Famine attendue, violences et milliers de morts: les ONG dénoncent la «crise oubliée» au Soudan

Une femme et des enfants sont assis avec d'autres personnes déplacées par le conflit dans une mosquée de Wadi Halfa, ville frontalière du nord du Soudan, près de l'Égypte (Photo, AFP).
Une femme et des enfants sont assis avec d'autres personnes déplacées par le conflit dans une mosquée de Wadi Halfa, ville frontalière du nord du Soudan, près de l'Égypte (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 février 2024

Famine attendue, violences et milliers de morts: les ONG dénoncent la «crise oubliée» au Soudan

  • Dans ces conditions, ces populations sont souvent en proie aux épidémies de dengue ou de choléra
  • Chargé de communication pour Care international au Soudan, Shakir Elhassan a connu la triste expérience de devenir lui-même déplacé

PARIS: Shakir Elhassan a dû tout abandonner, avec femme et enfants, au début de la guerre au Soudan. Déplacé interne comme des millions de compatriotes, cet employé de l'ONG Care international dénonce une "crise oubliée", alors que les risques de famine se profilent.

Lui et les siens ont d'abord fui Khartoum pour Wad Madani, à 180 km au sud de la capitale, après le début en avril de combats meurtriers entre l'armée soudanaise et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Mais mi-décembre, cette ville, devenue "hub humanitaire" pour la région selon l'ONU, a subi les attaques des paramilitaires. Shakir Elhassan raconte en être parti "avec pour seules affaires les vêtements" qu'il portait.

"Sur le bord de la route, des milliers de personnes en état de choc, essentiellement des femmes et des enfants, fuyaient les combats à pied", se souvient-il, interrogé par téléphone par l'AFP.

Chargé de communication pour Care international au Soudan, Shakir Elhassan a connu la triste expérience de devenir lui-même déplacé interne dans son pays, avec son épouse et ses trois enfants.

À Kassala, capitale de l'État du même nom située à 50 km de la frontière érythréenne où il vit désormais, il constate l'arrivée incessante d'autres déplacés "épuisés, affamés et malades pour beaucoup", contraints de "survivre dans des abris de fortune, sans ressources".

Dans ces conditions, ces populations sont souvent en proie aux épidémies de dengue ou de choléra.

Témoin impuissant des "besoins sans précédent" de son peuple, Shakir Elhassan dénonce une "catastrophe oubliée" du monde. À l'instar de toute la communauté humanitaire.

«Tout vendu»

Depuis le 15 avril, quand le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane et son adjoint devenu rival et patron des FSR, Mohamed Hamdan Daglo, ont démarré leur guerre, des milliers de civils ont été tués, dont entre 10.000 et 15.000 dans une seule ville du Darfour, selon les experts de l'ONU. Près de huit millions de personnes, dont la moitié d'enfants, ont fui leur foyer.

Plus de la moitié des 48 millions de Soudanais,  environ 25 millions de personnes, ont besoin d'assistance, dont 18 millions sont confrontés à une insécurité alimentaire aiguë, déplore l'ONU.

Après dix mois sans travail, et donc sans salaire, "les gens ont vendu tout ce qu'ils possédaient", dans un pays où l'inflation était déjà à trois chiffres avant la guerre, observe William Carter, directeur du Norwegian refugee council (NRC) au Soudan

La situation est devenue inextricable pour eux avec des prix "extrêmement élevés" et des boulangers qui "ne produisent même pas la moitié de leur capacité car ils n'ont ni farine ni blé", dit-il.

À peine rentré du Darfour, région déjà ravagée par des décennies de violences ethniques, M. Carter se dit "frappé" par "l'urgence alimentaire" qu'il a  constatée.

"Si rien n'est fait, on va droit vers une famine", s'alarmait mercredi l'ONG Solidarités internationales.

"Ce sera la plus grande crise humanitaire qu'a jamais connu le Soudan", l'un des pays les plus pauvres au monde, insiste auprès de l'AFP Justine Muzik Piquemal, directrice régionale de l'ONG.

"S'il n'y pas de nourriture importée par voie humanitaire, les gens n'auront rien car il n'y a rien sur les marchés", tonne-t-elle, "les gens vont mourir de faim."

Début février, Médecins sans frontières (MSF)constatait déjà la mort d'au moins un enfant toutes les deux heures dans le camp de Zamzam au Darfour, où vivent entre 300.000 et 500.000 déplacés.

«Mal absolu»

"Les enfants souffrant de malnutrition sévère qui ne sont pas encore décédés risquent de mourir dans les trois à six semaines s'ils ne sont pas soignés", avertissait encore MSF.

Le Tchad décrète l'état d'urgence alimentaire face à l'afflux de réfugiés soudanais

Le Tchad a déclaré l'"état d'urgence alimentaire et nutritionnelle" sur tout son territoire, selon un décret rendu public vendredi dans un des plus pauvres pays du monde, où ont afflué en dix mois plus d'un demi-million de réfugiés fuyant la guerre au Soudan.

Le décret du président de transition, Mahamat Idriss Déby Itno, signé jeudi, ne détaille ni les actions mises en oeuvre ni le nombre de personnes concernées, mais le Programme Alimentaire Mondial de l'ONU (PAM) avait alerté en novembre dernier sur un "arrêt imminent" de son aide face à l'afflux des réfugiés soudanais s'il ne parvenait pas à réunir les fonds internationaux nécessaire.

Le PAM fournissait alors "une assistance alimentaire et nutritionnelle à 1,4 millions de personnes" au Tchad, soit le nombre de déplacés internes et de réfugiés dans ce pays semi-désertique d'Afrique centrale, en raison des conflits en cours sur son territoire et chez ses voisins, Soudan, Centrafrique, Niger, Nigeria, Libye et Cameroun.

Selon l'Unicef, sans soutien international supplémentaire, "il est probable que des dizaines de milliers (d'enfants) meurent" au Soudan. "Nous risquons de perdre toute une génération", se désespère Deepmala Mahla, directrice humanitaire pour Care international.

Coordinatrice humanitaire de l'ONU au Soudan, Clémentine Nkweta-Salami se disait en novembre "à court de mots pour décrire les horreurs qui s'(y) produisent".

"Ce qui se passe frôle le mal absolu", disait-elle, citant des enfants "pris dans les tirs croisés" ou des petites filles violées devant leur mère.

"Quand on voit les montants débloqués en Ukraine, on n'est pas du tout dans les mêmes ordres de grandeur", dénonce Alice Verrier, en charge du Soudan chez Première Urgence Internationale. "La crise soudanaise est complètement oubliée."

L'ONU vient de lancer en février un appel de fonds de 4,1 milliards de dollars pour répondre cette année aux besoins humanitaires des Soudanais, dans leur pays et les pays voisins. En 2023, elle n'avait reçu que la moitié des financements demandés.


L'Ukraine va annoncer des mesures pour faire rentrer ses hommes de l'étranger

Des habitants locaux se tiennent devant une affiche de recrutement de la troisième brigade d'assaut ukrainienne alors qu'ils se réfugient dans une station de métro souterraine lors d'une alerte de raid aérien à Kiev le 23 avril 2024 (Photo, AFP).
Des habitants locaux se tiennent devant une affiche de recrutement de la troisième brigade d'assaut ukrainienne alors qu'ils se réfugient dans une station de métro souterraine lors d'une alerte de raid aérien à Kiev le 23 avril 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des estimations de médias, des dizaines de milliers d'hommes ont fui le pays illégalement pour éviter d'aller au front
  • Des centaines de milliers d'Ukrainiens vivaient en outre à l'étranger avant l'invasion

KIEV: Le chef de la diplomatie ukrainienne a indiqué mardi des "mesures" imminentes visant à faire rentrer en Ukraine les hommes en l'âge de combattre se trouvant à l'étranger.

L'Ukraine, qui combat depuis deux ans l'invasion russe, a cruellement besoin de soldats, d'autant que Kiev s'attend à ce que la Russie lance une nouvelle offensive dans les semaines ou mois à venir.

"Le fait de séjourner à l'étranger ne dispense pas un citoyen de ses devoirs envers sa patrie", a déclaré Dmytro Kouleba sur X, annonçant avoir ordonné des "mesures pour rétablir l'équité entre les hommes en âge d'être mobilisés en Ukraine et ceux à l'étranger".

Il n'a pas précisé la nature de ces mesures se bornant à dire que le ministère allait "prochainement fournir des éclaircissements" sur de nouvelles procédures à suivre pour "accéder aux services consulaires".

L'Ukraine interdit aux hommes en âge de combattre de voyager à l'étranger à quelques exceptions près.

Déserteurs 

Mais, selon des estimations de médias, des dizaines de milliers d'hommes ont fui le pays illégalement pour éviter d'aller au front.

Des centaines de milliers d'Ukrainiens vivaient en outre à l'étranger avant l'invasion.

La déclaration du ministre intervient alors qu'un influent site d'information ukrainien ZN.UA a publié lundi soir ce qu'il affirme être une lettre officielle signée par un adjoint de M. Kouleba et préconisant aux consulats ukrainiens de suspendre à partir de mardi tout service consulaire pour les hommes âgés de 18 à 60 ans.

Selon des médias ukrainiens, plusieurs consulats ukrainiens ont cessé d'accepter ces dossiers.

La compagnie d'Etat Dokument qui facilite la délivrance de documents ukrainiens a annoncé mardi sur son site qu'elle "suspendait" les procédures à l'étranger pour des "raisons techniques".

L'Ukraine, dont l'armée est en difficulté face aux troupes russes, a adopté une loi sur la mobilisation visant à durcir les punitions pour les récalcitrants.

Elle a aussi baissé l'âge de mobilisation de 27 à 25 ans.


Début des discussions entre Washington et Niamey sur le retrait des troupes américaines du Niger

Les manifestants réagissent alors qu'un homme brandit une pancarte exigeant que les soldats de l'armée américaine quittent le Niger sans négociation lors d'une manifestation à Niamey, le 13 avril 2024. (AFP)
Les manifestants réagissent alors qu'un homme brandit une pancarte exigeant que les soldats de l'armée américaine quittent le Niger sans négociation lors d'une manifestation à Niamey, le 13 avril 2024. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement du Niger, issu d'un coup d'Etat en juillet dernier, avait dénoncé en mars l'accord de coopération militaire en vigueur avec les Etats-Unis
  • Washington a accepté de retirer du pays ses plus de 1 000 soldats et annoncé envoyer une délégation à Niamey pour s'accorder sur les détails de ce retrait

WASHINGTON: Washington a entamé les discussions avec Niamey sur le retrait du Niger des troupes américaines qui y étaient déployées dans le cadre de la lutte antidjihadiste au Sahel, a déclaré lundi le Pentagone.

Le gouvernement du Niger, issu d'un coup d'Etat en juillet dernier, avait dénoncé en mars l'accord de coopération militaire en vigueur avec les Etats-Unis, estimant que la présence américaine était désormais "illégale".

Washington a finalement accepté la semaine dernière de retirer du pays ses plus de 1 000 soldats et annoncé envoyer une délégation à Niamey pour s'accorder sur les détails de ce retrait.

"Nous pouvons confirmer le début des discussions entre les Etats-Unis et le Niger sur le retrait ordonné des forces américaines du pays", a déclaré le porte-parole du Pentagone Pat Ryder.

Une "petite délégation du Pentagone et du commandement militaire américain pour l'Afrique" participe aux discussions, a-t-il précisé.

Les Etats-Unis vont "continuer à explorer les options possibles afin d'assurer que nous soyons toujours en mesure de faire face aux potentielles menaces terroristes", a-t-il encore dit.

A Niamey, le ministre nigérien des Affaires étrangères, Bakari Yaou Sangaré, a indiqué dans un communiqué avoir eu lundi "des discussions" avec l’ambassadrice des États-Unis à Niamey, Kathleen Fitzgibbon, portant "sur la question du départ des troupes militaires américaines du Niger".

L’entretien s’est déroulé en présence de Maria Barron, directrice de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) à Niamey, qui a assuré que l'agence allait "poursuivre sa coopération bilatérale" avec le Niger, annonçant "un nouvel accord devant remplacer celui en cours qui expire en septembre 2024", selon le communiqué.

Au Niger, les Etats-Unis disposent notamment d'une base de drone importante près d'Agadez, construite pour environ 100 millions de dollars.

Après le coup d'Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum fin juillet, le nouveau régime militaire a rapidement exigé le départ des soldats de l'ancienne puissance coloniale française et s'est rapproché de la Russie, comme le Mali et le Burkina Faso voisins, également dirigés par des régimes militaires et confrontés à la violence de groupes jihadistes.


L'Ukraine s'attend à une détérioration sur le front vers la mi-mai

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée ukrainienne traverse une période délicate, confronté à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions en raison de retards importants de livraisons d'aide occidentale, notamment américaine
  • La Russie, qui est à l'initiative depuis l'automne 2023, a revendiqué lundi la conquête d'un village de l'Est ukrainien situé non loin de Vougledar

KIEV: La situation sur le front ukrainien va empirer autour de la mi-mai et début juin, qui sera une "période difficile", a prévenu lundi le chef du renseignement militaire ukrainien Kyrylo Boudanov, sur fond de craintes d'une nouvelle offensive russe.

La Russie, qui est à l'initiative depuis l'automne 2023, a revendiqué lundi la conquête d'un village de l'Est ukrainien situé non loin de Vougledar, localité à la jonction des fronts Est et Sud, dont elle cherche à s'emparer depuis deux ans.

"N'allons pas trop dans les détails, mais il y aura une période difficile, à la mi-mai et début juin", a prévenu M. Boudanov, interrogé sur l'état du front, dans une interview au service ukrainien de la BBC.

L'armée russe "mène une opération complexe", a-t-il dit.

"Nous pensons qu'une situation plutôt difficile nous attend dans un futur proche. Mais il faut comprendre que ce ne sera pas catastrophique", a estimé Kyrylo Boudanov.

"Armageddon ne se produira pas, contrairement à ce que beaucoup disent en ce moment. Mais il y aura des problèmes à partir de la mi-mai", a-t-il ajouté.

L'armée ukrainienne traverse une période délicate, confronté à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions en raison de retards importants de livraisons d'aide occidentale, notamment américaine.

En face, les troupes russes, bien plus nombreuses et mieux armées, ne cessent de pousser à l'Est et revendiquent régulièrement la prise de petits villages dans le Donbass.

En février, Moscou s'est emparé d'Avdiïvka, une ville forteresse, et vise désormais la cité  stratégique de Tchassiv Iar.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien, qui est un important nœud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Offensive estivale? 

Lundi, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir "libéré" Novomykhaïlivka, à une trentaine de kilomètres de Donetsk.

Ce village est proche de Vougledar, une cité minière à la jonction des fronts Sud et Est. Début 2023, l'Ukraine était parvenue à y repousser un assaut de l'armée russe, infligeant des pertes humaines importantes.

Kiev craint désormais une offensive estivale russe encore plus puissante.

Fin mars, le commandant des forces terrestres ukrainiennes Oleksandre Pavliouk avait jugé "possible" un tel scénario, impliquant un groupe de 100.000 soldats russes.

Le commandant en chef des forces ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a déjà admis mi-avril que la situation sur le front Est s'était "considérablement détériorée" récemment.

Il a affirmé voir une "intensification significative" de l'offensive russe depuis mars, aboutissant à des "succès tactiques".

La grande contre-offensive ukrainienne de l'été 2023 s'était heurtée à de puissantes lignes de défense russes qui ont épuisé les ressources de l'armée ukrainienne, sans permettre de libérer les régions occupées par la Russie.

L'Ukraine fait désormais face aux hésitations de ses alliés occidentaux, même si une aide militaire américaine de 61 milliards, longtemps bloquée, a finalement été votée par la Chambre des représentants des Etats-Unis samedi. Le texte doit encore être adopté par le Sénat puis promulgué par le président Joe Biden.

Kiev espère désormais que l'aide des Etats-Unis pourra atteindre le front très rapidement. Le Kremlin a, lui, jugé que qu'elle ne changerait "rien"