Les célébrations de l’Aïd éclipsées par les opérations militaires au Liban-Sud

Les habitants du village d’Aïta el-Chaab, au sud du Liban, posent pour une photo devant une maison détruite par de précédents tirs israéliens. (AFP)
Les habitants du village d’Aïta el-Chaab, au sud du Liban, posent pour une photo devant une maison détruite par de précédents tirs israéliens. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 avril 2024

Les célébrations de l’Aïd éclipsées par les opérations militaires au Liban-Sud

  • Les marchés de la ville ont signalé une activité commerciale raisonnable, mais les achats se sont limités aux vêtements pour enfants et aux produits alimentaires
  • Les villes frontalières libanaises de Debl et de Teir Harfa ont fait l’objet de bombardements israéliens, tout comme le village de Yaroun

BEYROUTH: Le dernier jour du ramadan, les villes et villages situés le long de la frontière libanaise avec Israël ne se sont pas préparés à célébrer l’Aïd al-Fitr avec le même entrain, malgré des périodes occasionnelles de calme dans les combats entre le Hezbollah et les forces israéliennes.

Il n’y a pratiquement pas eu d’achats pour l’Aïd sur les marchés, en particulier dans les grandes villes comme Bint Jbeil, Khiam, Naqoura et Meiss el-Jabal.

Dans les villages plus éloignés de la frontière, vers lesquels ont fui les habitants des localités proches de la ligne de front, «l’Aïd n’a aucun sens tant que les tirs de roquettes et d’obus destructeurs sur les maisons et tout ce qui bouge sur les routes se poursuivent», déclare Samer, père de deux enfants. «Les bruits de ces explosions nous terrorisent.»

EN BREF

Le Hezbollah échange des tirs avec Israël à la frontière sud du Liban depuis le 8 octobre, au lendemain de l’attaque lancée par le Hamas contre Israël, qui a exacerbé les tensions régionales.

Plus de 27 000 personnes ont été déplacées dans la ville de Tyr et ses environs. Des centaines de personnes vivent désormais dans des abris.

Les marchés de la ville ont signalé une activité commerciale raisonnable, mais les achats se sont limités aux vêtements pour enfants et aux produits alimentaires.

Maryam, mère de cinq enfants, soutient que «les gens font face à des difficultés extrêmes et ne peuvent pas se permettre de subvenir aux besoins de leurs enfants… parce que leurs salaires ont été fortement affectés par le ralentissement économique dans le sud. De plus, l’ambiance de peur et d’anxiété provoquée par les attaques israéliennes a aggravé la situation».

Lors d’une visite sur les marchés commerciaux du sud, Mohammed Saleh, président de la Chambre de commerce, d’agriculture et d’industrie de Saïda et du Liban-Sud, affirme que les attaques israéliennes dans la région ont provoqué un déclin de 40% de l’activité économique.

Saleh ajoute: «Aujourd’hui, j’ai visité les marchés de Saïda et j’ai constaté qu’ils étaient les plus touchés parmi les villes du sud, avec un taux de déclin de 70%, tandis que le taux de déclin à Nabatiyeh et Tyr n’est que de 30%.»

«La raison est que ces deux villes accueillent le plus grand pourcentage de personnes déplacées en provenance des zones frontalières et qu’elles souhaitent manger, boire et faire des courses pour leurs enfants.»

Les propos de Saleh interviennent mardi, au moment où le Hezbollah a lancé une série d’opérations contre des sites militaires israéliens dans la zone frontalière au sud.

Selon un communiqué, le parti aurait ciblé «la caserne Zibdine dans les fermes de Chebaa au moyen de missiles, provoquant des tirs directs». Le groupe affirme également avoir tué et blessé des soldats israéliens et détruit un char Merkava lors d’une attaque contre la caserne de Doviv.

Les sites d’information israéliens rapportent le lancement de quatre missiles depuis le Liban vers les positions de l’armée israélienne dans les fermes libanaises occupées de Chebaa.

Les villes frontalières libanaises de Debl et de Teir Harfa ont fait l’objet de bombardements israéliens, tout comme le village de Yaroun.

Une source sécuritaire dans la région note «une nouvelle tendance au niveau des règles d’engagement, à la suite de menaces israéliennes de guerre ouverte contre le Liban».

La source déclare: «Tout ciblage israélien de la région de la Bekaa, à l’est du Liban, se heurte au Hezbollah qui cible des sites militaires dans le Golan occupé, sans revendiquer la responsabilité des opérations.»

«C’est ce qui s’est produit après qu’un drone israélien – Hermes 900 – a été abattu il y a deux jours. Des avions de combat israéliens ont bombardé les centres du Hezbollah dans la Bekaa quelques heures plus tard. Le parti a riposté le lendemain en lançant un barrage de roquettes Katioucha sur la caserne de Keila, dans le Golan syrien occupé, visant par ailleurs la caserne de Yoav.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frontière Gaza-Egypte: Israël annonce avoir pris le contrôle du couloir de Philadelphie

Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Short Url
  • Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005
  • Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza

JÉRUSALEM: L'armée israélienne a pris le contrôle du couloir de Philadelphie, zone tampon à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a affirmé mercredi soir le porte-parole de l'armée israélienne.

"Ces derniers jours", les forces armées israéliennes "ont pris le contrôle opérationnel du couloir de Philadelphie à la frontière entre l'Egypte et Rafah", a affirmé le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une déclaration télévisée.

Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005, après 38 années d'occupation.

"Le couloir de Philadelphie servait de tuyau d'oxygène au Hamas, par lequel il faisait transiter régulièrement des armes vers la bande de Gaza", a poursuivi M. Hagari, ajoutant que l'armée israélienne avait découvert "une vingtaine de tunnels" dans cette zone.

"Ces dernières semaines, nos forces ont découvert une infrastructure terroriste souterraine sophistiquée à l'est de Rafah d'une longueur d'un kilomètre et demi à une centaine de mètres du passage" frontalier de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza, a en outre déclaré le porte-parole.

Ce poste-frontière, seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, est fermé depuis que l'armée israélienne en a pris le contrôle au début du mois de mai.

Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza, au lendemain de l'entrée de chars israéliens dans le centre de la ville, devenue, ces dernières semaines, l'épicentre de la guerre entre l'armée israélienne et le Hamas.

 


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.


Gaza:Des militants palestiniens diffuse une vidéo d'un otage israélien en vie

Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Short Url
  • Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe
  • Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre

GAZA: Le Jihad islamique palestinien a diffusé mardi la vidéo d'un otage israélien en vie s'exprimant en hébreu dans un court message.

Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe. Il avait été capturé le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz puis emmené dans la bande de Gaza.

Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre entre le Hamas et Israël, qui a permis la libération de 105 otages.

Son père Vitaly Trupanov, 50 ans, avait été tué lors de l'attaque.

"Voir mon Sasha à la télévision aujourd'hui est très réconfortant, mais cela me brise aussi le cœur qu'il soit en captivité depuis si longtemps. J'en appelle à tout le monde, à tous les décisionnaires, s'il vous plaît, faites tout, absolument tout, pour ramener mon fils et tous les otages à la maison maintenant !", a déclaré sa mère Yelena Trupanov, dans un court message publié par le Forum des familles d'otages.

Preuve 

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont déjà, par le passé, diffusé des vidéos d'otages.

Cette vidéo "est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages", affirme le Forum des familles d'otages, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.189 personnes, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Ils ont également enlevé 252 personnes. Parmi elles, selon Israël, 121 sont toujours détenues dans la bande de Gaza, dont 37 sont considérées mortes par l'armée israélienne.

La vaste opération militaire menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.