L'Arabie saoudite se joint à la course des taxis aériens

Image de synthèse / CGI d'un concept de Vertiport développé pour la Mobilité Aérienne Urbaine par Setec et ses partenaires. (photo fournie)
Image de synthèse / CGI d'un concept de Vertiport développé pour la Mobilité Aérienne Urbaine par Setec et ses partenaires. (photo fournie)
King Salman Park, le plus grand parc urbain du monde au cœur de Riyad. Conception en ingénierie pluridisciplinaire par Setec (au sein de la coentreprise Gerber Happold Setec) pour le plan directeur du paysage et la conception détaillée du projet KSP. (photo fournie)
King Salman Park, le plus grand parc urbain du monde au cœur de Riyad. Conception en ingénierie pluridisciplinaire par Setec (au sein de la coentreprise Gerber Happold Setec) pour le plan directeur du paysage et la conception détaillée du projet KSP. (photo fournie)
La Fondation Louis Vuitton, un centre d'art contemporain situé dans le Bois de Boulogne, à Paris. Conception architecturale de Frank Gehry et conception en ingénierie pluridisciplinaire par Setec. (photo fournie)
La Fondation Louis Vuitton, un centre d'art contemporain situé dans le Bois de Boulogne, à Paris. Conception architecturale de Frank Gehry et conception en ingénierie pluridisciplinaire par Setec. (photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 11 décembre 2023

L'Arabie saoudite se joint à la course des taxis aériens

  • Le groupe d'ingénierie français Setec, un partenaire clé dans le transport durable
  • «Nous cherchons à apporter notre touche verte et notre expertise en ingénierie pour avoir des bâtiments ayant un impact moindre sur l'environnement», déclare un responsable

RIYAD : Le groupe d'ingénierie et de conseil français Setec travaille sur la mobilité aérienne urbaine dans le Royaume d’Arabie saoudite.

Le concept en cours de développement avec les partenaires européens de la société et les fabricants vise à fournir une mobilité aérienne pour les personnes et les biens.

Avec Dubaï prévoyant de lancer son premier taxi volant d'ici 2026 et les pays envisageant ce service comme un moyen de soulager les conditions de trafic, l'Arabie saoudite se joint également à la course pour la mobilité aérienne.

Le fournisseur français de solutions d'ingénierie intégrée développe de nouvelles solutions de mobilité, notamment pour la région du Golfe, avec le développement de services de transport public et de mobilité douce (ou « soft mobility ») pour les villes intelligentes.

«C’est comme un taxi aérien. Nous avons élaboré une étude de faisabilité préliminaire pour Riyad, pour relier Riyad aux nouvelles centralités qui sont en cours de développement à proximité, à savoir Diriyah et Qiddiyah, et le service pourrait être mis en œuvre dans les années à venir, pour désengorger l'infrastructure routière et réduire le temps de parcours entre les différentes centralités», a déclaré Patrick Bteich, un associé du groupe Setec, à Arab News en français.

«La mobilité aérienne nécessite des autorisations spéciales de divers ministères, et vous devez travailler sur des corridors pour atténuer les problèmes de sécurité... De la phase pilote à la mise en œuvre, cela peut prendre quelques années en fonction de la réglementation. Mais c'est un projet qui pourrait être développé pour la Vision 2030», a ajouté Bteich.

Le développement d'AlUla au cours des dernières années a été le théâtre d'une collaboration significative entre la France et l'Arabie saoudite par le biais de l'accord intergouvernemental AFALULA et RCU. Ces partenariats démontrent l'ambition du Royaume de faire d'AlUla une destination internationale de premier plan pour la culture et le tourisme.

Setec est l'une des entreprises françaises travaillant à AlUla.

La présence de la société d'ingénierie à AlUla intervient dans le cadre de l'accord intergouvernemental, ainsi qu'à la volonté du groupe d'étendre sa présence dans les régions ouest du Royaume.

Le groupe français, qui travaille également sur le King Salman Park et le développement des lignes de métro, vise à «aider le Royaume à atteindre ses objectifs dans le cadre de la Vision 2030», a déclaré Bteich.

«Nous cherchons à nous positionner, en travaillant sur des bâtiments emblématiques, de projets de tours de grande hauteur, et nous sommes intéressés par tous les développements de métro et de train léger (LRT) qui se déroulent dans la région. À Riyad, nous avons des extensions de lignes qui vont être proposées sur le marché, notamment le LRT de Qiddiya», a-t-il ajouté.

Dans son manifeste pour la construction à faible empreinte carbone, le groupe Setec s'est engagé à offrir des alternatives à faible empreinte carbone sur ses projets.

«Nous essayons également d'apporter notre touche verte et notre expertise en ingénierie pour avoir des bâtiments ayant un impact moindre sur l'environnement. Notre devise aujourd'hui est la résilience et l'adaptation au changement climatique, ce qui est assez important dans la région sachant que les vagues de chaleur peuvent devenir plus fortes et peuvent durer plus longtemps», a-t-il ajouté.

Le cabinet d'ingénierie est axé sur l'expansion internationale, qui représente plus de 30 % de son activité.

Avec des bureaux établis en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en Égypte, le groupe concentre ses efforts et son développement commercial en Arabie saoudite, en ligne avec les méga-projets en cours au Royaume, avec trois bureaux à travers le pays.

«En Arabie saoudite, nous finalisons actuellement notre travail sur le King Salman Park, le design paysager avec nos partenaires Gerber Architekten (architectes allemands) et Buro Happold (ingénieurs anglais), et nous avons soumis le dernier lot fin octobre, et la construction est en cours et dans les délais. Le projet devrait ouvrir bientôt», a déclaré Bteich.

Setec travaille également sur la gestion de projet pour Diriyah Gate et a travaillé sur la gestion de projet au sein du consortium FAST sur 3 des 6 lignes de métro de Riyad.

«Le cœur de notre activité est lié aux transports et aux infrastructures : métros, trains, autoroutes, lignes à grande vitesse, aéroports... cela représente environ 60 % à 65 % de notre activité, et c'était l'activité principale lorsque nous avons commencé, avec des structures complexes», a-t-il ajouté.

Parmi ses projets phares, Setec a travaillé sur la section française du Tunnel sous la Manche entre la France et le Royaume-Uni.

Le groupe a également conçu le Viaduc de Millau, le plus haut pont à haubans du monde, ainsi que des bâtiments emblématiques, dont le musée de la Fondation Louis Vuitton en France, le Tribunal de Justice à Paris et le Louvre Abu Dhabi.

«Nous aidons les architectes dans la conception pour concrétiser le projet... nous avons récemment eu l'occasion de rencontrer des clients clés d'Arabie saoudite et cela va permettre de belles opportunités de collaboration», a déclaré Bteich.

Le groupe Setec comprend plus de 40 entreprises. La firme élabore des études de faisabilité conduisant à des études de conception détaillées, à des évaluations d'impact environnemental et propose des services de supervision de site client et de conseil.


Irak: les élections parlementaires du Kurdistan autonome reportées au 10 juin

Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence (Photo, AFP).
Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence (Photo, AFP).
Short Url
  • Les élections pour renouveler les sièges du Parlement auraient dû avoir lieu en octobre 2022
  • Mais les contentieux entre le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) avaient poussé l'Assemblée à prolonger son mandat d'un an

ERBIL: La présidence du Kurdistan irakien a annoncé dimanche que les élections parlementaires de la région autonome auraient finalement lieu le 10 juin, après de multiples reports dus aux querelles entre les deux principaux partis kurdes.

Les élections pour renouveler les sièges du Parlement auraient dû avoir lieu en octobre 2022, mais les contentieux entre le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) avaient poussé l'Assemblée à prolonger son mandat d'un an.

Les deux partis s'affrontaient notamment sur le découpage des circonscriptions électorales.

Le gouvernement régional avait alors fixé le 18 novembre 2023 comme nouvelle date. Mais la Commission électorale irakienne a ensuite réclamé un nouveau report, arguant de la trop grande proximité avec les élections des conseils provinciaux prévues un mois plus tard dans le reste du pays.

Puis elles ont été de nouveau reportées, cette fois au 25 février dernier.

Mais le 21 février, la Cour suprême irakienne a décidé que le Parlement de la région du Kurdistan devait être composé de 100 députés au lieu de 111, et que le scrutin devait être supervisé par la Commission électorale irakienne.

Le président du Kurdistan irakien, Netchirvan Barzani, a signé l'ordre d'organiser les élections le 10 juin, a indiqué la présidence dans un communiqué publié dimanche.

La date du scrutin était très attendue, car en mai dernier la Cour suprême d'Irak avait jugé "inconstitutionnelle" la prorogation d'un an du mandat du Parlement régional.

Le Kurdistan irakien est dominé par les deux frères ennemis du PDK et de l'UPK. Le PDK domine à Erbil, la capitale régionale, et ses membres sont à la tête de la présidence de la région et de son gouvernement. Et depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, tous les présidents irakiens sont issus de l'UPK.

Dans le Parlement actuel de la région, le PDK est le parti le plus important avec 45 sièges, suivi de l'UPK avec 21 sièges.

Le Kurdistan d'Irak se présente comme une oasis de stabilité, mais militants et opposition y dénoncent, entre autres maux, la corruption et des arrestations arbitraires.


Un navire de guerre italien abat un drone en mer Rouge

Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël (Photo, AFP).
Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Un contre-torpilleur italien a abattu un drone qui se dirigeait vers lui samedi en mer Rouge
  • Le ministre italien de la Défense Guido Crosetto a dénoncé les attaques des Houthis qui constituent «une grave violation du droit international»

ROME: Un contre-torpilleur italien a abattu un drone qui se dirigeait vers lui samedi en mer Rouge, où les rebelles yéménites Houthis mènent de fréquentes attaques contre des navires en soutien aux Palestiniens de Gaza, a annoncé le ministère de la Défense.

"En vertu du principe de légitime défense, le navire Duilio a abattu un drone en mer Rouge. Le drone, présentant des caractéristiques analogues à ceux déjà employés dans de précédentes attaques, se trouvait à six kilomètres du navire italien, et volait vers lui", indique un communiqué du ministère.

Dans un entretien dimanche au Corriere della Sera, le ministre de la Défense Guido Crosetto a dénoncé les attaques des Houthis qui constituent "une grave violation du droit international".

Depuis novembre, les rebelles Houthis disent viser les navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden qu'ils estiment liés à Israël, en "solidarité" avec les Palestiniens de la bande de Gaza, en proie à la guerre entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Leurs attaques ont contraint de nombreux armateurs à suspendre le passage par cette zone où transite12% du commerce mondial.

En réaction, les États-Unis, soutien d'Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge et lancé, avec l'aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les Houthis. Ces derniers ont depuis élargi leurs attaques à des navires liés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

L'Italie de son côté s'est engagée à faire partie d'une force navale de l'Union européenne, la mission Aspides, dont elle prendrait le commandement, mais sa participation doit être entérinée par le Parlement et son examen traîne en longueur. Un premier passage au Sénat est prévu à partir de mardi.

En visite officielle au Canada, la cheffe du gouvernement Giorgia Meloni a défendu samedi la participation de son pays au nom de ses intérêts économiques, un tiers des exportations italiennes passant par le détroit de Bab al-Mandeb qui relie la mer Rouge au golfe d'Aden.

La mission Aspides ("bouclier" en grec ancien) est prévue pour un an, éventuellement renouvelable. Outre l'Italie, la France, la Belgique et l'Allemagne ont fait part de leur intention d'y participer.


Iran: les conservateurs sortent gagnants d'élections largement boudées

Des Iraniens ont voté dans un bureau de vote lors des élections pour sélectionner les membres du Parlement et un organe clé du clergé, à Téhéran le 1er mars 2024 (Photo, AFP).
Des Iraniens ont voté dans un bureau de vote lors des élections pour sélectionner les membres du Parlement et un organe clé du clergé, à Téhéran le 1er mars 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Des médias officiels ont estimé que le taux de participation s'était élevé à environ 41%
  • La participation était le principal enjeu de ces élections, considérées comme un test pour le pouvoir

TÉHÉRAN: Les conservateurs vont renforcer leur contrôle du Parlement iranien, selon les résultats partiels des élections de vendredi, marquées par une abstention record en 45 ans de République islamique.

Deux jours après le scrutin, le dépouillement des bulletins de vote s'est poursuivi dimanche, dans l'attente de la proclamation des résultats définitifs par le ministère de l'Intérieur.

D'ores et déjà, des médias officiels ont estimé que le taux de participation s'était élevé à environ 41%.

Le double scrutin destiné à élire les 290 députés et les 88 membres de l'Assemblée des experts, chargée de désigner le guide suprême, a donc mobilisé quelque 25 millions des 61 millions d'électeurs, dans un pays de 85 millions d'habitants. Aucune estimation indépendante n'était disponible.

La participation était le principal enjeu de ces élections, considérées comme un test pour le pouvoir car elles sont les premières depuis le vaste mouvement de contestation ayant secoué le pays à la suite de la mort en septembre 2022 de la jeune Mahsa Amini, arrêtée pour non-respect du strict code vestimentaire du pays.

Les chiffres montrent une tendance à la baisse marquée de la participation, qui s'était élevée à 42,57% aux précédentes législatives de 2020, organisées au début de la crise du Covid. Elle était déjà au plus bas depuis la proclamation de la République islamique en 1979.

Les autorités se sont cependant félicité du niveau de la participation, qui démontre que "le plan de boycott des élections fomenté par des ennemis de l'étranger" n'avait pas fonctionné.

C'est "un nouvel échec historique infligé aux ennemis de l'Iran après les émeutes" de 2022, a jugé samedi le président Ebrahim Raïssi.

«Appel au réveil»

La presse était dimanche partagée sur les leçons du scrutin.

Le quotidien réformateur Ham Mihan a estimé qu'il représentait "une chute pour le pouvoir", regrettant que "l'âme des élections s'était perdue".

Pour le journal progouvernemental en anglais Iran, le scrutin est "un appel au réveil" pour les autorités, qui doivent "écouter les voix des 36 millions de personnes qui n'ont pas voté pour différentes raisons".

La principale coalition de partis réformateurs, le Front des réformes, avait annoncé son refus de participer à ces "élections dénuées de sens" après la disqualification de nombreux de ses candidats.

Symbole de cette défiance, le chef de file de ce camp, l'ancien président Mohammad Khatami, qui a dirigé le pays entre 1997 et 2005, n'a pas voté pour la première fois.

Avant le scrutin, il avait regretté que l'Iran soit "très éloigné d'élections libres et compétitives", sans appeler au boycott, au contraire d'opposants en exil.

En revanche, l'ex-président Hassan Rohani (2013-2021) s'est rendu dans un bureau de vote malgré la disqualification controversée de sa candidature à l'Assemblée des experts, chargée de désigner le guide suprême.

La principale conséquence de cette forte abstention est que le prochain Parlement sera encore davantage "entre les mains des conservateurs radicaux" qui "ont profité de l'occasion créée par la participation réduite", remarquait le quotidien réformateur Shargh. Le nombre de bulletins nuls et blancs serait par ailleurs supérieur aux précédentes élections, selon certains médias.

Ainsi, à Téhéran, où la participation ne se serait élevée qu'à environ 25% selon certains médias, 12 députés élus vendredi appartiennent tous au courant ultraconservateur, qui défend le gouvernement du président Ebrahim Raïssi.

Les candidats plus modérés ont été battus ou devront passer par un second tour en avril ou mai, qui sera nécessaire pour pourvoir les sièges restants de la capitale.

La majorité composée de conservateurs et d'ultraconservateurs est partisane d'une ligne stricte sur les valeurs de la République islamique et de fermeté vis-à-vis des pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis et Israël, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques avec l'Iran.