L’Arabie saoudite clôture son émission de sukuk du mois de mars à 1,18 milliard de dollars

La première tranche proposée en mars était évaluée à 203 millions de riyals saoudiens et elle devrait arriver à échéance en 2029. (Shutterstock)
La première tranche proposée en mars était évaluée à 203 millions de riyals saoudiens et elle devrait arriver à échéance en 2029. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mercredi 20 mars 2024

L’Arabie saoudite clôture son émission de sukuk du mois de mars à 1,18 milliard de dollars

  • Le Sah, introduit par le ministère des Finances et le Centre national de gestion de la dette du Royaume, vise à augmenter les ratios de fonds des particuliers en les incitant à allouer périodiquement une partie de leurs revenus à l'épargne
  • Au mois de janvier, un rapport publié par l’agence de notation S&P Global indiquait que les émissions de sukuk dans le monde devraient totaliser entre 160 et 170 milliards de dollars en 2024

RIYAD: L’Arabie saoudite a achevé, au mois de mars, l’émission de sukuk libellés en riyals saoudiens (1 SAR = 0,25 euro) au-dessus de la barre du milliard de dollars (1 dollar = 0,92 euro) pour le quatrième mois consécutif, selon des données gouvernementales. 

Le Centre national de gestion de la dette du Royaume a révélé que trois tranches du produit de la dette conforme à la charia avaient été clôturées pour un montant de 4,44 milliards de SAR. 

C’est au mois de novembre que les émissions de sukuk de l’Arabie saoudite sont tombées sous la barre du milliard de dollars, à 2,66 milliards de SAR. 

En décembre, elles ont rebondi à 10,53 milliards de SAR, tandis qu’en janvier et février, elles s’élevaient respectivement à 8,82 milliards et 7,87 milliards de SAR. 

La première tranche proposée en mars était évaluée à 203 millions de SAR et elle devrait arriver à échéance en 2029, tandis que la deuxième tranche, d’une valeur de 3,69 milliards de SAR, devrait arriver à échéance en 2034. 

La troisième, évaluée à 540 millions de SAR, arrivera à échéance en 2039. 

Plus tôt ce mois-ci, le Centre national de gestion de la dette du Royaume a révélé avoir achevé son deuxième cycle d’épargne de sukuk gouvernementaux pour le mois de mars, avec un volume total de demandes atteignant 959 millions de SAR, allouées à 37 000 candidats. 

Dans un communiqué, l’institution ajoute que le produit financier, également connu sous le nom de «Sah», offre un rendement de 5,64%, qui arrivera à échéance en mars 2025. 

Le Sah, introduit par le ministère des Finances et le Centre national de gestion de la dette du Royaume, vise à augmenter les ratios de fonds des particuliers en les incitant à allouer périodiquement une partie de leurs revenus à l'épargne. 

Au mois de janvier, un rapport publié par l’agence de notation S&P Global indiquait que les émissions de sukuk dans le monde devraient totaliser entre 160 et 170 milliards de dollars en 2024, en raison des besoins de financement plus élevés dans les pays islamiques. 

Alimentées par le resserrement des conditions du système bancaire saoudien et la réduction du déficit budgétaire de l’Indonésie, les émissions mondiales d’obligations islamiques ont diminué de 6,1% pour atteindre 168,4 milliards de dollars en 2023 par rapport à l’année précédente. 

L’agence basée aux États-Unis a en outre noté que l’émission de sukuk durables augmenterait également en 2024, à la suite du succès de la Conférence des nations unies sur les changements climatiques (COP28), qui s’est tenue aux Émirats arabes unis en 2023. 

Le mois dernier, un autre rapport publié par Fitch Ratings indiquait que le marché environnemental, social et de gouvernance (ESG) des produits de dette conformes à la charia devrait représenter 7,5% de l'encours mondial des obligations islamiques au cours des années à venir. 

Le rapport ajoute que la croissance du marché des sukuk liés aux critères ESG sera alimentée par les plans de diversification des émetteurs et les initiatives durables des gouvernements.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Trump Organization associée à la construction d'une tour à Dubaï

La Trump Organization s'est associée au promoteur immobilier international de luxe saoudien Dar Global pour construire une tour portant la marque Trump à Dubaï. (X/@dar_global)
La Trump Organization s'est associée au promoteur immobilier international de luxe saoudien Dar Global pour construire une tour portant la marque Trump à Dubaï. (X/@dar_global)
Short Url
  • Le groupe immobilier Trump Organization a lancé jeudi un partenariat avec un promoteur saoudien pour la construction d'une tour dans le centre d'affaires émirati de Dubaï
  • La tour est destinée à cibler la clientèle de l'immobilier de luxe à Dubaï, a indiqué, dans un communiqué Dar Global, partenaire saoudien de Trump Oragnization

DUBAI: Le groupe immobilier Trump Organization a lancé jeudi un partenariat avec un promoteur saoudien pour la construction d'une tour dans le centre d'affaires émirati de Dubaï, son dernier projet dans le Golfe, riche en pétrole.

La tour est destinée à cibler la clientèle de l'immobilier de luxe à Dubaï, a indiqué, dans un communiqué Dar Global, partenaire saoudien de Trump Oragnization, ajoutant que l'emplacement de la tour et ses spécifications seront révélés d'ici la fin de l'année.

Le projet comprendra un hôtel Trump et des unités résidentielles de luxe, a déclaré Dar Global, la filiale internationale du Saoudien Dar Al-Arkan.

L'annonce intervient deux semaines après celle d'un projet similaire dans la ville saoudienne de Jeddah sur la mer Rouge.

Dar Global est également associée dans un troisième projet de même type à Oman, dont l'achèvement est prévu en 2028, selon le site web de la société.

L'ancien président Donald Trump a confié la gestion de son empire immobilier à ses fils après avoir pris ses fonctions en 2017, bien qu'il ait conservé ses parts dans la Trump Organization.

Ses relations d'affaires à l'étranger ont incité les critiques à tirer la sonnette d'alarme sur d'éventuels conflits d'intérêts. Un rapport du Congrès de 2022 a révélé que les gouvernements de six pays, dont celui des Émirats arabes unis, ont dépensé plus de 750.000 dollars dans un hôtel de Washington appartenant à Trump tout en essayant d'influencer son administration en 2017 et 2018.

M. Trump, candidat républicain à l'élection présidentielle américaine en novembre, a cultivé des liens étroits avec les États arabes du Golfe au cours de son premier mandat, choisissant l'Arabie saoudite pour son premier voyage à l'étranger.

"Nous sommes fiers d'étendre notre présence dans la région grâce au lancement de notre emblématique Trump Tower Dubaï", a déclaré Eric Trump, fils de l'ancien président et vice-président exécutif de la Trump Organization, dans le communiqué.


Le Cabinet saoudien approuve la mise en place d'un programme national de minéraux

Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.  
  • Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

RIYADH : L'Arabie saoudite s'apprête à lancer un nouveau programme national sur les minéraux, renforçant ainsi sa position en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des métaux.
 
Le cabinet saoudien a approuvé la mise en place de cette initiative, qui sera liée au ministère de l'Industrie et des Ressources minérales du Royaume, selon un communiqué. 
 
Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.
 
Il s'inscrit dans l'ambition de l'Arabie saoudite de faire de l'exploitation minière un pilier industriel fondamental de l'économie du pays. Elle s'aligne également sur l'objectif du ministère de renforcer le secteur et de contribuer aux développements en cours dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite.

Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

 
Bandar Alkhorayef, ministre de l'industrie et des ressources minérales, a remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman à la suite de l'approbation du cabinet, et a déclaré que le programme jouera un rôle efficace pour stimuler la croissance dans le secteur des minéraux et exploiter les richesses minérales du Royaume.
 
« Cette décision du Conseil des ministres d'établir le Programme national des minéraux constituera un changement qualitatif dans le soutien des chaînes d'approvisionnement dans les secteurs industriel et minier et renforcera la position du Royaume en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des minéraux », a déclaré M. Alkhorayef dans un communiqué.

« Selon les orientations du Royaume, il s'agit de développer les chaînes de valeur minières afin que le secteur minier devienne le troisième pilier de l'industrie nationale, et de tirer profit de la situation géographique du Royaume, qui représente l'un des plus importants carrefours commerciaux majeurs », a-t-il également déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


HSBC choisit son directeur financier Georges Elhedery comme prochain directeur général

Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Short Url
  • Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre
  • Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae)

HONG KONG: Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.

"Je suis ravi de confirmer Georges en tant que prochain directeur général du groupe HSBC", a indiqué le président du groupe Mark Tucker, dans un communiqué à la bourse de Hong Kong.

"Nous avons hâte de travailler avec lui à la tête d'HSBC dans la prochaine phase de développement et de croissance", a-t-il ajouté.

Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae).

Il a rejoint HSBC en 2005, après une vaste expérience dans le trading à Londres, Paris et Tokyo, et est devenu le directeur financier du groupe en janvier 2023.

De 2016 à 2019, il a dirigé les opérations de la banque au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie.

M. Elhedery prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Noel Quinn, qui a annoncé en avril à 62 ans, son départ surprise après 37 ans de carrière à HSBC.