attendus en région parisienne.

Sur le très sensible projet de loi immigration, un autre dossier régalien porté par son ministre de l'Intérieur, qui fut un temps son rival pour Matignon, Elisabeth Borne dit sa "confiance" en Gérald Darmanin pour trouver une majorité à l'Assemblée nationale.

Mais elle dit aussi attendre des "propositions" de sa part et du ministre de la Santé Adrien Rousseau pour adapter éventuellement l'AME, l'aide médicale d'Etat pour les étrangers sans papiers, remise en cause par le Sénat lors du débat sur ce projet de loi.

«Ambitions»

Dans ce contexte, elle affirme aussi qu'une renégociation d'un accord franco-algérien de 1968, qui confère un statut favorable aux Algériens pour leurs conditions de circulation, de séjour et d'emploi en France, est à "l'ordre du jour".

La droite et des membres de la majorité souhaitent sa remise en cause, jugeant ce traité trop favorable aux Algériens en matière d'immigration.

Sur le plan économique, elle ne reprend pas la proposition de son ministre de l'Economie Bruno Le Maire de réduire la durée d'indemnisation chômage des plus de 55 ans.

"Ma première préoccupation est que les seniors restent en emploi", dit-elle en suggérant "d'étendre" la retraite progressive.

Mais elle veut comme lui continuer à "porter des réformes", précisant que "le calendrier législatif des prochains mois sera guidé par l’affirmation de l’autorité, la recherche du plein emploi, les questions de l’énergie et du logement, la transformation de notre agriculture, l’efficacité de l’action publique".

Alors que plusieurs de ses ministres ont les dents qui s'aiguisent déjà pour la présidentielle de 2027, elle explique qu'à son poste "on ne commente pas les hypothétiques ambitions des uns ou des autres". "On doit continuer à consacrer notre énergie à mener les réformes suivantes. C’est ce que j’attends de tous les ministres".


Ukraine: Gabriel Attal évoque «les troupes de Poutine» en visant Marine Le Pen

«Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe», a-t-elle jugé (Photo, AFP).
«Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe», a-t-elle jugé (Photo, AFP).
Short Url
  • Gabriel Attal a jugé mardi qu'il y avait «lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine (n'étaient) pas déjà dans notre pays», visant nommément Marine Le Pen
  • «Si nous vous avions écouté à l'époque, nous n'aurions pas accompagné les Ukrainiens face à cette agression», a-t-il ajouté

PARIS: Le premier ministre Gabriel Attal a jugé mardi qu'il y avait "lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine (n'étaient) pas déjà dans notre pays", visant nommément Marine Le Pen, dans une passe d'armes tendue avec la leader du RN à l'Assemblée nationale.

La députée du Pas-de-Calais a interpellé le chef du gouvernement à propos des déclarations de lundi soir d'Emmanuel Macron, qui avait indiqué ne pas exclure l'hypothèse d'un envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe", a-t-elle jugé.

"On me dit que c'est dans l'intérêt de l'humanité. Mais quel est donc ce droit divin qui a fait de la France le soldat de toutes les justes causes dans le monde, alors que le seul empire mondial existant, les États-Unis, s'y refuse à leur endroit?", a-t-elle ironisé.

"Vous attendiez la première occasion pour rappeler les vrais fidélités qui sont les vôtres" et "montrer le vrai visage qui est le votre", a rétorqué le Premier ministre.

Il a estimé que "quand on lit les enquêtes qui sont réalisées", comme celle du Washington Post le 30 décembre dernier accusant le RN de liens persistants avec Moscou en vue d'affaiblir le soutien à l'Ukraine, "il y a lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine ne sont pas déjà dans notre pays".

"Je parle de vous et de vos troupes, Mme Le Pen", a-t-il encore asséné.

"Si nous vous avions écouté à l'époque, nous n'aurions pas accompagné les Ukrainiens face à cette agression", a-t-il ajouté, jugeant que "le Kremlin mise sur l'oubli et la complaisance de ceux qui l'ont soutenu, défendu, voire idolâtré".

"Quand on regarde les positions qui sont les vôtres, qui ont été les vôtres, vous défendiez une alliance militaire avec la Russie", et ce "il y a seulement deux ans: c'était dans votre programme pour l'élection présidentielle", a-t-il fait observer.

Et d'ajouter: "Si vous aviez été élue en 2022, on serait en train de fournir des armes à la Russie pour écraser les Ukrainiens, c'est ça la réalité".


Ukraine: L'Elysée annonce un débat au Parlement après la polémique sur l'envoi de troupes

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue de la conférence internationale visant à renforcer le soutien occidental à l'Ukraine, à l'Elysée à Paris (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue de la conférence internationale visant à renforcer le soutien occidental à l'Ukraine, à l'Elysée à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs alliés européens de la France ont rejeté l'idée de déployer des soldats en Ukraine
  • Cet accord de sécurité «inscrit notre soutien à l'Ukraine dans la durée pour faire échec à la guerre d'agression de la Russie»

PARIS: L'Elysée a annoncé mardi qu'un débat et un vote auraient lieu au Parlement sur la question du soutien à Kiev, au lendemain de déclarations d'Emmanuel Macron fustigées par les oppositions, car n'excluant pas l'hypothèse d'un envoi de troupes occidentales en Ukraine.

Dans un communiqué, la présidence a indiqué que le chef de l'Etat avait demandé au gouvernement de faire devant le Parlement une déclaration "relative à l'accord bilatéral de sécurité conclu avec l'Ukraine" le 16 février, suivie d'un débat et d'un vote.

Cet accord de sécurité "inscrit notre soutien à l'Ukraine dans la durée pour faire échec à la guerre d'agression de la Russie", rappelle l'Élysée qui ne précise pas la date du débat parlementaire, décidé au titre de l'article 50-1 de la Constitution.

Cette annonce intervient au lendemain de déclarations décriées d'Emmanuel Macron. A l'issue d'une conférence internationale de soutien à l'Ukraine à Paris, le chef de l'Etat avait dit lundi qu'"il n'y a pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol".

"Mais en dynamique, rien ne doit être exclu", avait-il ajouté, en assumant une "ambiguïté stratégique".

Ces déclarations ont été vivement critiquées par les oppositions, de LFI au RN, qui réclamaient un débat au Parlement, avant la publication du communiqué de l'Elysée.

Plusieurs alliés européens de la France ont également rejeté l'idée de déployer des soldats en Ukraine.

 


Pour près de 40% des forces de l'ordre, les contrôles d'identité sont «peu ou pas efficaces»

Un policier municipal contrôle un homme à Nantes, dans l'ouest de la France, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Un policier municipal contrôle un homme à Nantes, dans l'ouest de la France, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les contrôles d'identité, estimés à près de 47 millions par an selon la Cour des comptes, sont peu voire pas efficaces
  • La majorité des policiers et gendarmes considère par ailleurs que mener à bien leur mission est prioritaire sur le respect de la loi

PARIS: Le débat sur l'efficacité des contrôles d'identité se poursuit: une part significative de gendarmes et policiers les jugent peu ou pas efficaces pour garantir la sécurité d'un territoire, selon une étude du Défenseur des droits publiée mardi.

Les contrôles d'identité, estimés à près de 47 millions par an selon la Cour des comptes, sont peu voire pas efficaces pour garantir la sécurité d'un territoire pour 39,2% des gendarmes et policiers interrogés, montre l'étude confiée à des chercheurs du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP).

Concernant les pratiques professionnelles, les réponses sont contrastées: si l'usage de la force pour obtenir des aveux est réprouvé dans plus de 9 cas sur 10, près de 6 répondants sur 10 (59,8%) estiment que, dans certains cas, le recours à plus de force que ce qui est prévu dans les textes devrait être toléré.

La majorité des policiers et gendarmes considère par ailleurs que mener à bien leur mission est prioritaire sur le respect de la loi (51,8% contre 45,2%).

La formation continue reste un problème selon une part significative des forces de l'ordre interrogées. Une faible minorité de gendarmes et de policiers (respectivement 12% et 5,5%) ont bénéficié de formation dans l'année écoulée sur la désescalade de la violence.

De la même manière, près de la moitié des agents (45,7%) se dit insuffisamment formée aux droits des citoyens. Ils sont 66,6% à avoir étudié le droit des mineurs, 53,5% le droit de la non-discrimination, 28,8% le droit des réfugiés et des étrangers et 20,1% les droits économiques et sociaux.

«Enquête à charge»

Face à ces résultats, la Défenseure des droits Claire Hédon invite les pouvoirs publics et institutions concernées à mettre en œuvre les recommandations qu'elle a formulées à de nombreuses reprises, comme "renforcer la formation initiale et continue des policiers et des gendarmes" et "mettre en place un dispositif d'évaluation de la pratique des contrôles d'identité, de leur efficacité et de leur impact sur les relations avec la population".

L'institution réclame de longue date la traçabilité des contrôles d’identité. La Défenseure des droits avait d'ailleurs saisi la Cour des comptes pour qu'elle engage une étude sur les conditions de leur pratique.

Les magistrats de la Cour avaient souligné que le recours "massif" aux contrôles d'identité, dont les objectifs sont "peu définis" auprès d'agents insuffisamment formés, était porteur de "dérives".

Le syndicat Alternative police CFDT a regretté "une enquête à charge, partiale et orientée contre la police nationale", conduite "dans le seul but du projet de la Défenseure des droits pour la création d'un récépissé d'un contrôle d'identité".

"On est contre une sorte de récépissé pour les contrôles. C'est alourdir le travail des forces de l'ordre, mettre en doute leur déontologie, leur professionnalisme. Si 40% des policiers et gendarmes les jugent peu ou pas efficaces, 60% pensent qu'ils le sont. C'est une majorité confortable", a réagi auprès de l'AFP Eric Henry, délégué national Alliance, un des principaux syndicats de policiers.

"Publier une étude comme celle-ci en donnant le sentiment à l'opinion publique qu'il faudrait abolir le contrôle d'identité, ce n'est pas très honnête de la part de l'institution", a estimé Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP-FO, regrettant un échantillonnage "pas représentatif" dans la méthodologie du rapport.

L'enquête repose sur un échantillon de 976 gendarmes et 655 policiers répartis sur sept départements: trois en région parisienne (Yvelines, Essonne, Val-d'Oise) et quatre en région Auvergne-Rhône-Alpes (Cantal, Isère, Loire, Rhône). Les effectifs de police et de gendarmerie comptent quelque 250.000 membres en France.