Sahara: Paris réitère son «soutien clair et constant» au plan marocain

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, salue son homologue français, Stéphane Séjourné, lors d'une réunion à Rabat, le 26 février 2024. (Photo, AFP)
Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, salue son homologue français, Stéphane Séjourné, lors d'une réunion à Rabat, le 26 février 2024. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 26 février 2024

Sahara: Paris réitère son «soutien clair et constant» au plan marocain

  • Stéphane Séjourné n'a pas manqué de souligner qu'il avait choisi le Maroc pour sa première visite officielle au Maghreb depuis sa prise de fonction
  • Pour écrire un nouveau chapitre, Stéphane Séjourné et Nasser Bourita ont «longuement» discuté de l'épineux dossier du Sahara occidental

RABAT: Les chefs de la diplomatie française et marocaine ont signalé avec force lundi à Rabat leur volonté de tourner la page des crises diplomatiques récentes et d'instaurer un partenariat "d'exception" renouvelé dans un "respect mutuel".

Stéphane Séjourné n'a pas manqué de souligner qu'il avait choisi le Maroc pour sa première visite officielle au Maghreb depuis sa prise de fonction, il y a un peu plus d'un mois.

"Il y a entre la France et le Maroc un lien exceptionnel et le président (Emmanuel Macron) veut que ce lien reste unique et qu'il s'approfondisse encore dans les prochains mois", a déclaré le nouveau ministre français des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse commune.

Son homologue marocain a estimé, lui, que la relation bilatérale n'avait "pas d'égal".

Pour écrire un nouveau chapitre, Stéphane Séjourné et Nasser Bourita ont "longuement" discuté de l'épineux dossier du Sahara occidental.

Le ministre français a réitéré le soutien "clair et constant" de Paris au plan d'autonomie marocain, tout en assurant vouloir "avancer" sur ce dossier.

"C'est un enjeu existentiel pour le Maroc. Nous le savons", a insisté M. Séjourné. "Nous l'avons dit et je le redis aujourd'hui peut-être avec plus de force: il est désormais temps d'avancer. J'y veillerai personnellement".

Le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole, est contrôlé de facto en majeure partie par le Maroc mais revendiqué par les indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie. L'ONU considère qu'il s'agit d'un "territoire non autonome".

Enhardi par la reconnaissance par l'administration américaine de Donald Trump fin 2020 de sa souveraineté sur ce territoire en contrepartie d'un rapprochement avec Israël, le Maroc déploie depuis une diplomatie offensive pour rallier d'autres pays à ses positions.

La France compte accompagner le développement du territoire "en appui des efforts marocains".

"Le Maroc a beaucoup investi dans les projets de développement au bénéfice des population locales et en matière de formation, d'énergies renouvelables, de tourisme, d'économie bleue liées aux ressources aquatiques", a expliqué M. Séjourné.

 

Un enjeu existentiel

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a réitéré lundi le soutien "clair et constant" de Paris au plan d'autonomie marocain du Sahara occidental, assurant vouloir progresser sur ce dossier.

"Le Maroc peut compter sur le soutien clair et constant de la France" à son plan d'autonomie, a-t-il ajouté. "Nous l'avons dit et je le redis aujourd'hui peut-être avec plus de force: il est désormais temps d'avancer. J'y veillerai personnellement", a-t-il encore dit.

Interrogé par des journalistes, le ministre français a dit vouloir "accompagner le développement" de cette région, "en appui des efforts marocains".

"Le Maroc a beaucoup investi dans les projets de développement au bénéfice des populations locales et en matière de formation, d'énergies renouvelables, de tourisme, d'économie bleue liées aux ressources aquatiques", a-t-il déclaré.

La visite de M. Séjourné, qui intervient après une série de crises diplomatiques entre Paris et Rabat, avait pour objectif d'"ouvrir un nouveau chapitre" dans leurs relations, d'après une source diplomatique.

Le chef de la diplomatie française a proposé lundi un partenariat "d'avant-garde" pour les 30 ans à venir avec le Maroc, devant porter notamment sur les énergies renouvelables, la formation et "le développement de nouveaux écosystèmes industriels innovants".

"La France est un partenaire distingué du Maroc sur les plans politique, économique et humanitaire", a noté le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita.

C'est "reparti" 

Pour poursuivre la dynamique enclenchée, il a invité des ministres marocains à Paris, dont M. Bourita, et annoncé la venue au Maroc "dans les prochaines semaines" des ministres français de la Culture, Rachida Dati, et de l'Economie, Bruno Le Maire.

"Ils s'y rendront pour annoncer des choses", a assuré une source diplomatique, se félicitant qu'un "processus" ait été "enclenché". M. Séjourné souhaite "créer une relation personnelle (avec Rabat) qui a probablement manqué ces dernières années", selon cette source.

"A la suite de mes entretiens, je suis confiant sur le fait que c'est bel et bien reparti", a souligné M. Séjourné à l'AFP.

Ces dernières années ont été émaillées de tensions extrêmement fortes entre le Maroc et la France, ancienne puissance coloniale où vit une importante diaspora marocaine.

A Rabat, la décision française, en septembre 2021, de réduire de moitié les visas octroyés aux Marocains avait été particulièrement décriée.

Côté français, on n'avait guère apprécié les révélations du consortium de médias Forbidden Stories, selon lesquelles les téléphones d'Emmanuel Macron et de ministres avaient été ciblés en 2019 par le Maroc, utilisateur du logiciel espion israélien Pegasus, ce que Rabat a démenti.

Un vote du Parlement européen en janvier 2023 condamnant la dégradation de la liberté de la presse au Maroc avait ajouté aux tensions.

Visite en Algérie 

M. Séjourné a annoncé l'objectif de "construire le cadre du partenariat qui unira" les deux pays "pour les 30 prochaines années".

Nasser Bourita a estimé que son pays, en tant que puissance régionale, présentait des opportunités pour la France, notamment pour "travailler en partenariat" au Sahel.

"La relation maroco-française doit être renouvelée et développée selon les principes de respect mutuel, d'ambition et de coordination", a-t-il dit, saluant "un moment de renouveau".

Parmi les sujets de crispation, le rapprochement voulu par Emmanuel Macron avec l'Algérie avait particulièrement irrité les Marocains.

Malgré les gestes en faveur de Rabat, Paris n'entend pas pour autant relâcher les efforts avec Alger. La secrétaire générale du Quai d'Orsay, Anne-Marie Descôtes, doit ainsi rencontrer mardi son homologue dans la capitale algérienne ainsi que le ministre des Affaires étrangères.


Le journaliste iranien poignardé Pouria Zeraati mieux, mais pas complètement rétabli

Le journaliste iranien Pouria Zeraati a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe. (X: @pouriazeraati)
Le journaliste iranien Pouria Zeraati a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe. (X: @pouriazeraati)
Short Url
  • Le présentateur d’Iran International a évoqué, au micro de l’émission Today de BBC Radio 4, l’attaque et ses répercussions sur sa vie
  • «Je me sens beaucoup mieux physiquement, mais comme vous le savez, la récupération mentale prend du temps»

LONDRES: Le journaliste iranien, Pouria Zeraati, qui a été poignardé, a déclaré, mardi, qu’il se sentait «beaucoup mieux», mais qu’il était encore loin d’être complètement rétabli.

Le présentateur d’Iran International a évoqué, au micro de l’émission Today de BBC Radio 4, l’attaque et ses répercussions sur sa vie.

«Je me sens beaucoup mieux physiquement, mais comme vous le savez, la récupération mentale prend du temps», déclare M. Zeraati, ajoutant que «la vie continue».

Le journaliste a été agressé à la fin du mois dernier devant son domicile, dans le sud de Londres. Il a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe.

Se remémorant l’agression, Pouria Zeraati indique à BBC Radio 4 qu’il se dirigeait vers sa voiture pour se rendre au studio lorsqu’un homme à l’air «suspect» s’est approché de lui et lui a demandé de la monnaie.

«Il a fait semblant de demander de la monnaie. Je me suis excusé en lui disant que je n’en avais pas. Je m’apprêtais à ouvrir la porte, lorsque le deuxième homme s’est approché», précise-t-il.

«Ils m’ont attrapé par devant et ils ont serré très fort. Je ne pouvais plus bouger les mains», avant qu’un des agresseurs ne le poignarde à la jambe.

Les deux hommes se sont immédiatement enfuis dans une voiture qui les attendait pour les conduire à l’aéroport Heathrow.

«Je me suis rendu compte que mes affaires n’avaient pas été volées; ni mes téléphones portables, ni ma montre, ni mes AirPods et ni mon portefeuille contenant de l’argent liquide. C’est à ce moment que j’ai compris que cet incident était en lien avec mon travail. Ce n’était pas un vol», déclare-t-il à Today.

Il est transporté à l’hôpital peu de temps après, puis autorisé à quitter l’hôpital. Il réside actuellement dans un endroit sûr sous surveillance policière.

La police métropolitaine a déclaré que les suspects avaient quitté le Royaume-Uni, mais qu’elle enquêtait toujours sur les raisons de l’attaque.

Le personnel d’Iran International a déjà été la cible de menaces liées au régime iranien et la chaîne dissidente a été répertoriée comme organisation terroriste en Iran pour sa couverture du soulèvement iranien de 2022.

Le chargé d’affaires iranien au Royaume-Uni, qui est à la tête de sa mission diplomatique, a nié tout lien entre le régime iranien et l’attaque menée contre M. Zeraati.

Le journaliste a repris le travail au début du mois, un moyen de «retourner le message».

«Je suis toujours là, la vie continue et le public regarde toujours l’émission», conclut Pouria Zeraati.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite souligne ses efforts en matière d’environnement et de durabilité à la conférence "Our Ocean"

Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes. (SPA)
Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes. (SPA)
Short Url
  • La délégation saoudienne à l’événement de deux jours est dirigée par le PDG du Centre national pour la faune, Mohammed Qurban
  • Au cours de 8 événements précédents depuis le lancement de la conférence en 2014, les participants ont annoncé 2160 engagements d’une valeur de 130 milliards de dollars

RIYAD : Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes.

Les délégués à l’événement de cette année, dont le thème est « Notre océan : un océan de potentiel », comprennent des représentants de gouvernements et d’entreprises, ainsi que des activistes et des experts sur les environnements marins, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

Ils discutent de sujets tels que les aires marines protégées, les économies bleues durables, la sécurité maritime, la relation entre les océans et le changement climatique, la pêche durable et les moyens de lutter contre la pollution marine. D’autres questions seront abordées lors de la conférence, notamment le tourisme durable dans les zones côtières et sur les îles, les moyens de réduire la pollution par le plastique et les microplastiques dans les environnements marins, le transport maritime vert et la transition verte en Méditerranée.

La délégation saoudienne à l’événement de deux jours est dirigée par le PDG du Centre national pour la faune, Mohammed Qurban. Les initiatives du Royaume mises en évidence lors de la conférence tournent autour des moyens de protéger les océans et les autres ressources en eau, et de l’utilisation durable des ressources marines.

« Notre participation aux travaux de cette conférence mondiale reflète la volonté du Royaume de soutenir les efforts et les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable, à protéger les mers, les océans et les ressources en eau, et l’utilisation durable des ressources marines d’une manière qui reflète les tendances du Royaume et (sa) Vision 2030 (plan de développement) pour soutenir les efforts de protection de l’environnement », a déclaré Qurban.

Il a souligné plusieurs projets nationaux clés en cours, dont l’Initiative verte saoudienne, qui vise à étendre les aires protégées du Royaume à 30 pour cent de son territoire terrestre et maritime total, et à planter 100 millions de palétuviers d’ici 2030.

« Le Royaume reste déterminé dans sa mission de sauvegarde de la nature et de ses précieux trésors écologiques, avec un accent particulier sur la région de la mer Rouge », a déclaré Qurban. « Nous sommes prêts à déployer toutes les ressources et tous les efforts nécessaires vers des efforts de conservation durables. »

La participation à des forums tels que la Conférence Our Ocean encourage le partage inestimable des connaissances, une pollinisation croisée des idées et des collaborations dans la création de moyens innovants pour relever les défis environnementaux et promouvoir des pratiques durables, a-t-il ajouté.

Au cours des huit événements précédents depuis le lancement de la conférence en 2014 par les États-Unis pour combler une lacune dans la gouvernance mondiale des océans à l’époque, les participants ont annoncé 2160 engagements d’une valeur de 130 milliards de dollars, ont déclaré les organisateurs.

Parmi les autres points à l’ordre du jour cette année, mentionnons les façons dont les océans répondront aux besoins des générations futures, les façons d’encourager les gouvernements, les entreprises et d’autres organisations à adopter des engagements à long terme qui ont des effets positifs sur les océans, et les efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies relatifs aux océans, aux mers et aux ressources marines.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les crimes commis par des Syriens au Liban relancent le débat sur les rapatriements

Des réfugiés syriens rentrent dans leur pays d’origine depuis la ville frontalière libanaise d’Arsal, le 26 octobre 2022. (Photo AP)
Des réfugiés syriens rentrent dans leur pays d’origine depuis la ville frontalière libanaise d’Arsal, le 26 octobre 2022. (Photo AP)
Short Url
  • La Sûreté générale libanaise a organisé des voyages de rapatriement volontaire pour les réfugiés syriens, mais seuls quelques milliers d’entre eux sont repartis
  • En effet, c’est au régime syrien de valider le rapatriement selon les listes de noms fournies par la Sûreté générale libanaise aux autorités syriennes compétentes

BEYROUTH: Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a réitéré, mardi, «le droit des réfugiés syriens au Liban de retourner librement dans leur pays d’origine quand ils le souhaitent».

Cette décision intervient alors que la campagne contre la présence continue des réfugiés au Liban s’intensifie sur fond de crimes commis par les Syriens ces dernières semaines.

Le dernier incident en date est l’assassinat d’un cadre du parti des Forces libanaises, Pascal Sleiman, la semaine dernière. Sa voiture a été volée et son corps a été transporté à la frontière libano-syrienne.

Quelques jours plus tôt, un couple avait été victime d’un autre crime commis dans le quartier d’Achrafieh à Beyrouth par leur employée de maison syrienne et d’autres Syriens dans le cadre d’un vol. Le mari est décédé à la suite de l’incident et sa femme a été grièvement blessée.

Mardi matin, le Libanais Yasser al-Kokash a été tué dans la ville d’Al-Azzounieh, à Aley, aux mains de citoyens syriens. Après l’avoir ligoté, ils ont volé le contenu de son appartement.

Les réfugiés syriens ont commencé à s’installer au Liban en 2011. Leur nombre enregistré auprès du HCR est officiellement tombé à moins d’un million de personnes après le retour de plusieurs d’entre eux dans leur pays. Cependant, après que le HCR a cessé d’enregistrer les réfugiés syriens en 2015, le taux de passages illégaux de la Syrie vers le Liban a augmenté.

Le Liban estime que le nombre de réfugiés syriens sur son territoire dépasse deux millions de personnes.

Le ministre sortant de l’Intérieur, Bassam Maoulaoui, estime que le pourcentage de détenus et de condamnés syriens dans les prisons libanaises représente environ 35% de l’ensemble de la population carcérale.

La Sûreté générale libanaise a organisé des voyages de rapatriement volontaire pour les réfugiés syriens, mais seuls quelques milliers d’entre eux sont repartis. En effet, c’est au régime syrien de valider le rapatriement selon les listes de noms fournies par la Sûreté générale libanaise aux autorités syriennes compétentes.

Dans un communiqué, la porte-parole du HCR, Dalal Harb, déclare: «Nous soutenons et respectons le droit humanitaire des réfugiés à retourner librement et volontairement dans leur pays d’origine, lorsqu’ils le souhaitent, conformément aux principes internationaux et à la politique de non-refoulement.»

Elle souligne que «la plupart des réfugiés syriens expriment leur désir de retourner en Syrie, mais leur décision repose sur plusieurs facteurs, notamment la sécurité, le logement, l’accès aux services de base et la garantie de moyens de subsistance».

Elle ajoute que le HCR «continuera à coopérer avec la Direction générale de la Sûreté générale, qui facilite le rapatriement des réfugiés souhaitant retourner en Syrie en enregistrant leurs noms».

À la veille de la Conférence de Bruxelles sur les réfugiés le 30 avril, le Liban a exhorté les donateurs à obtenir une aide pour couvrir le coût de la présence syrienne dans le pays.

Le ministre de l’Information, Ziad Makary, a déclaré mardi: «L’infiltration illégale de réfugiés syriens par la mer depuis le Liban jusqu’à Chypre a provoqué une crise diplomatique.»

«Les crimes qui ont eu lieu nous ont incités à nous concentrer davantage sur cette menace existentielle pour le Liban. La solution est qu’ils retournent en Syrie ou s’installent dans un pays tiers.»

Un plan proposé par les ministres du Travail et des Affaires sociales, la Ligue maronite et la Direction générale de la Sûreté générale a également été abordé. Il vise à rapatrier les Syriens et appelle à la création d’une Autorité nationale d’urgence dirigée par le Premier ministre.

Elle sera chargée de communiquer avec les responsables du HCR afin d’aider l’État à classer les Syriens en trois catégories. La première comprend les Syriens enregistrés auprès du HCR comme réfugiés et qui peuvent retourner dans des zones sûres de leur pays. La deuxième catégorie comprend les Syriens enregistrés en tant que réfugiés et travaillant au Liban, tandis que la troisième comprend ceux qui sont enregistrés en tant que réfugiés et souhaitent se rendre dans un pays tiers.

Quant aux Syriens résidant illégalement au Liban, un «comité ministériel présidé par le ministre de l’Intérieur sera chargé de dresser des listes nominatives indiquant si ces Syriens ont une résidence valide ou expirée et s’ils disposent de papiers».

Le plan stipule également que «les frontières terrestres seront contrôlées. Il semblerait que les infiltrations se produisent pour des raisons économiques plutôt que de sécurité».

Une délégation dirigée par la députée des Forces libanaises, Sethrida Geagea, a rencontré, mardi, le ministre de l’Intérieur, Bassam al-Maoulaoui. Geagea a appelé à «la mise en œuvre des circulaires du ministère de l’Intérieur relatives à la gestion de la présence syrienne illégale».

Geagea estime à 830 000 environ le nombre de réfugiés syriens «dans les villes chrétiennes du nord, au Mont-Liban et à Jezzine».

Elle indique que «la mise en œuvre de ces circulaires permettra de réduire très prochainement le nombre de réfugiés», ajoutant: «Selon les Nations unies, le Liban n’est pas un pays d’asile, mais de transit. Nous tolérons cela depuis 2011, mais il nous est désormais impossible de continuer de le faire.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com