L'ultradroite lyonnaise dans le viseur de la justice: sept gardes à vue, deux condamnations

Huit hommes étaient en garde à vue mercredi à Lyon dans le cadre de l'enquête sur une violente attaque menée en novembre par des militants d'ultradroite contre une conférence consacrée à Gaza dans le Vieux Lyon (Photo, AFP).
Huit hommes étaient en garde à vue mercredi à Lyon dans le cadre de l'enquête sur une violente attaque menée en novembre par des militants d'ultradroite contre une conférence consacrée à Gaza dans le Vieux Lyon (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 08 février 2024

L'ultradroite lyonnaise dans le viseur de la justice: sept gardes à vue, deux condamnations

  • Le soir du 11 novembre, alors qu'un médecin humanitaire connu pour ses missions à Gaza animait une conférence devant une centaine d'auditeurs, des dizaines de personnes avait tenté de forcer l'entrée à coups de mortiers d'artifice et de barres de fer
  • L'attaque avait fait sept blessés

LYON: Huit hommes suspectés d'avoir participé à une attaque de l'ultradroite visant une conférence pro-palestinienne, en novembre dans un local associatif du Vieux Lyon, ont été interpellés mardi et sept se trouvaient toujours en garde à vue mercredi soir, a annoncé le parquet.

Les interpellations sont survenues le même jour que la condamnation en comparution immédiate de l'ex-porte-parole du groupuscule identitaire Les Remparts, Sishina Milinov, et d'un comparse pour une agression raciste perpétrée la semaine dernière à la sortie d'un bar au centre de Lyon.

"Une garde à vue a été levée et les sept autres se poursuivent", a indiqué le parquet de Lyon mercredi soir, sans donner de détails sur le profil des suspects.

Le coup de filet a été fait sur demande des juges d'instruction par des agents de la police judiciaire et de l'antiterrorisme, selon une source policière. Les gardes à vue pourraient donc durer 96 heures.

Le soir du 11 novembre, alors qu'un médecin humanitaire connu pour ses missions à Gaza animait une conférence devant une centaine d'auditeurs, des dizaines de personnes vêtues de noir, visages en partie masqués, avait tenté de forcer l'entrée à coups de mortiers d'artifice et de barres de fer. L'attaque avait fait sept blessés.

Un homme proche "de la mouvance ultradroite", selon le procureur, avait été interpellé le soir même, en possession d'une batte de baseball, d'un poing américain et d'un protège-dents. Il a été mis en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour violences aggravées et dégradations en réunion.

L'attaque avait été revendiquée sur une boucle Telegram par le "Guignol Squad", groupe informel coutumier des actions violentes à Lyon. Elle avait relancé les appels à dissoudre les groupuscules d'ultradroite actifs à Lyon, dont Les Remparts, bâti sur les cendres de Génération identitaire dissous en 2021.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait assuré à l'époque que "d'importants moyens (étaient) mobilisés pour interpeller les auteurs" de ce coup de force. "Nous en tirerons les conséquences pour les structures incriminées", avait-il écrit sur X.

Selon l'ultragauche, un des leaders locaux du syndicat étudiant d'extrême droite "La Cocarde" fait partie du groupe interpellé mardi, une information qu'il n'a pas été possible de confirmer.

Éric Carpano, le président de l’Université Jean Moulin Lyon 3, a fait état dans un communiqué de la "vague d'interpellations intervenue hier parmi les mouvements identitaires" en demandant "la dissolution de tous les groupements d’ultradroite qui menacent gravement l'ordre républicain et la sécurité publique dans les universités".

«Patriotes»

Le jour des interpellations, l'ex-porte-parole des Remparts, un étudiant en histoire de 22 ans qui se présente sur les réseaux sociaux comme un "militant identitaire" a été condamné à seize mois de prison dont six ferme pour son rôle "prééminent" dans des violences contre des jeunes d'origine nord-africaine. Interpellé avec lui, un autre étudiant de 21 ans a été jugé coupable d’avoir grièvement blessé deux victimes à coups de couteau et condamné à trois ans de prison, dont deux ferme.

Cette agression avait été saluée comme une "revanche" après la mort du jeune Thomas à Crépol (Drôme), dans une discussion sur les réseaux sociaux rapportée à l'audience.

L'ultradroite, mais aussi l'extrême droite et la droite parlementaire, s'étaient emparées de l'émoi suscité par le décès du jeune lycéen de 16 ans à la sortie d'un bal de village, pour rebondir sur le thème de l'insécurité et des dangers de l'immigration. Les Remparts avaient à l'époque appelé les "patriotes" à se mobiliser, avec notamment deux manifestations à Lyon.

Mardi, neufs suspects accusés d'avoir participé à des rassemblements organisés par l'ultradroite fin novembre à Romans-sur-Isère ont comparu devant le tribunal correctionnel de Valence. Jusqu'à dix mois de prison ferme ont été requis contre sept d'entre eux, interpellés après un défilé nocturne réunissant une centaine de militants cagoulés et armés.

Six manifestants âgés de 18 à 25 ans ont déjà été condamnés à des peines de six à 10 mois de prison ferme pour ce défilé qui avait dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre.

A Lille, l'association d'ultradroite La Citadelle, qui s'était vu interdire l'organisation d'une soirée intitulée "Qu'ils retournent en Afrique" en février 2023, a été dissoute mercredi en Conseil des ministres.


Fusion de l'audiovisuel public: les opposants pensent à la suite

Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde
  • Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche

PARIS: Après deux jours de grève, jeudi et vendredi, les salariés de l'audiovisuel public, Radio France en tête, réfléchissent à la suite de leur mobilisation contre le projet gouvernemental de fusion, dont l'examen à l'Assemblée nationale a été repoussé.

Pour protester contre cette réforme portée par la ministre de la Culture, Rachida Dati, une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde (RFI, France 24), dont le sort fait cependant débat jusque dans le camp présidentiel.

Comme la veille, les antennes de Radio France ont été particulièrement perturbées vendredi. De la musique a remplacé les programmes de France Inter, franceinfo, France Culture et d'un grand nombre de locales de France Bleu.

Les perturbations étaient moins visibles à la télé. Le journal de 13h00 de France 2 a toutefois été réalisé avec des moyens limités, avec une seule caméra fixe sur le présentateur Julian Bugier.

Initialement, les députés devaient débattre de cette réforme éclair jeudi et vendredi. Mais, face à l'encombrement de l'ordre du jour, le gouvernement a décidé jeudi de reporter l'examen du texte. Il pourrait avoir lieu la semaine du 24 juin.

«Idée fixe»

Ce contretemps intervient alors que le calendrier voulu par Mme Dati était déjà très serré: une fusion de l'audiovisuel public dès le 1er janvier 2026, après une année de transition sous un régime de holding.

Au lendemain d'un rassemblement de plusieurs centaines de personnes jeudi près du ministère de la Culture, les salariés de l'audiovisuel public ont tenu une assemblée générale vendredi matin à Paris. L'affluence y était moindre, avec moins d'une centaine de personnes.

Les grévistes ont débattu de la suite de la mobilisation d'ici l'examen du texte à l'Assemblée.

"Il y a du travail à faire", a lancé Antoine Chuzeville, représentant syndical SNJ (Syndicat national des journalistes) à France Télévisions.

Il a évoqué les pistes d'un "rassemblement encore plus grand fin juin", d'une "mobilisation des auditeurs et des téléspectateurs", ou d'un travail de persuasion auprès des parlementaires.

Benoît Gaspard, délégué Sud à Radio France, a pour sa part jugé "décevante" la réunion à laquelle les syndicats ont participé jeudi au ministère.

Les membres du cabinet de Mme Dati "ne sortent pas d'une idée fixe: un texte de loi va passer", a-t-il dit. Il a rappelé "l'opposition" des syndicats à "toute forme de rapprochement de nos entreprises".

Doutes 

"Il y a encore des marges de progression: c'est à France Télévisions qu'il y a le plus de salariés, et le moins de grévistes", a toutefois noté M. Chuzeville.

La direction du groupe a assuré qu'il y avait 9,9% de grévistes vendredi (12% jeudi), tous métiers confondus.

En interne, on attribue cette faible mobilisation à une lassitude après plusieurs réorganisations récentes et au fait que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, est favorable à la réforme.

Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche.

"Je ne suis pas convaincu par l'état actuel de la réforme", a lâché le député Renaissance et ancien ministre Clément Beaune, vendredi sur Sud Radio. "Sur un sujet comme ça, je pense qu'il ne faut pas aller trop vite".

Pour sa part, la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, a invité les députés à "visiter" la station. "Je suis sûre que vous repartirez convaincus de tout faire pour préserver la radio publique", a-t-elle dit sur le réseau social X.

"Chiche", lui a répondu le président des députés Renaissance, Sylvain Maillard.

Dans ce climat de turbulences pour l'audiovisuel public, la direction de Radio France a dénoncé une "opération de dénigrement" du Figaro Magazine.

Dans son édition de ce weekend, le magazine reproche à l'audiovisuel public un "manque de pluralisme" qui profite à la gauche, sur la base d'une étude de l'institut "libéral et conservateur" Thomas More.

Il s'agit "d'une étude à la méthodologie hautement questionnable, dont ni le contenu, ni le timing de publication, ne sont neutres", a protesté Radio France dans un communiqué.


Grève du contrôle aérien en France: 70% des vols annulés samedi à Paris-Orly

 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens
  • Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027

PARIS: L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays, en raison de l'appel à la grève ce week-end d'un syndicat de contrôleurs aériens, en désaccord avec un accord conclu le mois dernier.

"Les opérateurs aériens doivent réduire leur programme de vols commerciaux pour la journée du 25 mai 2024 de 04H00 à 21H30 GMT de 70% (...) sur l'aéroport de Paris-Orly", selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens.

"Je déplore le comportement de quelques agents au niveau local, qui refusent de reconnaître la légitimité d'un accord majoritaire et en font payer le prix aux passagers. J’en appelle à leur responsabilité", a réagi le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete, interrogé par l'AFP.

L'Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17% aux dernières élections professionnelles), a appelé à la grève pour réclamer des "effectifs adéquats", selon elle non garantis par l'accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60% des voix).

Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027.

Cet accord sur des mesures d'accompagnement, notamment salariales, à la refonte prévue du contrôle aérien en France avait été rejeté par l'Unsa-Icna, ainsi que par le troisième syndicat représentatif, l'Usac-CGT, qui avaient maintenu un préavis de grève pour le 25 avril.

Ce mouvement s'était traduit par l'annulation de plusieurs milliers de vols en France et en Europe.

Parallèlement à la mobilisation de l'Unsa-Icna à Orly, l'Usac-CGT a déposé un préavis de grève du 23 au 30 mai pour protester spécifiquement contre l'affaiblissement du "maillage territorial" prévu selon le syndicat par la réforme du contrôle aérien.


Le président français accueillera les ministres arabes des affaires étrangères pour des discussions sur Gaza

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes
  • Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation à Gaza

PARIS : Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes clés pour des discussions sur la guerre à Gaza entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, a déclaré son bureau.

Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation avec Mohammed bin Abdulrahman al-Thani (Qatar), Sameh Shoukry (Égypte), Ayman Safadi (Jordanie) et Faisal bin Farhan al-Saud (Arabie saoudite), le ministre des affaires étrangères, a indiqué l'Élysée.