Des bombes israéliennes touchent des maisons à Rafah, au moins 20 morts

Des Palestiniens se rassemblent sur le site d'une frappe israélienne contre une maison à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre. 19, 2023 (Photo, Reuters).
Des Palestiniens se rassemblent sur le site d'une frappe israélienne contre une maison à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre. 19, 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 19 décembre 2023

Des bombes israéliennes touchent des maisons à Rafah, au moins 20 morts

  • Mardi, 20 Palestiniens ont été tués dans un bombardement à Rafah
  • Le lourd bilan parmi les civils renforce les appels à l'apaisement de nombreux pays

TEL AVIV: De nouvelles frappes israéliennes ont visé mardi la bande de Gaza, malgré la pression internationale pour un arrêt de l'offensive menée par Israël contre le Hamas et l'indignation provoquée par les lourdes pertes civiles dans le territoire palestinien assiégé.

Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se prononcer sur un nouveau texte appelant à une "cessation urgente et durable des hostilités" à Gaza, déclenchées par l'attaque sanglante menée le 7 octobre par le Hamas sur le sol israélien.

Les Etats-Unis, alliés historiques d'Israël qui ont promis lundi de continuer à lui livrer des armes, avaient opposé leur veto à de précédentes tentatives, tout en critiquant ces derniers jours les frappes "aveugles" menées par l'armée israélienne.

Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et déclaré la guerre au mouvement islamiste depuis l'attaque qui a fait environ 1.140 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP à partir des derniers chiffres officiels israéliens.

Quelque 250 personnes ont été prises en otage le 7 octobre, dont 129 sont toujours retenues à Gaza, selon les autorités israéliennes.

L'armée israélienne a annoncé la mort de 131 soldats depuis le début de ses opérations au sol le 27 octobre, venues s'ajouter aux bombardements sur le territoire palestinien.

Dans la bande de Gaza, plus de 19.453 personnes, en majorité des femmes, des enfants et des adolescents, ont été tuées par les bombardements israéliens, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Durant la nuit, des frappes ont de nouveau visé Rafah et Khan Younès, dans le sud, ainsi que le centre de Gaza, selon des correspondants de l'AFP.

«Partout des bombardements»

Mardi, 20 Palestiniens ont été tués dans un bombardement à Rafah, selon le Hamas. Parmi eux se trouvaient quatre enfants et un journaliste, Adel Zorob.

Dans cette ville frontalière avec l'Egypte, qui abrite des dizaines de milliers de réfugiés ayant fui les combats plus au nord, des rescapés fouillaient au matin les décombres d'un immeuble effondré et sortaient des corps.

"Il n'y a pas d'endroit sûr. Aucun. Nous sommes des déplacés de la ville de Gaza. Nous sommes venus ici, nos maisons ont été détruites mais partout à Gaza, il y a des bombardements", a raconté à l'AFP Jihad Zorob, sa petite fille sur les genoux.

La guerre a plongé le petit territoire, soumis par Israël à un siège total depuis le 9 octobre, dans une profonde crise humanitaire, mis hors service la plupart des hôpitaux, entraîné des destructions considérables et le déplacement de 85% de la population, soit 1,9 million de personnes selon l'ONU.

Beaucoup d'habitants ont dû fuir à plusieurs reprises, survivant à l'arrivée de l'hiver dans des camps de fortune, sans électricité, où l'eau, la nourriture, les médicaments et le carburant manquent.

L'organisation Human Rights Watch a accusé lundi Israël d'utiliser "la famine des civils comme technique de guerre (...), ce qui constitue un crime de guerre". Le gouvernement israélien a réagi en qualifiant HRW "d'organisation antisémite et anti-israélienne".

«Des civils meurent»

Le lourd bilan parmi les civils renforce les appels à l'apaisement de nombreux pays.

Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron doit ainsi rencontrer mardi ses homologues français et italien, pour appeler de nouveau à "un cessez-le-feu durable", ont annoncé ses services.

En visite lundi à Tel-Aviv, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a annoncé que les Etats-Unis allaient continuer à fournir "l'équipement" militaire nécessaire à l'armée israélienne et que Washington ne souhaitait pas "imposer un calendrier" à son allié.

En parallèle, le ministre américain a insisté sur la nécessité de "réduire les dommages causés aux civils" et de "fournir une aide humanitaire accrue aux près de deux millions de personnes déplacées à Gaza".

Initialement prévu lundi, le vote du Conseil de sécurité a été reporté à mardi pour permettre de plus amples négociations autour du nouveau projet de résolution.

Tensions en mer Rouge 

Le risque de régionalisation du conflit préoccupe également la communauté internationale, notamment à cause de l'escalade des attaques menées par les rebelles Houthis du Yémen, alliés du Hamas, sur le trafic maritime international en mer Rouge.

Les Houthis se sont dits mardi déterminés à poursuivre leurs attaques en dépit de l'annonce, lundi par les Etats-Unis, de la formation d'une coalition internationale pour y faire face, qui comprend notamment la France et le Royaume-Uni.

Depuis quelques jours, de nombreux géants du transport maritime ont annoncé suspendre tout transit en mer Rouge, à cause de ces attaques concentrées sur le détroit stratégique de Bab al-Mandeb, qui sépare la péninsule arabique de l'Afrique, et par lequel transite 40% du commerce mondial.

A Gaza, les journalistes témoins et victimes de la guerre

A Gaza, les journalistes payent un lourd tribut pour couvrir la guerre entre le Hamas et Israël: femmes ou hommes, ils sont palestiniens, leurs familles survivent dans l'étroit territoire bombardé et des dizaines d'entre eux y ont déjà trouvé la mort.

Qu'ils soient correspondants de médias palestiniens ou étrangers, leur quotidien est peu ou prou celui des 2,4 millions de Gazaouis soumis aux assauts incessants et au blocus de l'armée israélienne, souffrant du manque de tout -- vêtements chauds, nourriture, carburant ...

Qu'importe. "Notre travail consiste à documenter la guerre, à faire savoir au monde ce qui se passe", clame Hind Khoudary, journaliste gazaouie.

Mais chaque jour est "une question de vie ou de mort", témoigne le photo-journaliste Motaz Azaiza.

L'ONG Comité de protection des journalistes chiffre à au moins 64, au 18 décembre, le nombre de professionnels des médias palestiniens - journalistes, photographes, caméramen, techniciens, chauffeurs, etc - tués dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre le 7 octobre.

 

En parallèle, des tractations se poursuivent pour la mise en œuvre d'une nouvelle trêve.

D'après le site d'informations Axios, le patron de la CIA, Bill Burns, a rencontré à Varsovie des responsables israéliens et qataris en vue de nouvelles négociations sur la libération d'otages.

"Le Hamas est prêt à un échange de prisonniers, mais après un cessez-le-feu", a déclaré mardi un responsable du mouvement islamiste.

Israël est opposé à un cessez-le-feu qui, selon lui, laisserait le contrôle de la bande de Gaza au Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël notamment.

Une pause de sept jours, du 24 novembre au 1er décembre, avait permis la libération de 105 otages à Gaza, dont 80 en échange de 240 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes.

Lundi, le Hamas a diffusé une vidéo de trois otages israéliens âgés en vie, trois jours après que l'armée israélienne a admis avoir tué par erreur trois autres otages, âgés de 25 à 28 ans.


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a reçu jeudi à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Au cours de cette réception, le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines.

Les développements régionaux, y compris la situation dans la bande de Gaza et les efforts déployés à cet égard, ont également été abordés au cours de la réunion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com