La fraise, «or rouge» inattendu des producteurs au Burkina Faso

Des agriculteurs trient les fraises avant de les vendre sur les marchés de Ouagadougou, le 28 mars 2024. (Photo Fanny Noaro-Kabré  AFP)
Des agriculteurs trient les fraises avant de les vendre sur les marchés de Ouagadougou, le 28 mars 2024. (Photo Fanny Noaro-Kabré AFP)
Short Url
Publié le Samedi 06 avril 2024

La fraise, «or rouge» inattendu des producteurs au Burkina Faso

  • La culture de ce fruit qui aime autant le soleil que l'eau peut surprendre dans ce pays sahélien
  • La production de fraise est estimée à 2.000 tonnes par an au Burkina, leader incontesté de «l'or rouge» dans la région

OUAGADOUGOU, Burkina Faso : Dans la banlieue de Ouagadougou, les feuilles rondes des fraisiers supplantent choux et salades. «Bizarrerie» au coeur du Sahel, les fraises du Burkina envahissent les étals des marchés locaux, un «or rouge» qui s'exporte désormais dans les pays voisins.

De janvier à avril, dans les bas-fonds de Boulmiougou, un quartier populaire de la banlieue de la capitale, les fraises «prennent la place des autres cultures», affirme à l'AFP, Yiwendenda Tiemtoré.

Depuis l'aube, quand les températures n'ont pas encore atteint 40°C, il est occupé à récolter les petits fruits rouges, qu'il étale minutieusement sur des pagnes.

En moyenne, 25 à 30 kilogrammes de fraises des variétés «selva» et «camarose», les plus cultivées au Burkina Faso, sont récoltées tous les trois jours sur ses parcelles d'environ 300m2, qu'il arrose à partir de puits maraîchers.

La culture de ce fruit qui aime autant le soleil que l'eau peut surprendre dans ce pays sahélien.

Pourtant, la production de fraise est estimée à 2.000 tonnes par an au Burkina, leader incontesté de «l'or rouge» dans la région. Et si elles sont d'abord prisées par les clients locaux, plus de la moitié est exportée vers les pays voisins.

«Nous recevons des commandes de l'étranger, notamment de la Côte d'Ivoire, du Niger et du Ghana, la demande ne cesse d'augmenter et les prix sont intéressants», rapporte Madi Compaoré, un maraîcher, spécialiste des fraises, qui assure des formations avec plusieurs cultivateurs locaux.

Durant sa période de production, de janvier à avril, la fraise est vendue au prix moyen de 3.000 francs CFA le kilo (4,50 euros), une somme élevée comparée aux autres fruits et légumes.

L'insécurité due aux violences jihadistes et les soubresauts politiques dans ce pays qui a connu deux coups d'Etat militaires en 2022 n'a pas affecté la production, qui se concentre dans les deux principales villes du pays, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, même si «la filière n'est pas très bien organisée», concède M. Compaoré.

- Depuis les années 70 -

Selon le Programme d’appui à la promotion de l’entrepreneuriat agricole (PAPEA) au Burkina, le chiffre d'affaires de la campagne agricole de 2019-2020 des fraises était de plus de 2 milliards de francs CFA (environ 3 millions d'euros).

«On peut penser que c'est une bizarrerie de cultiver des fraises dans un pays sahélien comme le Burkina Faso, mais c'est une réalité depuis les années 1970», assure Madi Compaoré.

A l'époque, la culture avait été «introduite grâce un expatrié français qui avait rapporté quelques plants pour son jardin», explique t-il.

«Il y a de plus en plus de gens qui se lancent dans la culture de la fraise. C'est notre or rouge car c'est l'une des cultures les plus rentables tant pour les producteurs que pour les revendeurs», affirme M. Compaoré.

Jacqueline Taonsa, commerçante, n'hésite pas à abandonner pommes et bananes pour en vendre le temps de la saison.

Sur son vélo, elle sillonne les quartiers de Ouagadougou, un large saladier en équilibre sur la tête.

«Avec la chaleur, il est difficile de conserver les fraises pendant longtemps. Donc on prend des quantités qu'on peut écouler rapidement au cours de la journée», explique-t-elle, précisant en vendre «cinq à six kilogrammes par jour».

Ancienne vendeuse de fruits et légumes reconvertie dans la vente des pagnes tissés, Adissa Tiemtore a maintenu son commerce de fraises.

Pas question pour elle de se priver des marges de «200% à 300%»: «durant la saison des fraises je reprends uniquement ce commerce pour me faire un peu de sous et aussi satisfaire mes anciens clients, qui continuent à en faire la demande», explique-t-elle.

«On fait le tour des producteurs en fonction des jours de récolte. On arrive à avoir de quoi vendre chaque jour, durant les trois mois de production», poursuit-elle.

Mais la fin du mois d'avril sonne le glas de la saison. «On retourne à nos autres activités en attendant la saison prochaine», conclut Mme Tiemtore.

 


Chimie : l'émirati Adnoc propose un rachat de Covestro pour 12 milliards d'euros

Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action
  • Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT

BERLIN: Le fabricant allemand de plastique et de produits chimiques Covestro a annoncé lundi "entrer dans des négociations concrètes" sur son rachat par la compagnie nationale pétrolière émirati Adnoc, sur la base d'une offre valorisant le groupe à près de 12 milliards d'euros.

"Le conseil d'administration de Covestro a décidé aujourd'hui après consultation du conseil de surveillance, d'entrer dans des négociations concrètes avec Adnoc" avec comme "point de départ des discussions sur une offre possible de 62 euros par action", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Cette offre, qui sera soumise aux "résultats d'un audit" réalisé par Adnoc, valoriserait Covestro à 11,72 milliards d'euros, selon un calcul de l'AFP.

"A l'heure actuelle, il n'est pas certain que les négociations à venir aboutissent à un accord", même si "les discussions menées jusqu'à présent ont montré que Covestro et Adnoc peuvent s'entendre sur les aspects essentiels d'une éventuelle transaction," a toutefois précisé Covestro.

Discussions 

Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT, sur un indice DAX en hausse de 0,51%.

Les discussions entre les deux entreprises durent depuis plusieurs mois. Leur existence a été confirmée par Covestro en septembre dernier.

Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action, selon l'agence financière Bloomberg. Ce montant a ensuite été progressivement relevé au cours des discussions entre les deux entreprises.

La compagnie nationale Adnoc est le géant pétrolier des Emirats arabes unis, qui compte parmi les premiers exportateurs de brut au monde. Son patron, Sultan Al Jaber, a notamment été président de la COP28.

Covestro affiche de son côté une technologie et une expertise dans des domaines tels que le recyclage chimique et la réutilisation du CO2. Adnoc s'intéresse à ces technologies cruciales pour l'avenir de la chimie.

Le portefeuille de produits de Covestro donne aussi accès aux marchés finaux, notamment les véhicules électriques, l'isolation thermique et les adhésifs.

La chimie allemande, incarnée par des poids lourds comme BASF ou Bayer, traverse une grave crise industrielle liée au renchérissement des coûts de l'énergie depuis l'interruption des livraisons de gaz russe.


La 8e réunion du Conseil saoudo-américain du commerce et de l'investissement se tient à Washington

Réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement entre l'Arabie saoudite et les États-Unis (Tifa) en 2018. (Photo fournie)
Réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement entre l'Arabie saoudite et les États-Unis (Tifa) en 2018. (Photo fournie)
Short Url
  • La délégation saoudienne, menée par l'Autorité générale du commerce extérieur (Gaft), regroupe vingt entités gouvernementales
  • Le conseil vise à superviser les relations commerciales et d'investissement afin d'identifier les opportunités d'expansion

RIYAD: La 8e réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement (Tifa) entre l'Arabie saoudite et les États-Unis a débuté ce dimanche à Washington.

La délégation saoudienne, menée par l'Autorité générale du commerce extérieur (Gaft), regroupe vingt entités gouvernementales.

Le conseil vise à superviser les relations commerciales et d'investissement afin d'identifier les opportunités d'expansion, d’éliminer les obstacles commerciaux et d'investissement, d’optimiser un environnement favorable au commerce et à l’investissement ainsi que de promouvoir le développement économique entre les deux pays.

En outre, il traite des questions commerciales et d'investissement bilatérales. Ainsi, il favorise l'accès au marché, protège et fait respecter les droits de propriété intellectuelle, gère les données et le commerce électronique et renforce les capacités. En outre, il examine les politiques commerciales et d'investissement.

Par ailleurs, la délégation saoudienne participera à plusieurs séances et ateliers en marge de la réunion, qui se poursuivra jusqu'à vendredi.

Cela comprend un atelier dont le thème est «Les opportunités commerciales entre le Moyen-Orient et les États-Unis». Les ambassadeurs américains dans les pays du Golfe y participeront, ainsi que la session d'ouverture du Select USA Investment Summit, présidée par la secrétaire américaine au commerce, Gina Raimondo.

La délégation participera également au 5e Forum de dialogue commercial et d'investissement CCG-États-Unis, à une table ronde intitulée «Investissement saoudien dans la technologie», au Forum saoudo-américain, qui a pour thème «Investir dans notre avenir commun», à la table ronde CCG-États-Unis et à la table ronde saoudo-américaine. Il est à noter que toutes ces rencontres incluent la participation du secteur privé des deux pays.

En 2023, le volume des échanges commerciaux entre l'Arabie saoudite et les États-Unis s'élevait à environ 34 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro). Les principales exportations saoudiennes vers les États-Unis comprenaient des produits minéraux et des engrais, tandis que les machines et les équipements mécaniques, les pièces détachées, les automobiles et leurs pièces détachées constituaient les principales importations américaines.


IA: Meta lance un programme pour les start-up européennes en France

Cette photo prise à Mulhouse, dans l'est de la France, le 19 octobre 2023, montre une figurine à côté du logo Meta. (Photo par Sebastien Bozon AFP)
Cette photo prise à Mulhouse, dans l'est de la France, le 19 octobre 2023, montre une figurine à côté du logo Meta. (Photo par Sebastien Bozon AFP)
Short Url
  • Ce nouveau programme accompagnera cinq start-up européennes de septembre 2024 à février 2025
  • Elles bénéficieront «d'un mentorat technique des chercheurs de FAIR, le laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Meta, de l'accès à la plateforme et aux outils d'Hugging Face et de la puissance de calcul de Scaleway»

PARIS : Meta a annoncé lundi le lancement en France d'un nouveau programme dédié à l'intelligence artificielle (IA) en source ouverte pour les start-up européennes, qui peinent à rester compétitives, selon le géant américain.

«Nous avons un vrai problème en Europe, nous sommes en train de nous faire dépasser à toute vitesse par les Etats-Unis et la Chine», a déclaré à l'AFP, Nick Clegg, ancien vice-Premier ministre britannique et responsable des affaires internationales de Meta.

«Pendant trop longtemps, on a pensé que le seul rôle de l'Europe était de réguler, pendant que la Chine copie et l'Amérique innove», a-t-il poursuivi.

«On ne parvient pas au succès grâce à des réglementations mais grâce à l'innovation, l'entrepreneuriat et des partenariats entre les géants de la tech et des petites start-up, ce qui correspond aux ambitions de ce programme», a complété M. Clegg.

Lancé en partenariat avec Scaleway, filiale d'Iliad dédiée à la fourniture de services d'informatique dématérialisée (cloud) et la pépite française Hugging Face, plateforme collaborative de modèles d'intelligence artificielle, ce nouveau programme accompagnera cinq start-up européennes de septembre 2024 à février 2025.

Elles bénéficieront «d'un mentorat technique des chercheurs de FAIR, le laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Meta, de l'accès à la plateforme et aux outils d'Hugging Face et de la puissance de calcul de Scaleway», a précisé un communiqué.

L'idée étant que les heureux élus, qui ont jusqu'au 16 août pour candidater et seront hébergés au campus Station F à Paris, développent leurs services basés sur les modèles d'IA en source ouverte de Meta.

L'entreprise avait déjà chapeauté un programme similaire en janvier.

La société de Mark Zuckerberg se fait le chantre de l'approche «open source» (accès libre au code de programmation) dans la Silicon Valley, à l'opposé de ses concurrents comme OpenAI, accusés d'être des boîtes noires.

«Plus vous êtes ouverts au niveau de la technologie, plus il est facile pour chacun d'identifier les erreurs et de les corriger», a détaillé Nick Clegg.

«C'est plus démocratique et cela signifie qu'une technologie n'est pas contrôlée uniquement par une poignée d'entreprises américaines», a-t-il ajouté.