L’année 2023 au Maroc: séisme d’Al Haouz, État social, Coupe du monde 2030…

Un homme roule à moto à côté des décombres dans le village d'Imi N'Tala, frappé par le tremblement de terre, dans le centre du Maroc, le 5 octobre 2023. (AFP)
Un homme roule à moto à côté des décombres dans le village d'Imi N'Tala, frappé par le tremblement de terre, dans le centre du Maroc, le 5 octobre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 29 décembre 2023

L’année 2023 au Maroc: séisme d’Al Haouz, État social, Coupe du monde 2030…

  • Cette année charnière a été ponctuée d’événements qui marqueront sans aucun doute l’histoire du Maroc
  • Le Maroc a été le théâtre en 2023 d’une grave sécheresse qui a provoqué un stress hydrique aigu

CASABLANCA: Les Marocains n’oublieront pas de sitôt 2023. Cette année charnière a été ponctuée d’événements qui marqueront sans aucun doute l’histoire du Maroc. L’un de ses épisodes les plus marquants a malheureusement été une tragédie. Le 8 septembre, le pays a été frappé par un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, le plus puissant jamais enregistré dans l’histoire du pays. Dans l’une des régions montagneuses les plus pauvres du pays, Al Haouz, le bilan est lourd: près de 3 000 morts.

Élan de solidarité 

L’exceptionnel élan de solidarité qui s’en est suivi a été relayé par les médias étrangers, ce qui a révélé au monde l’admirable esprit d’entraide des Marocains et la réponse efficace des autorités pour venir en aide aux sinistrés. Les Marocains de toutes les régions ont prêté main-forte aux personnes touchées par ce drame. Près de 2 milliards d’euros ont été collectés via un fonds spécial, en plus des tonnes de denrées alimentaires, vêtements, tentes et matelas expédiés par les Marocains.

Par ailleurs, le Maroc a été le théâtre en 2023 d’une grave sécheresse qui a provoqué un stress hydrique aigu. L’impact a été dévastateur pour le secteur agricole, premier pourvoyeur d’emplois et de richesses. La croissance a été faible cette année, mais cela aurait pu être plus grave si le gouvernement n’avait lancé un programme d’urgence de plusieurs milliards d’euros pour venir en aide aux agriculteurs et sécuriser l’approvisionnement des marchés en denrées alimentaires.

Pouvoir d’achat réduit

Malgré cela, la situation des ménages marocains a été touchée de plein fouet par une inflation qui a touché tous les secteurs. Le pouvoir d’achat a été terriblement réduit et les prix des produits de base ont explosé. Cette situation a été surtout aggravée par les spéculateurs au niveau des marchés de gros. Les autorités ont tenté de remédier à la situation, mais cela n’a pas été suffisant pour limiter l’impact de l’inflation.

Cette dernière, rappelons-le, a été importée à cause de l’explosion du prix des matières premières à l’international, la crise russo-ukrainienne et l’augmentation des coûts de fret. Au fil des mois, elle est devenue structurelle.

Le Royaume a été également placé sous les feux des protecteurs en octobre dernier lorsqu’il a accueilli, avec brio, les assemblées annuelles du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

Les hausses successives du taux directeur par la Banque centrale ont limité les dégâts, mais elles ont eu comme dommage collatéral des hausses importantes du coût des crédits, freinant ainsi la machine économique et l’investissement.

En somme, l’année 2023 a été mitigée. Si les indicateurs macro-économiques ont été peu reluisants, au niveau interne, le Maroc a fait d’importantes avancées dans plusieurs domaines stratégiques. Le roi Mohammed VI a appelé à une révision complète du Code de la famille, une initiative saluée par les associations de défense des droits des femmes. 

Protection sociale 

Mohammed VI a également accéléré l’opérationnalisation de son chantier de règne: la généralisation de la protection sociale. Des aides directes sont dorénavant distribuées aux plus nécessiteux, en plus d’une couverture sociale généralisée à tous les citoyens. Un système d’aide directe qui arrive à point nommé puisqu’il allégera le fardeau des ménages marocains.

Le Royaume a été aussi sous les feux des protecteurs en octobre dernier lorsqu’il a accueilli, avec brio, les assemblées annuelles du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Le gotha mondial de la finance et les grands décideurs du monde ont été rassemblés à Marrakech quelques jours après le séisme. Un signal fort de la résilience du Maroc, qui s’est rapidement remis de cette tragédie, comme l’a montré la dynamique que l’on a observée au niveau du secteur touristique. 

La destination Maroc devrait boucler l’année 2023 avec un nouveau record de plus de 14 millions de touristes – du jamais vu. Et ce n’est pas fini. L’annonce de la prochaine organisation de la Coupe du monde de football 2030 au Maroc, en Espagne et au Portugal a donné du baume au cœur aux Marocains. Ces derniers méritaient cette bonne nouvelle qui a d’ailleurs été annoncée par le roi en personne via un communiqué du Cabinet royal.


L'Iran assure aux Etats-Unis ne pas vouloir «une expansion des tensions » avec Israël

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que son pays avait « essayé de dire clairement aux États-Unis » que l’Iran « ne cherchait pas une expansion des tensions dans la région ».
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que son pays avait « essayé de dire clairement aux États-Unis » que l’Iran « ne cherchait pas une expansion des tensions dans la région ».
Short Url
  • «Ce qui peut accroître les tensions dans la région, c'est le comportement du régime sioniste», a dit Hossein Ami-Abdollahian à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi à New York pour une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • A New York, M. Amir-Abdollahian a prévu de s'entretenir avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et avec d'autres ministres des Affaires étrangères en marge de la réunion du Conseil de sécurité

TÉHÉRAN: Le chef de la diplomatie iranienne a déclaré que son pays avait fait passer plusieurs "messages" aux Etats-Unis pour assurer que l'Iran ne cherchait "pas une expansion des tensions" au Moyen-Orient avec Israël, a indiqué jeudi son ministère.

"Ce qui peut accroître les tensions dans la région, c'est le comportement du régime sioniste", a dit Hossein Ami-Abdollahian à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi à New York pour une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Israël a indiqué mercredi qu'il se réservait "le droit de se protéger" face à l'Iran à la suite de l'attaque menée dans la nuit de samedi à dimanche par Téhéran contre son territoire avec des drones et des missiles.

M. Ami-Abdollahian a insisté sur le fait que "des messages avaient été envoyés avant et après l'opération" aux Etats-Unis, essentiellement par l'intermédiaire de l'ambassade suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Ces échanges visaient "à établir une compréhension correcte de l'action de l'Iran", selon lui.

"Nous avons dit clairement aux Américains que la décision (...) de répondre au régime" israélien, à la suite de la frappe attribuée à Israël contre le consulat iranien à Damas le 1er avril, était "définitive", a dit le ministre.

"Nous avons essayé de dire clairement aux Etats-Unis dans ces messages que nous ne sommes pas à la recherche d'une expansion des tensions dans la région", a-t-il ajouté.

A New York, M. Amir-Abdollahian a prévu de s'entretenir avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et avec d'autres ministres des Affaires étrangères en marge de la réunion du Conseil de sécurité qui doit débattre d'une demande des Palestiniens de devenir un membre à part entière des Nations unies.


"Sortir de la destruction et de la mort" : des Gazaouis à la plage comme avant la guerre

Des enfants palestiniens jouent sur une plage à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 17 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo AFP)
Des enfants palestiniens jouent sur une plage à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 17 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo AFP)
Short Url
  • Une météo estivale a offert mercredi un moment de répit aux Gazaouis déplacés à Deir el-Balah, dans le centre du territoire palestinien,
  • "Les enfants étaient heureux", assure Naji Abou Waseem, lui aussi déplacé de Gaza-ville. "C'était notre but, les sortir de la destruction et de la mort, de l'atmosphère de la guerre, même s'ils entendent tout le temps des explosions et les avions"

Deir El-Balah (Territoires Palestiniens) : Une météo estivale a offert mercredi un moment de répit aux Gazaouis déplacés à Deir el-Balah, dans le centre du territoire palestinien, qui par centaines se sont baignés dans les eaux encore fraîches de la Méditerranée pour se laver des affres de la guerre.

"Aujourd'hui, c'était l'occasion pour nous d'aller à la mer. A cause de la forte chaleur, la tente est comme un four, et l'air est comme le feu", raconte à l'AFP Mahmoud Al-Khatib, 28 ans, qui a dû fuir la ville de Gaza, au nord, avec sa femme et ses enfants.

En attendant le jour où ils pourront rentrer chez eux, ils vivent dans un camp, sous des tentes chauffées à blanc par le soleil d'avril et un mercure qui a atteint les 34°C mercredi à Deir el-Balah.

"Les enfants étaient heureux", assure Naji Abou Waseem, lui aussi déplacé de Gaza-ville. "C'était notre but, les sortir de la destruction et de la mort, de l'atmosphère de la guerre, même s'ils entendent tout le temps des explosions et les avions".

Un photographe de l'AFP a saisi ces instants de calme et de joie simple, une denrée rare dans le petit territoire palestinien ravagé par six mois de frappes aériennes incessantes et de combats acharnés entre Israël et le Hamas.

Des hommes étendus sur le sable, les regards au large, devisent à quelques pas d'enfants bravant les vagues ou barbotant sur l'estran. Un petit groupe de femmes et de jeunes filles en tunique longue et hijab posent pour la photo.

Un cheval, un chien s'ébrouent dans l'eau. Des gamins piaffent d'aise, juchés sur un chameau.

Des adolescents tapent dans le ballon, d'autres volleyent, de plus jeunes sautillent sur un improbable trampoline.

Selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, femmes et enfants sont les premières victimes de l'opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, qui a fait près de 39.000 morts, majoritairement des civils.

Originaire d'un quartier du nord de Gaza, Oum Ramadan, son mari Younis Abou Ramadan, leurs enfants et petits-enfants vivent eux aussi sous des tentes, "comme dans une boîte de sardines", résume-t-elle.

"Nous avons passé la journée à la plage", raconte Younis Abou Ramadan. "Nous avons essayé d'oublier ce que nous vivons, mais c'est difficile".

L'offensive militaire israélienne a été déclenchée par les attaques sanglantes et sans précédent perpétrées le 7 octobre par des commandos infiltrés du Hamas dans le sud d'Israël qui ont fait 1.170 morts, en majorité des civils, d'après un décompte de l'AFP à partir de chiffres officiels israéliens.

Leur massacre commis, les assaillants ont enlevé 250 personnes. Dans le cadre d'une trêve d'une semaine fin novembre, une centaine d'otages, dont 80 Israéliens ou binationaux, ont été libérés en échange de 240 prisonniers palestiniens.

Israël estime que 129 otages restent captifs dans la bande de Gaza, dont 34 sont morts.


Les rois de Jordanie et de Bahreïn discutent de coopération arabe régionale

Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, à Aqaba. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, à Aqaba. (Petra)
Short Url
  • La réunion a mis en lumière l’importance du prochain sommet de la Ligue arabe, qui devrait être inauguré à Manama, le 16 mai
  • Le roi Hamad a félicité la Jordanie pour son rôle au niveau de la promotion de la paix dans la région et son soutien aux causes arabes et islamiques, en particulier la question palestinienne

AMMAN: Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, se sont rencontrés, mercredi, à Aqaba, pour discuter de la solidarité et de la coordination arabes, rapporte l’Agence de presse jordanienne.

La réunion a mis en lumière l’importance du prochain sommet de la Ligue arabe, qui devrait être inauguré à Manama, la capitale du royaume de Bahreïn, le 16 mai, à la lumière des défis auxquels la région fait désormais face.

Le roi Abdallah a salué les efforts déployés par Bahreïn pour organiser l’événement.

Lors de la réunion, à laquelle a également participé le prince héritier de Jordanie, Hussein ben Abdallah, les dirigeants ont insisté sur les liens étroits entre la Jordanie et Bahreïn et ont exprimé leur engagement à poursuivre la coopération et l’intégration économique.

Le roi Hamad a félicité la Jordanie pour son rôle au niveau de la promotion de la paix dans la région et son soutien aux causes arabes et islamiques, en particulier la question palestinienne.

Les dirigeants ont souligné la nécessité urgente d’une intervention internationale pour parvenir à un accord de cessez-le-feu à Gaza, et ils ont appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures immédiates pour protéger les civils, garantir l’acheminement de l’aide humanitaire et empêcher une escalade du conflit.

Ils se sont également fermement opposés à toute action susceptible d’élargir le conflit, notamment l’offensive terrestre israélienne à Rafah ou le déplacement des Palestiniens.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com