Mort de l'écrivaine Maryse Condé, grande figure de la littérature francophone

L'écrivaine guadeloupéenne française Maryse Condé (Photo, AFP).
L'écrivaine guadeloupéenne française Maryse Condé (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 avril 2024

Mort de l'écrivaine Maryse Condé, grande figure de la littérature francophone

  • Grâce à son nouveau compagnon rencontré au Sénégal, Richard Philcox, qui deviendra son mari et traducteur, elle réalise sa vocation, l'écriture, en quittant l'Afrique en 1970
  • Sa thèse, soutenue en 1976, s'intitule «Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique»

MARSEILLES: L'écrivaine française Maryse Condé est morte dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 90 ans, après une vie de combat pour sa liberté et d'exploration des identités antillaise et noires.

Voix reconnue de la littérature francophone, elle s'est éteinte dans son sommeil à l'hôpital d'Apt, dans le sud-est de la France, a indiqué à l'AFP son mari, le Britannique Richard Philcox.

Née à Pointe-à-Pitre, en Gaudeloupe, le 11 février 1934, Maryse Condé a traité dans une trentaine de livres, principalement des fictions, l'histoire de l'Afrique et de sa diaspora, l'héritage de l'esclavage et les identités noires.

"J'ai toujours travaillé avec elle dans ses différentes maisons d'édition et j'étais profondément admiratif de son rayonnement, de son courage. Elle a donné l'envie à énormément d'écrivains de se lancer et de combattre avec elle", a déclaré à l'AFP son éditeur, Laurent Laffont.

"La Grande Dame des Lettres mondiales, Maryse Condé, tire sa révérence, nous léguant une œuvre portée par la quête d’un humanisme fondé sur les ramifications de nos identités et les fêlures de l'Histoire", a écrit l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou sur X.

«Aucune raison d'être fier»

Pour avoir vécu dans plusieurs pays d'Afrique (Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée et Sénégal), Maryse Condé critiquait les limites du concept de "négritude" proposé par le Martiniquais Aimé Césaire et le Sénégalais Léopold Sédar Senghor.

"Il n'y a cependant aucune raison d'être fier d'appartenir à telle ou telle race. Je remets en question le fait que la Négritude perpétue la notion que tous les noirs sont pareils. C'est une attitude totalement raciste héritée en fait des blancs qui croient que tous les nègres se ressemblent", disait-elle dans un entretien avec la revue américaine Callaloo en 1989.

Ayant toujours eu le désir d'écrire, elle n'a pu s'y consacrer véritablement qu'à l'approche de la quarantaine.

Avant cela, cette fille de la classe moyenne de Guadeloupe, qui se décrivait comme une enfant gâtée par ses parents, a traversé de nombreuses épreuves à partir de son arrivée à Paris pour ses études, en 1953.

La perte de sa mère, en 1956, à qui elle n'a pas pu dire au revoir, le racisme, l'échec de son mariage avec le Guinéen Mamadou Condé, les conditions rudimentaires dans lesquelles elle a élevé ses quatre enfants l'ont marquée.

Indépendantiste

Grâce à son nouveau compagnon rencontré au Sénégal, Richard Philcox, qui deviendra son mari et traducteur, elle réalise sa vocation, l'écriture, en quittant l'Afrique en 1970. Elle se lance aussi dans un doctorat de lettres à Paris. Sa thèse, soutenue en 1976, s'intitule "Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique".

Après des pièces de théâtre, elle obtient la consécration comme romancière grâce à "Hérémakhonon" en 1976, où la narratrice antillaise ne trouve que la désillusion en Afrique.

Son grand succès en librairie est "Ségou", fresque en deux tomes (1984 et 1985) sur le déclin de l'empire bambara, au Mali, du XVIIIe siècle jusqu'à l'arrivée des colonisateurs français.

Elle retourne ensuite vivre en Guadeloupe, où elle est milite pour l'indépendance, avant d'être recrutée par plusieurs universités américaines, pour lesquelles elle enseignera la littérature française, tout en publiant régulièrement.

De 1995 à 2005, elle dirige le Centre d'études francophones de l'université de Columbia à New York. Elle devient alors une figure intellectuelle aux Etats-Unis, pays qu'elle quitte définitivement en 2013, pour passer sa retraite dans un village du Luberon, Gordes, dans le sud-est de la France.

Son œuvre en a fait l'une des prétendantes au prix Nobel de littérature, qu'elle n'obtiendra pas. En 2018, on lui décerne à Stockholm le "nouveau prix de littérature", remis cette année-là par une "Nouvelle Académie" qui prend la place de l'Académie suédoise, engluée dans un scandale de violences sexuelles non dénoncées.

 


Paris: début de la semaine de la haute couture avec Schiaparelli, Dior et Iris Van Herpen

Le mannequin britannique Lily Cole présente une création d'Iris Van Herpen lors du défilé Haute-Couture automne-hiver 2024 dans le cadre de la Fashion Week de Paris, à Paris, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Le mannequin britannique Lily Cole présente une création d'Iris Van Herpen lors du défilé Haute-Couture automne-hiver 2024 dans le cadre de la Fashion Week de Paris, à Paris, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Suivront dans la journée les défilés des maisons Dior, Iris Van Herpen, Rahul Mishra et Giambattista Valli
  • Il s'agit d'un événement fermé, où seuls la presse et les clients peuvent assister aux présentations de pièces uniques nécessairement faites à la main

PARIS: La semaine de la haute couture, événement de mode semestriel, a débuté lundi à Paris avec le traditionnel défilé de Schiaparelli, en velours noir vertigineux, crêpe rouge et silhouettes cinématographiques.

Le design en largeur continue d'être la marque de fabrique de cette maison, avec des robes en velours ultra cintrées et des épaules larges. La robe Schiaparelli est mouvante, en crêpe rouge avec un décolleté plongeant comme une piste d'atterrissage et des panneaux volants.

"Je ne voulais pas jouer avec les ficelles habituelles ou de nouveau le bébé robot (une création futuriste du dernier défilé devenue virale sur les réseaux, NDLR) ou quoi qui puisse porter de l'ombre à la maîtrise du vêtement", a confié à la presse après le défilé Daniel Roseberry, le créateur américain aux ciseaux pour Schiaparelli depuis 2019.

Suivront dans la journée les défilés des maisons Dior, Iris Van Herpen, Rahul Mishra et Giambattista Valli.

A ne pas confondre avec la semaine de la mode parisienne, la semaine de la haute couture féminine se déroule en janvier pour l'été et à mi-année pour l'hiver, uniquement à Paris, car il s'agit d'une spécificité française protégée par un statut légal.

Il s'agit d'un événement fermé, où seuls la presse et les clients peuvent assister aux présentations de pièces uniques nécessairement faites à la main.

30 maisons 

Jusqu'à jeudi, 30 maisons de haute couture présentent leurs créations, avec les absences de Valentino et de Fendi et deux nouveaux entrants depuis un an dans ce cercle fermé de l'excellence, Balenciaga et Thom Browne.

La montante Maison Margiela avec son designer en voie de rédemption, John Galliano, ne défile qu'une fois par an et ne peut pas prétendre au label.

Pour une maison de mode, ajouter ce double tour annuel à son arc est une bonne idée commerciale, tant les clients se bousculent sur les marché asiatiques et du Golfe. Lanvin et Saint Laurent sous Vaccarello pourraient prétendre à un retour en haute couture.

Mais il semble y avoir embouteillage chez les artisans. "Nous avons un vrai problème de capacités", a confié à l'AFP le créateur de la ligne haute couture de Fendi, Kim Jones (chez Dior Homme à l'année), qui a préféré renoncer pour cette collection.

Ces créations principalement destinées aux tapis rouges, grands événements de la jet-set et galas, attirent une foule de stars venues en repérage, dont Kylie Jenner, Gigi Hadid et Doja Cat chez Schiaparelli.


A Montpellier, le chorégraphe japonais Saburo Teshigawara fait danser les contrastes

Le chorégraphe japonais Saburo Teshigawara (à gauche) et une danseuse se produisent sur scène lors d'une répétition du ballet "Voix du désert" dans le cadre du Festival Montpellier Danse au Théâtre de l'Agora à Montpellier, dans le sud de la France, le 21 juin 2024 (Photo ,AFP).
Le chorégraphe japonais Saburo Teshigawara (à gauche) et une danseuse se produisent sur scène lors d'une répétition du ballet "Voix du désert" dans le cadre du Festival Montpellier Danse au Théâtre de l'Agora à Montpellier, dans le sud de la France, le 21 juin 2024 (Photo ,AFP).
Short Url
  • Pour ses créations, le chorégraphe nippon n'impose pas ses mouvements
  • Mais il ne délivre pas de mots ni de consignes non plus

MONTPELLIER: "C'est une pièce créée pour toucher l'âme des êtres humains": avec "Voice of desert", Saburo Teshigawara a présenté au festival Montpellier Danse une pièce pour cinq danseurs empreinte de contrastes, entre délicatesse et brutalité, dans l'écrin d'un théâtre à ciel ouvert.

Lorsque le chorégraphe japonais entre en scène samedi soir, son corps ne s'impose pas. Il se glisse dans une atmosphère. Ses membres ondulent jusqu'au bout des doigts, fluides puis épris de sursauts finement maîtrisés. Avec sa partenaire, Rihoko Sato, ils respirent le fragile.

"C'est une pièce créée pour toucher l'âme des êtres humains. +Voice of Desert+ (NDLR: la voix du désert") dessine, par le corps, nos voix intérieures, celles de notre corps, de notre esprit. Ces voix s'expriment à l'intérieur avant de s'exprimer à l'extérieur", a-t-il expliqué à l’AFP avant cette première dans laquelle il danse et réalise la chorégraphie, mais aussi la lumière, la scénographie et les costumes.

Né en 1953 à Tokyo, le chorégraphe a d'abord étudié les arts plastiques et la danse classique. Jeune, il s'est interdit de réaliser sa première pièce avant l'âge minimum de 30 ans, convaincu de devoir étudier sans relâche pour oser créer ensuite.

"J'ai décidé que je devais étudier la musique, l'écriture, les matériaux, les éléments et m'étudier moi-même. Puis j'ai eu besoin de créer ma propre méthode", dévoile-t-il. En 1985, à 32 ans, il fonde sa compagnie, Karas, avec l'artiste Kei Miyata. Et il reçoit un Lion d’Or en 2022 à la Biennale de Venise, pour l'ensemble de sa carrière.

Les oppositions intriguent le chorégraphe qui s'interroge au quotidien sur les contradictions dans nos vies, dans l'environnement, dans ce qu'il perçoit, à 70 ans, de son propre point de vue: "Mon corps est petit, mes yeux sont petits, ma vision du monde est petite, et le monde est vraiment trop grand pour moi".

«Les luttes créent l'équilibre»

"Mais ce sont les contradictions qui nous permettent d'être au milieu. Les luttes créent l'équilibre", ajoute-t-il.

Dans “Voice of desert“, à nouveau joué lundi soir à Montpellier, les contraires sont régulièrement provoqués. Ainsi, la quiétude des corps de Saburo Teshigawara, Rihoko Sato et Kei Miata est dérangée par deux trublions, perruque noire sur la tête, déboulant sur le plateau en chutant sans cesse. Le contraste est criant.

Sa méthode, nourrie de ces antonymies, est bâtie sur le mouvement de la respiration, sur la relation avec le sol, enrichie du corps des autres danseurs et danseuses.

Pour ses créations, le chorégraphe nippon n'impose pas ses mouvements. "C'est au danseur lui-même de les découvrir, par le langage".

Mais il ne délivre pas de mots ni de consignes non plus. Saburo déclame des poèmes, des textes inspirants, que Rihoko Sato, sa partenaire de scène depuis plus de 25 ans, "écoute et ressen(t) de différentes façons. Certains textes reviennent beaucoup, c'est ce qui fait naître les mouvements dans mon corps", témoigne-t-elle.

Prolifique, Saburo Teshigawara crée une dizaine de pièces par an dans son théâtre au Japon. Mais, pour "Voice of desert", il a été largement inspiré par le lieu, la scène montpelliéraine de l'Agora, en extérieur, qui s'insère dans un ancien couvent en demi-lune avec, pour fond, une arche de pierres calcaires.

"Nous sommes habitués à des espaces clos et noirs qui nous plongent dans une imagination illimitée. A l'Agora, nous sommes sous les lumières du ciel, au milieu des pierres, soumis au vent", observe Saburo Teshigawara.

La scénographie est épurée. La lumière saupoudre les corps filiformes des danseurs, révélant doucement leurs ombres sur les vieilles pierres. Le souffle du vent revient, en toile de fond sonore, comme un refrain. Puis des mélodies de violons, de pianos, sont soudainement balayées par le fracas du tonnerre. Saburo Teshigawara fait briller les oppositions, en un clair-obscur.


A Beyrouth, l'ambiance est à la fête malgré les menaces d'Israël

Un véhicule habillé comme un bus à deux étages roule près des participants au festival de la rue de Beyrouth, dans le centre-ville de Beyrouth, le 22 juin 2024. (Photo par Joseph EID / AFP)
Short Url

Dans l'effervescence d'un quartier branché de Beyrouth, les éclats des rires d'Elie et son ami, attablés pour dîner, se mêlent au brouhaha des bars voisins, loin des violences à la frontière avec Israël, qui font craindre une "guerre totale".

"J'ai quarante ans, et chaque année, on nous dit que la guerre éclatera cet été", déclare à l'AFP ce conseiller financier à la barbe poivre et sel, devant un bar de la capitale libanaise.

"Ce que l'on voit dans la rue est différent de ce que l'on entend dans les médias", confie-t-il. "Ce que rapporte la presse à l'étranger laisse penser que le Liban est en état de guerre."

Depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le Hezbollah libanais qui soutient le mouvement islamiste palestinien, échange quotidiennement des tirs à la frontière entre le Liban et Israël.

Les tensions exacerbées à la frontière israélo-libanaise ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Le chef de la diplomatie israélienne Israël Katz a menacé le Hezbollah de destruction à l'issue d'une "guerre totale" et l'armée israélienne a approuvé des "plans opérationnels pour une offensive au Liban".

Le lendemain, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a averti qu'"aucun lieu" en Israël ne serait épargné par les missiles de son mouvement en cas d'attaque contre le Liban.

Mais si le risque d'une escalade revient parfois dans les discussions, il ne semble pas inquiéter pour autant les fêtards de Mar Mikhaël.

Dans ce quartier chrétien connu pour ses cafés et ses bars qui s'animent de lumières colorées, les verres s'entrechoquent et les clients dansent au rythme des derniers hits arabes et occidentaux remixés à plein volume par les DJ.

"C'est le Liban et c'est notre histoire. Rien ne change. On a bien survécu à la guerre de juillet", dit Elie, en référence à une guerre dévastatrice qui a opposé le Hezbollah à Israël à l'été 2006.

Selon lui, "durant toutes les crises passées, les gens ont continué à veiller tard, que ce soit pendant la pandémie de Covid-19 ou l'explosion au port de Beyrouth" à l'été 2020, qui a accéléré l'effondrement d'une économie libanaise déjà exsangue depuis 2019.

 

- "On s'en remet à Dieu" -

 

A quelques kilomètres de là, des Libanais ont emmené leurs enfants à un festival organisé dans le centre de Beyrouth, jusque tard dans la nuit.

"Malgré toutes les menaces, on est un peuple qui aime la vie", confie à l'AFP Abir Atallah, au milieu des rires des enfants devant l'estrade.

Bien que, selon l'ONU, 95.000 Libanais ont été déplacés par le conflit à la frontière avec Israël, le spectre de la guerre n'empêche pas les Libanais des autres régions de poursuivre leur vie normalement.

"On vit au jour le jour. Certes, les gens ont peur, mais on s'en remet à Dieu", avoue Mira Makhlouf, qui vend des jouets pour enfants.

"Les Libanais aiment faire la fête", déclare-elle, soulignant qu'elle n'a pas l'intention de quitter le Liban en cas de guerre à grande échelle.

Si des grands festivals qui se tiennent chaque été au Liban ont été annulés cette année en raison de la situation dans le sud du pays, certains organisateurs ont choisi de maintenir leur programmation.

Et les chanteurs arabes affluent au Liban pour se produire, comme en atteste récemment le concert à Beyrouth de la star égyptienne Amr Diab, qui a réuni plus de 20.000 personnes mi-juin.

Les expatriés continuent d'affluer pour la saison estivale, même si plusieurs pays ont à nouveau déconseiller à leurs ressortissants de se rendre au Liban.

"Je ne pense pas qu'une guerre puisse éclater, et on  n'a pas peur. Autrement, on ne verrait pas toute cette foule", déclare Nayla Haddad, en marge du festival.

"Toutes les deux semaines, on organise un festival dans un endroit différent", confie-t-elle, tout sourire.