Le virus et la livre sonnent un Nouvel An silencieux au Liban

 «Beyrouth» paraît en lettres lumineuses contre le ciel sombre parmi les décorations de Noël au centre-ville de la capitale du Liban, le 27 décembre 2020 (Photo, Reuters).
«Beyrouth» paraît en lettres lumineuses contre le ciel sombre parmi les décorations de Noël au centre-ville de la capitale du Liban, le 27 décembre 2020 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Jeudi 31 décembre 2020

Le virus et la livre sonnent un Nouvel An silencieux au Liban

  • 167 hôtels détruits par l’explosion du port de Beyrouth sont en cours de réparation, et ne sont donc pas en mesure d’ouvrir leurs portes
  • «La fermeture des boîtes de nuit et des restaurants qui ne respectent pas les procédures est nécessaire, car les hôpitaux ne sont plus capables d’admettre de nouveau patients»

BEYROUTH : Le Liban a commencé le compte à rebours pour des festivités du Nouvel An qui s’annoncent pour la plupart silencieuses.

Bien que certains hôtels et boîtes de nuit fassent état de réservations pour des soirées et des évènements ce soir-là, la situation économique désastreuse du pays et l’augmentation des cas de Covid-19 devraient forcer la plupart des citoyens à accueillir 2021 chez eux.

Les magasins et les restaurants connaissent une activité modérée, avec des gens qui achètent des provisions pour célébrer le réveillon du Nouvel An et qui précommandent des livraisons à domicile de nourriture.

Les établissements hôteliers qui accueillent des soirées mentionnent que les réservations dépassent les attentes. Le président du syndicat des hôteliers, Pierre Al-Achkar, indique cependant que 167 hôtels détruits par l’explosion du port de Beyrouth sont en cours de réparation, et ne sont donc pas en mesure d’ouvrir leurs portes.

À l’approche du réveillon, la police touristique et les Forces de sécurité intérieure ont fermé définitivement six boîtes de nuit, bars et restaurants, en plus de verbaliser 64 autres. Les établissements sont accusés de violation de l’état de mobilisation générale, et de non respect des mesures de sécurité sanitaires et publiques. A cela s’ajoutent les employés sans masques, l’absence de distanciation sociale, des locaux surpeuplés, et le maintien du narguilé au menu.

Les Forces de sécurité intérieure du pays ont annoncé mercredi que des mesures de sécurité strictes seraient mises en place la veille du Nouvel An pour «maintenir la sécurité et la sûreté des citoyens, assurer la protection des établissements touristiques, commerciaux et économiques et des lieux de culte, ainsi que pour gérer le trafic afin de réduire les embouteillages».

Les citoyens sont appelés à ne tirer en l’air pour célébrer, et danser dans les bars et les restaurants est toujours interdit.

Le Liban a récemment connu une forte recrudescence des cas de Covid-19, le nombre de nouveaux cas  quotidiens atteignant plus de 2800.

«La fermeture des boîtes de nuit et des restaurants qui ne respectent pas les procédures est nécessaire, car les hôpitaux ne sont plus capables d’admettre de nouveau patients, et l’expérience faite le soir de Noël n’est pas encourageante», a déclaré le Dr. Charaf Abou Charaf, président de l’Ordre des médecins du Liban.

La flambée des cas du virus a poussé de nombreux Libanais à rester chez eux, ou à louer des locaux pour fêter en privé. Les invités sont tenus de passer un test de PCR deux jours avant l’évènement.

En raison de l’effondrement de la livre libanaise contre le dollar, beaucoup de personnes ont du mal à joindre les deux bouts et à payer le coût de la nourriture, des boissons et du divertissement pour le réveillon du Nouvel An.

«Le nombre de clients a diminué pendant la période des fêtes. Je vais fermer pour le réveillon en raison de la Covid-19, et parce que le coût dépasse les bénéfices», a déploré Tony Bejjani, propriétaire d’un restaurant et bar à Beyrouth. «La qualité des clients varie dépendamment de leurs capacités financières. Plusieurs bars autour de moi ont fermé leurs portes, mais je veux continuer, même avec un petit bénéfice, afin de ne pas me retrouver au chômage. Mais je n’ai pas beaucoup d’espoir dans cette nouvelle année», ajoute-t-il.

Les autorités notent par ailleurs un pic du nombre de vols à main armée au Liban, notamment dans la région de la Bekaa. Des pillages ont aussi été signalés, particulièrement dans la ville de Zahlé.

«Ce qui se passe à Zahlé est inacceptable. À cause de l’incapacité de l’État à assurer la sécurité et la sûreté de la ville, nos jeunes en sont devenus les gardiens », se désole le député des Forces libanaises, César Al-Maalouf. «Il s’agi du dernier avertissement que nous lançons aux restes de ce système délabré. On ne peut plus nous reprocher d’avoir recours à l’autoprotection», a-t-il ajouté.

Pour le député Michel Daher, «La criminalité dans les quartiers de Zahlé n'est plus acceptable, et nous appelons à une augmentation du nombre de forces de sécurité et à un renforcement des mesures afin que les gens ne soient pas obligés de prendre leur propre protection en main. Ceci signifierait la fin de l’État».

Le directeur général de la Sûreté générale, le général de division Abbas Ibrahim, a rencontré mercredi le patriarche libanais de l’Église maronite Mar Bechara Boutros Al-Rai. Après la réunion, il a déclaré que «la sécurité est bien entretenue et sous contrôle. Il est vrai qu’elle est influencée par la politique, mais nos départements collaborent étroitement avec l’armée libanaise pour contrôler entièrement la sécurité. Certes, la situation sociale stressante et difficile se reflète sur la sécurité en termes de pillage et de débordements, mais je ne pense pas qu’elle atteigne le stade du chaos».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.