Taïwan: Les ballons chinois, outil de déstabilisation avant la présidentielle ?

Des partisans du Parti démocrate progressiste (DPP) au pouvoir écoutent lors d'un rassemblement électoral à Kaohsiung le 7 janvier 2024, une semaine avant l'élection présidentielle (Photo, AFP).
Des partisans du Parti démocrate progressiste (DPP) au pouvoir écoutent lors d'un rassemblement électoral à Kaohsiung le 7 janvier 2024, une semaine avant l'élection présidentielle (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 08 janvier 2024

Taïwan: Les ballons chinois, outil de déstabilisation avant la présidentielle ?

  • Pékin déploie régulièrement sa force militaire en envoyant des avions de chasse, des drones de reconnaissance et des navires de guerre autour de l'île
  • Ce type de tactique fait référence à des actions agressives déployées par un Etat sans toutefois déclarer une guerre ouverte

TAIPEI: A quelques jours de l'élection présidentielle à Taïwan, la multiplication de ballons chinois dans le ciel de l'île relève selon l'armée d'une "guerre psychologique" menée par Pékin pour tenter de peser sur le scrutin, une arme toutefois jugée à double tranchant.

Pékin déploie régulièrement sa force militaire en envoyant des avions de chasse, des drones de reconnaissance et des navires de guerre autour de l'île, dont il conteste la souveraineté.

Depuis décembre, une vingtaine de mystérieux ballons ont en outre franchi le détroit de Taïwan qui sépare l'île de la Chine continentale, selon le ministère de la Défense taïwanais, qui y voit un harcèlement dit de "zone grise" destiné à "affecter le moral de notre peuple".

Ce type de tactique fait référence à des actions agressives déployées par un Etat sans toutefois déclarer une guerre ouverte.

"Pékin signifie qu'il peut violer l'espace aérien taïwanais et remettre en cause sa souveraineté", estime Raymond Kuo, expert de Taïwan au sein de l'institut américain Rand Corporation.

La Chine, qui considère Taïwan comme partie intégrante de son territoire, s'est juré de ramener un jour l'île dans son giron, et n'exclut pas de recourir à la force.

Le scrutin présidentiel du 13 janvier opposera l'actuel vice-président Lai Ching-te, du Parti démocrate progressiste (DPP) au pouvoir, défenseur de la souveraineté de l'île, à deux candidats favorables à un rapprochement avec la Chine.

«Manipuler les élections»

Le moment choisi pour l'apparition des ballons est "politique", a déclaré à l'AFP M. Kuo.

"Le PCC (Parti communiste chinois) tente de démoraliser le public taïwanais à l'approche des élections présidentielle et législatives", estime l'expert, selon qui "Pékin ajoute un nouveau défi opérationnel aux forces militaires taïwanaises" destinée à éprouver celles-ci.

Le ministère de la Défense de Taipei a dénoncé samedi une "tentative d'utiliser la guerre psychologique pour affecter le moral de notre peuple", qualifiant par ailleurs les ballons de "menace sérieuse" pour les liaisons aériennes.

Interrogé à ce sujet, le ministère chinois de la Défense a rejeté toute accusation d'ingérence et accusé Taïwan de tenter de "manipuler les élections".

Les ballons en provenance de Chine sont devenus un sujet politique sensible l'an dernier après que les Etats-Unis ont abattu un de ces aéronefs, qu'ils ont qualifié d'"espion", après qu'il eut pénétré leur espace aérien.

Pékin avait de son côté affirmé qu'il s'agissait d'un dirigeable civil ayant dévié de sa trajectoire.

Depuis décembre, plus de 20 ballons ont franchi la ligne médiane qui sépare l'île autonome de la Chine continentale, et au moins sept d'entre-eux ont survolé l'île.

Selon le ministère de la Défense de Taipei, ils se déplacent à des altitudes comprises entre 12.000 et 36.000 pieds (3,6 et 11 kilomètres) et sont détectés de jour comme de nuit.

«Irresponsable»

Selon Gerry Soejatman, expert indépendant en aéronautique, ils "représentent une menace" car ils "risquent de perturber le trafic aérien", les avions commerciaux volant généralement à une altitude de 24.000 à 40.000 pieds (7,3 à 12 kilomètres).

Qualifiant d'"irresponsable" l'envoi de ballons à de telles altitudes, l'expert en défense Su Tzu-yun estime que "l'objectif politique est bien plus important que l'objectif militaire".

Pékin "veut susciter des doutes et de l'inquiétude (...) afin de changer l'attitude du peuple taïwanais dans le cadre des élections", a-t-il déclaré à l'AFP.

Selon James Char, spécialiste de la Chine à l'Institut de défense et d'études stratégiques de Singapour, Pékin avait en 1996 déjà procédé à des essais de missiles près de Taïwan pour intimider les électeurs et de les dissuader de réélire le président nationaliste Lee Teng-hui.

"Cela s'est retourné contre eux", a-t-il déclaré. "Cela a poussé les Taïwanais à voter en faveur [d'un président] non pro-Pékin et non favorable à l'unification".

Pour Ivy Kwek, de l'International Crisis Group, "plus Pékin recourt à la coercition à l'égard de Taïwan, moins ces actions seront efficaces pour effrayer les Taïwanais".

Les partisans du favori de la présidentielle Lai Ching-te disent ne pas avoir peur.

"La Chine tente souvent d'intimider Taïwan, mais nous, les Taïwanais, ne sommes pas facilement effrayés", soutient Mme Zheng, 62 ans.


HRW: Les États-Unis sous le coup d'allégations de crimes de guerre lors de la visite de Netanyahu

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • Le premier ministre israélien se présentera devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet.
  • Les législateurs devraient être « sérieusement concernés par les risques de responsabilité » selon le directeur de Human Rights

LONDRES : Les législateurs américains risquent d'être exposés à des allégations de crimes de guerre lors de la comparution du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet, a déclaré Human Rights Watch mardi.

La visite de M. Netanyahu « met en évidence la fourniture continue et importante d'armes par les États-Unis à l'armée israélienne malgré des allégations crédibles de crimes de guerre continus à Gaza », a ajouté HRW.

À la fin de l'année dernière, l'administration Biden a relevé le seuil de livraison des exportations d'armes aux pays étrangers, dans une tentative apparente de réduire la probabilité de violations du droit international.

Washington est également tenu, en vertu de la législation nationale, de procéder à une évaluation des risques avant de procéder à des exportations d'armes.

Cependant, bien que HRW et Oxfam aient averti en mars que les assurances données par Israël aux États-Unis concernant les exigences légales n'étaient « pas crédibles », l'administration Biden a déclaré au Congrès en mai que Tel-Aviv « respectait » le nouveau seuil américain et les lois nationales.

Selon Tirana Hassan, directrice exécutive de HRW, « les responsables américains sont parfaitement conscients de l'existence de ce nouveau seuil et des lois nationales » : « Les responsables américains sont bien conscients des preuves de plus en plus nombreuses que les forces israéliennes ont commis des crimes de guerre à Gaza, y compris très probablement avec des armes américaines.

« Les législateurs américains devraient s'inquiéter sérieusement des risques de responsabilité encourus en continuant à fournir des armes et des renseignements sur la base des assurances peu convaincantes d'Israël qu'il respecte les lois de la guerre ».

Human Rights Watch et Oxfam ont déposé un dossier auprès du département d'État américain qui met en évidence les nombreuses violations du droit international commises par Israël à Gaza.

Les forces de défense israéliennes ont « attaqué illégalement des bâtiments résidentiels, des installations médicales et des travailleurs humanitaires, restreint les évacuations médicales et utilisé la famine comme arme de guerre », a déclaré HRW.

« Les autorités israéliennes ont détenu et maltraité des milliers de Palestiniens, et des rapports persistants font état d'actes de torture.

« En Cisjordanie occupée, où les forces israéliennes ont tué plus de 500 Palestiniens depuis le 7 octobre, les colons et les soldats ont déplacé des communautés palestiniennes entières, détruisant chaque maison, avec le soutien apparent des autorités israéliennes supérieures et confisquant effectivement les terres des Palestiniens.

Des armes américaines ont été utilisées par les forces israéliennes tout au long de cette période, a averti HRW, citant des rapports de CNN, de la National Public Radio, du New York Times et de l'Agence France-Presse.

En vertu du droit international, un État qui aide un autre État ou un acteur non étatique peut être complice de crimes de guerre s'il est établi qu'il a eu connaissance des intentions de son partenaire et y a contribué. Des individus peuvent également être poursuivis en vertu de cette ligne directrice.

HRW a appelé les États-Unis et les autres fournisseurs d'armes à suspendre immédiatement l'assistance militaire à Israël.

En usant de son influence, notamment par le biais de sanctions ciblées, l'administration Biden peut « sauver des vies », a ajouté l'organisation.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Qui d'autre que Kamala Harris pourrait être le candidat démocrate aux élections de novembre ?

 Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)
Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)
Short Url
  • Des analystes arabo-américains évaluent les démocrates qui cherchent à devenir le candidat qui défiera Donald Trump
  • Les Arabo-Américains aliénés par la position de Biden sur Gaza pourraient s'avérer décisifs dans les États clés de la campagne électorale

NEW YORK/CHICAGO : La décision du président Joe Biden de mettre fin à sa campagne de réélection et de se retirer de la course à la présidence des États-Unis a créé un élan suffisant pour que la vice-présidente Kamala Harris devienne la candidate du Parti démocrate à l'élection présidentielle, selon trois analystes arabo-américains.

M. Biden, qui a soutenu Mme Harris en annonçant son retrait dimanche, était à la traîne de l'ancien président Donald Trump dans les sondages d'opinion, alors que le mouvement arabo-américain #AbandonBiden prenait de l'ampleur et qu'on exigeait plus largement qu'il se retire de la course de 2024 après sa prestation désastreuse lors du débat du 27 juin à Atlanta.

usa

M. Biden est à la traîne de l'ancien président Donald Trump dans les sondages d'opinion. (AFP)


Ce qui devait être un couronnement pour M. Biden, âgé de 81 ans, lors de la convention nationale du parti démocrate à Chicago le 19 août, est devenu un concours ouvert dans lequel près de 4700 délégués du parti voteront par État pour le candidat de leur choix pour défier M. Trump, le candidat du parti républicain.

Rana Abtar, animatrice d'un talk-show à Washington D.C. pour Asharq News, s'attend à ce que Mme Harris devienne la candidate démocrate, bien que plusieurs autres candidats puissent également être envisagés. Elle estime toutefois que les démocrates "doivent faire preuve d'unité" s'ils veulent remporter les élections de novembre.

usa

"Aujourd'hui, nous remarquons que les démocrates commencent à soutenir Mme Harris, un par un", a-t-elle déclaré à Arab News. "Dans certains États, des délégués ont déjà voté en faveur de Kamala Harris. Cela signifie que leur vote sera pris en compte lors de la convention nationale du parti démocrate.

usa

Beaucoup considèrent encore que Mme Harris fait partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, a déclaré Rana Abtar. (AFP)

"Le reste des démocrates qui n'ont pas encore soutenu Mme Harris devraient bientôt rentrer dans le rang. À un moment donné, nous verrons tous les démocrates, ou la plupart d'entre eux, s'aligner derrière Harris. Il est très important pour les démocrates de montrer leur unité après le dilemme auquel leur parti a été confronté suite à l'annonce par le président Biden qu'il ne briguerait pas un second mandat".

Le retrait de M. Biden de la course libère les délégués des 50 États et provinces du pays qui participent à la convention et leur permet de soutenir n'importe quel candidat au cours de la convention. De nombreux autres noms sont évoqués, dont le sénateur centriste Joe Manchin, l'ancienne députée Tulsi Gabbard, l'ancienne première dame Michelle Obama, le gouverneur de l'Illinois J.B. Pritzker et le gouverneur de Pennsylvanie Josh Shapiro.

Notant que Mme Harris est populaire parmi les électeurs afro-américains, un pilier traditionnel du Parti démocrate, M. Abtar a déclaré que beaucoup la considèrent encore comme faisant partie des politiques de l'administration Biden qui ont alimenté le mouvement #AbandonBiden, dans lequel les Arabes et les musulmans ont voté dans les primaires des États clés pour des options "non engagées" ou "pas de vote" plutôt que pour le président.

usa
Donald Trump a choisi JD Vance comme colistier la semaine dernière. (AFP)


"Mme. Harris n'est pas très populaire dans les sondages", a déclaré M. Abtar. "Beaucoup de démocrates craignent que ses chances face à Trump soient les mêmes que celles du président Biden face à Trump. Bien sûr, dans les jours à venir, nous verrons Mme Harris se rendre sur le terrain, parler aux électeurs, car par le passé, dans son rôle de vice-présidente, elle ne s'est pas adressée directement au peuple américain à de nombreuses occasions".

"Biden lui a donné la question de l'immigration, ce qui en soi l'a mise dans une position très délicate, d'autant plus que la principale attaque des républicains contre les démocrates concerne l'immigration et la sécurité des frontières.

"Mais je pense que l'élément le plus important n'est pas Harris. Il s'agit de savoir qui elle choisira comme colistier, car les électeurs ont besoin d'enthousiasme. Les électeurs démocrates ont besoin d'enthousiasme pour se rendre aux urnes".

usa

"Harris n'est pas très populaire dans les sondages", a déclaré Rana Abtar. (AFP)


Selon Mme Abtar, les candidats de tiers partis, tels que le candidat indépendant Robert F. Kennedy Jr. et la candidate du Parti vert Jill Stein, sont souvent considérés comme des "fauteurs de troubles", c'est-à-dire comme des personnes susceptibles d'enlever des voix à Mme Harris ou même à M. Trump.

"Les chiffres de Kennedy sont considérés comme assez élevés pour un candidat indépendant et ses électeurs pourraient faire la différence dans la saison électorale en enlevant des voix à ... Trump ou Harris ... si elle obtient l'investiture officielle", a déclaré M. Abtar.

Toutes les personnes actuellement proposées pour remplacer M. Biden pourraient devenir candidates à la vice-présidence, y compris M. Pritzker, un milliardaire qui a lui-même des ambitions présidentielles.

usa



Amal Mudallali, ancien ambassadeur à l'ONU et PDG de Bridges International Group, pense que Mme Harris a un "problème de perception".

Elle a déclaré à Arab News : "La perception est qu'elle n'a pas été une vice-présidente forte, qu'elle ne sera pas une candidate forte et qu'elle ne sera pas capable de battre Trump.

Bien que les démocrates aient semblé se rallier rapidement à Harris, y compris le soutien de l'ancienne présidente de la Chambre Nancy Pelosi lundi, Mudallali reste prudente.

 

usa
Le nom de l'ancienne Première dame Michelle Obama a également été évoqué dans les cercles démocrates. (AFP)


"Il y a encore des démocrates très puissants qui appellent à une convention ouverte et à un champ ouvert pour que tout le monde puisse jeter son chapeau dans l'arène, et voir s'ils peuvent obtenir le candidat le plus fort pour le parti démocrate afin de pouvoir vaincre Trump", a-t-elle déclaré.

L'impact des candidats indépendants dans l'élection ne peut pas non plus être ignoré, a-t-elle ajouté.

"Dans des élections très serrées, les candidats indépendants peuvent faire beaucoup de mal. Parce que cette élection est très serrée - il s'agit de quelques milliers ou milliers de voix - qui peuvent faire ou défaire une campagne électorale", a déclaré Mme Mudallali.

"Par exemple, si Kennedy a réussi à obtenir beaucoup de voix des démocrates, cela pourrait nuire davantage aux démocrates et ce serait un gros problème pour eux.

"Mais jusqu'à présent, nous ne savons pas qui sera le candidat du parti démocrate. Si la personne est un candidat très fort, le parti pourrait être en mesure d'unir l'électorat anti-Trump, qui votera massivement pour le candidat du côté démocrate. Dans ce cas, les indépendants ne feront pas la différence."

usa

La gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer pourrait être sa colistière sur le premier "ticket entièrement féminin". (AFP)


Firas Maksad, chercheur au Middle East Institute, estime que Mme Harris est "presque certaine" de remplacer M. Biden en tant que candidate, et a suggéré que la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, pourrait être sa colistière sur le premier "ticket exclusivement féminin".

Il a déclaré à Arab News : "Les spéculations se concentrent fortement sur l'identité de son colistier à la vice-présidence, y compris la possibilité d'un ticket exclusivement féminin si elle choisissait Whitmer. C'est sans précédent et cela comporte des risques. Mais Mme Whitmer pourrait contribuer à la victoire dans l'État clé du Michigan, et une équipe exclusivement féminine pourrait redonner de l'énergie à la base démocrate, aujourd'hui largement démoralisée.

usa


Et d'ajouter : "La cote de sympathie de Mme Harris auprès du public américain n'a jamais été élevée. Mais à ce stade, la décision du Parti démocrate et du président Biden de mettre son nom en avant est largement basée sur le financement et les finances. Elle est la seule à pouvoir prétendre à tout l'argent, les centaines de millions de dollars, qui ont été collectés jusqu'à présent. Par conséquent, le choix de son colistier sera également déterminant pour rallier la base démocrate et pour rendre le ticket démocrate plus sympathique".

Maksad pense que le retrait de M. Biden de la course à la présidence et les spéculations sur l'arrivée de Mme Whitmer sur le ticket pourraient influencer le vote arabe et musulman dans le Michigan, dont beaucoup ont voté contre l'équipe Biden-Harris lors des primaires du Parti démocrate du 27 février.

usa



"Les Américains d'origine arabe ne sont pas monolithiques", a-t-il déclaré. "Il s'agit d'un groupe diversifié, avec des priorités différentes, réparti dans quatre États clés. Le Michigan fait l'objet d'une grande attention, mais aussi la Floride, la Virginie et la Pennsylvanie.

"Dans le Michigan, où ils sont 100 000, ils sont très préoccupés par la guerre à Gaza et par le fait que le président Biden n'en fait pas assez pour arrêter la guerre. Le fait que M. Biden se retire ouvre au Parti démocrate la possibilité de faire des percées parmi les Américains d'origine arabe dans le Michigan. Et si le vice-président (choisi) est en fait le gouverneur du Michigan, cela donnera aux démocrates encore plus d'occasions de faire des percées et de reconquérir le Michigan, qui est un État clé dans la lutte pour le pouvoir".

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les donateurs démocrates presque tous en ordre de bataille derrière Kamala Harris

Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis, prend la parole lors d'un événement en l'honneur des équipes championnes de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) de la saison 2023-2024, sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, DC, le 22 juillet 2024 (AFP)
Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis, prend la parole lors d'un événement en l'honneur des équipes championnes de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) de la saison 2023-2024, sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, DC, le 22 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Côté financement, les messages de soutien des grands comme des petits donateurs affluent aussi, l'argent étant un élément clé d'une campagne présidentielle américaine.
  • Dès dimanche soir, le groupe spécialisé dans les levées de fonds politiques et proche du Parti démocrate ActBlue estimait avoir d'ores et déjà levé près de 47 millions de dollars en faveur de la campagne de Kamala Harris

WASHINGTON : La vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris continue de recevoir lundi le soutien de nombreux donateurs du parti démocrate, au lendemain du retrait choc de la candidature de Joe Biden, augmentant du même coup ses chances de confirmer sa nomination pour affronter Donald Trump à l'élection de novembre.

Depuis dimanche, Kamala Harris, 59 ans, a vu les soutiens se multiplier parmi les principales figures démocrates, telles que les gouverneurs de Californie, Gavin Newsom, ou de Pennsylvanie, Josh Shapiro, ou encore du Michigan, Gretchen Whitmer, tous cités comme de potentiels concurrents.

Côté financement, les messages de soutien des grands comme des petits donateurs affluent aussi, l'argent étant un élément clé d'une campagne présidentielle américaine.

Dès dimanche soir, le groupe spécialisé dans les levées de fonds politiques et proche du Parti démocrate ActBlue estimait avoir d'ores et déjà levé près de 47 millions de dollars en faveur de la campagne de Kamala Harris, principalement de petits donateurs.

Et plusieurs donateurs démocrates majeurs ont pris position en faveur de la vice-présidente, à l'image de Reid Hoffman, cofondateur de LinkedIn, assurant sur les réseaux sociaux "soutenir de tout (son) coeur Kamala Harris".

Le président de la fondation Open Society, Alex Soros, fils du milliardaire Georges Soros, a de son côté appelé le public à "s'unir derrière Kamala Harris et battre Donald Trump". La famille est connue pour participer massivement au soutien financier de candidats, dépensant des dizaines de millions lors de chaque campagne électorale.

Sur CNBC, le fondateur de la banque d'investissement Evercore, Roger Altman, a assuré qu'en tant que donateur de la place financière new-yorkaise, il viendrait également soutenir Kamala Harris, ajoutant s'attendre à ce que sa campagne soit "très bien financée".

"D'un seul coup, la base démocrate est passée de démoralisée à enthousiaste", a-t-il ajouté.

Mais d'autres voix se prononcent en faveur d'un processus de sélection du candidat démocrate, à l'image d'un des donateurs du parti, le fondateur de Sun Microsystems et investisseur Vinod Khosla, qui appelle à "une convention ouverte", avec "un candidat démocrate plus modéré".

L'ancien maire de New York et milliardaire Michael Bloomberg a de son côté estimé sur X qu'il "reste suffisamment de temps pour (...) déterminer qui est le mieux positionné pour l'emporter en novembre".