En banlieue de Tel-Aviv, des Franco-Israéliens «en sécurité» mais «méfiants» envers leurs voisins arabes

Depuis l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre (Photo, AFP).
Depuis l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 20 décembre 2023

En banlieue de Tel-Aviv, des Franco-Israéliens «en sécurité» mais «méfiants» envers leurs voisins arabes

  • L'ex-Parisienne s'est rendue en France pendant la trêve d'une semaine entre Israël et le Hamas pour assister à un mariage
  • Si les juifs venant de tous horizons sont accueillis avec enthousiasme, les voisins arabes, qui représentent 20% de la population israélienne sont désormais vu comme «une menace»

RAANANA: A Raanana, banlieue cossue de Tel-Aviv, des membres de la communauté franco-israélienne se sentent paradoxalement "plus en sécurité" qu'en France malgré la guerre et prêts à recevoir de nouveaux candidats à l'immigration, mais restent "méfiants" envers leurs voisins arabes.

Entre eux, ils la surnomment le "Neuilly" d'Israël. Les 10.000 "Français" de Raanana vivaient un quotidien paisible jusqu'au 7 octobre et l'attaque sanglante du Hamas en Israël qui a fait quelque 1.140 victimes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP basé sur des données officielles israéliennes.

Cette bulle a explosé. "C'est très difficile de trouver un mot exact pour décrire le ressenti", explique Laurent Ayache, le maire-adjoint de Raanana.

Le Franco-israélien, installé en Israël depuis 1998, n'a pas "l'habitude de vivre dans un pays en guerre. On n’a pas cet état d’esprit en France. On vit dans un pays en paix, qui n’a pas de problème de frontières".

Pour autant, selon lui, les juifs français "se sentent le plus en sécurité aujourd'hui dans l’Etat d’Israël".

Ils sont à "la maison", répètent à l'envi les Français de Raanana, située à 20 km au nord de Tel-Aviv.

Avec l’épicerie "Le Marais" et la boulangerie "Moulin Doré", ils ont emporté avec eux un petit bout de leur France, qu'ils ne regrettent pas d'avoir quittée, se confortant dans ce choix face à la hausse des actes antisémites dans l'Hexagone.

Branchée sur les télévisions françaises, Salomé Uzan a "eu mal pour les juifs de France". Sur les réseaux sociaux, elle leur a lancé un appel pour "venir ici", en Israël.

camoufler papillotes et kippa 

Avant de quitter son pays natal en 2007, la jeune femme de 33 ans a effectué une partie de sa scolarité sous surveillance militaire, "parce qu’il y avait eu l’histoire d’Ilan Halimi", explique-t-elle, en référence au jeune juif séquestré et torturé à mort en 2006.

L'ex-Parisienne s'est rendue en France pendant la trêve d'une semaine entre Israël et le Hamas pour assister à un mariage.

A l'arrivée à l'aéroport, "je ne me suis pas du tout sentie sereine", confie la mère de cinq enfants. "On m’a dit si tu attends un taxi surtout tu ne dis pas d’où tu viens".

Pour son fils qui arbore des papillotes et la tête couverte d'une kippa, elle a camouflé ces signes religieux sous une casquette.

D'après le ministère français de l’Intérieur, 1.518 actes antisémites ont été recensés depuis le 7 octobre, date des attaques du mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël.

En représailles, Israël a mené des bombardements intensifs sur la bande de Gaza, doublés d'une offensive terrestre, dans lesquels plus de 19.960 de personnes ont été tuées, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.

Et malgré le traumatisme de l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre, indique à l'AFP Arié Abitbol, directeur sortant de l’Agence juive en France.

"Il y a près de 500% d'augmentation de demandes depuis le début de la guerre", soit 1.200 dossiers contre une moyenne de 200 les cinq dernières années, ce qui ne signifie pas qu'ils franchiront tous le pas.

La municipalité de Raanana "fait tout pour pouvoir les accueillir", affirme M.Ayache.

Mme Uzan, agent immobilier, a déjà eu "plusieurs demandes venant de juifs francophones pour savoir s'il y avait des appartements disponibles" pour janvier-février.

«ennemi»

Si les juifs venant de tous horizons sont accueillis avec enthousiasme, les voisins arabes, qui représentent 20% de la population israélienne sont désormais vu comme "une menace". Les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza sont eux "un ennemi".

"De nombreux employés municipaux de la ville de Raanana sont des Arabes israéliens, des gens avec lesquels on a l’habitude de travailler. Si je vais aujourd’hui à la pharmacie, la personne qui va me délivrer mes médicaments, il y a une chance sur deux qu'elle soit d'origine palestinienne. On sait vivre ensemble (...) mais du jour au lendemain ces personnes-là sont devenus des ennemis, même s'il ne faut pas généraliser", déclare le maire-adjoint qui a deux garçons à l'armée.

"La méfiance et les comportements ont changé. On doit faire attention", ajoute M. Ayache, précisant que "de plus en plus de civils ont demandé à être armés pour réagir en cas d’attaque".

"Un dialogue est possible", selon Salomé Uzan, à condition de pouvoir les contrôler "lorsqu'ils viennent travailler".

En attendant, la jeune maman a acheté des cadenas, installé une grille et une caméra dans son appartement pour "se sentir plus en sécurité car on a vu des gens rentrer dans des kibboutz".

Quelques heures après l'entretien, elle a appris la mort de son petit frère tué dans des combats à Gaza, à 85 km de Raanana.


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.


Gaza:Des militants palestiniens diffuse une vidéo d'un otage israélien en vie

Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Short Url
  • Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe
  • Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre

GAZA: Le Jihad islamique palestinien a diffusé mardi la vidéo d'un otage israélien en vie s'exprimant en hébreu dans un court message.

Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe. Il avait été capturé le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz puis emmené dans la bande de Gaza.

Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre entre le Hamas et Israël, qui a permis la libération de 105 otages.

Son père Vitaly Trupanov, 50 ans, avait été tué lors de l'attaque.

"Voir mon Sasha à la télévision aujourd'hui est très réconfortant, mais cela me brise aussi le cœur qu'il soit en captivité depuis si longtemps. J'en appelle à tout le monde, à tous les décisionnaires, s'il vous plaît, faites tout, absolument tout, pour ramener mon fils et tous les otages à la maison maintenant !", a déclaré sa mère Yelena Trupanov, dans un court message publié par le Forum des familles d'otages.

Preuve 

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont déjà, par le passé, diffusé des vidéos d'otages.

Cette vidéo "est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages", affirme le Forum des familles d'otages, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.189 personnes, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Ils ont également enlevé 252 personnes. Parmi elles, selon Israël, 121 sont toujours détenues dans la bande de Gaza, dont 37 sont considérées mortes par l'armée israélienne.

La vaste opération militaire menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


L’Arabie saoudite condamne la poursuite des actes génocidaires perpétrés par Israël à Rafah

Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien fouille parmi les débris sur le site d’une frappe israélienne, menée la veille sur un camp de personnes déplacées à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés
  • Les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses

RIYAD: L’Arabie saoudite a condamné, mardi, la poursuite des «massacres génocidaires contre le peuple palestinien» par les forces israéliennes qui ont ciblé les tentes de réfugiés palestiniens sans défense à Rafah.

Le Royaume tient les autorités israéliennes pour pleinement responsables de ce qui se passe à Rafah et dans tous les territoires palestiniens occupés, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

L’armée israélienne a nié avoir frappé, mardi, un camp de tentes à l’ouest de la ville de Rafah après que les autorités sanitaires de Gaza ont déclaré que les bombardements de chars israéliens avaient tué au moins vingt et une personnes là-bas, dans ce qu’Israël qualifie de «zone d’évacuation civile».

Plus tôt, défiant un appel de la Cour internationale de justice (CIJ), les chars israéliens ont avancé, pour la première fois, au cœur de Rafah, après une nuit de bombardements intenses, tandis que l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont officiellement reconnu un État palestinien – une décision qui a renforcé l’isolement international d’Israël.

L’Arabie saoudite a répété que la violation flagrante, par les forces israéliennes, de toutes les lois et normes internationales et humanitaires, à la lumière du silence de la communauté internationale, exacerbe cette catastrophe humanitaire palestinienne sans précédent et met en jeu la crédibilité de l’institution de légitimité internationale.

«Le Royaume insiste sur la nécessité pour la communauté internationale d’assumer ses responsabilités pour mettre fin aux massacres contre le peuple palestinien et exiger des comptes des responsables», conclut le communiqué.

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com