L'UE veut muscler sa défense deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine

Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 05 mars 2024

L'UE veut muscler sa défense deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine

  • «La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible», a plaidé la semaine dernière Ursula von der Leyen
  • La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton

BRUXELLES: Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent. Bruxelles propose mardi de financer une partie des achats d'armes décidés en commun par les 27, comme cela a déjà été fait pour les munitions.

"La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible", a plaidé la semaine dernière à Strasbourg la présidente de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, appelant les Européens à se "réveiller de toute urgence".

Il est donc essentiel, a-t-elle insisté, de "reconstruire (...) et de moderniser les forces armées des 27", après des décennies de coupes budgétaires dans le sillage de la fin de l'Union soviétique au début des années 1990.

La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton, s'inspire de certains des mécanismes mis en place dans l'urgence, dont le programme Asap d'achats de munitions.

Ce programme va permettre, selon Thierry Breton, de porter à deux millions d'obus la capacité annuelle de production européenne en 2025, contre moins du quart de ce nombre avant l'invasion russe de l'Ukraine déclenchée le 24 février 2022.

"Nous le faisons dans les munitions d'artillerie, nous devons désormais le faire sur l'ensemble des équipements nécessaires à notre sécurité", a plaidé l'ancien ministre français.

La Commission européenne propose donc de favoriser les acquisitions en commun d'armes, produites dans l'Union européenne. Car depuis l'invasion de février 2022, près de 70% des armements achetés par les Européens pour aider Kiev proviennent des Etats-Unis, a souligné un responsable européen sous couvert d'anonymat.

Rattraper le retard

Le but est de rattraper le retard et de rendre l'industrie européenne aussi compétitive que sa rivale américaine. Bruxelles va donc proposer aux 27 un "mécanisme européen" de ventes d'armes proche du modèle américain.

Elle suggère ainsi la création d'un "catalogue unique" après avoir constaté que les Etats membres ne savent pas vraiment qui fait quoi dans l'Europe de la défense, fait valoir ce responsable européen.

Autre problème, les Etats-Unis disposent d'une réserve stratégique d'armements leur permettant de répondre à une demande urgente. En clair, ils fabriquent un peu plus que ce que le contrat d'armement prévoit afin de constituer ce stock mobilisable très rapidement si nécessaire et sans appel d'offres.

L'idée est qu'à terme les Européens fassent la même chose en se regroupant à cinq ou six pour constituer une réserve dans un équipement spécifique, afin de rendre les industriels européens aussi réactifs que leurs rivaux américains.

Ensuite, il faut donner de la visibilité aux industriels européens en favorisant des commandes fermes sur le long terme, a encore expliqué ce responsable européen.

L'idée serait de reproduire ce qui a été fait pendant la Covid avec les vaccins, c'est-à-dire un contrat-cadre, par lequel la Commission avance l'argent, permettant aux Etats membres de relancer leur industrie afin de répondre à ce contrat, selon ce même responsable.

A plus long terme, la Commission veut aussi participer au lancement de grands projets européens de défense dans des domaines comme le cyber, l'espace et la protection des fonds marins après les sabotages de gazoducs en mer Baltique en septembre 2022.

Cet ensemble de "décisions audacieuses", selon Mme von der Leyen, va rendre nécessaire une "ambition budgétaire adéquate", a prévenu Thierry Breton, qui la chiffre à environ 100 milliards d'euros.

Certains Etats membres, dont la France, suggèrent de lancer un emprunt européen au même titre que celui mis en œuvre face à la menace de la Covid. Mais pour d'autres Etats, comme l'Allemagne, c'est loin d'être indispensable.

Pour contourner cet écueil, Mme von der Leyen suggère d'utiliser les bénéfices exceptionnels tirés des avoirs russes gelés en Europe, soit une somme pouvant atteindre 50 milliards d'euros, selon l'envoyé spécial de la Grèce pour l'Ukraine, Spiros Lampridis.


Le Népalais Kami Rita Sherpa au sommet de l'Everest pour la 30e fois, un record mondial

L'alpiniste népalaise Kami Rita Sherpa (Photo, AFP).
L'alpiniste népalaise Kami Rita Sherpa (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis, il a atteint le sommet de l'Everest presque chaque année, guidant des clients
  • En 2023, il est monté deux fois au sommet de l'Everest, battant à chaque fois un nouveau record après avoir été rattrapé par un autre guide, Pasang Dawa Sherpa

KATMANDOU: L'alpiniste népalais Kami Rita Sherpa a atteint le sommet de l'Everest pour la 30e fois mercredi, battant son propre record d'ascensions de la plus haute montagne au monde, a annoncé l'organisateur de son expédition.

"Kami Rita a atteint le sommet ce matin (mercredi). Il a établi un nouveau record de 30 ascensions de l'Everest", a déclaré à l'AFP Mingma Sherpa de Seven Summit Treks.

Guide de montagne depuis plus de 20 ans, Kami Rita Sherpa s'est hissé pour la première fois sur le "Toit du monde", culminant à 8.849 mètres d'altitude, en 1994. C'était pour une expédition commerciale.

Depuis, il a atteint le sommet de l'Everest presque chaque année, guidant des clients.

"Je suis heureux de ce record, mais les records finissent par être battus", avait déclaré à l'AFP Kami Rita Sherpa le 12 mai, après avoir atteint la cime de l'Everest pour la 29e fois.

En 2023, il est monté deux fois au sommet de l'Everest, battant à chaque fois un nouveau record après avoir été rattrapé par un autre guide, Pasang Dawa Sherpa.

"Certaines personnes sont à la poursuite de records, mais je ne fais pas cela pour des records", avait dit Kami Rita Sherpa l'an dernier à l'AFP. Grimper au sommet est son gagne-pain.

Surnommé "Monsieur Everest", il est né en 1970 à Thame, un village de l'Himalaya, vivier d'alpinistes chevronnés.

Il a grandi dans la vallée himalayenne à regarder son père, puis son frère, partir en expédition en tant que guides de montagne, avant de marcher à son tour sur leurs traces.

En 2019, il était monté au sommet de l'Everest à deux reprises en l'espace de six jours.

Le Népalais compte d'autres sommets de plus de 8.000 mètres à son palmarès, dont le K2 au Pakistan, deuxième plus haute montagne au monde.

Cinquième décès de la saison 

Il a accompli son exploit mercredi au moment où l'agence Makalu Adventure a annoncé la mort d'un alpiniste roumain, Gabriel Viorel Tabara, sur Lhotse, quatrième plus haute montagne du monde.

"Il a été retrouvé mort dans sa tente, au camp 3 lundi matin, par son guide", a déclaré Mohan Lamsal de Makalu Adventure.

"Nous nous efforçons de redescendre le corps de l'alpiniste", a-t-il précisé.

Ce décès est le cinquième de cette saison.

L'Everest et le Lhotse partagent la même route jusqu'à ce qu'elle se scinde à 7.200 mètres d'altitude.

Mercredi dans un communiqué, le département du Tourisme du Népal a en outre annoncé que l'alpiniste britannique Daniel Paul Paterson, 40 ans, et son guide Pas Tenji Sherpa, 21 ans, sont portés disparus dans l'Everest depuis mardi matin.

"L'alpiniste et son guide ont glissé et disparu près du sommet Sud", à environ 8.750 mètres d'altitude en resdescendant, selon Narayan Prasad Khanal, un responsable du département du Tourisme, cité dans le communiqué.

Six guides de montagne expérimentés sont à leur recherche, a précisé M. Khanal.

La semaine dernière, deux alpinistes mongols, disparus après avoir atteint la cime de l'Everest, ont été retrouvés morts.

Auparavant, un Français et un Népalais étaient décédés sur le Makalu, le cinquième plus haut sommet du monde.

Environ 500 alpinistes étrangers et népalais ont déjà atteint le sommet de l'Everest depuis avril, quand commence la saison d'ascension qui dure jusqu'au début juin.

Au printemps, quand les températures sont clémentes et les vents généralement plus faibles, des centaines d'alpinistes affluent au Népal, abritant huit des 14 plus hauts sommets du monde.

Des sherpas ultra expérimentés sont les premiers, chaque année, à atteindre le sommet de l'Everest, en ouvrant un circuit sûr.

L'industrie de l'alpinisme népalaise, pesant aujourd'hui plusieurs millions de dollars, repose sur l'expérience des sherpas, ces montagnards népalais servant de guides. Ils paient un lourd tribut pour accompagner les grimpeurs étrangers chaque année. Un tiers des morts dans l'Everest sont des guides népalais.

Le Népal a délivré cette année plus de 900 permis d'ascension de ses montagnes - dont 419 pour l'Everest - à des alpinistes étrangers qui, pour la plupart, grimpent accompagnés d'un guide népalais.

En 2023, plus de 600 alpinistes ont atteint le sommet de l'Everest, année qui fut marquée par le funeste record de 18 morts.


En Russie, une purge de généraux face à une guerre qui s'éternise

Un drapeau national tricolore russe trône sur le siège du ministère russe de la Défense, sur les rives de la rivière Moskova, à Moscou, le 14 mai 2024. (AFP)
Un drapeau national tricolore russe trône sur le siège du ministère russe de la Défense, sur les rives de la rivière Moskova, à Moscou, le 14 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Selon un expert, le pouvoir sait «depuis longtemps» que le budget de la défense est utilisé de manière inefficace, mais en temps de guerre, cette réalité «est devenue trop évidente pour fermer les yeux»
  • La Russie a réorienté son économie vers l'industrie de guerre, avec une hausse spectaculaire de 70% du budget fédéral alloué à la défense prévu en 2024

VARSOVIE: Grand nettoyage dans les hauts échelons de l'armée russe: ces dernières semaines, au moins quatre généraux ou responsables ont été arrêtés pour corruption, ce qui illustre la montée en puissance des technocrates au sein de la machine de guerre du Kremlin.

Après plus de deux ans d'une invasion de l'Ukraine coûteuse et dévastatrice, ce qui ressemble à une purge coïncide avec le remplacement du ministre de la Défense de longue date de Vladimir Poutine, Sergueï Choïgou, auquel a succédé le 12 mai un économiste sans expérience militaire, Andreï Belooussov.

Le message est clair: alors que la guerre et la confrontation avec les Occidentaux promettent d'être longues, la corruption généralisée dans le secteur de la défense russe doit laisser place à l'"optimisation" des dépenses et à l'innovation technologique.

Dernier en date à faire les frais de ce revirement, le général Vadim Chamarine, chef adjoint de l'état-major russe, a été placé en détention provisoire par un tribunal militaire, accusé d'avoir "accepté un pot-de-vin particulièrement important", ont rapporté jeudi les médias russes.

Ce haut gradé en charge des communications, un domaine où les forces russes avaient rencontré de gros problèmes au début de l'invasion selon des analystes, encourt jusqu'à 15 ans de prison.

Depuis fin avril, deux autres hauts responsables de l'armée russe, Timour Ivanov, vice-ministre de la Défense, et Iouri Kouznetsov, chargé des ressources humaines, ont également été arrêtés. Au moins un autre vice-ministre, Iouri Sadovenko, a été limogé, remplacé par un auditeur à la Cour des comptes, Oleg Saveliev.

Mardi, c'est le général Ivan Popov, ancien commandant de la 58e armée combattant en Ukraine, qui était arrêté pour "fraude". Il avait été limogé l'été dernier après avoir, selon lui, alerté sur les difficultés sur le front en Ukraine.

Le Kremlin s'est cependant défendu jeudi de toute volonté de "purger" l'armée. "La lutte contre la corruption est un travail continu (...) Il ne s'agit en aucun cas d'une campagne organisée", a affirmé le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

«Changer l'arrière»

Pour l'expert militaire russe Alexandre Khramtchikhine, le pouvoir sait "depuis longtemps" que le budget de la défense est utilisé de manière inefficace, mais en temps de guerre, cette réalité "est devenue trop évidente pour fermer les yeux".

D'autant que la Russie, visée par de multiples sanctions occidentales, a réorienté son économie vers l'industrie de guerre, avec une hausse spectaculaire de 70% du budget fédéral alloué à la défense prévu en 2024.

Pour ne pas faire de vagues, le Kremlin a donc attendu le remaniement ministériel consécutif à la réélection de Vladimir Poutine pour lancer sa chasse aux sorcières.

"En temps de guerre, l'argent doit être dépensé correctement. D'où la nomination de Beloousov: il doit s'assurer que tout est fait correctement et que l'argent n'est pas gaspillé (...) L'avenir dira s'il y parviendra", explique l'analyste.

Le problème est d'autant plus embarrassant que la corruption au sommet de l'armée était l'une des critiques les plus virulentes du patron du groupe paramilitaire Wagner, Evguéni Prigojine, à l'origine d'une rébellion avortée en juin 2023 et décédé deux mois plus tard dans un crash d'avion aux circonstances restées opaques.

Pour autant, les deux ennemis jurés de M. Prigojine n'ont pas été "purgés": l'ex-ministre Sergueï Choïgou est désormais secrétaire du Conseil de sécurité russe, et le chef d'état-major Valéri Guérassimov est toujours en place.

Le sort d'un autre général, Sergueï Sourovikine, très respecté par les troupes mais tombé en disgrâce après la révolte de Wagner, reste incertain. Il a été vu pour la dernière fois en public en septembre 2023 lors d'une visite en Algérie.

"La situation (dans l'armée) est grave et la corruption évidente", tranche un analyste militaire russe réputé, qui a demandé à rester anonyme.

Selon lui, Vladimir Poutine a conscience que la guerre d'usure contre l'Ukraine, aidée par les Occidentaux, ne peut pas durer éternellement et est forcé de "prendre des mesures radicales", en "changeant les hommes de l'arrière" où "se situent les problèmes".

Le but: "obtenir des résultats" sur le front avant que l'armée ukrainienne ne retrouve des forces avec l'arrivée de nouveaux armements occidentaux et la mobilisation de nouveaux soldats.

"L'essentiel pour le Kremlin est de gagner la guerre, pas de vaincre la corruption", résume-t-il.


La Chine a lancé des manœuvres militaires comme « punition sévère  » envers Taïwan

Les manœuvres ont débuté jeudi à 07H45 (23H45 GMT mercredi) et doivent durer jusqu'à vendredi, a indiqué dans un communiqué Li Xi, le porte-parole du théâtre Est de l'armée chinoise.
Les manœuvres ont débuté jeudi à 07H45 (23H45 GMT mercredi) et doivent durer jusqu'à vendredi, a indiqué dans un communiqué Li Xi, le porte-parole du théâtre Est de l'armée chinoise.
Short Url
  • Le ministère taïwanais de la Défense a "condamné fermement" ces exercices et annoncé avoir "déployé des forces maritimes, aériennes et terrestres (...) pour défendre la liberté, la démocratie et la souveraineté" du territoire
  • Ces exercices surviennent trois jours après le discours d'investiture de Lai Ching-te

PEKIN: La Chine a encerclé jeudi Taïwan avec des navires et des avions militaires, dans le cadre de manœuvres présentées par Pékin comme une "punition" contre son nouveau président Lai Ching-te et les forces "indépendantistes" de l'île.

Le ministère taïwanais de la Défense a "condamné fermement" ces exercices et annoncé avoir "déployé des forces maritimes, aériennes et terrestres (...) pour défendre la liberté, la démocratie et la souveraineté" du territoire.

La porte-parole de la présidence taïwanaise a elle déploré "le comportement militaire provocateur" de Pékin.

Ces exercices surviennent trois jours après le discours d'investiture de Lai Ching-te. La Chine avait jugé ces propos comme un "aveu de l'indépendance de Taïwan" et avait menacé les autorités taïwanaises de "représailles".

La Chine estime que Taïwan est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949 et l'arrivée au pouvoir des communistes.

Les manœuvres ont débuté jeudi à 07H45 (23H45 GMT mercredi) et doivent durer jusqu'à vendredi, a indiqué dans un communiqué Li Xi, le porte-parole du théâtre Est de l'armée chinoise.

Elles se déroulent "dans le détroit de Taïwan, au nord, au sud et à l'est de l'île de Taïwan, ainsi que dans les zones situées autour des îles de Kinmen, Matsu, Wuqiu et Dongyin".

Ces dernières îles sont situées à proximité immédiate de la côte est chinoise.

Les gardes-côtes chinois ont annoncé dans la foulée avoir lancé un "exercice de maintien de l'ordre" près des îles taïwanaises de Wuqiu et Dongyin.

De son côté, Taïwan a fait décoller quatre avions de chasse de la base de Hsinchu, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Taipei, aux environs de 13H locales.

Des images diffusées par les garde-côtes taïwanais montrent des officiers ordonnant par haut-parleur aux navires chinois de quitter les lieux.

"Vos mouvements affectent l'ordre et la sécurité de notre pays, veuillez faire demi-tour et quitter nos eaux restreintes dès que possible", clame l'un des officiers dans une vidéo publiée par les garde-côtes sur les réseaux sociaux.

Les gardes-côtes taïwanais ont également déployé leur flotte en mer.

« Blocus »

Ces manœuvres constituent une "punition sévère pour les actes séparatistes des forces +indépendantistes de Taïwan+ et un avertissement sévère contre l'ingérence et la provocation des forces extérieures", a indiqué Li Xi.

La Chine continentale, dirigée par le Parti communiste, dit privilégier une réunification "pacifique" avec le territoire insulaire de 23 millions d'habitants gouverné démocratiquement. Mais elle n'a jamais renoncé à employer la force militaire.

Baptisées "Joint Sword-2024A", ces nouvelles manœuvres impliquent l'armée de terre, la marine, l'armée de l'air et l'unité des fusées.

L'objectif est de "tester les capacités de combat réelles conjointes des forces du commandement", a indiqué le porte-parole.

A la télévision d'Etat chinoise CCTV, Zhang Chi, professeur à l'Université nationale de Défense à Pékin, a indiqué que les manœuvres visaient à "imposer un blocus économique sur l'île" en "étranglant" le port de Kaohsiung, stratégique pour Taïwan.

Un tel blocus permet de couper "les importations d'énergie vitales pour Taïwan" et "bloquer le soutien que certains alliés des Etats-Unis fournissent aux forces +indépendantistes de Taïwan+", selon lui.

S'exprimant à Canberra, le général américain Stephen Sklenka a jugé la situation "inquiétante".

CCTV a publié une carte montrant les neuf zones où se déroulent les exercices. La plus proche de l'île de Taïwan semble située à moins de 50 kilomètres des côtes.

Lors de sa prestation de serment lundi, Lai Ching-te, qualifié par le passé de "dangereux séparatiste" par Pékin, avait appelé la Chine à "cesser ses intimidations politiques et militaires".

Les séparatistes taïwanais "seront cloués au pilori de la honte pour l'histoire", avait réagi mardi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

« Fausse route »

Cette semaine, la Chine a également répliqué en sanctionnant plusieurs entreprises américaines pour dénoncer la vente d'armes par les Etats-Unis à Taïwan.

Depuis l'arrivée au pouvoir sur l'île de Tsai Ing-wen (2016-2024), dont le parti, le même que Lai Ching-te, considère ce territoire comme déjà indépendant, les autorités taïwanaises ont renforcé leurs liens avec les Etats-Unis.

"S'appuyer sur les pays étrangers, c'est faire fausse route", a indiqué jeudi l'armée chinoise dans un message montrant d'impressionnantes et menaçantes images d'avions de chasse, de navires et de missiles.

"La patrie doit être réunifiée et sera inévitablement réunifiée", a-t-elle affirmé.

Les précédents exercices militaires chinois d'ampleur autour de Taïwan avaient eu lieu en août 2023, une "sévère mise en garde" selon Pékin après une visite de M. Lai, alors vice-président, aux Etats-Unis.

Pékin avait aussi lancé des manœuvres d'une envergure historique en août 2022 après la visite sur l'île de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis.

"L'exercice actuel s'appelle Joint Sword-2024A, ce qui signifie probablement qu'il y en aura plusieurs cette année", le "A" laissant entendre qu'il s'agit du premier d'une série, indique l'analyste Bill Bishop dans sa lettre d'information Sinocism.

Un conflit dans le détroit de Taïwan, même si la plupart des experts excluent cette hypothèse à court terme, aurait un effet dévastateur pour l'économie: plus de 50% des conteneurs transportés dans le monde transitent par ce détroit et l'île produit 70% des semi-conducteurs de la planète.