Le prince héritier prie à la Mosquée du prophète et accueille des citoyens lors de sa visite à Médine

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu à Médine mercredi. (SPA)
Short Url
Publié le Jeudi 14 mars 2024

Le prince héritier prie à la Mosquée du prophète et accueille des citoyens lors de sa visite à Médine

  • Il a rencontré un certain nombre d’érudits et d’autres dignitaires, a indiqué l’Agence de presse saoudienne (SPA) jeudi en début de journée
  • Il a ensuite prié à la Mosquée du prophète et à la Mosquée de Quba

RIYAD: Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a accueilli des citoyens lors d’une visite à Médine.

Il a rencontré un certain nombre d’érudits et d’autres dignitaires, a indiqué l’Agence de presse saoudienne (SPA) jeudi en début de journée.

Il a ensuite prié à la Mosquée du prophète et à la Mosquée de Quba.

Le prince Mohammed est arrivé dans la ville du prophète mercredi et a été reçu par le gouverneur de la province à son arrivée.

SPA a rapporté jeudi matin que le prince héritier avait quitté Médine.

Mardi, il a organisé un événement similaire pour les citoyens de la capitale saoudienne, Riyad, à l’occasion du ramadan, qui a commencé lundi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et ses partenaires favorisent le développement écologique à l'approche de la COP29

Les volontaires de la COP29 ont participé à une initiative visant à promouvoir la réduction des déchets par le recyclage, qui s'est tenue cette semaine à Icherisheher (vieille ville) en Azerbaïdjan, une zone réputée pour son histoire ancienne et sa beauté naturelle. L'initiative a été orchestrée par la COP29 Azerbaïjan Operating Company en collaboration avec la réserve historique et architecturale d'État d'Icherisheher. (Crédit photo : COP29 Media Office)
Les volontaires de la COP29 ont participé à une initiative visant à promouvoir la réduction des déchets par le recyclage, qui s'est tenue cette semaine à Icherisheher (vieille ville) en Azerbaïdjan, une zone réputée pour son histoire ancienne et sa beauté naturelle. L'initiative a été orchestrée par la COP29 Azerbaïjan Operating Company en collaboration avec la réserve historique et architecturale d'État d'Icherisheher. (Crédit photo : COP29 Media Office)
Short Url
  • Les nations asiatiques partagent une vision commune de l'action climatique qui n'entrave pas la croissance et la prospérité
  • De l'initiative verte saoudienne à l'adoption de l'énergie solaire par l'Azerbaïdjan, l'Asie recherche l'harmonie entre l'homme et la nature

QINGDAO, Chine : En tant que l'une des plus grandes économies du monde et l'un des principaux contributeurs aux émissions de gaz à effet de serre, la Chine est considérée comme ayant une responsabilité particulière dans la lutte contre le changement climatique et la promotion du développement durable.

C'est pourquoi l’Organisation de Shanghai pour la coopération a invité les pays asiatiques à participer à un forum de deux jours sur le développement vert à Shandong au début du mois, afin de discuter de solutions pour un avenir plus vert.
Le président chinois Xi Jinping a exprimé son désir de renforcer la coopération avec les parties régionales afin d'atteindre des objectifs communs de développement social et économique, tout en favorisant une coexistence harmonieuse entre l'homme et la nature.

--
Des représentants de divers pays asiatiques ont participé au Forum sur le développement vert, qui s'est tenu pendant deux jours à Shandong, en Chine, au début du mois, afin de discuter des solutions à mettre en œuvre pour un avenir plus vert. (Fourni)

Shen Yueyue, vice-présidente du comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois et présidente de la commission de bon voisinage, d'amitié et de coopération de l'OCS, a réaffirmé la nécessité d'encourager ce lien entre le développement et l'environnement.

“Le développement est un développement pour tous, et un bon développement est un développement vert”, a déclaré Shen dans son discours d'ouverture du forum, dont le thème était “Main dans la main pour un développement vert” : “Unir nos forces dans le développement vert, promouvoir ensemble l'harmonie entre l'homme et la nature”.

Le développement vert est une priorité pour de nombreux pays, dont l'Arabie saoudite. En effet, l'un des objectifs du programme de réforme de la Vision 2030 du Royaume est de garantir des pratiques durables en matière de développement social et économique.

L'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient sont deux stratégies lancées par le Royaume pour promouvoir le développement vert et un avenir à faible émission de carbone.

Ensemble, ces initiatives visent à accroître la couverture végétale en Arabie saoudite et dans toute la région en plantant des milliards d'arbres afin d'atténuer les effets du changement climatique et de contribuer à ralentir la hausse des températures mondiales, conformément aux engagements du Royaume en faveur d'un bilan net zéro.

L'Iran est un autre état de la région qui fait du développement vert une priorité essentielle.

Lors de la conférence de l'Organisation de Shanghai pour la coopération (OCS) qui s'est tenue à Qingdao, ville portuaire de Shandong, Ali Salajegheh, vice-président et chef du Département de l'environnement de l'Iran, a évoqué l'engagement de son pays dans la lutte contre le changement climatique.

Le rôle du pays dans la Conférence internationale sur les tempêtes de sable et de poussière en 2023 en est un exemple.

--
Photo de famille des participants au forum sur le développement vert qui s'est tenu à Shandong, en Chine, au début du mois. (Fourni)

Toutefois, Salajegheh estime qu'il est essentiel de s'attaquer aux problèmes sociaux et politiques pour éviter une aggravation de la crise environnementale dans la région, notamment en ce qui concerne la nécessité de stabiliser l'économie et de réduire la pauvreté.

“Les pays en développement doivent s'assurer que leur développement social et économique est la principale priorité, car la lutte contre la pauvreté, le développement de la santé et la fourniture de logements et d'énergie sont encore considérés comme une priorité fondamentale pour une grande partie du monde en développement”, a-t-il déclaré, selon l'agence de presse nationale iranienne IRNA.

Ces efforts et d'autres encore seront à l'ordre du jour de la 29e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP29), qui se tiendra à Bakou en novembre prochain. Dans la perspective de cet événement majeur, le pays hôte, l'Azerbaïdjan, a travaillé d'arrache-pied pour atteindre ses objectifs en matière de développement vert.


Une attaque de drone à Tel-Aviv revendiquée par les Houthis du Yémen, frappes à Gaza

Les Houthis, qui contrôlent une partie du Yémen, ont annoncé avoir utilisé "un nouveau drone appelé 'Jaffa', capable de contourner les systèmes d'interception de l'ennemi et indétectable par les radars". (AFP).
Les Houthis, qui contrôlent une partie du Yémen, ont annoncé avoir utilisé "un nouveau drone appelé 'Jaffa', capable de contourner les systèmes d'interception de l'ennemi et indétectable par les radars". (AFP).
Short Url
  • Le drone a été détecté par l'armée mais "une erreur humaine" a fait que les "systèmes d'interception et de défense n'ont pas été activés", a déclaré un responsable militaire israélien
  • L'attaque a probablement été menée "depuis le Yémen" avec un drone "de fabrication iranienne", a estimé le porte-parole de l'armée, le contre-amiral Daniel Hagari

TEL-AVIV: Une attaque de drone revendiquée par les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, a fait un mort vendredi à Tel-Aviv, déjouant le système de défense israélien en pleine guerre dans la bande de Gaza, toujours sous le feu des bombardements.

Après des mois d'attaques contre des navires au large du Yémen, en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, les Houthis, alliés du mouvement islamiste palestinien Hamas, ont menacé de faire de Tel-Aviv une "cible principale" de futures attaques qui atteindront "en profondeur" le territoire israélien.

L'armée israélienne a affirmé qu'un "très grand drone", capable de "parcourir de très grandes distances", avait été utilisé dans cette attaque survenue à 03H12 (00H12 GMT), qui a également fait des blessés.

Le drone a été détecté par l'armée mais "une erreur humaine" a fait que les "systèmes d'interception et de défense n'ont pas été activés", a déclaré un responsable militaire israélien.

L'attaque a probablement été menée "depuis le Yémen" avec un drone "de fabrication iranienne", a estimé le porte-parole de l'armée, le contre-amiral Daniel Hagari.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a promis sur X de faire "payer de façon décisive et par surprise quiconque essaye de faire du mal à Israël".

Les Houthis, qui contrôlent une partie du Yémen, ont annoncé avoir utilisé "un nouveau drone appelé 'Jaffa', capable de contourner les systèmes d'interception de l'ennemi et indétectable par les radars".

Leur porte-parole militaire, Yahya Saree, a prévenu que désormais, Tel-Aviv était "une zone non sûre".

Les Houthis avaient dit dans le passé avoir mené plusieurs attaques visant la ville israélienne d'Eilat, sur la mer Rouge, mais la frappe de vendredi est leur attaque la plus lointaine à ce jour.

Projectiles tirés depuis le Liban

L'attaque a touché un immeuble proche d'une annexe de l'ambassade des Etats-Unis et soufflé des vitres. Un quinquagénaire touché par des éclats a été retrouvé mort dans son appartement.

"J'ai été réveillé parce que les vibrations ressemblaient à celles d'un Boeing 747", a raconté à l'AFP Kenanth Davis, un Israélien qui se trouvait dans un hôtel en face du bâtiment frappé. "Tout a explosé dans la chambre".

L'attaque a été condamnée par l'Union européenne ainsi que par l'ONU, le secrétaire général Antonio Guterres s'étant dit inquiet du "risque d'une nouvelle escalade dans la région".

Au Yémen, les Houthis sont engagés dans une longue guerre civile qui a provoqué l'une des plus graves crises humanitaires au monde. Ils se sont emparés en 2014 de la capitale, Sanaa, entraînant l'intervention l'année suivante d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite en soutien au gouvernement reconnu par la communauté internationale.

La guerre à Gaza a exacerbé les tensions régionales, notamment à la frontière israélo-libanaise où le Hezbollah, mouvement islamiste libanais allié au Hamas, échange régulièrement des tirs avec Israël.

Vendredi, l'armée israélienne a déclaré qu'environ "65 projectiles" ont "traversé le territoire israélien depuis le Liban", ne faisant toutefois aucun blessé.

Frappes dans le nord et le centre 

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent menée par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 42 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste, et lancé une offensive sur la bande de Gaza qui a fait jusqu'à présent 38.848 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Alors que les négociations en vue d'un cessez-le-feu piétinent depuis plusieurs mois, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a estimé vendredi que celles-ci s'approchaient de la "ligne d'arrivée", tout en disant qu'il restait "des questions à régler".

Pendant ce temps sur le terrain, des témoins ont signalé vendredi des affrontements entre combattants palestiniens et soldats israéliens.

Des explosions et des tirs d'artillerie ont été entendus dans le sud-ouest de la ville de Gaza (nord) et neuf personnes ont été tuées dans deux frappes israéliennes sur le camp de réfugiés de Nousseirat (centre), selon la Défense civile et l'hôpital al-Awda.

L'armée israélienne a déclaré avoir tué à Gaza-ville Adel Hamdiya, un officier du renseignement militaire du Hamas qui, selon elle, avait contribué à préparer l'attaque du 7 octobre.

La guerre a entraîné le déplacement de la quasi-totalité de ses 2,4 millions d'habitants et plongé le territoire assiégé dans un désastre humanitaire.

Dans un contexte de pression internationale croissante sur Israël en raison du coût humain de la guerre, la plus haute juridiction de l'ONU, la Cour internationale de justice, a estimé vendredi que son occupation des Territoires palestiniens depuis 1967 était "illégale" et qu'elle devait cesser "le plus rapidement possible".

Une décision "saluée" par le Hamas a été qualifiée d'"historique" par la présidence de l'Autorité palestinienne. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fustigé, lui, une "décision mensongère".


KSrelief poursuit ses projets d'aide au Liban et au Pakistan

KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)
KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)
Short Url
  • KSrelief a distribué 25 000 sacs de pain dans le gouvernorat du Akkar et le district de Miniyeh au Liban
  • Cette distribution s'inscrit dans le cadre du projet de boulangerie caritative Al-Amal du KSrelief visant à soutenir les familles de réfugiés syriens et palestiniens

RIYAD : L'organisation humanitaire saoudienne KSrelief a distribué 25 000 sacs de pain dans le gouvernorat du Akkar et le district de Miniyeh au Liban.

Cette distribution s'inscrit dans le cadre du projet de boulangerie caritative Al-Amal du KSrelief visant à soutenir les familles de réfugiés syriens et palestiniens, ainsi que la communauté d'accueil vivant dans le nord du Liban, au bénéfice de 125 000 personnes.

--
KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)

Ailleurs, KSrelief a mis en œuvre le programme de bénévolat saoudien Noor pour lutter contre la cécité et les maladies oculaires dans les provinces pakistanaises du Sindh et du Balouchistan, du 15 mai au 10 juillet.

Au cours de ce programme, mis en œuvre en coopération avec la Fondation internationale Albasar, l'équipe médicale bénévole de KSrelief a examiné 21 614 cas, distribué 4 683 lunettes et effectué 2 038 opérations oculaires avec succès.

--
KSrelief a mis en œuvre le programme de bénévolat saoudien Noor pour lutter contre la cécité et les maladies oculaires dans les provinces pakistanaises du Sindh et du Balouchistan, du 15 mai au 10 juillet. (SPA)

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com