Soudan: Avec la guerre qui s'étend, des milliers de personnes jetées sur les routes à nouveau

Des soldats de l'armée soudanaise patrouillent à Gedaref, dans l'est du Soudan, le 18 décembre 2023. (AFP)
Des soldats de l'armée soudanaise patrouillent à Gedaref, dans l'est du Soudan, le 18 décembre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 décembre 2023

Soudan: Avec la guerre qui s'étend, des milliers de personnes jetées sur les routes à nouveau

  • L'Etat d'al-Jazira, jusqu'à récemment épargné par les violences, était devenu un sanctuaire pour un demi-million de personnes avec Wad Madani, son chef-lieu, faisant office d'«hub humanitaire»
  • Le conflit a déplacé plus de six millions de personnes et a fait 12 000 morts d'après l'ONU, un chiffre sûrement très sous-estimé tant des pans entiers du pays sont coupés du monde

WAD MADANI: Mohammed Ibrahim venait juste de prendre ses marques à Wad Madani, où il avait trouvé refuge après avoir abandonné son logement et ses biens à Khartoum ravagée par la guerre, quand les combats l'ont forcé à tout quitter une seconde fois.

Comme M. Ibrahim et ses proches, des milliers de familles ayant fui les combats meurtriers qui opposent depuis huit mois l'armée soudanaise aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) à Khartoum, avaient trouvé refuge à Wad Madani (centre-est), ville située à 180 kilomètres au sud de la capitale du Soudan.

L'Etat d'al-Jazira, jusqu'à récemment épargné par les violences, était devenu un sanctuaire pour un demi-million de personnes avec Wad Madani, son chef-lieu, faisant office d'"hub humanitaire", selon l'ONU.

Mais depuis peu, les paramilitaires, qui contrôlent la majorité de la capitale, ont avancé le long de l'autoroute qui relie la capitale à Wad Madani, prenant village après village.

Le 15 décembre, ils ont attaqué la ville et M. Ibrahim et les siens ont dû à nouveau prendre la fuite.

Mardi, après quatre jours de combats intenses dans le chef-lieu d'al-Jazira, environ 300 000 personnes avaient déjà fui l'Etat, pour beaucoup "à pied, dans la panique", rapporte l'ONU.

Dans le pays en guerre depuis le 15 avril, où s'opposent les forces du chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane et celles de son adjoint devenu rival et patron des FSR, Mohamed Hamdan Daglo, beaucoup ne savaient pas où aller.

M. Ibrahim et sa famille ont, eux, choisi la ville de Sennar, à 100 kilomètres au sud de Wad Madani, mais ils ne trouvent pas de logements: "Exactement comme les premiers jours à Wad Madani", raconte-t-il à l'AFP, l'air désolé.

Fuite à pied 

D'autres, comme Abdelrahim Imam, 44 ans, ont trouvé refuge à al-Faw, à 75 kilomètres de Wad Madani.

Sa famille et lui logent "chez un ami", dit-il à l'AFP, plusieurs mois après avoir abandonné sa maison à Khartoum.

Le conflit a déplacé plus de six millions de personnes et a fait 12.000 morts d'après l'ONU, un chiffre sûrement très sous-estimé tant des pans entiers du pays sont coupés du monde.

C'est avec amertume que ceux qui avaient tenté de s'installer à Wad Madani ont vu la ville basculer cette semaine dans le chaos.

Alors que les deux forces s'affrontaient et que des avions de combat survolaient la ville, les familles paniquées ont tenté de protéger les femmes et les jeunes filles des violences sexuelles.

Depuis le début de la guerre, les deux camps rivaux s'accusent mutuellement de s'en prendre aux civils.

Au fur et à mesure que les paramilitaires pénétraient plus en avant, la ville s'est vidée de ses moyens de transports.

Omar Hussein, 65 ans, a dû marcher dix kilomètres avant de trouver un moyen de transport pour lui et sa famille.

Le nombre de déplacés dépasse 7 millions (ONU)

Les combats qui font rage depuis avril au Soudan entre l'armée et les paramilitaires ont désormais déplacé 7,1 millions de personnes, a indiqué jeudi un porte-parole de l'ONU, décrivant "la crise de déplacement la plus importante au monde".

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), jusqu'à 300.000 personnes ont fui Wad Madani à l'approche des combats.

"Ces nouveaux mouvements portent la population de déplacés à 7,1 millions", dont 1,5 million se sont réfugiés dans les pays voisins, a précisé Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU.

Selon l'Unicef, au moins 150.000 enfants ont été forcés de fuir leur domicile dans l'Etat d'al-Jazira "en moins d'une semaine".

Libération

"On essaye juste de se rendre à Gedaref", 240 kilomètres plus à l'est, explique-t-il à l'AFP. "On y a de la famille chez qui on va pouvoir rester".

A Gedaref comme à Sennar, "la situation humanitaire est désastreuse", affirme William Spindler de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), mettant en garde contre l'"aggravation de la crise des déplacements forcés".

Avec 70% des hôpitaux hors service dans les zones de combats et l'afflux de déplacés qui submerge les régions épargnées, l'ONU s'alarme d'un "système de santé déjà à la limite de ses capacités".

Les Nations unies ont notamment alerté mercredi sur les violations généralisées des droits humains lors des combats près de la ville de Wad Madani.

En outre, le Programme alimentaire mondial (PAM) a été contraint de suspendre temporairement l'aide alimentaire dans certaines parties de l'Etat d'al-Jazira, ce "lieu de refuge" étant devenu "un champ de bataille".

Au Soudan, environ 18 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire aiguë, selon le PAM.

Mardi, le général Daglo s'est félicité de la "libération" de Wad Madani "des vestiges de l'ancien régime", à l'occasion du cinquième anniversaire de "la glorieuse révolution de décembre" 2018.

Il y a cinq ans, avait lieu la première d'une série de manifestations massives qui ont mis un terme en avril 2019 aux trente ans de dictature d'Omar el-Béchir.

La fragile transition démocratique qui a suivi a déraillé en 2021, quand les généraux Daglo et Burhane ont organisé un coup d'Etat pour éjecter les civils du pouvoir avant de retourner leurs armes l'un contre l'autre.

Mais, assure l'ambassadeur américain au Soudan, John Godfrey, dans un communiqué mardi, "le conflit n'a pas diminué les aspirations à rétablir la transition démocratique du Soudan vers un gouvernement civil".


Gaza: Israël dit avoir visé le chef militaire du Hamas, le mouvement islamiste dénonce un carnage de civils

Vue des débris des tentes détruites et des structures d'habitation de fortune, suite à une frappe militaire israélienne sur le camp de personnes déplacées d'Al-Mawasi, près de la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 juillet 2024, au cours de laquelle 71 personnes ont été tuées. Al-Mawasi avait été déclaré zone de sécurité par Israël qui poursuit son offensive militaire dans d'autres parties de la bande de Gaza en réponse aux attaques du Hamas du 7 octobre. (Photo de Bashar TALEB / AFP)
Vue des débris des tentes détruites et des structures d'habitation de fortune, suite à une frappe militaire israélienne sur le camp de personnes déplacées d'Al-Mawasi, près de la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 juillet 2024, au cours de laquelle 71 personnes ont été tuées. Al-Mawasi avait été déclaré zone de sécurité par Israël qui poursuit son offensive militaire dans d'autres parties de la bande de Gaza en réponse aux attaques du Hamas du 7 octobre. (Photo de Bashar TALEB / AFP)
Short Url
  • Israël a indiqué samedi avoir visé deux hauts dirigeants du Hamas, dont son chef militaire, lors d'une frappe sur le sud de la bande de Gaza, où le mouvement islamiste palestinien fait état de 90 morts dans un camp de déplacés
  • Dans le camp d'al-Mawasi situé près de Khan Younès, la frappe israélienne, parmi les plus meurtrières depuis le début de la guerre, a laissé un cratère poussiéreux, des débris et des tentes aplaties

Israël a indiqué samedi avoir visé deux hauts dirigeants du Hamas, dont son chef militaire, lors d'une frappe sur le sud de la bande de Gaza, où le mouvement islamiste palestinien fait état de 90 morts dans un camp de déplacés.

Les deux dirigeants sont Mohammed Deif et Rafa Salama, respectivement chef de la branche armée et commandant à Khan Younès du Hamas, présentés par l'armée israélienne comme "deux cerveaux du massacre du 7 octobre", date de l'attaque sans précédent menée par le mouvement islamiste en Israël, qui a déclenché la guerre à Gaza.

"Il n'y a pas de certitude qu'ils aient été éliminés l'un et l'autre", a ensuite affirmé le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. "Ces dernières semaines, nous avons identifié des failles claires au sein du Hamas (...) L'opération d'aujourd'hui y contribue aussi, qu'importe l'issue qu'elle aura", a-t-il ajouté.

Selon le Hamas, l'aviation israélienne a bombardé le camp de déplacés d'al-Mawasi, secteur désigné par Israël comme "zone humanitaire", faisant 90 morts "dont la moitié étaient des femmes et des enfants" et 300 blessés, révisant à la hausse un précédent bilan d'au moins 71 morts.

L'armée israélienne a, elle, assuré que "la frappe a été menée dans une zone clôturée gérée par le Hamas où, selon nos informations, seuls des terroristes du Hamas étaient présents, et aucun civil", estimant que "la plupart des victimes étaient des terroristes".

Le mouvement islamiste a estimé que les déclarations israéliennes visaient "à masquer l'ampleur de l'effroyable massacre".

L'insaisissable Mohammed Deif avait annoncé dans un enregistrement diffusé par le Hamas, le matin du 7 octobre, le début de l'opération "Déluge d'Al-Aqsa". Avant la frappe de samedi, il avait échappé au moins à six tentatives d'élimination connues.

"L'élimination des chefs du Hamas permet d'avancer vers la réussite de tous nos objectifs", a encore affirmé M. Netanyahu. "Cela envoie un message de dissuasion à tous les intermédiaires de l'Iran et à l'Iran lui-même".

- "Aucun endroit sûr" -

Dans le camp d'al-Mawasi situé près de Khan Younès, la frappe israélienne, parmi les plus meurtrières depuis le début de la guerre, a laissé un cratère poussiéreux, des débris, des tentes aplaties et des déplacés qui ratissent les décombres à la recherche des victimes.

"Il y a eu un tir de drone, puis trois missiles", raconte Mahmoud Abou Akar. "Il y a des gens qui ont perdu des jambes ou des bras partout, c'est une scène inconcevable", décrit, en pleurs, Mahmoud Chahine à l'AFP.

Selon l'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, environ 1,5 million de personnes se trouvent dans le secteur d'al-Mawasi, à Khan Younès et plus au sud à Rafah.

"L'affirmation selon laquelle les habitants de Gaza peuvent se déplacer vers des zones +sûres+ ou +humanitaires+ est fausse", a réagi sur X le chef de l'Unrwa, Philippe Lazzarini. A Gaza "aucun endroit n'est sûr.  Personne n'est en sécurité", a-t-il souligné.

- "25 toilettes pour 14.000 personnes -

La guerre a éclaté le 7 octobre après l'attaque sans précédent du Hamas infiltré depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 42 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza, et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.443 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

L'armée israélienne poursuit aussi ses opérations dans la ville de Gaza (nord), où plus d'une centaine de corps ont été découverts jeudi et vendredi dans des secteurs où de violents combats avaient fait rage, selon la Défense civile.

La Défense civile palestinienne a fait état de 20 morts samedi dans une frappe sur le camp de réfugiés d'al-Shati, à l'ouest de Gaza-ville.

L'armée israélienne n'a pas commenté ces informations dans l'immédiat.

La situation humanitaire est épouvantable dans le territoire palestinien assiégé: dans une école de Deir el-Balah, 14.000 Gazaouis déplacés partagent 25 toilettes, a dénoncé samedi l'Unrwa.

- "Tendance positive" -

Sur le plan diplomatique, les efforts pour une trêve sous l'égide du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, continuent.

Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi que le "cadre" du plan de cessez-le-feu qu'il avait dévoilé le 31 mai avait été "accepté par Israël et le Hamas". "Il y a encore des lacunes à combler" mais "la tendance est positive", a-t-il déclaré.

Des milliers d'Israéliens ont à nouveau manifesté samedi soir à Tel-Aviv et Jérusalem, près des bureaux de Benjamin Netanyahu, pour exiger qu'une trêve soit conclue afin d'obtenir la libération des otages.

Mais beaucoup s'inquiètent de l'impact de la frappe visant le chef militaire du Hamas et soupçonnent le Premier ministre de "saboter" les négociations en cours.

"On est à un pas d'un accord, et maintenant ça pourrait nous éclater au visage", s'inquiète Einav Zangauker, dont le fils est otage du Hamas depuis le 7 octobre. "Si Mohammed Deif a été éliminé pendant que la proposition est sur la table, et que Netanyahu ne dit pas qu'il veut accepter l'accord, (...) cela signifie qu'il laisse tomber Matan (son fils, NDLR) et les autres otages", ajoute-t-elle.

Sur un autre front, à la frontière israélo-libanaise, le Hezbollah libanais a dit avoir lancé des roquettes sur le nord d'Israël - blessant quatre soldats selon l'armée israélienne - après une frappe israélienne qui, selon une source sécuritaire, a tué deux civils dans le sud du Liban.


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.