Le groupe Al-Habtoor envisage de quitter le Liban si ses investissements ne sont pas protégés

Khalaf al-Habtoor a fait part de ses préoccupations dans une interview accordée à Arab News.  (Photo d’archive).
Khalaf al-Habtoor a fait part de ses préoccupations dans une interview accordée à Arab News. (Photo d’archive).
Short Url
Publié le Mercredi 13 décembre 2023

Le groupe Al-Habtoor envisage de quitter le Liban si ses investissements ne sont pas protégés

  • «Si je trouve maintenant un acheteur pour tout ce que j'ai investi là-bas, à un prix équitable, je vendrai», a affirmé Khalaf al-Habtoor
  • Si le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires, «nous n’aurons d’autre choix que de consulter des cabinets d’avocats de haut niveau, à l’étranger»

BEYROUTH: Le géant de l’entreprise Al-Habtoor Group est prêt à se retirer complètement du  Liban si le gouvernement ne prend pas de mesures pour protéger ses investissements, a prévenu le président de ce conglomérat.
Dans une interview exclusive pour Arab News, le dirigeant de ce groupe basé aux Émirats arabes unis (EAU), Khalaf al-Habtoor, a clairement exprimé sa frustration face au déclin économique du Liban. Il a annoncé qu'il était prêt à faire appel à des «cabinets d'avocats de haut niveau à l'étranger» pour récupérer ses actifs perdus.
Ses avertissements interviennent après qu’il a envoyé au Premier ministre du pays, Najib Mikati, une lettre dans laquelle il exprime sa profonde préoccupation quant à la menace qui pèse sur les investissements du Golfe dans le pays.
Mettant l’accent sur la «saisie» illégale des fonds du groupe par les banques libanaises et les pertes subies en raison des troubles sociopolitiques, le magnat des affaires a souligné le fait que c'était le devoir moral et l'obligation légale du gouvernement de verser des compensations et de protéger les investissements étrangers.
«Si je trouve maintenant un acheteur pour tout ce que j'ai investi là-bas, à un prix équitable, je vendrai», a affirmé Khalaf al-Habtoor à Arab News en évoquant la possibilité de retirer ses investissements du Liban.
Le Liban, qui était autrefois une économie prospère et dynamique, se retrouve aujourd’hui embourbé dans une profonde instabilité politique, dans des crises financières, et dans une guerre à sa frontière qui menace de le déstabiliser davantage.

L’économie du Liban, qu’on appelait il n’y a pas si longtemps «la Suisse du Moyen-Orient» en raison de la beauté de ses paysages et de son système bancaire sécurisé, est chancelante. Les investisseurs étrangers, notamment ceux des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), sont soucieux de protéger leurs intérêts commerciaux.

Al-Habtoor a exprimé sa frustration croissante face à la détérioration de la situation au Liban.

Il a accusé certaines milices de contrôler les ressources de l’État, ce qui a conduit au déclin économique actuel.

L'homme d'affaires émirati a appelé au démantèlement urgent de ces groupes armés pour assurer la survie du Liban et la relance de son économie.

Interrogé sur la possibilité d’engager une action en justice, Al-Habtoor a affirmé à Arab News: «Nous en discutons sérieusement, car, actuellement, la situation s’aggrave.» Le président dugroupe a déclaré qu’il avait fixé un délai au gouvernement libanais pour réagir par des mesures appropriées et faire face à la situation.

Si le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires, «nous n’aurons d’autre choix que de consulter des cabinets d’avocats de haut niveau, à l’étranger», a-t-il déclaré.

«Nous avons rouvert Al-Habtoor Grand ainsi que le Metropolitan pour permettre aux familles qui y travaillent de survivre. Nous sommes actuellement en train de perdre et nous ne savons pas combien de temps nous pourrons rester ainsi pour permettre à ces familles de vivre.» Khalaf al-Habtoor, président du groupe Al-Habtoor

 

Khalaf al-Habtoor a précisé que la valeur initiale de l’investissement direct du groupe au Liban dépassait le milliard de dollars, auquel s’ajoutent 500 millions de dollars en investissements indirects (1 dollar = 0,93 euro). Cependant, en raison du ralentissement économique, la valeur actuelle de ces investissements est presque nulle. Avec près de 500 employés au Liban, l'impact de la crise économique sur les membres du personnel et leurs familles est considérable, a-t-il ajouté.

Fondé en 1970, le groupe Al-Habtoor est devenu l'un des conglomérats les plus importants et les plus en vue de la région. Dans des domaines qui couvrent les secteurs de l'hôtellerie, de l'automobile, de l'immobilier, de l'éducation et de l'édition, les investissements du groupe au Liban ont été importants. Cependant, la crise économique qui a éclaté au Liban en 2019, aggravée par l’impact de la pandémie de Covid-19 et par l’explosion dévastatrice de Beyrouth en 2020, a plongé le pays dans un véritable marasme économique.

Malgré les difficultés économiques, Khalaf al-Habtoor a rouvert les hôtels Grand et Metropolitan. Interrogé sur cette décision, il a indiqué: «Nous avons rouvert Al-Habtoor Grand et Metropolitan pour permettre aux familles qui y travaillent de survivre. Nous sommes actuellement en train de perdre et nous ne savons pas combien de temps nous pourrons rester ainsi pour permettre à ces familles de vivre.» Cette décision est le reflet d’un engagement quivise à soutenir les communautés locales et à offrir des opportunités d'emploi dans des circonstances difficiles.

Le monde des affaires au Liban – les investisseurs locaux et étrangers – est également préoccupé par la situation actuelle du pays. Khalaf al-Habtoor a indiqué à Arab News qu’il avait été approché par l’Union des déposants libanais et qu’il était ouvert à une collaboration avec ceux d’entre eux qui partagent une cause commune.

Il a critiqué les banques libanaises pour avoir donné l’argent des investisseurs à des entités inconnues, rejetant sur elles la responsabilité de la délicate situation actuelle.

L’avertissement d’Al-Habtoor selon lequel il pourrait se retirer du pays intervient à un moment où les perspectives économiques du Liban semblent sombres et où la confiance dans le système financier s’érode.

La semaine dernière, onze des douze membres de l'Association des banques du Liban ont adopté une démarche commune pour tenter de récupérer les dépôts détenus par la Banque du Liban (BDL).

Des banques, parmi lesquelles Bank Audi, Blom Bank, Byblos Bank, entre autres, ont envoyé une mise en demeure au ministère des Finances, ce qui représente un pas décisif en vertu du droit administratif libanais. Elles ont clairement signalé leur intention de déposer un recours contre cette administration. Cette mise en demeure réclame à l'État le versement à la BDL de près de 68 milliards de dollars dans un délai de deux mois, les banques se disant prêtes à lancer un autre recours si l'État ne s'y conformait pas.

Dans un premier temps, les banques exigent le remboursement de 16,5 milliards de dollars empruntés à la BDL entre 2007 et 2023. Elles cherchent également à combler le déficit de 51,3 milliards de dollars enregistrés sur le bilan de la Banque centrale à la fin de 2020, comme l'indiquent les rapports d'audit d'Alvarez & Marsal.

Ce recours intervient à un moment critique qui coïncide avec les discussions au Conseil des ministres sur un projet de restructuration bancaire.

Le projet, tel qu’il se présente, exonère le gouvernement et la Banque centrale de toute responsabilité dans la crise multidimensionnelle du pays, déplaçant le fardeau sur les banques et les déposants. L'Orient-Le Jour rapporte que le vice-Premier ministre, Saadé Chami, qui serait à l'origine de ce projet, nie toute responsabilité, attribuant son élaboration à la Commission de contrôle bancaire du Liban, une entité placée sous la juridiction de la BDL.

Le déficit de la BDL, cause majeure de la crise financière depuis 2019, a des conséquences non seulement sur le secteur bancaire, mais aussi sur l’ensemble de la population libanaise. Les restrictions sur les dépôts, mises en œuvre sans autorisation parlementaire, ont conduit à des actions en justice de la part des déposants contre diverses banques, ajoutant encore un autre niveau de complexité à la crise.

Le 7 décembre, une manifestation organisée par les déposants devant le siège de la BDL a montré l’indignation publique et la condamnation de l’action en justice des banques, les déposants la décrivant comme un «écran de fumée.» L’Union des déposants a accusé l’État de contribuer à l’érosion des fonds des déposants et a critiqué l’inaction de la BDL.

Wassim Mansouri, gouverneur par intérim de la BDL depuis juillet, a succédé à Riad Salamé. Ce dernier, qui occupait ce poste depuis 1993, fait l'objet d'enquêtes pour malversations financières. Alors que les enquêtes externes désignent souvent l’État et la BDL comme responsables de la crise, il existe une conviction dominante au Liban selon laquelle les banques en étaient complices, bénéficiant d’investissements à haut rendement et de pratiques d’ingénierie financière.

Alors que le secteur bancaire prévoit une restructuration potentielle en 2024 et que le Liban affronte sa pire crise économique depuis des décennies, l’appel du groupe Al-Habtoor en faveur d’une action gouvernementale agit comme un rappel frappant d’une urgence des réformes. Le sort des investissements étrangers et la reprise économique du pays sont désormais en jeu, dans l’attente d’actions décisives de la part du gouvernement libanais.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Le FMI salue les recalibrages des projets de la Vision 2030

Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. (AFP)
Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. (AFP)
Short Url
  • Le FMI salue les recalibrages saoudiens sur les projets de Vision 2030
  • La révision par le FMI de la production économique de l'Arabie saoudite est largement due aux réductions de la production de pétrole

RIYAD: Le Fonds monétaire international a salué les récents recalibrages et ajustements effectués par l'Arabie saoudite sur certains de ses mégaprojets dans le cadre de Vision 2030.

"Nous sommes presque à mi-parcours de Vision 2030", a déclaré Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, et "ces recalibrages font partie de la révision classique de toute stratégie à moyen terme".

Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. En mai, Reuters a également rapporté que le Fonds d'investissement public "envisage une réorganisation qui comprend la redéfinition des priorités en matière de projets et l'examen de certaines dépenses".

M. Azour a déclaré que ces mesures étaient bien accueillies par le FMI, car les autorités saoudiennes sont en train d'examiner et de recalibrer leurs programmes d'investissement.
"Ce qui stimule la croissance non pétrolière de l'économie saoudienne, c'est un mélange d'augmentation de la demande, l'impact des réformes structurelles qui ont, par exemple, amélioré l'activité économique mais aussi les indicateurs d'emploi, nous avons vu un doublement de la participation des femmes dans l'économie, (et) une baisse du chômage", a déclaré M. Azour lors d'un entretien avec Joumanna Bercetche dans le cadre de l'émission Horizons Middle East and Africa de Bloomberg.

Les réformes structurelles, les investissements et l'augmentation de la demande grâce à l'ouverture d'un certain nombre de nouveaux secteurs sont les moteurs de la croissance économique, a-t-il ajouté.

"La gestion de l'économie, la capacité à maintenir les prix sous contrôle et la traduction de la croissance économique en création d'emplois sont des pas dans la bonne direction pour accélérer la diversification de l'économie et augmenter la taille du secteur non pétrolier", a-t-il également déclaré.

En début de semaine, le FMI a revu à la baisse la croissance économique du Royaume de près d'un point de pourcentage, la ramenant à 1,7 % cette année, soit une baisse de 0,9 point de pourcentage par rapport à la prévision précédente de l'agence en avril, qui était de 2,6 %.

Dans sa mise à jour des Perspectives de l'économie mondiale, le FMI a également révisé l'augmentation de la production du pays à 4,7 % l'année prochaine, soit une baisse de 1,3 point de pourcentage par rapport à sa prévision d'avril qui était de 6 %.

Lorsque nous examinons l'activité économique non pétrolière, nous constatons qu'elle continue de croître à des taux sains et, en moyenne, nous nous attendons à ce qu'elle dépasse les 4 % à moyen terme", a déclaré M. Azour, ajoutant : "L'inflation est toujours faible et le taux de chômage est élevé : "L'inflation reste faible et a été légèrement revue à la baisse (à) 1,7 % cette année, ce qui constitue un très bon contrôle des prix et nous nous attendons à ce que l'inflation reste aux alentours de 1,9 à 2 % à moyen terme.

Il a déclaré que la principale raison de la révision du FMI est due à l'accord de l'OPEP+ pour limiter la production de pétrole, qui a été prolongé jusqu'en septembre 2025, et à la réduction progressive des réductions volontaires de production du Royaume.

En juin, le groupe a accepté de prolonger la plupart de ses réductions importantes de la production de pétrole jusqu'en 2024 et de commencer à les supprimer progressivement l'année prochaine. Les pays membres ont commencé à réduire leur production de 5,86 millions de barils par jour, soit environ 5,7 % de la demande mondiale.

"Nous avons dû revoir techniquement la croissance du secteur pétrolier, et pour le secteur non pétrolier, je dirais que le niveau de croissance est toujours plus élevé que la croissance mondiale. Nous prévoyons une croissance de 3,7 % pour le secteur non pétrolier cette année et, à moyen terme, nous nous attendons à ce que le secteur non pétrolier connaisse une croissance supérieure à 4 %.

Le FMI prévoit que la croissance mondiale atteindra 3,2 % cette année et 3,3 % l'année prochaine, tandis que la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord devrait croître de 2,2 % cette année, soit un demi-point de pourcentage de moins qu'il y a trois mois.

M. Azour a reconnu que l'instabilité dans la région et les tensions géopolitiques ont un impact important sur l'activité économique, notamment la guerre à Gaza et les attaques contre les navires qui perturbent les routes commerciales de la mer Rouge et du canal de Suez.

"Nous considérons toujours cela comme une menace, en particulier à cause de l'insécurité qui a affecté le commerce qui passe habituellement par la mer Rouge et le canal de Suez et qui a légèrement affecté l'activité économique d'un certain nombre de pays qui bénéficient de ce flux commercial", a-t-il déclaré.

Le FMI constate que le volume du commerce a diminué de manière drastique à travers la mer Rouge, en particulier pour le transport maritime par conteneurs, où les deux tiers du commerce ont chuté par rapport à la même période l'année dernière, a déclaré M. Azour, ajoutant que l'agence a également constaté une légère augmentation du coût du transport.


"Nous avons constaté une réponse rapide et un haut niveau de flexibilité pour s'adapter à cette situation, ce qui n'a pas entraîné de perturbation dans le secteur du pétrole et du gaz, ce qui a permis de stabiliser le marché et de réduire le niveau de volatilité que nous avons connu au cours des premières semaines de la guerre à Gaza", a-t-il déclaré.

Les marchés du pétrole et du gaz et les marchés financiers se sont rétablis après une courte période de volatilité, a également déclaré M. Azour, mais "dans les deux cas, ils dépendent maintenant beaucoup plus de l'évolution mondiale de l'offre et de la demande de pétrole, et pour les marchés, ils sont maintenant beaucoup plus liés à l'évolution des marchés financiers internationaux".

Ces commentaires ont été faits alors que le ministre de l'économie et de la planification, Faisal Alibrahim, a rencontré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, à Riyad, pour discuter des "perspectives de croissance mondiale et régionale à la lumière des derniers développements économiques", a déclaré le ministère dans un communiqué.

Ils ont également passé en revue les principaux développements et tendances de l'économie locale et discuté du renforcement de la coopération entre le Royaume et le Fonds.

Il a également eu des entretiens séparés avec M. Azour et l'économiste en chef du FMI, M. Pierre-Olivier Gourinchas.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien de l'économie s'entretient avec la directrice générale du FMI

Le ministre de l'Économie et de la Planification, M. Faisal bin Fadel Al-Ibrahim, a rencontré la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Gorojeva. (SPA)
Le ministre de l'Économie et de la Planification, M. Faisal bin Fadel Al-Ibrahim, a rencontré la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Gorojeva. (SPA)
Short Url
  • Le ministre de l'Économie et de la Planification, M. Faisal bin Fadel Al-Ibrahim, a rencontré la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Gorojeva
  • Au cours de la réunion, les perspectives de croissance mondiale et régionale à la lumière des derniers développements économiques ont été abordées

RIYAD: Le ministre de l'Économie et de la Planification, M. Faisal bin Fadel Al-Ibrahim, a rencontré la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Gorojeva.
Au cours de la réunion, les perspectives de croissance mondiale et régionale à la lumière des derniers développements économiques ont été abordées, ainsi que les développements et tendances les plus importants de l'économie locale et le renforcement de la coopération entre le Royaume et le Fonds.
La réunion s'est déroulée en présence du vice-ministre de l'Économie et de la Planification, l'ingénieur Ammar Naqadi, le sous-secrétaire du ministère de l'Économie et de la Planification pour les politiques et la planification économiques, Rakan Al-Sheikh, le superviseur général du Département général de la recherche économique. et perspectives au ministère de l'Économie et de la Planification, Dr Yasser Faqih, le superviseur général des organisations internationales au ministère de l'Économie et de la Planification, Hattan Munir bin Samman, et le PDG du Fonds national pour les infrastructures, l'ingénieur Ismail Al-Salloum.


Saudi Aramco finalise une émission d'obligations internationales de 6 milliards de dollars

Dans un communiqué de Tadawul, la société a révélé que les offres, qui ont débuté le 9 juillet dans le cadre du programme Global Medium Term Note de la société, seront négociées à la Bourse de Londres. (Fourni)
Dans un communiqué de Tadawul, la société a révélé que les offres, qui ont débuté le 9 juillet dans le cadre du programme Global Medium Term Note de la société, seront négociées à la Bourse de Londres. (Fourni)
Short Url
  • Le géant de l'énergie Saudi Aramco a finalisé l'émission d'obligations internationales de 6 milliards de dollars
  • La dernière fois qu'Aramco a fait appel au marché de la dette remonte à 2021, lorsqu'elle a mobilisé 6 milliards de dollars via un sukuk en trois tranches

RIYAD: Le géant de l'énergie Saudi Aramco a finalisé l'émission d'obligations internationales de 6 milliards de dollars, marquant le retour de la compagnie pétrolière d'État sur le marché de la dette après une interruption de trois ans.

Dans un communiqué publié sur Tadawul, la société a annoncé que les offres, lancées le 9 juillet dans le cadre de son programme global d'émission de medium term notes (MTN), seront négociées à la Bourse de Londres.

La dernière fois qu'Aramco a fait appel au marché de la dette remonte à 2021, lorsqu'elle a mobilisé 6 milliards de dollars via un sukuk en trois tranches, également connu sous le nom d'obligation islamique.

Les gouvernements et les entreprises du Moyen-Orient se sont précipités sur les marchés de la dette cette année en raison de la baisse mondiale des taux d'intérêt. Dans ce contexte, l'Arabie saoudite a émis 12 milliards de dollars d'obligations en janvier.

Ziad T. Al-Murshed, vice-président exécutif des finances et directeur financier d'Aramco, a déclaré : « Nous sommes ravis de l'intérêt marqué et de l'engagement des investisseurs du monde entier, qu'ils soient existants ou nouveaux. Notre carnet de commandes a dépassé 33 milliards de dollars, ce qui témoigne de l'exceptionnelle résilience financière d'Aramco et de la solidité de son bilan. »

« L'obtention d'une prime d'émission négative pour toutes les tranches témoigne de notre proposition de crédit unique. Nous avons constamment démontré une discipline financière rigoureuse, tout en créant de la valeur pour les actionnaires et en favorisant la croissance de l'entreprise. Notre objectif est de maintenir une solide cote de crédit de première qualité à travers les cycles économiques », a-t-il ajouté.

Aramco a précisé que la souscription minimale pour les obligations sera de 200 000 dollars.

Ces instruments financiers comprennent trois obligations de premier rang d'une valeur de 2 milliards de dollars chacune, offrant des rendements de 5,25 %, 5,75 % et 5,87 % pour des échéances respectives de 10, 30 et 40 ans.

Cela fait suite à un commentaire de M. Al-Murshed en février, indiquant que la société pourrait potentiellement émettre des obligations à plus long terme, allant jusqu'à 50 ans, et qu'elle pourrait proposer ces instruments financiers en 2024 lorsque les conditions du marché seront plus favorables.

« Nous accordons toujours la priorité au long terme plutôt qu'au court terme. Je ne veux pas vous donner de date exacte, mais ce n'est pas très éloigné. Probablement en 2024 », avait déclaré M. Al-Murshed.

La société a révélé que la dernière offre a été sursouscrite plus de six fois, par rapport à l'objectif initial de 5 milliards de dollars.

Aramco a ajouté que la transaction a suscité une forte demande de la part d'une base diversifiée d'investisseurs institutionnels axés sur la qualité. Les trois tranches ont été évaluées favorablement, avec une prime de nouvelle émission négative, reflétant le solide profil de crédit de la société.

Dans sa dernière déclaration, Aramco a annoncé que les obligations seraient émises conformément aux exigences de la règle 144A/Reg S de la loi américaine sur les valeurs mobilières de 1933, telle qu'amendée.

Cette loi sur les valeurs mobilières vise à garantir que les investisseurs disposent d'informations financières et d'autres informations essentielles sur les titres vendus publiquement.

La société a également précisé que l'émission respectait les règles de stabilisation de la Financial Conduct Authority et de l'International Capital Market Association.

Les obligations offrent diverses options de remboursement, que ce soit à l'échéance, en cas de défaillance ou pour des raisons fiscales. Parmi ces options figurent le remboursement anticipé par l'émetteur, le remboursement anticipé au pair à l'échéance et le remboursement anticipé intégral.

En juin, Aramco a également levé plus de 10 milliards de dollars lors de son deuxième appel public à l'épargne, en vendant 1,55 milliard d'actions, qui représentait 0,64 % du capital de la société.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com