John Achkar: un humour minimaliste en toute transparence qui séduit les Libanais

John Achkar, photo tirée de son compte Instagram.
John Achkar, photo tirée de son compte Instagram.
Short Url
Publié le Lundi 01 janvier 2024

John Achkar: un humour minimaliste en toute transparence qui séduit les Libanais

  • C’est en racontant son quotidien, ses mésaventures, sa vulnérabilité, simplement et avec un minimalisme voulu et savamment dosé, que John Achkar arrose les spectateurs de blagues
  • Derrière son succès? Son franc-parler, son audace et tout ce qu’il a de plus sincère

BEYROUTH: D’abord un temps cantonné à un phénomène Instagram, il ne se doutait pas de la suite. Un succès crescendo et fulgurant, et des spectacles à Beyrouth, Dubaï et Montréal. Avec John Achkar, c’est du frontal: pas de sujets tabous, pas de complexes. John Achkar, humoriste de stand-up et entrepreneur qui vit entre Beyrouth et Dubaï, anime aussi l’émission Tar el wa2et («Le temps s’est écoulé») sur la chaîne privée libanaise LBCI. En ce tout début d'année 2024, il se dit reconnaissant et heureux de ce qu’il a eu la chance de vivre en 2023.

Car c’est en racontant son quotidien, ses mésaventures, sa vulnérabilité, simplement et avec un minimalisme voulu et savamment dosé, que John Achkar arrose les spectateurs de blagues sur sa vie de jeune libanais, chrétien et divorcé. Avec dix shows qui ont affiché complet rassemblant plus de 12 000 personnes, l'humoriste revient sur son parcours atypique, parsemé d'embûches et de rebondissements.

Lors de son entretien avec Arab news en français, c’est avec la même simplicité qu’il répond à nos questions et se place d'emblée comme critique de sa propre communauté dans un pays où les religions sont matière à division. «Mon stand-up ne vise pas à attaquer les religions, mais à promouvoir la tolérance et l'acceptation de l'autre, encourageant à sortir de sa zone de confort face à l'ampleur que prend la religion au sein de la société.» Il fait sciemment de «l’humour communautaire», et tente d’analyser les failles de la société libanaise.

Dans un pays miné par une guerre civile de 1975 à 1990, les communautarismes continuent de diviser les Libanais. John Achkar décortique avec justesse ce phénomène, ainsi que les préjugés de la société et son hypocrisie. «On grandit avec cette peur de l‘autre, et on nous a appris à nous méfier de ce qui ne nous ressemble pas. J’ai été formé dans une école jésuite et j’ai poursuivi mes études supérieures dans le même cadre religieux, je vivais dans ma propre bulle», affirme-t-il ainsi à Arab news en français. John dit par ailleurs vouloir «briser le plafond de verre qui freine encore trop souvent l'ouverture d'esprit, pourtant source d'enrichissement pour notre culture».

Un franc-parler à toute épreuve

Derrière son succès? Son franc-parler, son audace et tout ce qu’il a de plus sincère. Une sorte de sensation d'intimité qui renforce cette proximité avec le public. Sur scène, il ironise surtout sur ses faillites: l'échec de son mariage, d’une part, et dernièrement de ses débuts ratés à la télévision.

 

Pour lui, chacun porte en soi une histoire à partager, une narration unique. «Malheureusement, peu osent le faire, nous ne partageons pas assez nos récits», regrette-t-il. La comédie contemporaine reflète cette réticence, certaines personnes y sont plus enclines que d'autres puisque «l’homme craint sa propre histoire». Soudain, cette image frappe: nous avons tous une histoire commune qui rassemble tous les aspects de la vie. «Il faut savoir accepter ses faillites», qui sont sa «source d’inspiration», ironise-t-il.

«Notre société craint l'échec», mais le public apprécie l’humour autocritique de John Achkar. «Normaliser l'échec devient crucial. Car l'échec reste le catalyseur de l'innovation et le moyen de surmonter les obstacles.» Dans son dernier show Wayn 3ayich, il décortique avec brio les idées reçues, offrant un regard frais sur la vie contemporaine.

Le stand-up n’a jamais été aussi présent au Liban, et son «influence est plus profonde qu’on ne le pense», estime John.

L’humoriste ne craint pas les défis. C’est ainsi qu’il s’est récemment lancé dans un show télévisé sur la chaîne libanaise LBCI diffusé chaque dimanche soir. Malgré un début en demi-teinte, il s’est accroché et travaille d’arrache-pied ses monologues pour un résultat qui ne cesse de s'améliorer.

Son intarissable source d’énergie? Son psychologue. John avoue être passé par une phase difficile récemment, et explique que les consultations avec son thérapeute l’ont aidé à aller de l’avant. Réputé pour son franc-parler, il n'hésite pas à aborder des thèmes sensibles tels que la santé mentale. Il souhaite que son stand-up puisse contribuer, à son échelle, à bâtir des ponts entre les communautés libanaises, à créer des liens entre celles-ci tout en en gommant les différences qui les divisent.

Pour la nouvelle année, John a beaucoup de projets mais, dans l'immédiat, un public en chair et en os pour celui qui, habitué à interagir avec ses spectateurs, se sentait bien seul sur le tournage de son émission télévisée.


Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur sa photo primée, Une femme palestinienne serrant dans ses bras le corps de sa nièce

Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)
Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)
Short Url
  • «Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe»
  • «Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe»

DUBAÏ: Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. 

«Je suis né à Gaza et je travaille dans le domaine du journalisme depuis vingt ans. Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe. Dans des périodes comme celle que nous traversons aujourd’hui, cet art nous permet de partager notre message au monde. Il permet aux gens de nous voir et de voir ce qui nous arrive. 

photo
Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)

Je considère que la guerre actuelle à Gaza est sans précédent. Je ne saurais concevoir qu’il nous arrive quelque chose de plus difficile. Rien n’a été épargné: pas un rocher, pas un arbre, pas un être humain, pas un enfant. Les difficultés que nous avons endurées sont inimaginables. 

Je travaillais lorsque j’ai appris que mon frère, mon pilier, avait été martyrisé. La plupart de mes cousins ont subi le même sort et les maisons de mes frères ont été détruites. La mort était tellement proche de nous. 

Cette photo a été prise à l’hôpital Nasser à Khan Younès. Je vivais dans cet établissement, car j’avais été déplacé. Enveloppée dans un tissu blanc, l’enfant tuée que vous voyez est étreinte par sa tante. Elle est venue à l’hôpital pour voir qui dans sa famille était encore en vie. Il y avait beaucoup de sang sur le sol et elle courait dans tous les sens, folle de rage. Lorsqu’elle a trouvé l’enfant, elle l’a portée dans un coin de la pièce et l’a serrée très fort dans ses bras. Je n’avais jamais vu une étreinte aussi forte. Il me semblait que c’était le grand amour entre elles deux. 

De nombreuses images violentes de Gaza ont été diffusées, mais une image comme celle-là touche le cœur des gens. Quand on la regarde, on a mal au cœur. Le prix m’a été décerné alors que j’éprouvais de la tristesse: je n’étais pas heureux, car je n’avais pas le temps de l’être compte tenu de l’environnement dans lequel je me trouvais. Mais ma plus grande joie est que cette image a été vue par des gens du monde entier.» 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L’artiste saoudienne Nada Halabi explore ses rêves à travers ses œuvres d’art

L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. (Photo AN, Rahaf Jambi)
L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. (Photo AN, Rahaf Jambi)
L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. (Photo AN, Rahaf Jambi)
L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. (Photo AN, Rahaf Jambi)
Short Url
  • «J’aime ajouter une touche contemporaine à l’art de la Renaissance. J’ai choisi des personnages de cette période parce que je pense que leur style était exceptionnel»
  • «Il m’arrive de peindre quelque chose, puis de peindre autre chose par-dessus si je ne suis pas satisfaite. Je ne m’arrête que lorsque je suis heureuse du résultat»

RIYAD: L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» («Rêves dévoilés») à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. 

«Il y a beaucoup de rêves dans ces tableaux», confie Mme Halabi à Arab News. «Il s’agit de tous mes rêves accumulés au fil du temps. Parfois, je me réveille à 5 heures du matin et j’écris ce que je vois. Quand je me réveille de nouveau, je peins.» 

Certaines de ses œuvres s’inspirent de la Renaissance, une période au cours de laquelle, après le Moyen Âge, l’Europe a connu un «renouveau» culturel, artistique, politique et économique. 

«J’aime ajouter une touche contemporaine à l’art de la Renaissance. J’ai choisi des personnages de cette période parce que je pense que leur style était exceptionnel. De plus, les peintres étaient alors de véritables artistes. C’est pourquoi j’ai transformé certains personnages de la Renaissance en figures contemporaines», explique Mme Halabi, qui aime expérimenter de nouvelles choses avec des styles, des couleurs et des tailles différents. 

De nombreux éléments ont influencé le travail de Nada Halabi en tant qu’artiste. Elle aime voyager afin de visiter des musées et trouve son inspiration dans les lieux et les objets historiques. 

«Je m’inspire beaucoup des voyages. Quand je vais en Europe, j’aime visiter des musées anciens et contemporains pour trouver des idées. Ensuite, lorsque je rentre en Arabie saoudite, je peins sans arrêt, car tout est si nouveau dans ma tête», raconte-t-elle. 

«Je me perds en peignant. Il m’arrive de peindre quelque chose, puis de peindre autre chose par-dessus si je ne suis pas satisfaite. Je ne m’arrête que lorsque je suis heureuse du résultat», souligne-t-elle. 

photo
L’artiste contemporaine saoudienne Nada Halabi présente une exposition intitulée «Dreams Unveiled» à la galerie Ahlam de Riyad du 4 au 15 juin. (Photo AN, Rahaf Jambi) 

L’artiste a des clients de tous âges. Certains d’entre eux sont des collectionneurs d’art, d’autres des propriétaires de musées. 

Elle a étudié à l’Académie libanaise des beaux-arts au Liban avant de s’installer à Londres, puis à Los Angeles. Là, elle a bénéficié des conseils d’un artiste américain renommé. Elle a suivi une formation dans des écoles d’art au Royaume-Uni et aux États-Unis et a présenté ses œuvres dans des expositions et des galeries au Moyen-Orient. 

Dans l’exposition qui lui est actuellement consacrée, une section est consacrée au Liban. On y voit des articles de journaux sur lesquels sont inscrits en jaune fluo les mots «Disconnected Roots» («racines déconnectées»).  

«J’ai vécu plus longtemps en Arabie saoudite qu’au Liban, bien que je sois née et que j’aie grandi dans ce pays, et cette œuvre montre à quel point de nombreux pays sont liés, et dans le même temps déconnectés, en raison des conflits politiques», précise Mme Halabi. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Au Japon, un élevage d'escargots de Bourgogne unique au monde

Des éleveurs d'escargots, ou héliciculteurs, existent aussi en France, mais ils se concentrent sur une autre espèce plus facile à produire, helix aspersa (les "petits-gris" et "gros-gris"), et ne pèsent que 5% du marché national. (AFP).
Des éleveurs d'escargots, ou héliciculteurs, existent aussi en France, mais ils se concentrent sur une autre espèce plus facile à produire, helix aspersa (les "petits-gris" et "gros-gris"), et ne pèsent que 5% du marché national. (AFP).
Short Url
  • Farcis au beurre persillé à l'ail et cuits au four, les escargots "à la bourguignonne" sont un monument de la gastronomie française depuis le XIXe siècle
  • Toshihide Takase produit au Japon des escargots de Bourgogne, une espèce pourtant considérée comme impossible à élever

MATSUSAKA: Toshihide Takase produit au Japon des escargots de Bourgogne, une espèce pourtant considérée comme impossible à élever. Son savoir-faire, développé en autodidacte sur quatre décennies, intéresse désormais la France de près.

Farcis au beurre persillé à l'ail et cuits au four, les escargots "à la bourguignonne" sont un monument de la gastronomie française depuis le XIXe siècle.

Mais les escargots de Bourgogne (helix pomatia) sont protégés depuis 1979 en France, car ils y étaient menacés d'extinction. Aussi sont-ils ramassés en Europe centrale et orientale puis exportés, principalement vers l'Hexagone, le premier marché mondial.

Des éleveurs d'escargots, ou héliciculteurs, existent aussi en France, mais ils se concentrent sur une autre espèce plus facile à produire, helix aspersa (les "petits-gris" et "gros-gris"), et ne pèsent que 5% du marché national.

"L'escargot de Bourgogne n'a jamais vu la Bourgogne, c'est ironique mais c'est vrai", déclare à l'AFP William Blanche, coprésident de la Fédération nationale des héliciculteurs et éleveur près de Besançon (est de la France).

Le pomatia "est réputé comme étant impossible à élever (...) parce qu'il ne supporte pas la promiscuité et qu'il met beaucoup de temps à grandir, entre deux et trois ans", rappelle un industriel français du secteur préférant garder l'anonymat.

« On me traitait d'idiot »

M. Takase, 76 ans, dit cependant être parvenu à raccourcir le temps de croissance du pomatia à seulement quatre mois, comme pour l'aspersa français.

Rien ne le prédestinait à devenir un expert dans ce domaine si atypique au Japon, où les escargots sont très peu consommés et perçus comme des nuisibles pour les cultures.

Ses autres secteurs d'activité n'avaient rien à voir non plus avec les gastéropodes: son "laboratoire de développement d'escargots" à Matsusaka (centre du Japon) est installé derrière une bruyante métallerie, la première société créée par ce multi-entrepreneur aujourd'hui retraité.

Sa vocation lui est venue en 1979. "Ma sœur avait voyagé en France et m'avait rapporté en souvenir des escargots en conserve" raconte-t-il à l'AFP. "Mais ce n'était pas bon et ça sentait mauvais."

Après cette expérience décevante, il se lance le pari fou d'élever des escargots de Bourgogne: "J'ai pensé qu'il n'y avait que moi qui pourrait le faire", explique cet homme obstiné et fier d'avoir donné tort à tout le monde: "On me traitait d'idiot".

Il dévore la littérature sur le sujet, rencontre des héliciculteurs en France, investit une petite fortune. Après sept ans de procédures administratives, il obtient un permis d'élevage au Japon et le droit d'importer de France 100 spécimens de pomatia: "J'étais vraiment ému, mon cœur battait la chamade", relate-t-il en affirmant être "le seul au monde" à en élever.

« Coup marketing monstrueux »

Il dit avoir aujourd'hui la capacité d'en produire 600.000 par an. Ses escargots vivent paisiblement dans des bacs rangés sur des étagères coulissantes en métal, dans une terre riche en humus savamment préparée où il ajoute notamment de la poudre de coquille d'huître, pleine de calcium: "Ils adorent".

L'éleveur a mis "vingt ans" pour développer une poudre alimentaire spéciale pour ses escargots, à base de soja et de maïs, bourrée de vitamines et de calcium.

L'hygiène est centrale dans son élevage: les mangeoires et coupelles d'eau sont remplacées tous les trois jours et lavées à la main. "Les escargots aiment la propreté", justifie M. Takase, qui contrôle aussi en permanence la température et le niveau d'humidité.

Il veut désormais transmettre sa méthode à des éleveurs français, approchés via l'ambassade de France au Japon, et envisage aussi des partenariats commerciaux avec des industriels tricolores. Mais de nombreuses questions demeurent.

"Est-ce que si demain on savait élever du pomatia, est-ce qu'on pourrait faire une transition? Est-ce que nos consommateurs, qui sont habitués à un autre type d'escargots, seraient partants, et à quel prix?" s'interroge M. Blanche, séduit toutefois par l'idée de visiter l'élevage de M. Takase.

Des installations aussi soignées, entièrement hors-sol, impliquent des coûts élevés: six autres personnes travaillent à l'année avec M. Takase, qui en vente directe facture 30 escargots près de 60 euros (9.900 yens).

"C'est très cher, environ quatre fois le prix des escargots des industriels français et environ le double des prix des éleveurs français", relève l'industriel interrogé par l'AFP.

Et "il faut que ça ait du goût", prévient-il, doutant pour l'instant qu'un pomatia d'élevage soit aussi savoureux qu'un sauvage ayant "un goût fort de sous-bois".

"Je rêverais d'avoir un escargot de Bourgogne français", confie toutefois cet entrepreneur. "Le coup marketing serait monstrueux."