Le diamant de synthèse fait de l'ombre au diamant naturel

Cette photographie prise le 6 février 2024 montre Kurjibhai, un employé de Greenlab Diamonds inspectant un diamant de synthèse produit dans l'entreprise de fabrication située à la périphérie de Surate (Photo, AFP).
Cette photographie prise le 6 février 2024 montre Kurjibhai, un employé de Greenlab Diamonds inspectant un diamant de synthèse produit dans l'entreprise de fabrication située à la périphérie de Surate (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 20 février 2024

Le diamant de synthèse fait de l'ombre au diamant naturel

  • Ces gemmes de synthèse ont changé la donne pour le marché mondial de la bijouterie diamantaire, pesant désormais 89 milliards de dollars
  • La part de marché mondiale en valeur des diamants synthétiques, passée de 3,5% en 2018 à 18,5% en 2023, dépassera probablement les 20% cette année

SURATE: Le solitaire, d'une pureté cristalline, brille de mille feux au point de tromper les plus fins connaisseurs, pourtant ce diamant n'a pas passé plus d'un milliard d'années dans le ventre de la terre. Loin s'en faut. Flambant neuf, il est né dans un laboratoire indien et vaut moins de la moitié du prix d'un joyau naturel.

Les diamants synthétiques ont été développés pour la première fois au début des années 1950, mais la mise au point d'un processus commercialement viable a moins de dix ans.

Ces gemmes de synthèse ont changé la donne pour le marché mondial de la bijouterie diamantaire, pesant désormais 89 milliards de dollars, en particulier pour la ville indienne de Surate (ouest) où 90% des diamants du monde sont taillés et polis.

Dans le laboratoire de Smit Patel, directeur de Greenlab Diamonds à Surate, des techniciens laissent choir des éclats de diamants, qu'ils appellent "graines", dans des réacteurs qui reproduisent la pression extrême qui règne dans les profondeurs de la terre.

Il faut moins de huit semaines à ses équipes pour produire un diamant synthétique prêt à porter pratiquement indiscernable d'un diamant naturel.

Gaz, chaleur, pression

Les réacteurs de son laboratoire sont remplis de gaz comme le méthane, contenant du carbone, où les "graines" croissent sous l'effet de la chaleur et de la pression.

"C'est le même produit, aux mêmes propriétés chimiques et optiques", assure M. Patel, dont la famille est dans le commerce du diamant depuis trois génération.

Ses diamants synthétiques sont ensuite acheminés vers une autre installation où ils sont taillés et polis par des centaines d'ouvriers.

A Bombay, Lekha Prabhakar, 29 ans, ne le détrompe pas. "Un diamant sorti d'une mine serait cinq fois plus cher", dit-elle, "si vous voulez quelque chose à porter tous les jours (...) un diamant synthétique fait l'affaire. C'est ce qui me séduit le plus".

Les exportations de diamants de synthèse de l'Inde ont triplé en valeur entre 2019 et 2022. En volume, elles ont augmenté de 25% entre avril et octobre 2023, contre 15% sur la même période de 2022, selon les dernières données de l'industrie.

Greenlab Diamonds a "connu une croissance de 400% en volume d'une année sur l'autre", se félicite M. Patel.

La part de marché mondiale en valeur des diamants synthétiques, passée de 3,5% en 2018 à 18,5% en 2023, dépassera probablement les 20% cette année, déclare à l'AFP Paul Zimnisky, analyste de l'industrie basé à New York.

Aux États-Unis, premiers consommateurs de diamants naturels au monde, ils sont maintenant synthétiques sur 37% des bagues de fiançailles, contre 17% en février 2023, selon l'analyste industriel Edahn Golan.

«Une tempête parfaite»

La Chine et l'Inde, deux des plus grands producteurs de diamants synthétiques, y ont contribué.

Les laboratoires indiens ont exporté 4,04 millions de carats entre avril et octobre 2023, une augmentation de 42% en glissement annuel, selon le Conseil indien de promotion des exportations de pierres précieuses et de bijoux (GJEPC). A l'inverse, les exportations de diamants naturels ont baissé de plus de 25%, à 11,3 millions de carats.

Les ventes de diamants naturels avaient pourtant bondi pendant la pandémie de Covid-19, mais la demande a chuté lors de la réouverture des économies. Les grandes entreprises se sont retrouvées avec des stocks excédentaires coûteux.

La pire chute en 30 ans de carrière, déplore Ajesh Mehta dont le groupe D. Navinchandra Exports est l'un des acheteurs agréés du géant mondial du diamant De Beers.

"C'est totalement différent d'une pénurie de demande", précise M. Mehta à l'AFP. Avec le ralentissement économique aux Etats-Unis et en Chine, les sanctions contre les diamants russes, l'offre excédentaire, "tout s'est enchaîné comme une tempête parfaite".

En octobre, l'industrie indienne du diamant naturel a été contrainte d'interdire volontairement l'importation de diamants bruts, ce qui est rare.

Au moins cinq acheteurs agréés indiens ont affirmé à l'AFP que De Beers avait réduit les prix de 10 à 25% de ses diamants pour la première vente de l'année, période de réapprovisionnent après les fêtes aux États-Unis.

Mais le diamant synthétique est lui victime de cette explosion de l'offre. Les prix de gros ont baissé de 58% en 2023, selon M. Golan, et WD Lab Grown Diamonds, deuxième producteur américain, a déposé le bilan en octobre.

Selon des détaillants de Surate, le prix d'un diamant poli d'un carat de moindre qualité est passé de 2.400 dollars en 2022 à quelque 1.000 dollars en 2023.

Pour M. Patel, la baisse des prix stimulera la demande. "Nous savions que les prix baisseraient, car il n'y a pas de monopole dans cette industrie."


Le sommet "Future Hospitality" met en lumière la croissance de l'industrie du tourisme en Arabie saoudite

Plus de 150 orateurs du monde entier sont attendus à cet événement. FHS
Plus de 150 orateurs du monde entier sont attendus à cet événement. FHS
Fahad bin Mushayt, PDG d’ASFAR, participera à une table ronde sur les plans d’investissement. FHS
Fahad bin Mushayt, PDG d’ASFAR, participera à une table ronde sur les plans d’investissement. FHS
Short Url
  • L'événement, qui se tiendra à l'hôtel Al Faisaliah du 29 avril au 1er mai, se concentrera sur le tourisme durable et l'hôtellerie axée sur la technologie, sous le thème "Investir dans l'avenir : Aujourd'hui, ensemble". 
  • "Les objectifs de FHS Saudi Arabia sont stratégiquement alignés sur Vision 2030, et notre programme soigneusement sélectionné se concentrera sur le développement et la croissance durable de l'industrie hôtelière en Arabie saoudite.

RIYADH : Plus de 1 200 investisseurs du monde entier se rendront à Riyad à la fin du mois d'avril pour ce qui devrait être le plus grand Future Hospitality Summit jamais organisé en Arabie saoudite.

L'événement, qui se tiendra à l'hôtel Al Faisaliah du 29 avril au 1er mai, se concentrera sur le tourisme durable et l'hôtellerie axée sur la technologie, sous le thème "Investir dans l'avenir : Aujourd'hui, ensemble". 

Les leaders du secteur discuteront du développement durable, des perspectives d'investissement, de l'esprit d'entreprise et du capital humain, ainsi que de l'expansion continue des secteurs de l'hôtellerie et du tourisme en Arabie saoudite. 

Cette conférence de trois jours, qui réunira plus de 150 intervenants, est la septième manifestation organisée pour le marché saoudien par The Bench, une société britannique spécialisée dans l'organisation d'événements professionnels.

Jonathan Worsley, président de la société, a déclaré : "Les objectifs de FHS Saudi Arabia sont stratégiquement alignés sur Vision 2030, et notre programme soigneusement sélectionné se concentrera sur le développement et la croissance durable de l'industrie hôtelière en Arabie saoudite, l'adoption de la technologie, l'innovation et l'entrepreneuriat dans le secteur, ainsi que sur les opportunités d'investissement et de création d'emplois." 

Il mettra l'accent sur les stratégies visant à favoriser la croissance du secteur de l'hôtellerie en Arabie saoudite, en le positionnant comme un moteur essentiel des efforts de diversification économique du Royaume. 

En outre, elle facilitera la collaboration dans l'industrie du tourisme en mettant en lumière son potentiel et les possibilités de partenariats.

Jour 1

La gastronomie est l’un des sujets à discuter. (Shutterstock)
La gastronomie est l’un des sujets à discuter. (Shutterstock)

La première matinée de la conférence sera exclusivement consacrée au Global Restaurant Investment Forum, qui explorera la culture gastronomique croissante de Riyad à travers des présentations sur la scène principale, des études de cas et des débats d'experts.

Fondé en 2015, le GRIF a été une conférence de trois jours qui s'est tenue à Dubaï et à Amsterdam. Cette année, elle sera intégrée à FHS Saudi Arabia. Elle est principalement dédiée aux investisseurs qui souhaitent rencontrer des propriétaires de concepts de restauration, des opérateurs et des franchiseurs à la recherche de croissance, de fonds propres ou de partenaires.

Les visites culinaires GRIF des concepts de restaurants qui changent la donne dans le paysage culinaire de l'Arabie saoudite auront à nouveau lieu, de même que le Startup Den - où les entrepreneurs présentent leurs idées commerciales à un panel de juges investisseurs.

Les conférenciers les plus récents qui ont confirmé leur participation sont Martin Raymond, cofondateur du Future Laboratory et rédacteur en chef de LS:N Global. Christopher Sanderson, également cofondateur du Future Laboratory, se joindra à lui.

En outre, Mohammed Jawa, fondateur et président de MJS Holding, Faisal Shaker, cofondateur et PDG de Modern Food Company, et Nawal AlKhalawi, fondatrice et PDG d'Asfar Experience, s'adresseront aux participants.

Le programme débutera dans l'après-midi du 29 avril avec les FHS Intelligence Talks, animés par Fritz Dickamp, directeur général de Studio 49. 

Parmi les sujets abordés, citons "The Future of Wellness - New Data on Wellness Travel", animé par Aradhana Khowala, PDG et fondatrice d'Aptamind Partners, en conversation avec Susie Ellis, présidente et PDG du Global Wellness Institute et du Global Wellness Summit, et "The Hotel of the Future", présenté par Turab Saleem, associé et responsable du conseil en matière d'hôtellerie, de tourisme et de loisirs chez Knight Frank Middle East and North Africa.

"Nous offrons aux délégués la possibilité de s'immerger dans l'essence dynamique du marché saoudien. Notre programme enrichi comprend un éventail de présentations captivantes, des "10X Talks" courts mais puissants, des discussions de groupe à multiples facettes, des discussions informelles, des études de cas et des visites de sites captivantes", a déclaré M. Worsley. 

Il a ajouté : "En outre, l'événement est parsemé de nombreuses opportunités de réseautage pendant trois jours, toutes soigneusement conçues pour favoriser un environnement d'apprentissage, de dialogue, d'exploration et de connexions significatives."

Jour 2 

Le deuxième jour, la conférence débutera par les mots de bienvenue du prince Bandar bin Saud bin Khalid, secrétaire général de la Fondation du roi Faisal et président du conseil d'administration d'Al Khozama.

Les sessions plénières couvriront un large éventail de sujets, notamment les "Opportunités d'investissement dans le secteur de l'hôtellerie en Arabie saoudite dans le cadre de la Vision 2030", présentées par Mahmoud Abdulhadi, vice-ministre de la mise en valeur des destinations au ministère du tourisme.

Une table ronde sur le thème "Un plan directeur pour une entrée réussie sur le marché et les investissements" sera animée par Edie Rodriquez, membre du conseil d'administration de l'Autorité saoudienne du tourisme, avec les panélistes Qusai Al-Fakhri, PDG du Fonds de développement du tourisme, Fahad bin Mushayt, PDG de l'ASFAR, et Guy Hutchinson, président de Hilton MEA.

Haitham Mattar, conseiller spécial auprès de l'Office du tourisme des Nations unies et directeur général de la région MEA et de l'Asie du Sud-Ouest chez IHG Hotels & Resorts, sera également présent. 

En outre, il y aura une étude de cas sur la "Collaboration entre les secteurs public et privé pour accélérer le développement des modes de vie et promouvoir de nouvelles destinations", animée par Mohammed Islam, animateur et fondateur du Mo Show Podcast Saudi Arabia, ainsi qu'un panel sur la "Maximisation de la résilience financière grâce à l'allocation multi-actifs" présidé par Matthew Martin, chef du bureau de Bloomberg pour l'Arabie saoudite.

En outre, les investissements et le développement de l'hôtellerie durable occuperont une place centrale dans le programme du FHS, tout en mettant l'accent sur la technologie. 

Les leaders du secteur participeront à des discussions sur l'avenir de l'intelligence artificielle et du métavers dans l'hôtellerie, exploreront la convergence de l'IA, de l'informatique et de l'interaction humaine pour améliorer l'expérience des clients, et offriront des idées précieuses sur les stratégies d'investissement dans la pile technologique pour les propriétaires et les exploitants.

Cette année, le salon FHS Saudi Arabia s'enrichit d'une nouveauté : la plateforme "Destination Tomorrow : dévoilement des opportunités d'investissement", conçue pour mettre en lumière les sites et attractions innovants et émergents dans le secteur de l'hôtellerie et du tourisme du Royaume.

Son principal objectif est de faciliter les connexions entre les développeurs de projets, les entrepreneurs, les visionnaires, les investisseurs et d'autres parties prenantes essentielles.

Un autre événement inaugural du FHS de cette année est le "Speakers Corner", qui offre une chance unique aux participants de partager leurs récits personnels de défis surmontés et de succès obtenus dans l'industrie.

Startup Den

Erika Blazeviciute Doyle, fondatrice de Drink Dry, le premier et unique marché de boissons non alcoolisées haut de gamme du CCG, est devenue la gagnante de Startup Den 2023. FHS
Erika Blazeviciute Doyle, fondatrice de Drink Dry, le premier et unique marché de boissons non alcoolisées haut de gamme du CCG, est devenue la gagnante de Startup Den 2023. FHS

Le très attendue Startup Den revient cette année, après son succès au FHS Arabie saoudite 2023.

Le jury de cette année comprend le prince Saud Al-Saud, directeur exécutif de TDF Grow, Salma Arafa, experte en innovation à UN Tourism, et Maya Ayoub, fondatrice et PDG de District Twelve et également directrice nationale de Saudi Arabia Women in Tech. 

The Bench se passionne pour le soutien aux start-ups et offre aux entrepreneurs la possibilité de présenter leur entreprise à un jury d'experts et d'investisseurs", a déclaré M. Worsely, avant d'ajouter : "Cette année, 10 finalistes seront invités à participer à l'événement : "Cette année, 10 finalistes monteront sur scène pour présenter leur concept d'entreprise dans ce qui s'annonce comme une nouvelle compétition passionnante.

FHS Saudi Arabia met plus que jamais l'accent sur la représentation des femmes, ce qui témoigne de l'engagement de The Bench en faveur de l'autonomisation des femmes dans l'industrie hôtelière et de la reconnaissance de leur rôle dans le secteur. 

"La contribution des femmes à la main-d'œuvre a été à l'origine de la croissance et du développement historiques dont nous sommes témoins aujourd'hui dans la région. Notre campagne unique vise à inspirer les femmes cadres saoudiennes, à défendre la diversité des genres dans l'hôtellerie et à souligner le rôle essentiel que jouent les femmes dans ce secteur en pleine croissance", a déclaré Tanja Millner, directrice de production à The Bench.

Elle a ajouté : "Nous sommes ravis de présenter le FHS Women Power, une initiative visant à faciliter l'accès des femmes saoudiennes travaillant dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration à des billets gratuits pour le FHS Saudi Arabia.

L'année dernière, FHS Saudi Arabia a accueilli plus de 1 100 délégués, 150 intervenants de plus de 35 pays et 71 sponsors et partenaires.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 


Le ministre saoudien préconise des «politiques financières décisives» pour contrer les incertitudes économiques mondiales

Mohammed al-Jadaan s'exprime à Washington. (X/@MAAljadaan)
Mohammed al-Jadaan s'exprime à Washington. (X/@MAAljadaan)
Short Url
  • Le ministre des Finances saoudien a souligné jeudi la nécessité de mettre en place «des politiques financières décisives» à l'échelle mondiale
  • M. Al-Jadaan s’est notamment entretenu avec Jean Lemierre, président de la banque BNP Paribas

RIYAD: Le ministre des Finances saoudien a souligné jeudi la nécessité de mettre en place «des politiques financières décisives» à l'échelle mondiale pour faire face aux conditions économiques incertaines.

Lors des réunions de printemps 2024 du FMI à Washington, Mohammed al-Jadaan a souligné que cette approche décisive renforcerait la résilience et la durabilité face aux incertitudes persistantes.

Il assistait à une réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de la région Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan, aux côtés de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

«J'ai également participé à la table ronde mondiale sur la dette souveraine, pendant laquelle j'ai rappelé combien il était important d'améliorer la comparabilité des traitements en établissant un cadre clair et équitable qui garantit un traitement équitable entre tous les créanciers,» a souligné M. Al-Jadaan dans un message sur son compte X.

De plus, le ministre a participé à la deuxième réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20, qui s’est tenue sous la présidence brésilienne à Sao Paulo. Il a souligné qu’une approche holistique était indispensable pour une action climatique efficace.

Selon le ministre, cet objectif pouvait être atteint «en intégrant divers secteurs et en reconnaissant la diversité des solutions pour relever les défis climatiques, notamment à travers le recours à des technologies innovantes pour gérer les émissions».

M. Al-Jadaan a également rencontré José Vinals, président de la Standard Chartered Bank, pour discuter des perspectives économiques régionales et mondiales.

Il a également eu une discussion avec le ministre espagnol de l'Économie, du Commerce et de l'Entreprise, Carlos Cuerpo, afin d'explorer les moyens de renforcer les liens entre les deux pays.

En outre, M. Al-Jadaan s’est entretenu avec Jean Lemierre, président de la banque BNP Paribas, et a rencontré Laurent Levêque, responsable mondial de la couverture des institutions officielles, ainsi qu'Alexis Taffin, responsable des marchés des capitaux obligataires.

Ils ont évoqué les progrès accomplis en Arabie saoudite ainsi que sur les questions liées à l'attraction des investissements et le financement alternatif.

 


Le pétrole bondit de plus de 3%, « explosions » en Iran

Le baril de WTI a pris 3,66% à 85,76 dollars tandis que le cours du Brent a progressé de 3,44% à 90,11 dollars. (Reuters).
Le baril de WTI a pris 3,66% à 85,76 dollars tandis que le cours du Brent a progressé de 3,44% à 90,11 dollars. (Reuters).
Short Url
  • Le baril de WTI a pris 3,66% à 85,76 dollars tandis que le cours du Brent a progressé de 3,44% à 90,11 dollars
  • Le cours du pétrole a bondi de plus de 3% vendredi dans les échanges matinaux sur les marchés asiatiques

HONG KONG: Le cours du pétrole a bondi de plus de 3% vendredi dans les échanges matinaux sur les marchés asiatiques, alors que la télévision officielle iranienne faisait état de "fortes explosions" près de la ville d'Ispahan.

Le baril de WTI a pris 3,66% à 85,76 dollars tandis que le cours du Brent a progressé de 3,44% à 90,11 dollars.

L'Iran a lancé plus de 300 projectiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche derniers, une attaque à laquelle le chef de l'armée israélienne, Herzi Halevi, a promis de répondre.

La plupart de ces projectiles ont été interceptés par les défenses d'Israël, en coopération avec plusieurs de ses alliés.

Téhéran a affirmé que cet assaut était une riposte légitime au bombardement meurtrier d'une annexe consulaire iranienne à Damas, qu'il impute à Israël.