Patrimoine à Paris: Les projets d'Hidalgo dans le viseur de Dati

La nouvelle ministre française de la Culture Rachida Dati arrive avec l'ancienne ministre de la Culture Rima Abdul-Malak lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au ministère de la Culture à Paris le 12 janvier 2024. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
La nouvelle ministre française de la Culture Rachida Dati arrive avec l'ancienne ministre de la Culture Rima Abdul-Malak lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au ministère de la Culture à Paris le 12 janvier 2024. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 janvier 2024

Patrimoine à Paris: Les projets d'Hidalgo dans le viseur de Dati

  • Pour Aurélien Véron, élu du groupe LR et apparentés mené par Rachida Dati au conseil municipal, cette dernière va bien «mettre des bâtons dans les roues de la mairie de Paris, qui a pris la culture à la légère»
  • Le réaménagement des abords du monument fait polémique depuis que la mairie a montré vouloir enlever les grilles du square historique attenant, et y installer une vaste pelouse accessible au public

PARIS: Outre qu'elle change totalement la donne du jeu politique parisien en vue des municipales de 2026, la nomination surprise de Rachida Dati au ministère de la Culture pourrait contraindre encore plus certains projets de la maire PS Anne Hidalgo.

Toute "instrumentalisation" de cette fonction ministérielle "serait une grave faute", a prévenu vendredi Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) d'Anne Hidalgo.

"On espère qu'elle ne se servira pas de ce poste pour faire de la politique politicienne", glisse à l'AFP l'entourage du premier adjoint Emmanuel Grégoire.

Mais pour Aurélien Véron, élu du groupe LR et apparentés mené par Rachida Dati au conseil municipal, cette dernière va bien "mettre des bâtons dans les roues de la mairie de Paris, qui a pris la culture à la légère" depuis 2020 et la réélection de Mme Hidalgo face à Mme Dati.

"Tous les dossiers incontournables à Paris, elle va se pencher dessus", insiste M. Véron, pour qui l'opposante à Mme Hidalgo entend ainsi "conforter" sa position d'opposante numéro 1 en vue des municipales de 2026.

Trois dossiers emblématiques pourraient illustrer cette "convergence stratégique", selon M. Véron, du président de la République, Emmanuel Macron, et Rachida Dati face à Anne Hidalgo.

 

L'ombre de Sarkozy se renforce avec Dati au gouvernement

L'ombre de Nicolas Sarkozy, qui plane sur le macronisme depuis 2017, s'est renforcée avec le nouveau gouvernement de Gabriel Attal, marqué par l'entrée de Rachida Dati, l'une des figures emblématiques que l'ancien président a lancées dans l'arène politique.

Symbole de la diversité sous le quinquennat de M. Sarkozy, l'ex garde des Sceaux (2007-2009) a effectué un retour fracassant avec son entrée au gouvernement comme ministre de la Culture aux côtés de Catherine Vautrin, autre proche de l'ex président.

Elles se joignent à Gérald Darmanin, qui revendique sa filiation avec l'ancien chef de l'Etat. Ce dernier avait d'ailleurs adoubé l'actuel ministre de l'Intérieur dans son dernier livre en lui "souhaitant" de franchir "l'ultime étape" qui mène à l'Elysée.

"Nicolas Sarkozy n’a jamais fait mystère de son souhait de voir des personnalités de droite entrer au gouvernement", affirme Annie Genevard, secrétaire générale de LR, un parti pris en étau depuis 2017 entre le macronisme et le RN, qui plus est chamboulé par des débauchages à répétition de la majorité.

Une source LR au Sénat convient qu'il "est difficile de ne pas voir la patte de Nicolas Sarkozy derrière les nominations de Mme Dati et Mme Vautrin", et est persuadée qu'il "parvient à vendre" au chef de l'Etat que la droite doit choisir "entre la majorité présidentielle ou le Rassemblement national pour exister".

Un objectif atteint et même renforcé avec le gouvernement de Gabriel Attal où figurent toujours plusieurs poids lourds recrutés dans les rangs de la droite en 2017, comme Bruno Le Maire, Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin.

Issu du PS et élu député dans le fief de la droite qu'est le département des Hauts-de-Seine, M. Attal cultive d'ailleurs un discours empruntant aux codes de la droite sarkozyste, parlant notamment de "la France laborieuse, qui se lève tous les matins en ayant le sentiment de travailler pour d'autres."

Square de Notre-Dame

Projet inscrit dans le cadre de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame après son incendie de 2019, le réaménagement des abords du monument fait polémique depuis que la mairie a montré vouloir enlever les grilles du square historique attenant, et y installer une vaste pelouse accessible au public.

En mai 2023, les opposants à cette transformation du site ont demandé à M. Macron et à la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, "d'arrêter d'urgence ce projet et de le revoir en privilégiant la simple restauration du square Jean-XXIII".

En Conseil de Paris, Brigitte Kuster, l'élue LR du groupe de Rachida Dati, avait demandé que le square "demeure fermé pour des raisons de sécurité" et que le mobilier urbain historique "soit conservé".

Ce mobilier urbain, notamment les bancs Davioud, "restera", a réaffirmé vendredi l'entourage d'Emmanuel Grégoire, pour qui le projet "est dans une phase trop avancée" pour être interrompu.

"on a passé les deux CNPA (Commissions nationales du patrimoine et de l'architecte), suivies par les ABF (Architectes des bâtiments de France)", deux organismes placés sous la tutelle du ministère, poursuit la même source.

En mai 2023, la CNPA, dont l'avis est simplement consultatif, avait approuvé le projet mais à quatre conditions, dont le maintien de la grille du square.

Tour Eiffel et Champ-de-Mars

En 2022, Mme Hidalgo avait renoncé à son projet de réfection des abords de la Tour Eiffel, qui impliquait l'abattage d'une vingtaine d'arbres, devant la percée médiatique d'associations de défense de l'environnement.

A ce moment-là, Mme Dati avait demandé "un statut de protection patrimoniale du site du Champ-de-Mars et de l'axe Tour Eiffel-Trocadéro, livrés au déboisement, à la délinquance et à la bétonnisation".

Le projet plus large de réaménagement de la perspective allant du Trocadéro au Champ-de-Mars, auquel elle s'opposait, a été bloqué par la préfecture de police.

Les recours devant la justice de la mairie ont été retoqués, mais Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire ont laissé entendre espérer relancer les travaux après les Jeux olympiques.

Pavillon des Sources

Ce n'est pas un projet de la mairie, mais cette dernière l'a soutenu en délivrant le permis: la démolition du Pavillon des Sources, un petit bâtiment du site historique des travaux de Marie Curie, tout près du Panthéon, a été arrêtée in extremis début janvier par Rima Abdul Malak, remplacée vendredi par Rachida Dati.

A la place, l'Institut Curie voulait y construire un bâtiment de cinq étages pour y installer "le premier centre de chimie biologique sur le cancer en Europe".

Mme Abdul Malak lui a finalement demandé d'envisager "toute alternative possible".

Or Mme Dati avait en octobre écrit à Mme Abdul Malak pour lui demander l'inscription du site "à l'inventaire des monuments historiques", déplorant que la "préservation du patrimoine parisien" soit "trop peu prise en compte par la mairie de Paris dans les opérations d'urbanisme qu'elle autorise".

"Dans le domaine du patrimoine, je sais, chère Rachida, que tu vas veiller au destin du Pavillon des Sources de Marie Curie", a déclaré Mme Abdul Malak lors de la passation.


«Nouveau Front Populaire» : comment la gauche a refait l'union en quatre jours

Le Nouveau Front Populaire annonce aussi vouloir un "protectionnisme écologique et social aux frontières de l'Europe" et "mettre fin aux accords de libre-échange".  (AFP)
Le Nouveau Front Populaire annonce aussi vouloir un "protectionnisme écologique et social aux frontières de l'Europe" et "mettre fin aux accords de libre-échange". (AFP)
Short Url
  • Le Nouveau Front Populaire, alliance des principales forces de gauche, a dévoilé vendredi son programme pour les législatives
  • Il promet sur le plan national d'abroger les réformes des retraites, de l'assurance-chômage et de l'immigration

PARIS: En 2022, les négociations pour former la Nupes avaient duré 13 jours - et 13 nuits. En 2024, face au risque qui n'a jamais été aussi fort de voir l'extrême droite arriver au pouvoir, les partis de gauche auront réussi à s'entendre autour d'un "Nouveau Front populaire" en quatre jours. Non sans tensions.

"Il me faut une cigarette. J'ai pas dormi depuis deux nuits", soupire jeudi Sébastien Vincini, secrétaire national du PS, devant le siège des Ecologistes, rue des Petits Hôtels à Paris.

Dès dimanche soir, à peine le choc de la dissolution de l'Assemblée nationale passé, la patronne des Ecologistes Marine Tondelier annonce qu'elle "va prendre les uns et les autres, à deux, à trois" pour tenter de former une union à gauche face au Rassemblement national.

Un pari des plus risqués alors que depuis plusieurs mois et l'explosion de la Nupes, les relations sont au plus bas entre communistes, Insoumis, socialistes et Ecologistes. Voire exécrables.

Après des semaines de campagne pour les européennes où les Insoumis ont régulièrement attaqué Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place publique, et tenté de siphonner le vote écologiste, les bises et les retrouvailles sont fraiches quand LFI arrive chez les écolos lundi après-midi.

"Laissez-les passer, on les a invités!", lance Marine Tondelier aux journalistes qui s'agglutinent autour de la délégation conduite par le coordinateur du mouvement Manuel Bompard et la cheffe des députés LFI, Mathilde Panot.


Législatives: Glucksmann soutient l'union de la gauche mais assure que Mélenchon ne sera pas Premier ministre

L'ex-tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, a affirmé jeudi qu'"une union de la gauche" était "la seule manière" d'empêcher la victoire du Rassemblement national. (AFP).
L'ex-tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, a affirmé jeudi qu'"une union de la gauche" était "la seule manière" d'empêcher la victoire du Rassemblement national. (AFP).
Short Url
  • L'ex-tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, a affirmé jeudi qu'"une union de la gauche" était "la seule manière" d'empêcher la victoire du Rassemblement national
  • Disant comprendre que ceux qui ont voté pour lui aux européennes "puissent se sentir trahis", M. Glucksmann a assuré sur France Inter avoir "obtenu" des "engagements extrêmement clairs" sur l'Ukraine, l'Europe et le conflit israélo-palestinien

PARIS: L'ex-tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, a affirmé jeudi qu'"une union de la gauche" était "la seule manière" d'empêcher la victoire du Rassemblement national aux législatives, validant ainsi le "Nouveau Front Populaire" malgré ses désaccords avec La France insoumise.

Disant comprendre que ceux qui ont voté pour lui aux européennes "puissent se sentir trahis", M. Glucksmann a assuré sur France Inter avoir "obtenu" des "engagements extrêmement clairs" sur l'Ukraine, l'Europe et le conflit israélo-palestinien, et affirmé que le chef de file de cette union "ne sera pas Jean-Luc Mélenchon" car "il faut une personne qui fasse consensus".

 


Législatives en France: la gauche en ordre de marche, la droite déchirée

Côté majorité présidentielle, M. Attal doit se rendre vendredi aux chantiers de Saint-Nazaire et à Nantes, dans l'Ouest, pour un déplacement consacré à l'économie et aux entreprises, avec dans le viseur RN et LFI. (AFP)
Côté majorité présidentielle, M. Attal doit se rendre vendredi aux chantiers de Saint-Nazaire et à Nantes, dans l'Ouest, pour un déplacement consacré à l'économie et aux entreprises, avec dans le viseur RN et LFI. (AFP)
Short Url
  • Quatre jours après le séisme provoqué par la dissolution de l'Assemblée par le chef de l'Etat à la suite de la victoire de l'extrême droite aux européennes, les principaux partis de gauche ont annoncé jeudi soir un accord
  • Fruit d'intenses tractations, ce programme commun de "rupture", avec une "déclinaison pour les 100 premiers jours du mandat", doit être détaillé à 11H30 (09H30 GMT) à Paris

PARIS: Les partis de gauche français doivent détailler vendredi leur programme commun pour les élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet, annoncées à la surprise générale par le président Emmanuel Macron et qui n'en finissent pas de diviser à droite.

Quatre jours après le séisme provoqué par la dissolution de l'Assemblée par le chef de l'Etat à la suite de la victoire de l'extrême droite aux européennes, les principaux partis de gauche ont annoncé jeudi soir un accord portant sur un "programme de gouvernement et des candidatures uniques".

Fruit d'intenses tractations, ce programme commun de "rupture", avec une "déclinaison pour les 100 premiers jours du mandat", doit être détaillé à 11H30 (09H30 GMT) à Paris lors d'une conférence de presse des chefs de file de ce "Nouveau Front Populaire".

Les ténors socialistes, La France insoumise (LFI, gauche radicale), écologistes et communistes ont multiplié jeudi les superlatifs pour saluer un "événement politique considérable en France", "une page de l'Histoire".

Même l'ancien président socialiste François Hollande, pourtant très hostile à LFI, a dit soutenir cet accord. Pour faire barrage à "l'extrême droite", "on va au-delà des divergences", a-t-il expliqué sur TF1.

Ainsi unie pour ce scrutin uninominal à deux tours, la gauche se prend désormais à espérer une "victoire" face au Rassemblement national (RN), donné largement en tête. Reste un sujet épineux: le choix du nom d'un éventuel Premier ministre.

Recours en justice 

Un paysage loin des fractures au parti conservateur Les Républicains (LR), dont le président Eric Ciotti conteste son exclusion pour son ralliement au Rassemblement national. Le tribunal judiciaire de Paris doit examiner vendredi son recours.

Dans le camp gouvernemental, promis à une lourde défaite, le Premier ministre Gabriel Attal est rentré dans le grand bain jeudi dans le nord du pays, sans réussir à masquer un certain malaise.

M. Macron s'est pour sa part envolé pour l'Italie, où il prend part au sommet du G7 à Bari.

"Je ne crois pas" être affaibli sur la scène internationale, a-t-il assuré jeudi à des journalistes dans les Pouilles, affirmant que ses homologues avaient jugé "courageux" son choix de dissoudre l'Assemblée nationale.

Du côté du Rassemblement national, Marine Le Pen et Jordan Bardella ont déjeuné jeudi avec M. Ciotti, leur nouvelle prise de guerre.

Les deux responsables d'extrême droite vont faire vendredi campagne sur le terrain, Marine Le Pen dans son fief d'Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, pour une déambulation sur le marché le matin, et Jordan Bardella dans une exploitation agricole du Loiret (centre), l'après-midi.

Huit mois après l'implosion de la Nupes, leur précédente alliance, les partis de gauche ont arrêté un partage des 577 circonscriptions du pays prévoyant notamment 229 candidatures pour LFI, 175 pour le PS, 92 pour les Ecologistes et 50 pour les communistes.

Incertitudes pour les JO 

Les responsables des Républicains doivent pour leur part réunir un nouveau bureau politique pour valider formellement l'éviction de leur président prononcée mercredi.

Mais les responsables de LR n'en ont pas fini avec leurs divergences, notamment au sujet de l'attitude à adopter dans les cas de duels entre le "Nouveau Front Populaire" et le RN au second tour le 7 juin.

L'eurodéputé François-Xavier Bellamy voterait "bien sûr" pour le RN, a-t-il lâché avant de temporiser sur les réseaux sociaux, quand d'autres prônent l'abstention.

Côté majorité présidentielle, M. Attal doit se rendre vendredi aux chantiers de Saint-Nazaire et à Nantes, dans l'Ouest, pour un déplacement consacré à l'économie et aux entreprises, avec dans le viseur RN et LFI.

Jeudi, il a fustigé un "accord de la honte" à gauche, estimant que les électeurs du candidat soutenu par le Parti socialiste, Raphaël Glucksmann, "doivent se sentir tellement trahis" par l'alliance avec LFI.

En marge du G7, Emmanuel Macron a convoqué pour sa part un autre argument: l'approche des JO de Paris du 26 juillet au 11 août.

Les Français vont "intégrer les Jeux olympiques" dans leurs "choix" aux législatives, a-t-il assuré. "Je pense qu'ils n'ont pas envie d'avoir des Jeux olympiques qui se présentent mal"  avec "des gens qui ne sont pas prêts du tout" à organiser, a-t-il souligné en visant implicitement les dirigeants du Rassemblement national.