La croissance du marché du luxe au Moyen-Orient dépasse celle de l'industrie au niveau mondial, déclare le président de Chalhoub Group

«Le marché des produits de luxe s’est rapidement rétabli après la Covid-19 et en 2021. Il a enregistré un taux de croissance de 10 à 15% par rapport à 2019". (Photo fournie)
«Le marché des produits de luxe s’est rapidement rétabli après la Covid-19 et en 2021. Il a enregistré un taux de croissance de 10 à 15% par rapport à 2019". (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 26 mars 2024

La croissance du marché du luxe au Moyen-Orient dépasse celle de l'industrie au niveau mondial, déclare le président de Chalhoub Group

  • Le Moyen-Orient affiche «l'un des taux de croissance les plus élevés du monde» pour un marché qui ne représente que 3 à 4 % du marché mondial du luxe
  • Alors que le commerce électronique continue de se développer rapidement en raison de sa commodité, les magasins physiques font leur retour

DUBAÏ: S’étant stabilisé en juillet 2023 et étant revenu à un niveau normal à l'échelle mondiale après un pic de consommation à la suite de la pandémie de Covid-19, le marché du luxe est actuellement témoin de «défis qui nécessitent davantage de collaborations entre les détaillants, les marques, les promoteurs, et entre les secteurs privé et public». C’est ce qu’a déclaré Patrick Chalhoub, président de Chalhoub Group, dans une interview accordée à Arab News en français.

«Le marché des produits de luxe s’est rapidement rétabli après la Covid-19 et en 2021. Il a enregistré un taux de croissance de 10 à 15% par rapport à 2019", a-t-il ajouté.

En 2022, le marché a progressé de 20%, tandis que, en 2023, il a enregistré un taux de croissance de 15% au début de l'année avant de revenir à un taux plus normal de 7 à 10% au cours du quatrième trimestre, pour une croissance globale de 11%.

À l'avenir, la tendance devrait être conforme aux taux observés à la fin de l'année 2023, avec 6 à 8% pour la mode et 10 à 12% pour les produits de beauté, grâce à un intérêt accru pour les soins de la peau.

imh
Patrick Chalhoub lors de l'inauguration du Visiteur à l'aéroport international King Abdulaziz. (Photo fournie)

Selon M. Chalhoub, le Moyen-Orient affiche «l'un des taux de croissance les plus élevés au monde» pour un marché qui ne représente que 3 à 4% du marché mondial, avec un taux de croissance de 4 à 5%.

Il existe un appétit continu pour le luxe et un intérêt renouvelé pour le segment de la bijouterie et de l'horlogerie, distinct du «revenge buying», caractéristique des modèles de consommation de 2021 et 2022.

«Nous ressentons une plus grande sensibilité aux prix et une diminution de l'écart entre ces derniers, qui existait en raison des fluctuations monétaires. Aujourd'hui, les clients restent attentifs aux prix et sont beaucoup plus informés», a-t-il encore expliqué.

La part du portefeuille dans la consommation de produits de luxe a diminué au cours des dernières années, les dépenses s'orientant vers les voyages, les loisirs et l'hôtellerie, en particulier en Arabie saoudite.

Le conflit à Gaza a également provoqué un ralentissement des dépenses de luxe en raison de l'importance accrue accordée aux affaires humanitaires depuis octobre 2023 et du ralentissement du calendrier des événements par rapport à la même période de l'année précédente. 

imh
Inauguration du Visiteur à l'aéroport international King Abdulaziz. (Photo fournie)

Malgré l'environnement actuel du marché, une appréciation du luxe pour sa valeur propre – et non perçu comme un outil de pouvoir d'achat – est en train d'émerger et se fait sentir davantage pendant la saison du ramadan sous l'impulsion de la consommation durable et du bien-être.

«Les consommateurs s'interrogent sur la raison d'être de la marque et sur sa durabilité à travers la tentative active d'acheter de manière responsable», a souligné M. Chalhoub.

«Cela rend notre activité plus difficile, mais plus durable à long terme. Les achats sont moins festifs, plus personnels, rassurés par la marque, mais loin de l’ostentatoire», a-t-il ajouté.

Alors que le commerce électronique continue de se développer rapidement en raison de sa commodité, les magasins physiques, qui offrent un lien personnel et un engagement avec les clients, reviennent en force grâce aux détaillants qui offrent un service de qualité et des expériences uniques.

C'est l'objectif de The Visitor, un nouveau concept de commerce de voyage lancé par Chalhoub Group à l'aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah en novembre 2023.

imh
Parfum d'Orient, une exposition qui raconte l'histoire des parfums d'Orient à travers un dialogue entre patrimoine et œuvres contemporaines. (Photo fournie)

«Le potentiel en Arabie saoudite est énorme et en pleine évolution, et pas seulement à l'aéroport de Djeddah, qui présente une énorme opportunité en raison du trafic et de la fidélité des clients», a précisé M. Chalhoub.

Le projet The Visitor, en collaboration avec l'autorité aéroportuaire de Djeddah, offre une expérience client de classe mondiale. Il tire parti de la connaissance du marché, de la proximité avec les consommateurs et de l'expérience de Chalhoub Group en matière d'exploitation de boutiques hors taxes régionales, d'approvisionnement en travel retail et de perfectionnement des ressources pour répondre aux exigences de la demande. Il tient également compte des bouleversements apportés par les nouvelles technologies, telles que l'intelligence artificielle.

«Je suis satisfait des premiers résultats en termes d'agencement, de compréhension du client, d'assortiment de produits et d'offres. […] Le produit fini sera visible au début de l’année 2025", a indiqué M. Chalhoub.

Le Moyen-Orient abrite une vaste clientèle jeune «capable de dépenser pour des produits de luxe, connectée numériquement, désireuse de s'affirmer», a-t-il ajouté.

L'expérience client commence par l'attractivité du centre commercial, mais elle présente aussi des aspects numériques. L'objectif est d'inspirer et d'engager les clients numériquement, ce qui nécessite des collaborations plus étroites, «essentielles pour offrir le type d'expérience que nos clients essaient d'obtenir, en particulier dans le Royaume», a précisé M. Chalhoub.

Il est également essentiel de maintenir la compétitivité des prix, de lutter contre les contrefaçons et d'atténuer l'impact des perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

imh
Jack Lang à l'exposition "Parfums d'Orient" à Paris. (Photo fournie)

Avec l'ouverture de nouveaux centres commerciaux dans la région – Marasi à Bahreïn (février 2024) et Solitaire à Riyad (attendu en 2024) et Abu Dhabi (2025) –, «un certain nombre de projets arrivent sur le marché, offrant un meilleur parcours client et une meilleure collaboration entre les différentes parties prenantes», a affirmé M. Chalhoub.

Le groupe a pris des initiatives pour créer des incubateurs et des accélérateurs de start-up, encourageant la recherche et l'innovation ainsi que l'esprit d'entreprise au sein de ses équipes.

«Nous devons être tournés vers l'avenir tout en nous rappelant nos valeurs en tant que groupe, qui sont centrées sur le travail d'équipe, l'inclusion et l'innovation», a-t-il ajouté. 

Chalhoub Group fête cette année son 70e anniversaire. Témoin des changements survenus dans la région, il saisit les opportunités et relève les défis, tout en continuant à façonner le paysage du luxe. Il fait ainsi venir des noms internationaux dans la région et exporte son expertise locale.

Parfum d'Orient, une exposition de l'Institut du monde arabe (IMA) en partenariat avec le Chalhoub Group, mais aussi Christofle et Ghawali, dépeint l'origine arabe des parfums, inspirée par les souks de Djeddah.

«Une exposition transformatrice, qui retrace l'origine de certains parfums d'Arabie, comme l'oud, le safran et les roses de Damas. Au-delà de l'aspect olfactif, il y a un sentiment de fierté à s'identifier aux sources de ces produits», a déclaré M. Chalhoub.

L'exposition de six mois, qui s'est achevée à Paris le 17 mars, se déplacera à Riyad en octobre 2024, en collaboration avec le ministère saoudien de la Culture.

 


NEOM, Qiddiya et Diriyah figurent parmi les projets qui ont suscité l'intérêt des investisseurs britanniques lors du sommet de Londres

Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Short Url
  • L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables.
  • Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles.

RIYADH : L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables, s'alignant ainsi sur sa Vision 2030 pour les initiatives vertes dans les projets environnementaux. 

C'est ce qui s'est passé lors du sommet anglo-saoudien sur les infrastructures durables qui s'est tenu à Londres le 24 juin, au cours duquel les opportunités offertes par les cinq principaux projets du Royaume - NEOM, Qiddiya, le projet de la mer Rouge, ROSHN et Diriyah - ont été mises en évidence, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).  

Ces initiatives s'inscrivent dans le cadre de l'engagement plus large du Royaume en faveur d'objectifs climatiques ambitieux, qui comprennent la réduction des émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030 et l'augmentation de la capacité de production d'énergie renouvelable de 50 %. 

Organisé par le Saudi British Business Council en collaboration avec les chambres de commerce saoudiennes et la City of London Corporation, le sommet a rassemblé plus de 250 dirigeants des secteurs industriel et financier des deux pays, ainsi que des représentants clés de ces giga-projets. 

L'événement a également mis l'accent sur le financement et les technologies vertes dans le but de parvenir à des émissions nettes nulles. 

Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles, sur le comblement des déficits d'investissement et sur le rôle des partenariats public-privé.

Elles ont également porté sur les modèles de financement innovants, notamment les obligations vertes et les prêts liés à la durabilité, ainsi que sur la planification urbaine intelligente pour atteindre les objectifs de durabilité et mettre en œuvre des projets à grande échelle en utilisant des technologies innovantes à faible émission de carbone.

Le Saudi British Business Council, le Saudi British Sports Investment Forum et les secteurs de l'immobilier et de la finance ont organisé des réunions de groupes de travail sectoriels après le sommet afin de discuter de plans ambitieux pour développer le secteur du sport et le paysage de l'investissement au Royaume et au Royaume-Uni.

Une délégation de haut niveau du Royaume, conduite par la Fédération des chambres saoudiennes et le ministère de l'investissement, a participé à l'événement.

Lors de sa participation, le ministre de l'investissement, Khalid Al-Falih, a discuté, dans le cadre d'une table ronde, du partenariat stratégique entre les deux pays dans des secteurs d'intérêt mutuel et du développement de l'environnement d'investissement depuis le lancement de Saudi Vision 2030.

Le sommet s'est tenu à un moment où les relations économiques entre les deux pays se développent, et où le Royaume-Uni est le 25e partenaire commercial de l'Arabie saoudite.

Fin 2022, les deux pays ont signé un accord visant à renforcer leur collaboration dans le domaine de la finance verte, le Royaume cherchant de plus en plus à soutenir ses projets de transformation massive.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Airbus chute en Bourse après une baisse de ses prévisions financières et de livraisons

Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe
  • Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%

L'avionneur européen Airbus chutait de près de 9% dans les premiers échanges mardi à la Bourse de Paris, après avoir fait état de difficultés pour ses livraisons d'avions et sa division spatiale qui l'ont contraint à abaisser ses perspectives financières pour 2024.

Airbus, sixième plus grosse entreprise du CAC 40 où elle valait lundi plus de 115 milliards d'euros, perdait vers 7H30 GMT 8,98% à 135,42 euros, dans un marché en baisse de 0,52%.

A l'ouverture, le titre a plongé de plus de 9%, sa pire chute depuis mars 2022, ce qui a effacé tous ses gains depuis le début de l'année.

Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%.

L'avionneur européen a indiqué lundi soir qu'il ne serait pas en mesure de respecter la feuille de route fixée en début d'année: il prévoit de ne livrer que 770 avions, contre 800 annoncés auparavant, en raison de difficultés persistantes de sa chaîne de fournisseurs.

Difficultés 

Il a également annoncé une nouvelle provision de 900 millions d'euros au premier semestre, liée à "certains programmes spatiaux de télécommunications, de navigation et d'observation".

Le tout amputera son bénéfice: Airbus, qui prévoyait un bénéfice opérationnel ajusté pour 2024 compris "entre 6,5 et 7,0 milliards d'euros", ne table plus que sur 5,5 milliards d'euros.

"Cet avertissement" est stupéfiant, soulignent les analystes de Deutsche Bank, qui ne recommandent plus d'acheter l'action. "La poussière doit retomber avant que nous puissions redevenir positifs."

Airbus "fait face à plus de défis qu'attendu", résume Chloe Lemarie, analyste de Jefferies.

L'annonce est un "vent contraire" à "la crédibilité de la direction sur le marché de l'espace", expliquent les analystes de RBC dans une note.

Dans le secteur spatial, l'industriel avait déjà dû passer une charge de 600 millions d'euros l'an passé en raison de l'estimation du coût de développement et des perspectives commerciales de certains programmes, notamment les nouveaux satellites géostationnaires de télécommunications Onesat.

L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe.

Airbus présentera ses résultats semestriels le 30 juillet.


Le Premier ministre chinois appelle à «s'opposer au découplage» économique

Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Short Url
  • L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet
  • Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre

DALIAN, Chine: Le Premier ministre chinois Li Qiang a appelé mardi à "s'opposer au découplage" économique, au moment où l'Union européenne (UE), partenaire commercial clé de Pékin, s'apprête à imposer des surtaxes douanières sur les véhicules électriques chinois.

Les frictions entre l'Occident et la deuxième économie mondiale se sont intensifiées ces dernières années, sur fond de soutien chinois à l'économie russe, de tensions en mer de Chine méridionale et de rivalité Pékin-Washington dans les technologies de pointe.

"Nous devrions avoir un état d'esprit grand ouvert, travailler en étroite collaboration, abandonner cette idée de former des camps idéologiques et nous opposer au découplage", a indiqué le Premier ministre Li Qiang, qui en Chine est spécifiquement chargé des questions économiques.

Le "découplage" consiste pour un pays à couper tout lien économique avec un pays, ou du moins de limiter sa dépendance à son égard.

Le discours de Li Qiang, prononcé à l'ouverture du Forum économique mondial à Dalian (nord-est de la Chine), connu familièrement sous le nom de "Davos d'été", intervient à un moment de défiance en Occident vis-à-vis des dépendances économiques vis-à-vis du géant asiatique.

Le Premier ministre a également appelé à "maintenir la stabilité et le bon fonctionnement des chaînes industrielles et d'approvisionnement" ou encore à "déployer d'importants efforts en faveur de la croissance économique mondiale".

L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet, si les discussions avec les autorités chinoises n'aboutissent pas.

La Commission européenne reproche à Pékin d'avoir, selon elle, faussé la concurrence en subventionnant massivement ce secteur.

Surtaxe 

Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre.

La Chine qualifie régulièrement ces surtaxes de "purement protectionnistes". Elle argue que le succès de son secteur électrique est dû à l'innovation et aux chaînes d'approvisionnement performantes.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, plaide toutefois officiellement pour une "réduction des risques" de l'UE vis-à-vis de la Chine mais pas pour un "découplage".

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé le mois dernier une augmentation très sensible des droits de douane appliqués à l'équivalent de 18 milliards de dollars (16,8 milliards d'euros) de produits chinois, notamment les voitures électriques et batteries pour ces véhicules.

Cette décision va selon la Chine "porter gravement préjudice" aux relations bilatérales.