Dans un village du sud du Liban, on célèbre Noël malgré la guerre

Un prêtre dirige la messe dans une église du village de Qlayaa, à la frontière sud d'Israël, le 21 décembre 2023, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants du Hamas à Gaza. (Photo par AFP)
Un prêtre dirige la messe dans une église du village de Qlayaa, à la frontière sud d'Israël, le 21 décembre 2023, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants du Hamas à Gaza. (Photo par AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 décembre 2023

Dans un village du sud du Liban, on célèbre Noël malgré la guerre

  • Le petit village vit au rythme des bombardements qui empêchent ses habitants de dormir la nuit
  • Les habitants de la zone frontalière sont habitués «aux temps difficiles», assure le père Antonios Farah, dans l'église où trône une crèche grandeur nature. «Mais nous avons décidé de célébrer Noël comme d'habitude. C'est notre façon de prier pour la paix

QLAYAA, Liban : Dans l'église du village de Qlayaa, tout près de la frontière avec Israël dans le sud du Liban, le père Pierre al-Raï exhorte les fidèles: «puisque nous avons décidé de résister et de rester, vivons pleinement la joie de Noël».

Le petit village vit au rythme des bombardements qui empêchent ses habitants de dormir la nuit. Les affrontements sont quotidiens entre Israël et le puissant Hezbollah pro-Iran depuis le déclenchement de la guerre à Gaza le 7 octobre.

«Bien sûr que nous sommes bouleversés par cette guerre (...), cela fait près de trois mois» qu'elle dure, affirme le prêtre en célébrant la messe dans l'église maronite Saint-Georges, devant des fidèles composés en majorité de personnes âgées et d'enfants.

«Mais puisque que nous avons décidé de rester dans ce village et dans les autres villages frontaliers, nous devons vivre la joie de Noël», ajoute-t-il.

Les frappes israéliennes touchent les abords de ce village verdoyant entouré d'oliviers, situé à moins de cinq kilomètres de la frontière.

Mais la localité elle-même a été épargnée, de même que d'autres villages chrétiens voisins, qui coexistent avec les localités musulmanes de la région dans cette région où le Hezbollah est prépondérant.

Près de 150 personnes ont été tuées au Liban depuis le début des affrontements, dont une centaine de combattants du Hezbollah, qui affirme mener des attaques quotidiennes contre Israël pour soutenir le Hamas. Au moins 12 personnes ont été tuées du côté israélien, dont huit soldats.

- «Temps difficiles» -

Les habitants de la zone frontalière sont habitués «aux temps difficiles», assure le père Antonios Farah, dans l'église où trône une crèche grandeur nature. «Mais nous avons décidé de célébrer Noël comme d'habitude. C'est notre façon de prier pour la paix».

Qlayaa a vécu pendant 22 ans sous occupation, de 1978 jusqu'au retrait israélien du Liban en 2000, sous la pression du Hezbollah. En 2006, une guerre a opposé la formation chiite à Israël.

Les rues de Qlayaa, d'ordinaire animées en cette période de fêtes sont quasi-désertes à la tombée de la nuit. Sur la place du village se dresse un énorme sapin décoré de boules rouges, entouré de rennes.

«Environ 60% de la population est restée dans le village», et aucun des expatriés n'est revenu pour les fêtes, explique le père Farah.

Dans une salle attenante à l'église, Mayssa Nahra, 25 ans, responsable des activités de la paroisse, aide des fillettes à décorer un arbre de Noël.

«Malgré la guerre qui nous entoure, on essaye autant que possible de vivre l'atmosphère des fêtes», affirme la jeune femme.

Suzy Salameh, 47 ans, a également décoré de guirlandes argentées et de lumières violettes un sapin dans sa maison. «Nous tentons de célébrer Noël malgré la guerre, les bombardements et les bruits incessants», dit-elle.

Elle se dit déterminée à faire comme tous les ans: «aller à la messe de minuit et passer le réveillon en famille, avoir un père Noël... J'espère que la naissance de Jésus sera la naissance de la paix dans notre pays et les pays qui nous entourent», ajoute-t-elle.

Dans sa maison proche de l'église, Layla Wanna, âgée de 67 ans, est assise avec son mari près de leur grand arbre de Noël aux lumières clignotantes.

«Nous ne sentons pas du tout la joie de Noël», affirme cette femme au foyer dont aucun des enfants ne passe les fêtes au village. «Certains des enfants sont à l'étranger, d'autres à Beyrouth». «Mais nous restons dans notre maison, nous n'en sortirons pas même si nous devons mourir».


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Au moins 16 morts, dont plusieurs écoliers, dans des inondations à Oman

Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Short Url
  • Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays
  • Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis

MASCATE, Oman : Au moins 16 personnes, dont de nombreux enfants, ont péri à Oman dans des inondations provoquées par les fortes pluies qui s'abattent depuis dimanche sur le pays du Golfe, ont indiqué les autorités.

L'agence de presse officielle Oman news agency a rapporté dimanche soir que neuf écoliers et trois adultes ont "perdu la vie après que leur véhicule a été emporté par les eaux" dans le gouvernorat d'Ach-Charqiya du Nord situé à l'est du pays, à quelques 150 kilomètres de la capitale Mascate, tandis que cinq personnes étaient portées disparue.

Lundi, les corps d'un enfant et de trois autres personnes ont également été retrouvés sans vie, selon la même source.

Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays.

Le ministère omanais de l’Education a qualifié l'incident de tragique, en affirmant avoir mis en garde les parents contre les pluies torrentielles prévues dans la région. Les écoles ont été fermées lundi dans la plupart des gouvernorats du pays.

Des inondations avaient déjà provoqué la mort de trois enfants le 12 février.

Les forces aériennes omanaises sont intervenues avec des hélicoptères pour récupérer des personnes toujours bloquées.

Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis.