Dans deux cités de Marseille, «ça revit un peu» sans les dealers

À La Castellane, après trois semaines d'une opération antidrogue "XXL" qui a mobilisé en moyenne 600 policiers et gendarmes par jour, les habitants reprennent leur vie quotidienne. (Photo Nicolas Tucat AFP)
À La Castellane, après trois semaines d'une opération antidrogue "XXL" qui a mobilisé en moyenne 600 policiers et gendarmes par jour, les habitants reprennent leur vie quotidienne. (Photo Nicolas Tucat AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 avril 2024

Dans deux cités de Marseille, «ça revit un peu» sans les dealers

  • A la sortie de l'école, à la Castellane, juste en dessous de cet ensemble composé de grands immeubles blancs défraichis, les parents confient leur soulagement
  • L'opération «place nette XXL» qui touche à sa fin, après avoir mobilisé en moyenne 600 gendarmes par jour dans les Bouches-du-Rhône, «va dans le bon sens», estiment des policiers: «Mais derrière il faut des condamnations»

MARSEILLE : A La Castellane, après trois semaines d'une opération anti-drogue dite «XXL», les habitants reprennent timidement possession de leur cité. Comme à la Paternelle, épicentre de la guerre entre trafiquants qui a ensanglanté Marseille en 2023. Mais la peur reste palpable et les trafics jamais loin.

A la sortie de l'école, à la Castellane, juste en dessous de cet ensemble composé de grands immeubles blancs défraichis, les parents confient leur soulagement. Mais aucun ne s'attarde et tous refusent de donner ne serait-ce qu'un prénom.

«Ils ont déblayé les charriots et palettes qui étaient sur la route, espérons que ça reste comme ça», confie cette mère de famille en abaya.

«Il n'y a plus les cris, les jeunes qui traînaient. Je me sens plus sereine, surtout pour mon fils de 10 ans. Il fait grand alors à chaque fois qu'il partait à l'école, les jeunes l'appelaient. J'avais peur qu'ils le recrutent», explique une autre, turban bordeaux, sa petite dans les bras.

Dans le square, non loin d'une fresque à l'effigie de la fierté du quartier, Zinedine Zidane, deux petits jouent. «C'est plus calme depuis trois semaines», dit leur père, refusant d'en dire plus: «les dealers, ça me regarde pas».

Devant l'alimentation, des hommes sont attablés. Interrogé sur la présence policière quasi non-stop depuis la venue ultra-médiatisée d'Emmanuel Macron le 18 mars, un trentenaire, casquette noire et barbe de la même couleur, s'énerve: «Ils sont venus faire +place nette+, mais les plus pénalisés ce sont les habitants avec des amendes pour leur voiture», lance-t-il, évoquant ces PV dressés pour défaut de contrôle technique ou d'assurance.

«Si tu vois quelqu'un qui vend du shit, faut s'éloigner, c'est tout. Il y a des choses plus gênantes ici, la saleté, les rats».

- Délocalisation et réseaux sociaux -

Une dizaine de policiers sont postés à l'entrée de cette cité. «C'est une mafia, le narcotrafic, il y en a qui mangent avec ça, donc, forcément, ils aiment bien», commente l'un.

L'opération «place nette XXL» qui touche à sa fin, après avoir mobilisé en moyenne 600 policiers et gendarmes par jour dans les Bouches-du-Rhône, «va dans le bon sens», estiment-ils: «Mais derrière il faut des condamnations».

Et ils ne sont pas dupes: les trafiquants «délocalisent, ils vont ailleurs, vendent sur les réseaux sociaux», glisse l'un d'eux.

Aucun chiffre pour l'instant sur les suites judiciaires pour les quelque 850 personnes interpellées en trois semaines dans le département. La police promet qu'elle va «maintenir l'intensité», même si elle aura aussi à gérer l'arrivée de la flamme olympique, le 8 mai, et les épreuves de voile des JO cet été.

Et la frustration est là: «Cette opération, c'est de la com’», juge un enquêteur de la police judiciaire. «Le pilonnage c'est bien, mettre du +bleu+ dehors. On le voit à la cité de la Paternelle, le calme est pour l'instant revenu. Mais il faut que ce soit non-stop. Et il faut surtout revenir aux fondamentaux, (...) remettre des commissariats dans les cités et arrêter de ne faire que de la répression», dit-il.

- La Paternelle digère ses traumas -

La Paternelle, donc: depuis janvier, soit bien avant les opérations «Place nette XXL», les quatre points de deal qui généraient au total environ 200.000 euros par jour ont disparu dans cette cité emblématique des quartiers nord.

Sur les murs orangés des petits immeubles aux toits de tuile, les «menus» de la drogue ont été effacés et seules quelques flèches avec la mention «Yoda» rappellent que c'est d'ici qu'est partie la guerre entre ce clan et la «DZ Mafia» qui a causé la majorité des 49 narchomocides à Marseille en 2023.

Onissa, habitante du quartier «depuis 24 ans», évoque le nouveau calme qu'elle ressent: «on ne se réveille plus au milieu de la nuit» mais «chacun garde ses distances». Et digère ses traumatismes. Elle n'oublie pas le visage de son fils qui «a pris un choc», en mai, lorsqu'un homme de 35 ans avait été abattu à la kalachnikov sous leurs fenêtres.

Deux retraitées se souviennent, elles, de jeunes encagoulés débarquant armés un mercredi après-midi au milieu des enfants du centre aéré qui jouaient au tir à l'arc.

«Ah qu'on est bien» maintenant, se délecte l'une, assise sur son déambulateur, prenant le soleil au pied de son immeuble, un petit espace de vie récupéré aux jeunes dealers qui faisaient flamber des palettes.

Sur la petite bande d'herbe au-dessus, elles rêvent de voir un tourniquet avec des enfants: «Ca revit un peu, des personnes âgées ressortent, mais il n'y a rien», résume l'épicier, seul commerçant de la cité.

 

 


Guillaume Meurice convoqué à une commission de discipline le 30 mai

L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
Short Url
  • Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu
  • L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France

L'humoriste de France Inter Guillaume Meurice, suspendu depuis trois semaines dans l'attente d'un possible licenciement, est convoqué à une commission de discipline le 30 mai à 14h30 par la direction des ressources humaines de Radio France, a-t-il annoncé à l'AFP mercredi.

"La sanction envisagée est la rupture anticipée pour faute grave" de son contrat de travail, est-il rappelé dans sa convocation, consultée par l'AFP et qui fait suite à un entretien préalable jeudi dernier.

"Aucune décision définitive de sanction" ne sera "notifiée moins de deux jours ouvrables après la tenue de la commission" et  l'humoriste pourra demander "au cours de la réunion (...) que ce délai minimum soit augmenté à huit jours calendaires", est-il précisé.

Sollicitée par l'AFP, la direction de Radio France n'a pas souhaité commenter.

Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu tenus fin octobre.

Nazi

Il avait comparé le Premier ministre israélien à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui lui avait valu des accusations d'antisémitisme et une plainte, récemment classée sans suite.

L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France, était accompagné d'un délégué syndical Sud lors de son entretien préalable la semaine dernière.

A l'issue de cet entretien, le syndicat avait expliqué qu'il était reproché à Guillaume Meurice d'avoir répété ses propos polémiques "en sachant que l'Arcom (le régulateur de l'audiovisuel) avait adressé à Radio France une mise en demeure" la première fois.

Ainsi, le chroniqueur aurait "manqué de loyauté envers son employeur" et l'aurait fait "afin de servir des intérêts personnels", rapporte Sud qui conteste cela.

"La DRH de Radio France dispose des éléments suffisants pour renoncer à une sanction pouvant aller jusqu'à la rupture anticipée du contrat de travail", estime le syndicat.

Une grève contre la suspension de Guillaume Meurice avait empêché dimanche 12 mai la diffusion de l'émission de Charline Vanhoenacker, dont il fait partie, et perturbé les programmes de cette station durant la journée.


Le patron des Républicains souhaite que la France quitte la CPI

Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée»
  • Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages

PARIS: La Cour pénale internationale "s'est définitivement décrédibilisée" avec un mandat d'arrêt requis contre Benjamin Netanyahu et la France doit la quitter, a estimé mercredi le patron des Républicains Eric Ciotti, tandis que le président du Sénat Gérard Larcher a qualifié "d'outrageuses" les demandes de son procureur.

"Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée, qu'elle n'existera plus", a déclaré M. Ciotti sur BFMTV et RMC, jugeant "ridicule" de "mettre en accusation le Premier ministre d'un Etat démocratique qui se défend de la pire attaque terroriste qui ait jamais eu lieu".

Le procureur de la juridiction basée à La Haye a requis des mandats d'arrêt à l'encontre du chef de gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, ainsi que son ministre de la Défense Yoav Gallant, visés au même titre que les trois plus hauts chefs du Hamas (Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, Yahya Sinouar).

Ce qui revient pour M. Ciotti à "mettre sur le même plan des terroristes immondes, des islamistes", qui ont "les mêmes racines que ceux qui ont attaqué le Bataclan et la promenade des Anglais à Nice".

«Décrédibilisé»

Le député des Alpes-Maritimes a déploré que l'on "donne du crédit à des institutions politisées".

Quitte à sortir de la CPI? "Oui, absolument, elle s'est décrédibilisée", a-t-il insisté, avant de lancer: "Est-ce qu'elle attaque l'ayatollah Khamenei en Iran ? Est-ce qu'elle attaque M. Erdogan ? Est-ce qu'elle attaque Xi Jinping ? Enfin, où est-on là ? C'est ridicule".

Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages, a lui estimé que "mettre sur le même plan un gouvernement démocratique et des terroristes" était "une comparaison outrageuse et outrageante".

"Il faut faire attention à ce que ne se retrouvent pas sur le même banc ceux qui sont responsables d'assassinats et ceux qui ont été les victimes. C'est ma conception de la justice et je ne souhaite pas qu'elle s'égare", a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse après cette visite ministérielle.

Le sujet divise depuis lundi la classe politique française: d'un côté la droite, l'extrême droite mais aussi le camp présidentiel se sont émus d'une décision traçant un "parallèle" ou une "équivalence" entre Israël et le Hamas, placés "sur un pied d'égalité"; de l'autre la gauche a salué l'action d'une CPI "dans son rôle".


Macron en route pour la Nouvelle-Calédonie, nouveaux incendies dans la nuit à Nouméa

Short Url
  • Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa"
  • Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission"

NOUMEA: Après plus d'une semaine d'émeutes, Emmanuel Macron est en route mercredi pour la Nouvelle-Calédonie avec l'objectif d'y renouer le fil du dialogue et d'accélérer le retour à l'ordre à Nouméa, où deux écoles et un concessionnaire automobile ont été incendiés pendant la nuit.

La visite surprise du chef de l'Etat a été annoncée mardi en Conseil des ministres, alors que se multiplient les demandes de report du projet de loi constitutionnelle sur le corps électoral, rejeté par les indépendantistes.

Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a signalé dans un communiqué le Haut-Commissariat de la République. Selon la municipalité de Nouméa, interrogée par l'AFP, deux écoles et 300 véhicules d'un concessionnaire sont notamment partis en fumée.

Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission", a précisé la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, sans fournir plus de détail.

"Très peu de temps après l'annonce" de sa venue, la Nouvelle-Calédonie a par ailleurs été visée par une cyberattaque "d'une force inédite" visant à "saturer le réseau calédonien", a indiqué lors d'une conférence de presse Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial calédonien.

L'attaque, consistant en l'envoi simultané de "millions d'emails", a été stoppée "avant qu'il y ait des dégâts importants", a-t-il dit.

Dans un quartier aisé du sud de Nouméa épargné par les émeutes, Jean, 57 ans, se relaie depuis une semaine avec ses voisins sur une barricade destinée à empêcher d'éventuelles intrusions.

La venue du président est "une bonne nouvelle", estime-t-il: "La situation est totalement bloquée, il faut espérer que ça permette aux esprits de se calmer, qu'une porte de sortie va être trouvée."

Sur un barrage de Dumbéa, un fief indépendantiste à l'ouest de Nouméa, Mike, 52 ans, souhaite lui aussi que "Macron arrive pour voir ce qui se passe", tout en répétant que "nous, on reste sur l'opposition: c'est non au dégel".

"Je ne comprends pas pourquoi notre sort doit être discuté par des gens qui n'habitent même pas ici", déplore-t-il.