Beyrouth veut faire inscrire les archives de Télé-Liban au patrimoine de l'Unesco

Un employé sort une cassette d'une étagère du département des archives de « Télé Liban » à Beyrouth, le 29 décembre 2023 (Photo, AFP).
Un employé sort une cassette d'une étagère du département des archives de « Télé Liban » à Beyrouth, le 29 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 01 janvier 2024

Beyrouth veut faire inscrire les archives de Télé-Liban au patrimoine de l'Unesco

  • L'Unesco a lancé un appel à candidatures pour son Registre international de la Mémoire du monde
  • Si Télé-Liban a été lancée en 1959, elle dispose de «bandes-vidéo datant de la Seconde Guerre mondiale et des années 1940»

BEYROUTH: Le Liban prévoit de demander l'inscription en 2024 au patrimoine documentaire de l'Unesco des archives de Télé-Liban, chaîne publique qui incarne la mémoire collective du pays et est l'une des plus anciennes du monde arabe.

"Nous cherchons à enregistrer les archives de Télé-Liban, car c'est la première télévision du monde arabe", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Information, Ziad Makari.

"Nous possédons les archives visuelles et sonores les plus anciennes du monde arabe", a-t-il ajouté.

La chaîne a vécu un âge d'or dans les années 1960 et 1970, avant de devenir le témoin des divisions confessionnelles qui ont déchiré le pays durant la guerre civile (1975-1990).

Les animateurs vedettes des programmes de divertissement de la chaîne restent ancrés dans la mémoire des Libanais nostalgiques d'une époque révolue.

Si Télé-Liban a été lancée en 1959, elle dispose de "bandes-vidéo datant de la Seconde Guerre mondiale et des années 1940", a souligné M. Makari.

L'Unesco a lancé un appel à candidatures pour son Registre international de la Mémoire du monde, qui répertorie les éléments du patrimoine documentaire d'importance mondiale et historique, dont la date limite a été fixée au 31 janvier 2024.

Créé en 1992, ce registre vise à prévenir la perte irrévocable du patrimoine documentaire et à le rendre davantage accessible au grand public, selon le site de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Pour être inscrites sur la liste, les archives doivent avoir "une valeur culturelle et historique", a expliqué M. Makari.

Celles de Télé-Liban comprennent plus de 50.000 heures de bandes-son, notamment des interviews, des informations, mais aussi divers concerts d'artistes de tout le monde arabe, de la diva Oum Kalthoum à Dalida dans les années 1970.

«Trésor national»

Selon Zaven Kouyoumdjian, présentateur et auteur de deux livres sur la télévision, "Télé-Liban a été une tentative de faire entrer le monde arabe dans la modernité".

La chaîne a créé "la mémoire collective du pays" ainsi qu'un "mythe fédérant tous les Libanais". Les archives de Télé-Liban sont "un trésor national", a-t-il ajouté.

"Nous préservons les archives avec soin et avec le plus grand sérieux", assure M. Makari, évoquant notamment une coopération avec l'Institut national de l'audiovisuel (INA) en France et le Quai d'Orsay.

Après la Première Guerre mondiale, le Liban a été placé sous mandat français en 1920 et y est resté jusqu'en 1943, année de son indépendance.

Le ministère libanais de l'Information, qui a lancé le processus de numérisation de ses archives en 2010, commencera à préparer le dossier d'inscription en janvier, avec une assistance technique de l'Unesco, selon M. Makari.

L'inscription de ces archives sur la liste de l'Unesco placerait "le patrimoine médiatique du Liban sur la carte mondiale", a-t-il dit.

En mai dernier, l'Unesco a annoncé l'inscription de 64 collections documentaires sur son Registre international de la Mémoire du monde, portant à 494 le nombre total de collections inscrites.

Les stèles commémoratives de Nahr el-Kalb, situées à 15 kilomètres au nord de Beyrouth, et l'alphabet phénicien y ont été inscrits en 2005.


Le festival de musique Azimuth revient à AlUla

Le festival de musique Azimuth revient à AlUla alors que le calendrier Moments de la ville bat son plein. (Fourni)
Le festival de musique Azimuth revient à AlUla alors que le calendrier Moments de la ville bat son plein. (Fourni)
Short Url
  • Le festival musical populaire revient pour sa quatrième édition du 19 au 21 septembre, avant la fête nationale saoudienne du 23 septembre.
  • Une programmation variée d'artistes locaux, régionaux et internationaux, dans le cadre des magnifiques paysages d'AlUla, mêlant musique, art et culture.

JEDDAH : Le festival de musique Azimuth revient à AlUla alors que le calendrier Moments de la ville bat son plein.


Le populaire festival musical reviendra pour sa quatrième édition du 19 au 21 septembre, avant la fête nationale saoudienne du 23 septembre. Le thème de l'édition 2024 est "Until the Sun Comes Up" (Jusqu'à ce que le soleil se lève).

Azimuth est devenu un événement clé de la scène musicale régionale, attirant des fans fidèles.

Il propose une programmation variée d'artistes locaux, régionaux et internationaux, dans le cadre des paysages époustouflants d'AlUla, mêlant musique, art et culture.

Cette année, les représentations auront lieu sous la grande Qa'a Al-Haj.

Des artistes de renom tels que Ben Bohmer, James Blake, The Blaze, Cosmicat et Ghostly Kisses ont été annoncés, et d'autres sont à venir. Parmi les anciennes têtes d'affiche figurent Jason Derulo, The Chainsmokers, Tinie Tempah, The Kooks, Jorja Smith, Peggy Gou et Thievery Corporation.

Azimuth a été lancé en 2020, suivi par des éditions en 2022 et 2023.

Le calendrier AlUla Moments comprend également cinq festivals couvrant l'art, la culture, la musique, la nature, le bien-être, l'équitation, la gastronomie et l'astronomie.

Les billets de prévente sont disponibles jusqu'au 14 août, à partir de SR760 ($202). Pour plus d'informations et pour acheter des billets, visitez experiencealula.com


La première édition des Jeux olympiques d'esport se tiendra en Arabie saoudite en 2025

Le Comité international olympique a annoncé mardi que la première édition des Jeux olympiques d'esport se tiendrait en Arabie saoudite en 2025. (CIO)
Le Comité international olympique a annoncé mardi que la première édition des Jeux olympiques d'esport se tiendrait en Arabie saoudite en 2025. (CIO)
Short Url
  • Le ministre saoudien des Sports, le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, déclare : "Nous sommes impatients d'accueillir la communauté mondiale des sports électroniques dans le Royaume en 2025"
  • Le président du CIO, Thomas Bach, déclare que le CNO d'Arabie saoudite apportera une grande, voire une unique, expérience au projet

PARIS : Le Comité International Olympique a annoncé mardi que la première édition des Jeux Olympiques d'esport se tiendrait en Arabie saoudite en 2025.

L'organisme international olympique a approuvé à l'unanimité la proposition de la commission exécutive lors de la 142e Session du CIO à Paris.

Le ministre saoudien des sports et président du Comité olympique et paralympique saoudien, le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, a déclaré : "Grâce à la Vision 2030, introduite par le prince héritier Mohammed bin Salman, les esports en Arabie saoudite ont déjà un riche passé, un présent passionnant et un avenir prometteur.

"Et la raison pour laquelle, est la même raison pour laquelle nous investissons à travers tous les sports - nos jeunes. Notre engagement dans l'esport est simplement le reflet du monde dans lequel vivent nos jeunes, et nous avons maintenant tous la chance d'écrire ensemble une nouvelle histoire olympique : La chance d'inspirer de nouveaux rêves et de nouvelles ambitions pour littéralement des millions d'athlètes à travers le monde."

Les Saoudiens estiment que participer aux Jeux olympiques est l'honneur suprême pour tout athlète, a-t-il déclaré, ajoutant : "C'est pourquoi nous nous sommes engagés à soutenir les Jeux olympiques : "C'est pourquoi nous nous engageons à fournir la plateforme ultime qui permettra à de nouveaux héros de se produire et à l'esprit olympique d'être partagé.

"Ensemble, nous partageons la perspective d'inculquer les valeurs olympiques de manière nouvelle et innovante. Et nous sommes impatients d'accueillir la communauté mondiale des sports électroniques dans le Royaume en 2025."

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré : "C'est vraiment une nouvelle ère pour le CIO. Avec la confirmation par la Session du CIO de la création des Jeux Olympiques du sport électronique, nous suivons le rythme de la révolution numérique.

"La communauté des sports électroniques, représentée au sein de notre commission des sports, s'est engagée avec enthousiasme dans cette initiative. C'est une nouvelle preuve de l'attractivité de la marque olympique et des valeurs qu'elle représente auprès des jeunes.

Il a souligné que le Comité national olympique d'Arabie saoudite apportera au projet une expérience importante, voire unique, dans le domaine des sports électroniques.

Il a ajouté : "Ce partenariat est basé sur la Charte olympique et les valeurs olympiques."

Le CIO s'est engagé dans l'esport depuis 2018 de manière holistique. Cela a culminé avec l'organisation de la semaine olympique des esports à Singapour en 2023. Le président du CIO a ensuite demandé à la commission des sports du CIO, lors de la 141e session du CIO en Inde, en octobre 2023, de se pencher sur la création des Jeux olympiques d'esports.

La commission, sous la direction de David Lappartient, membre du CIO, a conçu un projet qui répond aux intérêts de la communauté esports tout en respectant les valeurs olympiques.

La princesse Reema Bandar Al-Saud, membre du CIO, qui est également membre du conseil d'administration du Comité olympique et paralympique d'Arabie saoudite et présidente du comité féminin, a déclaré : "Nous sommes au cœur de l'industrie des sports électroniques depuis de nombreuses années.

"Nous considérons que l'organisation des Jeux olympiques d'esport en 2025 est une étape naturelle dans notre démarche d'ouverture de l'Arabie saoudite au monde, et du monde à l'Arabie saoudite".

Le prince Abdulaziz et la princesse Reema ont présenté ensemble le projet lors de la session du CIO.

Au cours des deux dernières années, l'Arabie saoudite a accueilli plus de 1 700 joueurs d'élite de plus de 80 pays dans le cadre de grands tournois internationaux, dont la première Coupe du monde d'esport.

Les événements esports organisés en Arabie saoudite ont permis à près de 4 millions de fans de vivre l'expérience en direct dans le Royaume, et à 1,3 milliard de spectateurs du monde entier de visionner les matchs sur diverses plateformes de streaming.

Le travail va maintenant commencer pour sélectionner une ville et un site pour les Jeux olympiques d'esport, avec le calendrier de l'événement, les titres à inclure, le processus de qualification pour les joueurs, et d'autres détails à analyser.

Le CIO créera également une nouvelle structure dédiée au sein de son organisation, clairement séparée du modèle organisationnel et financier des Jeux olympiques.

Afin de tenir compte de la nature spécifique des Jeux olympiques d'esport, le CIO adoptera également une approche différente en ce qui concerne le financement et l'organisation de l'événement.

Le CIO a souligné que les fédérations internationales déjà engagées dans une version électronique de leur sport, dont l'inclusion dans les Jeux Olympiques d'Esports est envisagée, seront ses premiers partenaires.

Il en sera de même pour les Comités Nationaux Olympiques qui intègrent déjà les sports électroniques dans leurs activités.


De Djamel Sedjati à Mutaz Barshim : 5 hommes arabes à suivre aux Jeux olympiques de Paris

L' Algérien Djamel Sedjati pose après le 800m masculin lors de la rencontre de la Wanda Diamond League au stade Louis II à Monaco le 12 juillet 2024. (AFP)
L' Algérien Djamel Sedjati pose après le 800m masculin lors de la rencontre de la Wanda Diamond League au stade Louis II à Monaco le 12 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Podiums possibles en athlétisme, gymnastique, surf, handball.
  • Gold likely for Djamel Sedjati, Mutaz Barshim, Ahmad Abu Al-Soud.

Nous avons bien de quoi nous réjouir aux prochains Jeux olympiques de Paris en ce qui concerne les athlètes arabes.

En total, 14 médailles ont été remportées par des hommes arabes à Tokyo 2020, et cette fois-ci, le potentiel est encore plus grand.

Voici cinq hommes arabes à suivre à Paris 2024.

Djamel Sedjati (Algérie) - Athlétisme

L’Algérien Djamel Sedjati se rend à Paris en pleine forme, non seulement en quête de la médaille d’or, mais aussi déterminé à battre le record du monde des 800 mètres de David Rudisha, qui revient à 12 années consécutives.

Au cours des trois dernières semaines, Sedjati, 25 ans, a couru les troisième et quatrième 800 mètres les plus rapides de tous les temps, en 1 minute 41,56 secondes lors de l'étape de la Ligue de Diamant à Paris, puis en abaissant son record personnel à 1:41,46 cinq jours plus tard à Monaco.

Rudisha a établi le record du monde en 1:40.91 à Londres 2012 et Sedjati a bien l'intention d'imiter le Kényan aux Jeux olympiques.

“Je voudrais remercier tout le monde, en particulier ma famille et mon entraîneur. C'est la quatrième fois que je réalise un record du monde et la deuxième fois que je fais un record d'Algérie. J'ai travaillé très dur pour cela”, a récemment déclaré Sedjati à Monaco.

“Maintenant, je pense au record du monde, j'espère le courir aux Jeux olympiques. J'ai encore deux semaines pour le préparer. Je vais me concentrer sur cet objectif et fournir le travail nécessaire pour atteindre mon but”.

“Je vais continuer à me préparer de la même façon. Je suis sûr que le travail acharné que j'ai fourni portera ses fruits”.

La performance de Sedjati à Monaco lui a permis d'établir un nouveau record national, un record du monde, un record de la Ligue de Diamant, un record de la compétition et un record personnel.
 
Sa performance sera-t-elle encore meilleure à Paris ?

Les séries du 800 mètres masculin débutent le 7 août, les demi-finales et les finales les 9 et 10 août.
 
Ahmad Abu Al-Soud (Jordanie) - Gymnastique

À Liverpool en 2022, le Jordanien Ahmad Abu Al-Soud a décroché la médaille d'argent au cheval d'arçons, devenant ainsi le premier Arabe à prendre le podium d'un Championnat du monde.

Malgré une blessure au bas du dos qui ralentit son élan, il remporte une autre médaille aux Championnats du monde l'année suivante, cette fois en bronze.

Il a ensuite dominé la série de la Coupe du monde 2024 (en remportant la médaille d’or dans trois des quatre épreuves) pour décrocher son billet pour Paris et devenir le premier gymnaste jordanien à se qualifier pour les Jeux olympiques.

Abu Al-Soud, 29 ans, dont une compétence porte le nom dans le code de pointage de la FIG, se rendra à Paris en étant classé numéro 1 mondial au cheval d'arçons et en étant le favori pour l'or aux Jeux olympiques.

Les qualifications masculines en gymnastique artistique débuteront le 27 juillet à Bercy Arena, la finale du cheval d'arçons étant prévue pour le 3 août.

Ramzi Boukhiam (Maroc) - Surf

Premier surfeur marocain ou arabe à se qualifier pour la Tour du Championnat de la World Surf League (Ligue Mondiale de Surf), Ramzi Boukhiam se rend à ses deuxièmes Jeux olympiques, après avoir participé à Tokyo 2020, où le surf a fait ses débuts.

La compétition de surf des Jeux olympiques de 2024 aura lieu à Tahiti, où 24 hommes et 24 femmes s'attaqueront à la majestueuse et tout aussi terrifiante vague de Teahupo'o.

Boukhiam s'est classé neuvième lors de ses débuts olympiques à Tokyo, mais Teahupo'o est bien mieux adapté à son style de surf. De plus, le surfeur de 30 ans peut compter sur le fait qu'il s'est classé troisième au même endroit, dans le Championship Tour, lors du Tahiti Pro il y a tout juste deux mois.

“J'ai ma deuxième chance maintenant, en allant à Tahiti, sur une vague comme Teahupo'o, c'est la vague la plus dangereuse mais aussi la plus parfaite de la planète”, a récemment déclaré Boukhiam, qui était le porte-drapeau du Maroc pour Tokyo 2020, dans le podcast Abtal.
“En tant que surfeur, il n'y a vraiment rien de mieux. Vous avez peur mais vous êtes en même temps très excité et j'ai l'impression que si nous avons de bonnes vagues, cela peut être un événement vraiment incroyable”.

Boukhiam a obtenu sa place aux Jeux olympiques de 2024 en remportant la médaille d'argent aux Jeux mondiaux de surf de l'ISA à Porto Rico en mars.

Les compétitions de surf aux Jeux olympiques débuteront à Tahiti le 27 juillet et se poursuivront jusqu'au 31 juillet.

Mutaz Barshim (Qatar) - Athlétisme

Le Qatarien Mutaz Barshim a remporté la médaille de bronze à Londres (qui est passée à l'argent neuf ans plus tard), l'argent à Rio et l'or à Tokyo.

Barshim a placé la barre de plus en plus haut à chaque édition des Jeux Olympiques et la star du saut en hauteur est désormais prêt à franchir le pas une dernière fois.

“J'ai l'impression d'être ici depuis un certain temps, j'ai tout fait, tout vu et j'ai le sentiment qu'à ce stade, il serait égoïste de ma part de m'éloigner davantage de ma famille et de mes proches”, a déclaré Barshim, 33 ans, à FloTrack cette semaine après avoir annoncé que les Jeux olympiques de Paris seront ses derniers.

“Je veux aussi être là pour ma famille. Ils ont tous été là pour moi tout au long de ma carrière. Je suis dans le domaine du saut professionnel depuis 2011, c'est donc une longue période et je suis vraiment heureux de tout ce que nous avons accompli ensemble, mais je pense qu'il est bien temps maintenant de rendre la pareille. Il est temps de me rendre à ma famille”.
Barshim a vécu l'un des moments les plus emblématiques des Jeux olympiques de Tokyo lorsque lui et son rival et ami italien Gianmarco Tamberi ont décidé de partager la médaille d'or au lieu de passer par un barrage pour se séparer.

Ils avaient tous deux surmonté des blessures qui mettaient en péril leur carrière avant les Jeux de Tokyo et estimaient qu'ils méritaient tous deux de prendre la plus haute marche du podium.

Barshim et Tamberi ont déclaré que cette fois, à Paris, il n’y aura pas de partage s’ils se trouvent dans la même situation.

Les qualifications du saut en hauteur masculin aux Jeux de Paris auront lieu le 7 août au Stade de France, et la finale sera pour le 10 août.

Yahia Omar (Égypte) - Handball

Il fera partie des parisiens pendant les trois prochaines années, mais avant de faire ses débuts avec son nouveau club, le Paris Saint-Germain, Yahia Omar tentera d'aider l'Égypte à décrocher sa première médaille de handball aux Jeux olympiques.

Les Égyptiens ont été à deux doigts de prendre le podium à Tokyo 2020, terminant en quatrième place après s'être inclinés face à l'Espagne dans le match pour la médaille de bronze. C'était la première fois qu'une équipe africaine arrivait aussi loin en handball aux Jeux olympiques.

L'arrière droit de 26 ans était un élément indispensable de cette équipe olympique, ce qui lui a valu d'être nommé dans l'équipe d'étoiles de Tokyo 2020, le premier non-Européen à réaliser cet exploit depuis 1992.

La route de l'Égypte à Paris sera semée d'embûches puisqu'elle a atterri dans le même groupe que la France, pays hôte et championne du monde en titre, le Danemark, champion du monde en titre, la Norvège, la Hongrie et l'Argentine.

“Ce sont les Jeux olympiques. Il n'y a rien de facile. Je pense que nous avons le groupe le plus difficile, mais je pense que cela nous donne une meilleure chance de passer en demi-finale”, a déclaré Omar lorsque le tirage au sort a été révélé.

Les Pharaons lanceront leur campagne contre la Hongrie le 27 juillet.