A Lyon, l'ultradroite tente de se greffer sur la mobilisation des agriculteurs

Des agriculteurs bloquent le péage de l'autoroute A6, le 31 janvier 2024 à Villefranche-sur-Saône, près de Lyon, au milieu de manifestations nationales convoquées par plusieurs syndicats d'agriculteurs sur les salaires, les impôts et la réglementation. (AFP)
Des agriculteurs bloquent le péage de l'autoroute A6, le 31 janvier 2024 à Villefranche-sur-Saône, près de Lyon, au milieu de manifestations nationales convoquées par plusieurs syndicats d'agriculteurs sur les salaires, les impôts et la réglementation. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 01 février 2024

A Lyon, l'ultradroite tente de se greffer sur la mobilisation des agriculteurs

  • Le logo du groupe identitaire des Remparts a été renversé sur les réseaux sociaux, en rappel de la campagne «on marche sur la tête» des syndicats agricoles
  • Leurs comptes ont fait circuler le slogan «pas de pays sans paysan», puis les images d'une action menée dimanche, avec déploiement d'une banderole «les nôtres avant les autres» sur un pont

LYON: "Plus d'argent pour les paysans, moins pour les migrants": il a fallu moins d'une semaine à l'ultradroite lyonnaise pour se saisir de la colère des agriculteurs et mettre en avant ses idéaux "enracinés".

Le logo du groupe identitaire des Remparts a été renversé sur les réseaux sociaux, en rappel de la campagne "on marche sur la tête" des syndicats agricoles. Leurs comptes ont fait circuler le slogan "pas de pays sans paysan", puis les images d'une action menée dimanche, avec déploiement d'une banderole "les nôtres avant les autres" sur un pont.

Jusque là, le groupuscule héritier de Génération identitaire (dissous en 2021) concentrait plutôt ses attaques sur "l'immigration", "l'idéologie woke", l'ultragauche et "les racailles".

Avec une première ouverture vers la campagne à l'automne, quand ses militants se sont mobilisés "en soutien" au jeune Thomas, tué au couteau dans la Drôme lors d'une fête de village, symbole, selon eux de "l'ensauvagement de nos villes et de nos villages".

Bravant des interdictions de manifester, le collectif Les Remparts, considéré comme le principal groupuscule d'ultradroite à Lyon, avait été menacé d'une procédure de dissolution par le ministre de l'Intérieur, en même temps que d'autres comme la Citadelle et la Division Martel - depuis dissous.

Le maire écologiste de Lyon Grégory Doucet milite depuis longtemps pour leur dissolution et a saisi à plusieurs reprises le gouvernement. Il y a eu depuis 2020 "une résurgence d'actes violents" visant manifestants féministes, LGBTQ+ ou pro-palestiniens, sans oublier des heurts réguliers avec l'ultragauche, souligne la mairie, qui décompte 22 blessés lors "d'agressions" de l'ultradroite.

Guignol Squad 

"Il faut les priver de leurs moyens d'organisation", plaide l'adjoint à la sécurité Mohamed Chihi qui les voit comme "la menace principale à l'ordre public".

"Pas si évident" de monter une procédure de dissolution, explique un fonctionnaire qui suit le dossier: "une fois qu'on a fait le lien entre des individus et des faits, il faut encore faire le lien entre ces individus et le groupuscule".

Pour certaines actions, les militants se dissimulent derrière un prête-nom: ils "peuvent notamment converger dans le cadre du +Guignol Squad+ (...) sorte de black bloc d'ultradroite" qui agit sous l'effigie de la célèbre marionnette lyonnaise, selon cet observateur qui ne souhaite pas être identifié.

Pour leurs activités officielles, Les Remparts s'appuient sur deux associations héritées de Génération identitaire: La Traboule, un bar associatif juché dans les pentes du Vieux Lyon et l'Agogé, un club de sports de combat, dans un local mitoyen.

"Apéros enracinés", galettes pour l’Épiphanie et crêpes pour la Chandeleur, "soirées d'automne" pour célébrer à la fois "la nouvelle année celte" et "la Toussaint chrétienne": les identitaires lyonnais aiment mettre en avant leur esprit de "camaraderie".

Sur les réseaux sociaux, le collectif qui revendiquait "plus de 900 adhérents" en 2022, assure s'appuyer sur "une communauté forte, dynamique et respectueuse des lois" et s'insurge contre les attaques de la mairie, dénonçant des "faits de violence fantasmée". Il a refusé de répondre aux questions de l'AFP.

«Quelques fondamentaux»

Fief historique de la tradition catholique contre-révolutionnaire, Lyon a vu l'extrême droite et l'ultradroite se développer depuis le XIXe siècle, avec ces dernières décennies deux courants prépondérants.

D'abord, les identitaires, représentés aujourd'hui par Les Remparts, ont "très clairement affirmé leur volonté de défendre la religion chrétienne. Ca leur a apporté, peut-être pas de la sympathie, mais de la tolérance d'une partie de la population lyonnaise", explique Alain Chevarin, auteur de "Lyon et ses extrêmes droites" (éd. La Lanterne, 2020).

De l'autre, un mouvement nationaliste, davantage intéressé par la question ethnique, est porté actuellement par Lyon populaire.

Depuis quelques années, des militants "moins idéologisés (...) se réunissent sur quelques fondamentaux" tels "le racisme anti-blanc" qui pour eux "découle de l'immigration", analyse la chercheuse spécialisée Marion Jacquet-Vaillant.

Au fil des années, tous ont su élargir leur "champ d'action leur permettant de gagner en audience et en sympathisants", comme les questions féminines, "le sport" ou "l'écologie", ce qui les rend "plus proches des préoccupations sociales actuelles", selon M. Chevarin.

Plus discret que les Remparts, Lyon populaire organise régulièrement des conférences dans un local du centre-ville de Lyon. La prochaine, début mars, sera consacrée à "l'écologie intégrale" et abordera "la défense de la ruralité".


Pour une partie des électeurs socialistes, la « trahison » du «  Front populaire »

Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Short Url
  • Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022
  • "Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence

PARIS: Entre "désillusion" et "trahison", une partie des électeurs socialistes s'élève contre le nouveau "Front populaire" entre le PS, LFI, les communistes et les Écologistes. Pour ceux qui ont choisi Raphaël Glucksmann lors des élections européennes, l'union avec LFI a parfois un goût amer.

"Tout le monde sait bien que le PS est arrivé en tête, mais le parti n'aborde pas l'élection en leader" de la gauche, dénonce Daniel, chef d'entreprise parisien. Encarté depuis 20 ans au sein du parti à la rose, le quadragénaire se sent "trahi". Le "Front populaire" devrait présenter 175 candidats PS aux élections législatives, contre 229 Insoumis, 92 écologistes et 50 communistes.

Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022, mais reste sous le nombre d'Insoumis, forts de leur score de 22% à l'élection présidentielle de 2022.

"Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence, entrepreneure albigeoise et électrice socialiste depuis toujours. "Comment avoir confiance en des gens qui changent de discours toutes les trois minutes ?" interroge Vincent, directeur d'établissement de santé à Toulouse, aujourd'hui "dépité".

L'alliance impossible

Pour eux, le problème n’est pas le principe d’une union à gauche, mais la présence de La France insoumise en son sein. "LFI enfreint complètement les valeurs socialistes", affirme Florence.

Plus précisément, certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. "Mélenchon, c’est du Trump" estime Vincent.

Parmi les reproches au leader LFI : "communautarisme", "complotisme", "propos violents", "soutien à des régimes autoritaires en Chine et en Russie". Certains dénoncent également des propos qu'ils considèrent antisémites depuis les attaques du Hamas le 7 octobre.

Faire barrage au RN ?

Si les partis de gauche veulent s'allier pour contrer le RN, l'argument ne convainc pas tous les sympathisants socialistes. Pour Daniel, mieux vaut "accepter de perdre plutôt qu’essayer de sauver quelques sièges".

Mais tout le monde n’est pas aussi définitif. Gaëlle, quinquagénaire, cheffe d'une petite agence de communication et fidèle à l'aile libérale du PS, attend de voir le programme avant d’arrêter son choix. Elle souhaite par exemple des positions pro-européennes, la défense de l’Ukraine, ou encore la protection des services publics. Si ses exigences sont satisfaites, elle pourrait voter pour un candidat LFI, "en [se] bouchant le nez".

"Si c'est un LFI qui n’a pas fait de déclaration antisémite, je pourrais tout de même voter pour eux, sinon je m’abstiendrai", explique Daniel. Florence, elle, a fait son choix: elle votera Renaissance, à contrecœur.

Malgré tout, 65% des électeurs de Raphaël Glucksmann aux européennes prévoient de voter pour l'alliance des gauches, selon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune Dimanche paru mercredi.


Macron pour l'interdiction du téléphone «avant 11 ans» et des réseaux «avant 15 ans»

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents
  • Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans

PARIS: Emmanuel Macron s'est prononcé pour l'interdiction du téléphone "avant 11 ans" et des réseaux sociaux "avant 15 ans", dans la ligne du rapport remis au président par une commission d'experts sur l'impact de l'exposition des jeunes aux écrans.

"Tous les experts le disent, l'addiction aux écrans est le terreau de toutes les difficultés: harcèlement, violence, décrochage scolaire", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse pour lancer la campagne des élections législatives anticipées après la dissolution.

"Il faut un âge pour la majorité numérique, ça protège", a-t-il ajouté.

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes.

Lors de son discours sur l'Europe à la Sorbonne au mois d'avril, Emmanuel Macron avait défendu l'idée "(d') une Europe de la majorité numérique à 15 ans", avec, avant cet âge, un contrôle parental sur l'accès aux réseaux sociaux.

Mais, l'aspect pratique d'implémenter une telle mesure reste à définir: en avril, la Secrétaire d'état en charge du Numérique, Marina Ferrari, avait réuni à Bercy les acteurs du secteur pour discuter notamment d'une solution technique pour contrôler l'âge des internautes souhaitant accèder à certains sites.

Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans.

Application 

L'application au niveau européen pose également question: dans une lettre envoyée mi-août, le commissaire européen Thierry Breton avait notamment reproché au gouvernement d'avoir adopté une loi visant à instaurer une majorité numérique à 15 ans, lui semblant "contredire" le cadre européen.

En France, des outils de limitation du temps d'écran pour les mineurs sont déjà disponibles sur certaines applications ou téléphones, et sont d'ailleurs listés sur un site gouvernemental.

Les parents peuvent ainsi limiter le temps passé sur les réseaux sociaux Instagram ou TikTok, définir une limite de connexion en ligne sur les iPhone ou les consoles Nintendo, ou installer une application de contrôle parental développée par Google, permettant de restreindre la durée globale en ligne ou par application.

Meta a, de son côté, introduit une fonctionnalité "Notification tardive" qui apparaît "automatiquement" sur le compte Instagram des utilisateurs mineurs en cas d'utilisation entre 22H00 et 4H00, pour les encourager à fermer l'application.

Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents.

"Techniquement, l'Etat pourrait demander aux applications de bloquer l'accès à partir d'un certain temps", avait indiqué en janvier Olivier Ertzscheid, maître de conférences en Sciences de l'information et de la communication, à l'AFP. Il avait ajouté que la question serait davantage celle du fondement juridique et de l'acceptabilité sociale d'une telle obligation. "Ce type de mesure serait inédit dans un pays européen démocratique".


France : des familles inquiètes du retard de fouilles pour retrouver des tombes d'enfants harkis

Cette photo prise le 7 août 2020 montre la stèle du cimetière des Harkis du camp de Rivesaltes, à Rivesaltes, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Cette photo prise le 7 août 2020 montre la stèle du cimetière des Harkis du camp de Rivesaltes, à Rivesaltes, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • A l'ancien camp harki de Rivesaltes, sur les au moins 146 personnes décédées, 101 sont des enfants, dont 86 avaient moins d'un an
  • Soixante corps - dont ceux de 52 bébés - auraient été inhumés dans le cimetière de fortune du camp

PARIS: "Notre famille attend depuis 60 ans de pouvoir faire son deuil, alors il faudrait que les recherches s'accélèrent", lâche Ali, fils de Harki qui recherche inlassablement le lieu d'inhumation de son jumeau, décédé bébé lors du passage de sa famille dans un camp où étaient parqués des Harkis en France.

Comme plusieurs familles interrogées par l'AFP, il s'inquiète du retard de fouilles pour localiser un cimetière de fortune d'enfants harkis à Rivesaltes (sud), pourtant annoncées par le gouvernement à l'automne 2023.

Les Harkis - ces Français musulmans majoritairement recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962) - ont été abandonnés par la France à la fin du conflit.

Environ 90.000 d'entre eux et leurs familles ont fui les massacres de représailles en Algérie et ont été accueillis en France entre 1962 et 1965. Plusieurs dizaines de milliers de personnes furent parquées dans des "camps de transit et de reclassement" gérés par l'armée, aux conditions de vie déplorables et théâtre d'une surmortalité infantile.

Dans plusieurs régions de France, des dizaines de bébés ont été enterrés sans sépulture décente par leurs proches ou des militaires, dans les camps harkis ou à proximité, selon des historiens et les témoignages de familles révélés dans une enquête AFP en 2020. Avec le temps, ces cimetières sauvages ont été abandonnés.

Des fouilles historiques, décidées par l'Etat et lancées en 2022 sur un terrain militaire dans le Gard (sud), ont permis en mars 2023 d'y localiser un cimetière de fortune de dizaines d'enfants morts dans des camps harkis voisins.

A l'ancien camp harki de Rivesaltes, sur les au moins 146 personnes décédées, 101 sont des enfants, dont 86 avaient moins d'un an. Soixante corps - dont ceux de 52 bébés - auraient été inhumés dans le cimetière de fortune du camp.

Une stèle commémorative recensant les 146 noms a été érigée, mais pour les familles, ce n'est pas "suffisant".

Ali Amrane, 61 ans, confie vivre avec le "fantôme" de son jumeau Omar depuis sa naissance. Sa mère était enceinte quand elle a dû fuir l'Algérie à 28 ans avec son mari harki. En novembre 1962, elle accouche sous une tente du "camp Joffre" qui abrite des Harkis à Rivesaltes. Les bébés sont placés sous couveuse mais Omar décède en janvier 63. Il sera enterré quelque part dans le camp.

En octobre 2023, l'Etat a annoncé que des fouilles étaient prévues afin d'"identifier l'emplacement" du cimetière dans ce camp, où "près de 21.000 Harkis et leurs familles" ont été hébergés "dans des conditions indignes" entre 1962 et 1964, indiquait un communiqué du ministère des Armées.

Mais ces opérations n'ont toujours pas débuté.

En attente de «vérité»

Deux arrêtés préfectoraux, de 2012 et 2013, encadrent toute intervention sur le site en raison de la présence d'espèces protégées, dont plusieurs reptiles.

Interrogé par l'AFP, le secrétariat d'Etat aux Anciens combattants a assuré "suivre le dossier de près".

"Avant de débuter les fouilles, il est nécessaire d'obtenir toutes les autorisations administratives. C'est un sujet complexe, elles peuvent prendre du temps", fait-il valoir.

"On est sensible à la protection de l'écologie et de la vie animale... mais il y a quand même des familles derrière tout cela et on attend depuis 60 ans que la vérité soit faite", plaide M. Amrane.

"L'Etat évoque des +complications administratives et écologiques+, nous dit que c'est une zone protégée à cause d'un lézard ocellé et de la couleuvre de Montpellier: comment cela peut-il être une priorité par rapport à 146 corps sous terre depuis les années 60 ?", interpelle Ghalia Thami, 70 ans.

Elle avait huit ans quand son frère Senoussi, âgé de quatre jours, est décédé subitement. Sa mère venait d'accoucher en mars 1963, sous une tente. L'enfant a été inhumé quelque part dans le camp. "Mon père était revenu les mains vides et on s'est murés dans le silence sur ce traumatisme", confie-t-elle.

Ghalia ne comprend pas que l'Etat ait "occulté cette histoire et laissé à l'abandon ce cimetière". Elle souhaite qu'il soit "retrouvé et sanctuarisé, pour pouvoir honorer la mémoire des défunts".

Djamilla, 44 ans, recherche elle aussi la confirmation du dernier lieu d'inhumation de son oncle Abdelkader Attout, un Harki de 21 ans décédé en 1963 après avoir été percuté par un autobus dans le camp de Rivesaltes.

"Un document nous atteste" qu'il a été enterré dans le cimetière du camp, dit-elle. Mais au début des années 2000, sa stèle a été retrouvée au cimetière de la ville de Rivesaltes, suscitant l'incompréhension de la famille qui a écrit de nombreux courriers aux autorités.

"C'est usant pour mes oncles et ma mère, déjà épuisés par le déracinement; ça serait bien que cette histoire soit clôturée avant qu'ils ne partent...". Elle réclame de la "dignité vis-à-vis d'un défunt et de quelqu'un qui a servi la France".