Une nouvelle entreprise américaine s'apprête à décoller pour la Lune

Un prototype de fusée à la Scorpius Space Launch Company à Torrance, en Californie, le 7 février 2024 (Photo, AFP).
Un prototype de fusée à la Scorpius Space Launch Company à Torrance, en Californie, le 7 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 14 février 2024

Une nouvelle entreprise américaine s'apprête à décoller pour la Lune

  • La mission, nommée IM-1, envoie un alunisseur de plus de quatre mètres de haut développé par l'entreprise texane Intuitive Machines, fondée en 2013
  • L'engin sera lancé par une fusée Falcon 9 de SpaceX, dont le décollage est prévu au Centre spatial Kennedy à 00H57 (05H57 GMT) mercredi

ETATS-UNIS: Après l'échec de la tentative d'alunissage d'une première entreprise américaine le mois dernier, une autre société doit décoller de Floride pour la Lune dans la nuit de mardi à mercredi, emportant à son tour l'espoir de devenir la première firme privée à réussir à s'y poser.

La mission, nommée IM-1, envoie un alunisseur de plus de quatre mètres de haut développé par l'entreprise texane Intuitive Machines, fondée en 2013.

L'engin sera lancé par une fusée Falcon 9 de SpaceX, dont le décollage est prévu au Centre spatial Kennedy à 00H57 (05H57 GMT) mercredi. La météo s'annonce très favorable.

Peu après le décollage, l'alunisseur doit se détacher de l'étage supérieur de la fusée et être mis sous tension. Puis la communication devra être établie avec la salle de contrôle d'Intuitive Machines, située à Houston au Texas.

"C'est un moment de grande fierté pour nous tous à Intuitive Machines", a déclaré mardi lors d'une conférence de presse Trent Martin, vice-président en charge des systèmes spatiaux pour l'entreprise.

"La possibilité de permettre le retour des Etats-Unis sur la Lune pour la première fois depuis 1972", date de la fin du programme Apollo, "est un accomplissement technologique qui réclame une soif d'exploration", a-t-il ajouté.

Il s'agit de la première tentative lunaire pour cette entreprise, mais de la deuxième dans le cadre du nouveau programme CLPS de la Nasa, qui a chargé des sociétés privées d'emporter du matériel scientifique sur notre satellite naturel, afin d'y préparer le retour d'astronautes.

En janvier, l'entreprise Astrobotic avait échoué à atteindre la Lune à cause d'une fuite de carburant, et son alunisseur avait dû être volontairement détruit en vol.

La Nasa assume le risque d'échec de ces missions, confiées à de jeunes sociétés. Mais, selon elle, le jeu en vaut la chandelle: en s'appuyant sur le secteur privé comme simple cliente à bord de véhicules ne lui appartenant pas, l'agence spatiale dit pouvoir envoyer davantage de matériel, plus fréquemment et pour moins cher.

Outre six instruments de la Nasa, l'alunisseur emporte également six chargements privés, dont des sculptures de l'artiste contemporain Jeff Koons représentant les phases de la Lune.

La semaine prochaine 

Si tout fonctionne correctement, l'alunisseur tentera de se poser sur la Lune la semaine prochaine, le 22 février.

Grâce au carburant utilisé (oxygène et méthane liquides), permettant d'installer un "très gros moteur", le voyage jusqu'à la Lune se fait "très rapidement", a expliqué Trent Martin.

Le modèle de cet alunisseur est nommé Nova-C, et l'exemplaire utilisé pour cette première mission a été baptisé Odysseus.

Le lieu d'atterrissage prévu est un cratère près du pôle sud de la Lune, encore peu exploré.

Les six instruments de l'agence spatiale américaine embarqués doivent permettre d'étudier cet environnement particulier.

Quatre caméras observeront par exemple la phase de descente et la poussière projetée lors de l'atterrissage, afin de comparer ses effets à ceux des alunissages d'Apollo, réalisés plus près de l'équateur.

Le pôle sud de la Lune est important pour la Nasa, car c'est là que l'agence spatiale souhaite faire atterrir ses astronautes dans le cadre des missions Artémis. La raison: il s'y trouve de l'eau sous forme de glace, qui pourrait être exploitée.

Mais avec un Soleil en permanence très bas dans l'horizon, il peut aussi y faire extrêmement froid.

"Parce que l'environnement est très difficile, cela nous donnera un point de référence pour comprendre comment les panneaux solaires et les instruments y fonctionnent", a déclaré Susan Lederer, responsable de la partie scientifique du programme CLPS.

La mission Artémis 3, qui sera la première mission habitée à s'y poser, est désormais prévue pour 2026.

Flopée de missions

Le contrat signé par la Nasa pour cette première mission d'Intuitive Machines s'élève à 118 millions de dollars.

Deux autres missions de cette société vers la Lune, IM-2 et IM-3, sont prévues dès cette année. La Nasa est à chaque fois le "client principal", a précisé Trent Martin.

Outre Intuitive Machines et Astrobotic, une troisième société américaine, Firefly Aerospace, doit elle aussi tenter l'aventure en 2024.

Les essais d'autres compagnies, israélienne et japonaise, s'étaient soldés en 2019 et 2023 par des crashs.

Des agences nationales ont toutefois réussi à se poser sur la Lune récemment: l'Inde cet été, puis le Japon en janvier. Ils sont ainsi devenus les quatrième et cinquième pays à réussir l'opération, après l'Union soviétique, les Etats-Unis et la Chine.


Le président saoudien du CMFI reconnaît l'impact des crises mondiales, mais estime qu'elles devraient être discutées dans d'autres forums

Mohammed Al-Jadaan, président du CMFI, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la session plénière des réunions annuelles de printemps du FMI et de la Banque mondiale en 2024. (Reuters)
Mohammed Al-Jadaan, président du CMFI, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la session plénière des réunions annuelles de printemps du FMI et de la Banque mondiale en 2024. (Reuters)
Short Url
  • Les membres du CMFI se sont concentrés sur la guerre en Ukraine, la crise humanitaire à Gaza et les perturbations du transport maritime en mer Rouge, a déclaré Mohammed Al-Jadaan, ministre saoudien des Finances et président de l'organisme
  •  Al-Jadaan a déclaré que les membres du CMFI reconnaissaient que les crises avaient des répercussions importantes sur l'économie mondiale, mais que l'organisme n'était pas le lieu pour résoudre les questions géopolitiques et de sécurité

RIYAD : Le Comité monétaire et financier international (CMFI) a tenu vendredi sa réunion semestrielle à Washington DC pour discuter de l'impact macroéconomique et financier mondial des conflits actuels.

Les membres du CMFI se sont concentrés sur la guerre en Ukraine, la crise humanitaire à Gaza et les perturbations du transport maritime en mer Rouge, a déclaré Mohammed Al-Jadaan, ministre saoudien des Finances et président de l'organisme.

 Al-Jadaan a déclaré que les membres du CMFI reconnaissaient que les crises avaient des répercussions importantes sur l'économie mondiale, mais il a ajouté que l'organisme n'était pas le lieu pour résoudre les questions géopolitiques et de sécurité, et qu'elles devaient être discutées dans d'autres forums.

 Il a déclaré que « le rôle du CMFI était de conseiller et de faire des rapports sur la supervision et la gestion du système monétaire et financier international. Il s'agit notamment de réagir aux événements susceptibles de dérégler le système ».

« Bien sûr, le monde et le FMI (Fonds monétaire international) lui-même ont été confrontés à de multiples secousses mondiales au cours des dernières années ».

« Les perspectives s'améliorent, ce qui est très positif, mais de nombreux défis subsistent, et nous devons être vigilants et prêts à les relever. L'ère actuelle ne doit pas être celle de la guerre et des conflits ».

Le ministre saoudien préside le CMFI, l'organe consultatif du conseil des gouverneurs du FMI, et s'exprimait lors de la réunion du comité dans le cadre des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

Le CMFI a remercié la présidente sortante, Nadia Calvino, pour son leadership et a accueilli son remplaçant Al-Jadaan.

 Al-Jadaan a précisé que « l'atterrissage en douceur de l'économie mondiale semblait se rapprocher ».

« L'activité économique s'est avérée plus résistante que prévu dans de nombreuses régions du monde, même si elle continue de diverger d'un pays à l'autre ».

Toutefois, les conflits en cours continuent de peser sur l'économie mondiale, ce qui se traduit par des perspectives de croissance faibles à moyen terme.

 Al-Jadaan a ajouté : « Même si l'inflation a baissé dans la plupart des régions, avec la résorption des crises de l'offre et des effets d'une politique monétaire rigoureuse, sa persistance justifie la prudence ».

« Si les risques pesant sur les perspectives sont désormais globalement équilibrés, ceux de la dégradation subsistent, ils dépendent de l'évolution à court terme de l'inflation et des taux d'intérêt, des prix des actifs et de la stabilité financière, des mesures de politique budgétaire, ainsi que de l'évolution de la situation géopolitique ».

« D'autres défis urgents affectent également l'économie mondiale, tels que le changement climatique, la vulnérabilité accrue de la dette, l'augmentation des inégalités et le risque de fragmentation géoéconomique », a-t-il ajouté.

Le ministre saoudien a indiqué : « Dans ce contexte, nos priorités politiques sont de parvenir à la stabilité des prix, de renforcer la viabilité budgétaire et de préserver la stabilité financière, tout en promouvant une croissance inclusive et durable ».

« Nous allons procéder à la reconstitution des réserves budgétaires, en adaptant soigneusement les mesures aux circonstances propres à chaque pays, tout en protégeant les plus vulnérables et les investissements qui favorisent la croissance ».

 Al-Jadaan a déclaré que les banques centrales restaient fermement engagées à atteindre la stabilité des prix et qu'elles continueraient à communiquer leurs objectifs politiques afin de limiter les retombées négatives.

 Il a ajouté : « Nous continuons à travailler pour combler les lacunes en matière de données, de surveillance et de réglementation dans le secteur financier, en particulier dans les institutions financières non bancaires, le cas échéant, et nous sommes prêts à déployer des outils de politique macro prudentielle pour atténuer les risques systémiques ».

Il a affirmé que le FMI soulignait l'importance de la coopération internationale pour améliorer la résilience de l'économie mondiale et du système monétaire international, ajoutant que les membres « agiront collectivement, le cas échéant, pour soutenir les transitions climatiques et numériques, y compris l'intelligence artificielle, tout en tenant compte des circonstances propres à chaque pays. »

Au cours de la réunion, qui s'est tenue en présence de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, Al-Jadaan a réitéré les engagements du FMI en matière de taux de change, de lutte contre les déséquilibres mondiaux excessifs, de gouvernance et d'évitement des mesures protectionnistes.

Il a ajouté : « Nous continuerons également à travailler ensemble pour renforcer le filet de sécurité financier mondial, remédier aux vulnérabilités de la dette mondiale et soutenir les pays vulnérables lorsqu'ils entreprennent des réformes pour remédier à leurs vulnérabilités et répondre à leurs besoins de financement ».

 Al-Jadaan a également déclaré que le FMI poursuivrait son « rôle critique et catalyseur en fournissant une assistance financière pour aider les membres à résoudre leurs problèmes de balance des paiements et à parvenir à la stabilité économique et à une croissance inclusive ».

 Il a ajouté que l'institution envisageait d'accueillir un nouveau 25e président au conseil d'administration du FMI pour l'Afrique subsaharienne en novembre afin d'améliorer la représentation régionale et son équilibre.

« Nous appuyons les efforts accrus du FMI pour attirer et développer les talents afin de soutenir les domaines prioritaires existants et nouveaux, et pour améliorer encore la diversité et l'inclusion du personnel, en répondant aux défis spécifiques identifiés dans le rapport sur la diversité et l'inclusion pour les exercices 2022 et 2023. »

Il a également annoncé que la prochaine réunion des 24 membres du CMFI devrait se tenir en octobre. Les représentants se réunissent habituellement deux fois par an, lors des assemblées annuelles et de printemps de la Banque et du FMI, pour définir l'ordre du jour proposé pour le programme de travail du FMI.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le «halving» est là, les créations de bitcoins vont ralentir

Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Short Url
  • Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée
  • L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto

NEW YORK : Événement récurrent très attendu du secteur, le «halving», soit la réduction de moitié de la récompense perçue par les «mineurs» qui contribuent à la création de bitcoins, s'est produit vendredi.

«Le 4eme +halving+ du bitcoin est achevé!», a posté la première plateforme d'échange mondiale de cryptomonnaies, Binance, sur son compte officiel X (ex-Twitter). «Le compte à rebours a été réinitialisé. Rendez-vous en 2028.»

Plusieurs autres sites de conversion de cryptomonnaies tels Coinbase, Crypto.com ou HTX ont confirmé, également sur X, que le seuil avait été franchi.

La génération de bitcoin fonctionne par «blocs», qui contiennent chacun des informations sur les transactions réalisées dans cette monnaie.

Ces blocs sont «minés», c'est-à-dire créés par des acteurs privés qui réalisent des calculs très complexes et sont récompensés en bitcoins.

Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée.

Tous les 210.000 blocs «minés» ou créés, se produit le «halving».

Au rythme d'un bloc miné toutes les environ 10 minutes, le «halving» se produit environ tous les quatre ans.

Fixée depuis le précédent «halving» de mai 2020 à 6,25 bitcoins par bloc créé, la récompense octroyée à un «mineur» est tombée vendredi à 3,125 bitcoins.

L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Ce niveau maximum devrait être atteint d'ici à 2040. Plus de 19 millions de bitcoins sont déjà en circulation.

«En ralentissant la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins sont créés, le halving contribue à maintenir la rareté et potentiellement à augmenter la valeur de cette cryptomonnaie, en supposant que la demande reste stable ou augmente», détaille Matthew Weller, analyste chez Forex.com, dans une note publiée en amont de l'événement.

- La rentabilité en question -

Depuis plusieurs mois, le cours du jeton numérique a bénéficié de cette perspective d'une offre réduite, ainsi que de l'arrivée sur le marché américain d'un nouveau produit d'investissement, un fonds indiciel (ETF) indexé sur le cours du bitcoin.

Ces ETF ont favorisé l'arrivée dans l'univers du bitcoin de nombreux investisseurs institutionnels et particuliers, car il leur permet de bénéficier de l'évolution de la monnaie numérique sans en acheter eux-mêmes.

Depuis le début de l'année, le bitcoin a ainsi pris plus de 50%, touchant le mois dernier un record absolu à 73.797 dollars.

Vendredi, le cours du bitcoin n'a pas réagi au «halving», ce que beaucoup d'analystes avaient anticipé, faisant valoir que le prix de la monnaie intégrait déjà l'événement depuis des semaines.

Vers 01H30 GMT samedi (21H30 heure de New York vendredi), le bitcoin gagnait 2,48%, à 63.626 dollars.

Pour les analystes de JPMorgan, la division par deux de la rémunération allouée aux «mineurs» devrait entraîner une consolidation du marché, avec la disparition des acteurs dont l'activité n'est plus rentable.

Ils voient les sociétés cotées tirer leur épingle du jeu, car elles peuvent se financer plus facilement pour «faire croître leur activité et investir dans des équipements plus efficients».

Le «minage» requiert, en effet, une infrastructure informatique très importante, capable de réaliser les calculs nécessaires.

La technique du minage entraîne une consommation d'énergie colossale, qui a valu au bitcoin des critiques, a fortiori dans la mesure où cette devise numérique est, pour l'instant en tout cas, un actif spéculatif davantage qu'un outil transactionnel.

Dans la perspective de marges réduites, de nombreuses entreprises spécialisées se sont ainsi déjà préparées en investissant dans du matériel plus performant ou en abaissant leurs coûts au maximum, notamment énergétiques.

Certaines devront «éteindre une partie de leurs machines pour réduire leurs coûts», récoltant donc moins de bitcoins, et si «le cours du bitcoin descend, leur profitabilité décroit» encore, spécule Manuel Valente, analyste chez Coinhouse, interrogé par l'AFP.


Le sommet "Future Hospitality" met en lumière la croissance de l'industrie du tourisme en Arabie saoudite

Plus de 150 orateurs du monde entier sont attendus à cet événement. FHS
Plus de 150 orateurs du monde entier sont attendus à cet événement. FHS
Fahad bin Mushayt, PDG d’ASFAR, participera à une table ronde sur les plans d’investissement. FHS
Fahad bin Mushayt, PDG d’ASFAR, participera à une table ronde sur les plans d’investissement. FHS
Short Url
  • L'événement, qui se tiendra à l'hôtel Al Faisaliah du 29 avril au 1er mai, se concentrera sur le tourisme durable et l'hôtellerie axée sur la technologie, sous le thème "Investir dans l'avenir : Aujourd'hui, ensemble". 
  • "Les objectifs de FHS Saudi Arabia sont stratégiquement alignés sur Vision 2030, et notre programme soigneusement sélectionné se concentrera sur le développement et la croissance durable de l'industrie hôtelière en Arabie saoudite.

RIYADH : Plus de 1 200 investisseurs du monde entier se rendront à Riyad à la fin du mois d'avril pour ce qui devrait être le plus grand Future Hospitality Summit jamais organisé en Arabie saoudite.

L'événement, qui se tiendra à l'hôtel Al Faisaliah du 29 avril au 1er mai, se concentrera sur le tourisme durable et l'hôtellerie axée sur la technologie, sous le thème "Investir dans l'avenir : Aujourd'hui, ensemble". 

Les leaders du secteur discuteront du développement durable, des perspectives d'investissement, de l'esprit d'entreprise et du capital humain, ainsi que de l'expansion continue des secteurs de l'hôtellerie et du tourisme en Arabie saoudite. 

Cette conférence de trois jours, qui réunira plus de 150 intervenants, est la septième manifestation organisée pour le marché saoudien par The Bench, une société britannique spécialisée dans l'organisation d'événements professionnels.

Jonathan Worsley, président de la société, a déclaré : "Les objectifs de FHS Saudi Arabia sont stratégiquement alignés sur Vision 2030, et notre programme soigneusement sélectionné se concentrera sur le développement et la croissance durable de l'industrie hôtelière en Arabie saoudite, l'adoption de la technologie, l'innovation et l'entrepreneuriat dans le secteur, ainsi que sur les opportunités d'investissement et de création d'emplois." 

Il mettra l'accent sur les stratégies visant à favoriser la croissance du secteur de l'hôtellerie en Arabie saoudite, en le positionnant comme un moteur essentiel des efforts de diversification économique du Royaume. 

En outre, elle facilitera la collaboration dans l'industrie du tourisme en mettant en lumière son potentiel et les possibilités de partenariats.

Jour 1

La gastronomie est l’un des sujets à discuter. (Shutterstock)
La gastronomie est l’un des sujets à discuter. (Shutterstock)

La première matinée de la conférence sera exclusivement consacrée au Global Restaurant Investment Forum, qui explorera la culture gastronomique croissante de Riyad à travers des présentations sur la scène principale, des études de cas et des débats d'experts.

Fondé en 2015, le GRIF a été une conférence de trois jours qui s'est tenue à Dubaï et à Amsterdam. Cette année, elle sera intégrée à FHS Saudi Arabia. Elle est principalement dédiée aux investisseurs qui souhaitent rencontrer des propriétaires de concepts de restauration, des opérateurs et des franchiseurs à la recherche de croissance, de fonds propres ou de partenaires.

Les visites culinaires GRIF des concepts de restaurants qui changent la donne dans le paysage culinaire de l'Arabie saoudite auront à nouveau lieu, de même que le Startup Den - où les entrepreneurs présentent leurs idées commerciales à un panel de juges investisseurs.

Les conférenciers les plus récents qui ont confirmé leur participation sont Martin Raymond, cofondateur du Future Laboratory et rédacteur en chef de LS:N Global. Christopher Sanderson, également cofondateur du Future Laboratory, se joindra à lui.

En outre, Mohammed Jawa, fondateur et président de MJS Holding, Faisal Shaker, cofondateur et PDG de Modern Food Company, et Nawal AlKhalawi, fondatrice et PDG d'Asfar Experience, s'adresseront aux participants.

Le programme débutera dans l'après-midi du 29 avril avec les FHS Intelligence Talks, animés par Fritz Dickamp, directeur général de Studio 49. 

Parmi les sujets abordés, citons "The Future of Wellness - New Data on Wellness Travel", animé par Aradhana Khowala, PDG et fondatrice d'Aptamind Partners, en conversation avec Susie Ellis, présidente et PDG du Global Wellness Institute et du Global Wellness Summit, et "The Hotel of the Future", présenté par Turab Saleem, associé et responsable du conseil en matière d'hôtellerie, de tourisme et de loisirs chez Knight Frank Middle East and North Africa.

"Nous offrons aux délégués la possibilité de s'immerger dans l'essence dynamique du marché saoudien. Notre programme enrichi comprend un éventail de présentations captivantes, des "10X Talks" courts mais puissants, des discussions de groupe à multiples facettes, des discussions informelles, des études de cas et des visites de sites captivantes", a déclaré M. Worsley. 

Il a ajouté : "En outre, l'événement est parsemé de nombreuses opportunités de réseautage pendant trois jours, toutes soigneusement conçues pour favoriser un environnement d'apprentissage, de dialogue, d'exploration et de connexions significatives."

Jour 2 

Le deuxième jour, la conférence débutera par les mots de bienvenue du prince Bandar bin Saud bin Khalid, secrétaire général de la Fondation du roi Faisal et président du conseil d'administration d'Al Khozama.

Les sessions plénières couvriront un large éventail de sujets, notamment les "Opportunités d'investissement dans le secteur de l'hôtellerie en Arabie saoudite dans le cadre de la Vision 2030", présentées par Mahmoud Abdulhadi, vice-ministre de la mise en valeur des destinations au ministère du tourisme.

Une table ronde sur le thème "Un plan directeur pour une entrée réussie sur le marché et les investissements" sera animée par Edie Rodriquez, membre du conseil d'administration de l'Autorité saoudienne du tourisme, avec les panélistes Qusai Al-Fakhri, PDG du Fonds de développement du tourisme, Fahad bin Mushayt, PDG de l'ASFAR, et Guy Hutchinson, président de Hilton MEA.

Haitham Mattar, conseiller spécial auprès de l'Office du tourisme des Nations unies et directeur général de la région MEA et de l'Asie du Sud-Ouest chez IHG Hotels & Resorts, sera également présent. 

En outre, il y aura une étude de cas sur la "Collaboration entre les secteurs public et privé pour accélérer le développement des modes de vie et promouvoir de nouvelles destinations", animée par Mohammed Islam, animateur et fondateur du Mo Show Podcast Saudi Arabia, ainsi qu'un panel sur la "Maximisation de la résilience financière grâce à l'allocation multi-actifs" présidé par Matthew Martin, chef du bureau de Bloomberg pour l'Arabie saoudite.

En outre, les investissements et le développement de l'hôtellerie durable occuperont une place centrale dans le programme du FHS, tout en mettant l'accent sur la technologie. 

Les leaders du secteur participeront à des discussions sur l'avenir de l'intelligence artificielle et du métavers dans l'hôtellerie, exploreront la convergence de l'IA, de l'informatique et de l'interaction humaine pour améliorer l'expérience des clients, et offriront des idées précieuses sur les stratégies d'investissement dans la pile technologique pour les propriétaires et les exploitants.

Cette année, le salon FHS Saudi Arabia s'enrichit d'une nouveauté : la plateforme "Destination Tomorrow : dévoilement des opportunités d'investissement", conçue pour mettre en lumière les sites et attractions innovants et émergents dans le secteur de l'hôtellerie et du tourisme du Royaume.

Son principal objectif est de faciliter les connexions entre les développeurs de projets, les entrepreneurs, les visionnaires, les investisseurs et d'autres parties prenantes essentielles.

Un autre événement inaugural du FHS de cette année est le "Speakers Corner", qui offre une chance unique aux participants de partager leurs récits personnels de défis surmontés et de succès obtenus dans l'industrie.

Startup Den

Erika Blazeviciute Doyle, fondatrice de Drink Dry, le premier et unique marché de boissons non alcoolisées haut de gamme du CCG, est devenue la gagnante de Startup Den 2023. FHS
Erika Blazeviciute Doyle, fondatrice de Drink Dry, le premier et unique marché de boissons non alcoolisées haut de gamme du CCG, est devenue la gagnante de Startup Den 2023. FHS

Le très attendue Startup Den revient cette année, après son succès au FHS Arabie saoudite 2023.

Le jury de cette année comprend le prince Saud Al-Saud, directeur exécutif de TDF Grow, Salma Arafa, experte en innovation à UN Tourism, et Maya Ayoub, fondatrice et PDG de District Twelve et également directrice nationale de Saudi Arabia Women in Tech. 

The Bench se passionne pour le soutien aux start-ups et offre aux entrepreneurs la possibilité de présenter leur entreprise à un jury d'experts et d'investisseurs", a déclaré M. Worsely, avant d'ajouter : "Cette année, 10 finalistes seront invités à participer à l'événement : "Cette année, 10 finalistes monteront sur scène pour présenter leur concept d'entreprise dans ce qui s'annonce comme une nouvelle compétition passionnante.

FHS Saudi Arabia met plus que jamais l'accent sur la représentation des femmes, ce qui témoigne de l'engagement de The Bench en faveur de l'autonomisation des femmes dans l'industrie hôtelière et de la reconnaissance de leur rôle dans le secteur. 

"La contribution des femmes à la main-d'œuvre a été à l'origine de la croissance et du développement historiques dont nous sommes témoins aujourd'hui dans la région. Notre campagne unique vise à inspirer les femmes cadres saoudiennes, à défendre la diversité des genres dans l'hôtellerie et à souligner le rôle essentiel que jouent les femmes dans ce secteur en pleine croissance", a déclaré Tanja Millner, directrice de production à The Bench.

Elle a ajouté : "Nous sommes ravis de présenter le FHS Women Power, une initiative visant à faciliter l'accès des femmes saoudiennes travaillant dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration à des billets gratuits pour le FHS Saudi Arabia.

L'année dernière, FHS Saudi Arabia a accueilli plus de 1 100 délégués, 150 intervenants de plus de 35 pays et 71 sponsors et partenaires.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com