L'Iran et le Pakistan d'accord pour un retour à la normale après un échange de frappes

Le Premier ministre pakistanais Anwar-ul-Haq Kakar (2ndR) préside une réunion du Comité de sécurité nationale avec les chefs des forces armées et d'autres responsables gouvernementaux à Islamabad (Photo, AFP).
Le Premier ministre pakistanais Anwar-ul-Haq Kakar (2ndR) préside une réunion du Comité de sécurité nationale avec les chefs des forces armées et d'autres responsables gouvernementaux à Islamabad (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 22 janvier 2024

L'Iran et le Pakistan d'accord pour un retour à la normale après un échange de frappes

  • Ces deux attaques ont fait au total 11 morts, essentiellement des femmes et des enfants, selon les autorités
  • Le Pakistan avait rappelé mercredi son ambassadeur à Téhéran

TÉHÉRAN: L'Iran et le Pakistan ont annoncé lundi le retour à la normale dans leurs relations diplomatiques et une prochaine visite du chef de la diplomatie iranienne à Islamabad après un échange de frappes meurtrières entre les deux pays.

"A la suite d'une conversation téléphonique entre les ministres des Affaires étrangères du Pakistan et de la République islamique d'Iran, les deux parties sont convenues que les ambassadeurs des deux pays retourneraient sur leur lieu de travail d'ici au 26 janvier", selon un communiqué commun.

"A l'invitation de Jalil Abbas Jilani, le ministre des Affaires étrangères du Pakistan, son homologue iranien, Amir-Abdollahian, effectuera une visite le 29 janvier" à Islamabad, précise le communiqué.

Le Pakistan avait rappelé mercredi son ambassadeur à Téhéran et annoncé que l'ambassadeur d'Iran au Pakistan, qui se trouvait dans son pays, serait empêché de revenir à Islamabad.

Riposte

Cette décision a été prise au lendemain d'une attaque au missile et au drone menée par l'Iran contre un groupe "terroriste" sur le sol pakistanais, qui a riposté jeudi matin en visant à son tour des "caches terroristes" en Iran.

Ces deux attaques ont fait au total 11 morts, essentiellement des femmes et des enfants, selon les autorités.

Les deux pays, qui n'avaient jamais mené de frappes d'une telle ampleur sur le territoire du voisin, sont confrontés depuis des décennies à des insurrections larvées dans la région du Baloutchistan, située des deux côtés de leur frontière commune, longue d'un millier de km.

Après cette brusque montée des tensions, ils avaient annoncé vendredi avoir convenu d'une "désescalade".

Ces bombardements réciproques ont provoqué l'inquiétude de la communauté internationale au moment où le Proche-Orient est secoué par la guerre qui oppose le mouvement islamiste palestinien Hamas à Israël dans la bande de Gaza.


Crash au Népal: plusieurs morts, le pilote secouru

Short Url

Un avion de ligne transportant 19 personnes s'est écrasé au décollage mercredi à Katmandou, faisant 18 morts et un seul survivant, le pilote, qui a pu être secouru,  a indiqué à l'AFP la police de la capitale népalaise.

Le Népal a connu, au cours des dernières décennies, de nombreux accidents mortels d'avions et d'hélicoptères

Le vol de Saurya Airlines transportait deux membres d'équipage et 17 membres du personnel de la compagnie népalaise pour un vol d'essai, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police népalaise, Dan Bahadur Karki.

"Le pilote a été secouru et est pris en charge" pour être soigné, a-t-il précisé.

Au total "18 corps ont été retrouvés, dont celui d'un étranger", a déclaré ce porte-parole, précisant qu'ils allaient être autopsiés. ,

Il s'agissait d'un vol effectué à des fins techniques ou de maintenance, a indiqué à l'AFP Gyanendra Bhul, de l'Autorité de l'aviation civile du Népal, sans donner plus de détails.

Aucun des représentants des autorités  n'était en mesure de confirmer la nationalité du seul étranger qui se trouvait à bord.

Des images partagées par l'armée népalaise montrent le fuselage de l'avion fendu et réduit à une carlingue brûlée.

Une dizaine de soldats en tenue de camouflage se tenaient sur l'épave, sur un sol recouvert de produit ignifuge.

 

- L'avion a pris feu -

 

L'avion s'est écrasé vers 11h15 (05h30 GMT), a indiqué l'armée dans un communiqué. L'équipe d'intervention rapide de l'armée participe aux opérations de sauvetage, selon la même source.

Selon le portail d'information Khabarhub, l'avion a pris feu après un dérapage sur la piste de décollage.

L'appareil devait emprunter la route aérienne la plus fréquentée du Népal, entre Katmandou et Pokhara, un important centre touristique de la république himalayenne.

Saurya Airlines exploite exclusivement des Bombardier CRJ 200, selon son site Internet. La compagnie népalaise ne propose que des vols intérieurs.

Le transport aérien des personnes et des marchandises a connu un essor ces dernières années au Népal, pour le transit entre les zones difficiles d'accès notamment des randonneurs et grimpeurs étrangers.

Mais il est handicapé par un manque de sécurité dû à une formation et à une maintenance insuffisantes. Des problèmes aggravés par la géographie de cette république de hautes montagnes.

La météo peut y changer rapidement, créant des conditions de vol dangereuses.

L'Union européenne a interdit son espace aérien à tous les transporteurs népalais pour des raisons de sécurité.

Le dernier accident d'avion commercial majeur au Népal remonte à janvier 2023, lorsqu'un appareil de Yeti Airlines s'est écrasé lors de son atterrissage à Pokhara, tuant les 72 personnes à bord.

Cet accident est le plus meurtrier au Népal depuis 1992, lorsque les 167 personnes à bord d'un avion de Pakistan International Airlines sont mortes dans le crash de l'appareil à l'approche de l'aéroport de Katmandou.

Cette année-là, un avion de Thai Airways s'était également écrasé près du même aéroport, causant la mort de 113 personnes.


Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan

Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan
Des enquêteurs de l'ONU décrivent un "schéma" de graves violations au Soudan
Short Url
  • Les interlocuteurs ont livré des récits d'"actes horribles de meurtres, de violences sexuelles, y compris de viols collectifs", a indiqué l'équipe d'enquêteurs dans un communiqué.
  • De nombreuses violations semblent viser particulièrement certains groupes socio-professionnels : avocats, défenseurs des droits, enseignants, médecins, notamment.

GENEVE : Des enquêteurs de l'ONU ont affirmé avoir documenté des "schémas inquiétants" de graves abus au Soudan en rencontrant au Tchad des victimes des violences de la guerre civile qui sévit depuis quinze mois dans le pays du nord-est de l'Afrique.

La Mission internationale indépendante d'établissement des faits de l'ONU, récemment créée pour le Soudan, a précisé avoir passé trois semaines au Tchad pour rencontrer des survivants du conflit au Soudan, des membres de la société civile soudanaise et d'autres observateurs.

Leurs interlocuteurs ont livré des récits d'"actes horribles de meurtres, de violences sexuelles, y compris de viols collectifs", a indiqué l'équipe d'enquêteurs dans un communiqué.

"Ces actes brutaux doivent cesser et leurs auteurs doivent être traduits en justice", a déclaré Mona Rishmawi, membre de la mission.

La mission d'établissement des faits, créée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU fin 2023 pour enquêter sur les abus présumés dans le conflit, mais qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU, a également décrit "des détentions arbitraires, des actes de torture (et) des disparitions forcées".

Elle a également entendu parler de "pillages, d'incendies de maisons et d'utilisation d'enfants soldats".

De nombreuses violations semblent viser particulièrement certains groupes socio-professionnels : avocats, défenseurs des droits, enseignants, médecins, notamment.

Le Soudan est plongé depuis avril 2023 dans une guerre opposant l'armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdane Daglo.

Les deux camps ont été accusés de crimes de guerre pour avoir visé délibérément des civils et bloqué l'aide humanitaire.

La guerre a fait des dizaines de milliers de morts et plus de dix millions de déplacés, tandis que deux millions de personnes fuyaient hors du pays, selon l'ONU ; elle a ravagé les infrastructures et poussé le pays au bord de la famine.

Plus de 600.000 personnes sont parties au Tchad voisin.

Les experts indépendants ont à intensifier de toute urgence les efforts pour mettre fin au conflit. "Cette crise nécessite le soutien de la communauté internationale dans son ensemble", a déclaré le président de la mission Mohamed Chande Othman.

 


HRW: Les États-Unis sous le coup d'allégations de crimes de guerre lors de la visite de Netanyahu

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, préside une réunion du cabinet à la base militaire de Kirya à Tel Aviv, Israël, le 24 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • Le premier ministre israélien se présentera devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet.
  • Les législateurs devraient être « sérieusement concernés par les risques de responsabilité » selon le directeur de Human Rights

LONDRES : Les législateurs américains risquent d'être exposés à des allégations de crimes de guerre lors de la comparution du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant une session conjointe du Congrès le 24 juillet, a déclaré Human Rights Watch mardi.

La visite de M. Netanyahu « met en évidence la fourniture continue et importante d'armes par les États-Unis à l'armée israélienne malgré des allégations crédibles de crimes de guerre continus à Gaza », a ajouté HRW.

À la fin de l'année dernière, l'administration Biden a relevé le seuil de livraison des exportations d'armes aux pays étrangers, dans une tentative apparente de réduire la probabilité de violations du droit international.

Washington est également tenu, en vertu de la législation nationale, de procéder à une évaluation des risques avant de procéder à des exportations d'armes.

Cependant, bien que HRW et Oxfam aient averti en mars que les assurances données par Israël aux États-Unis concernant les exigences légales n'étaient « pas crédibles », l'administration Biden a déclaré au Congrès en mai que Tel-Aviv « respectait » le nouveau seuil américain et les lois nationales.

Selon Tirana Hassan, directrice exécutive de HRW, « les responsables américains sont parfaitement conscients de l'existence de ce nouveau seuil et des lois nationales » : « Les responsables américains sont bien conscients des preuves de plus en plus nombreuses que les forces israéliennes ont commis des crimes de guerre à Gaza, y compris très probablement avec des armes américaines.

« Les législateurs américains devraient s'inquiéter sérieusement des risques de responsabilité encourus en continuant à fournir des armes et des renseignements sur la base des assurances peu convaincantes d'Israël qu'il respecte les lois de la guerre ».

Human Rights Watch et Oxfam ont déposé un dossier auprès du département d'État américain qui met en évidence les nombreuses violations du droit international commises par Israël à Gaza.

Les forces de défense israéliennes ont « attaqué illégalement des bâtiments résidentiels, des installations médicales et des travailleurs humanitaires, restreint les évacuations médicales et utilisé la famine comme arme de guerre », a déclaré HRW.

« Les autorités israéliennes ont détenu et maltraité des milliers de Palestiniens, et des rapports persistants font état d'actes de torture.

« En Cisjordanie occupée, où les forces israéliennes ont tué plus de 500 Palestiniens depuis le 7 octobre, les colons et les soldats ont déplacé des communautés palestiniennes entières, détruisant chaque maison, avec le soutien apparent des autorités israéliennes supérieures et confisquant effectivement les terres des Palestiniens.

Des armes américaines ont été utilisées par les forces israéliennes tout au long de cette période, a averti HRW, citant des rapports de CNN, de la National Public Radio, du New York Times et de l'Agence France-Presse.

En vertu du droit international, un État qui aide un autre État ou un acteur non étatique peut être complice de crimes de guerre s'il est établi qu'il a eu connaissance des intentions de son partenaire et y a contribué. Des individus peuvent également être poursuivis en vertu de cette ligne directrice.

HRW a appelé les États-Unis et les autres fournisseurs d'armes à suspendre immédiatement l'assistance militaire à Israël.

En usant de son influence, notamment par le biais de sanctions ciblées, l'administration Biden peut « sauver des vies », a ajouté l'organisation.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com