La périlleuse prise de parole d'Israéliens sur le sort des Palestiniens

Des personnes évaluent les dommages causés par les bombardements israéliens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 février 2024. (AFP).
Des personnes évaluent les dommages causés par les bombardements israéliens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 février 2024. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 février 2024

La périlleuse prise de parole d'Israéliens sur le sort des Palestiniens

  • Dans un éditorial, le quotidien de gauche Haaretz a estimé que l'affaire avait "été utilisée pour envoyer un message politique
  • L'objectif de son arrestation était la dissuasion -- réduire au silence toute critique ou soupçon de protestation contre la politique israélienne"

JERUSALEM: Licencié par son lycée, incarcéré comme "détenu à haut risque": Meir Baruchin, un enseignant en histoire près de Tel-Aviv, a déclenché une tornade en diffusant, le lendemain de l'attaque du Hamas en Israël, une photo censée dénoncer la guerre à Gaza.

Aujourd'hui provisoirement autorisé par la justice à enseigner à ses élèves du lycée Ytzakh Shamir de Petach Tikva, mais via des cours enregistrés pour éviter les incidents, cet Israélien de 62 ans déplore qu'évoquer le sort des Palestiniens à Gaza soit passible de poursuites.

Le 7 octobre, Israël a basculé dans le cauchemar lorsque des commandos du mouvement islamiste palestinien Hamas venus de la bande de Gaza ont semé mort et destruction sur leur passage, prenant en otages quelque 250 personnes dont une centaine sont toujours retenues.

L'attaque a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Elle a laissé la société israélienne en état de choc, avec pour impératif le retour des otages et l'unité nationale. Le soutien est quasiment unanime envers l'armée, intimement liée à la Nation depuis la création du pays en 1948, et à qui le gouvernement de Benjamin Netanyahu a demandé d'"anéantir le Hamas".

Selon le ministère de la Santé du Hamas, les opérations militaires israéliennes ont fait à ce jour plus de 27.700 morts, essentiellement des femmes et des enfants.

En Israël, "il y a des gens qui disent: 'on s'en fiche de la mort de civils innocents à Gaza après ce que le Hamas nous a fait, c'est bien mérité'. D'autres disent: +c'est dommage de tuer des civils innocents mais c'est la faute du Hamas, Israël n'est pas responsable", résume Meir Baruchin lors d'un entretien avec l'AFP.

"Pour moi, c'est inacceptable. En tant qu'Israélien, on a une responsabilité. Mon propre gouvernement fait de moi un meurtrier", dit l'enseignant, membre de l'organisation "Looking the occupation in the eye", qui dénonce la situation des Palestiniens dans les territoires occupés.

« Soutien du Hamas »

L'attaque du 7 octobre l'a laissé "choqué, horrifié", dit-il d'une voix trahissant une vive émotion. "Et si le chef du Hamas Yahya Sinouar retrouve le diable, vous ne me verrez pas pleurer", ajoute ce père de jumeaux de 19 ans, enrôlés dans l'armée en décembre.

Mais l'opération militaire à Gaza "ne sert pas la sécurité d'Israël. Au contraire, les jours (que nous vivons) créent de la haine pour des générations", affirme celui qui milite pour une solution politique au conflit israélo-palestinien.

Après la diffusion de la photo d'une famille palestinienne tuée, dont des bébés, sur sa page Facebook, la municipalité de Petach Tikva, dirigée par un membre du parti de Netanyahu, l'a accusé de "sédition" et "incitation au terrorisme".

La police l'a arrêté le 18 octobre. Le lycée l'a licencié le lendemain. Le 9 novembre, il était incarcéré à l'isolement à Jérusalem, sans fenêtre ni montre, pour "intention de commettre un acte de trahison" et "intention de trouble à l'ordre public".

Le 14 novembre, la justice a abandonné ces accusations et l'a autorisé à reprendre son métier d'enseignant, en attendant une décision aux prud'hommes fin mars.

Mais lorsqu'il a reparu à l'école le 19 novembre, ses élèves ont refusé d'entrer en classe. "Ils me voyaient comme un soutien du Hamas".

Les collègues de l'enseignant lui ont apporté un timide soutien. "Ils m'ont dit: +Meir, je suis pleinement avec toi mais j'ai une hypothèque/je marie ma femme/j'ai des travaux à la maison+. Ils ont peur de parler".

« Un seul et même côté »

Dans un éditorial, le quotidien de gauche Haaretz a estimé que l'affaire avait "été utilisée pour envoyer un message politique. L'objectif de son arrestation était la dissuasion -- réduire au silence toute critique ou soupçon de protestation contre la politique israélienne".

Yaël Noy, elle, continue à agir selon ses convictions, mais dans la discrétion.

Elle dirige "Road to recovery" (En route vers la guérison), une ONG de bénévoles israéliens qui conduisent des Palestiniens malades, en majorité des enfants, depuis les barrages de Cisjordanie occupée ou, avant la guerre, de la bande de Gaza, jusqu'aux hôpitaux israéliens pour y être soignés.

Dans son entourage, on l'accuse de "pactiser avec l’ennemi". De 1.300 bénévoles avant l'attaque, l'organisation n'en compte plus que 400.

"Je fais plus attention lorsque je parle car je pense que cela peut être dangereux", dit-elle.

S'il n'est "pas question de changer d'état d'esprit", elle admet, au bord des larmes, ne pas vouloir s'étendre. Pour ne pas "ajouter chez les Israéliens de la douleur à la douleur".


Abbas : l'Autorité palestinienne va "réexaminer sa relation" avec les Etats-Unis après leur veto à l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • "La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits",
  • "Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme",

RAMALLAH : Mahmoud Abbas a annoncé samedi que l'Autorité palestinienne allait "réexaminer sa relation" avec Washington après le veto américain jeudi à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies.

"La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits", a déclaré le président Abbas dans un entretien à l'agence de presse palestinienne Wafa.

Les Palestiniens, qui ont depuis 2012 le statut inférieur "d'Etat non membre observateur" à l'ONU, demandaient au Conseil de sécurité d'accepter qu'un "Etat palestinien" déjà reconnu par la majorité des capitales prenne sa place "légitime" au sein des Nations unies.

Mais les Etats-Unis, qui ont tout fait pour retarder le vote, n'ont pas hésité à recourir à leur droit de veto qu'ils utilisent régulièrement pour protéger leur allié israélien.

Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme", a averti le président Abbas.

Aussi l'Autorité palestinienne va-t-elle "élaborer une nouvelle stratégie" pour affirmer ses choix "de façon indépendante et suivre un projet palestinien plutôt qu'une vision américaine", a-t-il poursuivi.


Erdogan appelle les Palestiniens "à l'unité" après sa rencontre avec Haniyeh

Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Short Url
  • la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat turque
  • la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

ISTAMBUL : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdoğan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie qui est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien a déjà fait parvenir 45.00 tonnes de vivres et de médicaments dans la région.

M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.


L'armée israélienne dit avoir tué dix «terroristes» dans un raid en Cisjordanie occupée

Des volutes de fumée se dégagent lors d'un raid israélien sur le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (Photo Zain JAAFAR / AFP)
Des volutes de fumée se dégagent lors d'un raid israélien sur le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (Photo Zain JAAFAR / AFP)
Short Url
  • «Les forces de sécurité ont éliminé dix terroristes pendant des affrontements» a indiqué l'armée dans un communiqué, ajoutant mener cette opération «depuis plus de 40 heures»
  • Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne de son côté fait état de «plusieurs personnes tuées et blessées à l'intérieur du camp, mais l'armée empêche les équipes médicales de porter secours aux blessés»

TULKAREM, Territoires Palestiniens : L'armée israélienne a dit samedi avoir tué dix personnes et en avoir arrêté huit autres lors d'un raid dans le camp de Nour-Shams, près de la ville de Tulkarem dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Un correspondant de l'AFP sur place a rapporté avoir entendu des explosions et des tirs samedi matin, et avoir vu une maison exploser ainsi que des drones survoler le camp. Sur des images de l'AFPTV, on peut voir des véhicules militaires et des soldats parcourir les ruelles du camp.

«Les forces de sécurité ont éliminé dix terroristes pendant des affrontements» a indiqué l'armée dans un communiqué, ajoutant mener cette opération «depuis plus de 40 heures».

L'armée israélienne affirme que ces incursions visent des groupes armés palestiniens, mais des civils font souvent partie des victimes.

Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne de son côté fait état de «plusieurs personnes tuées et blessées à l'intérieur du camp, mais l'armée empêche les équipes médicales de porter secours aux blessés».

Un secouriste a été blessé par balles a ajouté la même source dans un communiqué.

Selon des habitants joints par l'AFP, il n'y a plus d'électricité, la nourriture commence à manquer, et personne ne peut entrer ni sortir du camp.

«Le siège du camp Nour-Shams se poursuit depuis plus de 42 heures», a indiqué à l'AFP Muayad Shaaban, chef de la Commission de résistance à la colonisation et au mur.

«Cette incursion est sans précédent (...), il y a des snipers sur les toits et des forces spéciales déployées» dans le camp, a ajouté M. Shaaban.

Parmi les victimes, Qais Fathi Nasrallah, 16 ans, est mort après avoir été «touché à la tête par des tirs israéliens» dans le camp de déplacés de Tulkarem, avaient indiqué vendredi le ministère palestinien de la Santé et l'agence de presse palestinienne Wafa.

Salim Faisal Ghanem, 30 ans, a été «tué par les troupes israéliennes» vendredi dans le camp voisin de Nour-Shams, selon Wafa.

Les commerçants étaient en grève samedi à Tulkarem pour protester contre ce raid, d'après cette même source.

Le raid de Nour-Shams s'inscrit dans un contexte d'intensification de la violence en Cisjordanie occupée depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, déclenchée par l'attaque du Hamas du 7 octobre contre Israël.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, au moins 479 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ou des colons en Cisjordanie.