Aziz Dridi, auteur de «L’homme qui voyait demain», à La Presse: «La magie de la lecture m’a séduit»

Nous aurions pu titrer «Vingt ans et beaucoup de choses à dire» et, à raison d’ailleurs, puisque le roman que nous venons de lire est écrit par Aziz Dridi (Photo, La Presse).
Nous aurions pu titrer «Vingt ans et beaucoup de choses à dire» et, à raison d’ailleurs, puisque le roman que nous venons de lire est écrit par Aziz Dridi (Photo, La Presse).
Short Url
Publié le Mardi 27 février 2024

Aziz Dridi, auteur de «L’homme qui voyait demain», à La Presse: «La magie de la lecture m’a séduit»

  • «L’homme qui voyait demain» est un premier roman où on notera un sens de la narration, un point de vue déterminé et une tendance au suspense
  • Voici un jeune homme que la culture des écrans abrutissants n’a pas eu raison de lui ! Il a déjà ce mérite, écrire un livre est une cerise sur le gâteau ! Entretien

Comment un jeune homme de 20 ans qui vit dans un monde dominé par les réseaux sociaux et par les Geeks peut avoir l’idée d’écrire un roman d’autant plus que ses études sont loin d’être littéraires ?

En effet, c’est un monde dominé par les réseaux sociaux et les écrans mais personnellement je viens du monde de la lecture et le mérite revient principalement à mes parents. Mon père est un liseur infatigable et ma mère écrit des articles scientifiques dans le domaine des sciences juridiques. Il y a donc une bibliothèque très fournie à la maison et pas seulement pour faire joli ! Et cela fait de moi un lecteur dès mon jeune âge.

Cela dit, j’ai toujours rêvé d’écrire un roman mais je n’ai pas voulu trop fantasmer sur la question et j’ai foncé la tête baissée en quelque sorte. J’ai voulu mettre le train sur les rails tout en améliorant la qualité du parcours ensuite.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L’artiste allemand Hendrik Beikirch dévoile «Memories of Before» à Marrakech

Huit ans après le projet acclamé «Tracing Morocco – The Walls», Hendrik Beikirch revient avec des œuvres qui capturent l’essence même du Maroc. Photo Le Matin.
Huit ans après le projet acclamé «Tracing Morocco – The Walls», Hendrik Beikirch revient avec des œuvres qui capturent l’essence même du Maroc. Photo Le Matin.
Short Url
  • Du 25 avril au 20 juillet 2024, la Galerie des Résidents de la Fondation Montresso à Marrakech accueillera une exposition unique mettant en lumière le travail du peintre allemand Hendrik Beikirch
  • Intitulée «Memories of Before», cette exposition promet d’être une expérience immersive dans l’univers artistique de Beikirch,

Dans cette exposition captivante, l’artiste explore la relation profonde entre l’Homme et la nature, offrant un regard unique sur le Maroc à travers ses œuvres empreintes d’humilité et de découvertes.

Du 25 avril au 20 juillet 2024, la Galerie des Résidents de la Fondation Montresso à Marrakech accueillera une exposition unique mettant en lumière le travail du peintre allemand Hendrik Beikirch. Intitulée «Memories of Before», cette exposition promet d’être une expérience immersive dans l’univers artistique de Beikirch, offrant un regard profondément personnel sur ses rencontres et son exploration continue du Maroc.

Huit ans après le projet acclamé «Tracing Morocco – The Walls», Hendrik Beikirch revient avec des œuvres qui capturent l’essence même du Maroc. «L’artiste poursuit son hommage profond au Maroc dessinant ses rencontres, révélant sa quête d’un idéal d’humilité et de découvertes. À cette occasion, l’emblématique portrait de Marrakech sera également rénové», précise la Fondation Montresso. «Memories of Before» est bien plus qu’une simple exposition ; c’est un hommage poignant à la relation entre l’Homme et la nature, à la fois fascinante et complexe.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Film documentaire La balle de la dignité de Rachid Diguer : Pour l’histoire et la mémoire

Ce document, dont la préparation a nécessité un énorme travail de recherches dans les archives et des recueils de témoignages d’anciens joueurs, dirigeants et entraîneurs, demeure encore d’actualité. (Photo El-Watan)
Ce document, dont la préparation a nécessité un énorme travail de recherches dans les archives et des recueils de témoignages d’anciens joueurs, dirigeants et entraîneurs, demeure encore d’actualité. (Photo El-Watan)
Short Url
  • Malgré ses nombreuses diffusions par la télévision algérienne depuis sa sortie en 2008, on ne se lasse jamais de regarder le film documentaire La balle de la dignité
  • Ce document, dont la préparation a nécessité un énorme travail de recherches dans les archives et des recueils de témoignages d’anciens joueurs, dirigeants et entraîneurs, demeure encore d’actualité

Malgré ses nombreuses diffusions par la télévision algérienne depuis sa sortie en 2008, on ne se lasse jamais de regarder le film documentaire La balle de la dignité, produit et réalisé par Rachid Diguer, tant les émotions fortes qu’il suscite à chaque fois auprès des spectateurs ne s’estompent jamais. 

Ce document, dont la préparation a nécessité un énorme travail de recherches dans les archives et des recueils de témoignages d’anciens joueurs, dirigeants et entraîneurs, demeure encore d’actualité. Ce travail est perçu à sa juste valeur comme un précieux document de mémoire qu’il faut absolument montrer aux jeunes générations à une époque où les exploits footballistiques dans l’histoire du sport en Algérie sont encore méconnus. 

Malheureusement, les présents à une séance de projection-débat, tenue récemment à l’Institut français de Constantine, à l’occasion du programme spécial «Mois du sport», étaient en majorité des nostalgiques d’une belle époque parmi les personnes âgées, ou du moins ceux ayant dépassé la cinquantaine. Pourtant, le but du film était de raconter aux jeunes la fabuleuse histoire du football en Algérie de 1962 à 1990, sans omettre de faire un nécessaire rappel historique sur les débuts de la pratique de ce sport durant la période coloniale. «Ce film veut faire revivre ces moments de fierté et de communion dans l’effort et la victoire ancrés dans notre mémoire collective», avait déclaré Rachid Diguer lors de la première projection de son film en 2008 à Sétif, ajoutant qu’il considère ce travail comme un projet majeur dans sa carrière, riche en œuvres produites pour le cinéma et la télévision. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Abdellah «Walou» qui voulait devenir «Koulchi»

Short Url
  • Le suicide peut-il inspirer un texte comique ?
  • Nicolaï Erdman, maître incontesté de la satire soviétique des années 1920, l’a fait avec brio

Le suicide peut-il inspirer un texte comique ? Nicolaï Erdman, maître incontesté de la satire soviétique des années 1920, l’a fait avec brio et Ghassan El Hakem, trublion du théâtre marocain, réadapte l’œuvre de manière originale. «Le suicidé», drame satirique d’une heure et demie, porte aujourd’hui le titre «Mtiyer Mokhou» et sera joué dans la petite scène du théâtre La Parallèle, pour une expérience intimiste, aiguisée et lucide.

Dans le monde du théâtre, peu de pièces peuvent se targuer de traverser l’histoire sans prendre une ride ! «Le Suicidé» de Nicolaï Erdman, écrite à l’époque stalinienne dans les années 1920, en fait partie. Et pour cause : elle mêle l’audace à la profondeur pour dresser un tableau tragi-comique criant d’actualité. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.