Un Franco-Canadien honoré aux «Oscars de la science» pour son traitement contre le cancer

French engineer Michel Sadelain arrives at the Tenth Breakthrough Prize Ceremony at the Academy Museum of Motion Pictures in Los Angeles, California, on April 13, 2024. (Photo by Etienne Laurent / AFP)
French engineer Michel Sadelain arrives at the Tenth Breakthrough Prize Ceremony at the Academy Museum of Motion Pictures in Los Angeles, California, on April 13, 2024. (Photo by Etienne Laurent / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 14 avril 2024

Un Franco-Canadien honoré aux «Oscars de la science» pour son traitement contre le cancer

  • M. Sadelain va ainsi se partager 3 millions de dollars avec l'Américain Carl June, un immunologiste qui également travaillé sur le même sujet que lui
  • Son travail a permis de développer une nouvelle forme de thérapie appelée CAR-T, très efficace contre certains cancers du sang

LOS ANGELES: Le scientifique franco-canadien Michel Sadelain s'est vu décerner un "Oscar de la science" samedi à Los Angeles, pour ses recherches qui ont permis de programmer des cellules du système immunitaire à combattre le cancer.

Cet ingénieur généticien a été récompensé par le Breakthrough Prize, lors d'une cérémonie très glamour, réunissant de grands noms de la tech comme Elon Musk ou Bill Gates, et une avalanche de célébrités, parmi lesquelles Jessica Chastain, Robert Downey Jr et Bradley Cooper.

Son travail a permis de développer une nouvelle forme de thérapie appelée CAR-T, très efficace contre certains cancers du sang.

"Ce prix, c'est une reconnaissance extraordinaire", a confié à l'AFP M. Sadelain, sur le tapis rouge du musée des Oscars. "C'est d'autant plus un honneur que (...) mes collègues scientifiques m'ont longtemps dit que ça ne marcherait jamais."

Le Breakthrough Prize a été lancé par des entrepreneurs de la Silicon Valley au début des années 2010 pour récompenser des percées en recherche fondamentale.

Il se revendique comme une sorte d'"Oscars de la science" et est aujourd'hui mieux doté que le prix Nobel.

M. Sadelain va ainsi se partager 3 millions de dollars avec l'Américain Carl June, un immunologiste qui également travaillé sur le même sujet que lui.

"Le plus grand plaisir néanmoins, c'est de voir des patients (...) qui n'avaient plus aucune chance et qui nous remercient, qui sont vivants aujourd'hui grâce aux cellules CAR-T", a expliqué le scientifique, qui a d'abord étudié en France et au Canada avant de s'installer au Memorial Sloan Kettering Cancer Center de New York.

«Médicaments vivants»

Concrètement, les recherches de M. Sadelain ont permis de reprogrammer génétiquement les lymphocytes T, qui sont les petits soldats du système immunitaire.

Ces derniers acquièrent alors des récepteurs capables de reconnaître et combattre les cellules cancéreuses, que le corps laisse en temps normal proliférer car il ne se rend pas compte de leur nocivité.

Ces récepteurs, qu'il nomme récepteurs d'antigènes chimériques (CAR en anglais), ordonnent également aux lymphocytes T de se multiplier pour avoir plus de combattants contre la maladie.

Cette manière de traiter le cancer relevait au départ "de la science-fiction", sourit M. Sadelain. Mais aujourd'hui, le chercheur se réjouit de voir que toute une industrie s'est développée pour produire ces "médicaments vivants".

Grâce à ses travaux et ceux de Carl June, une demi-douzaine de thérapies utilisant cette méthode sont approuvées aux Etats-Unis, et des centaines d'autres essais cliniques sont en cours.

Les lymphocytes T du patient sont d'abord collectés, modifiés à l'extérieur du corps, puis réinjectés dans le sang.

Le traitement a prouvé son efficacité contre les lymphomes, certaines leucémies, ou encore contre le myélome, un cancer sanguin grave et complexe.

Mais M. Sadelain espère que la recherche pourra permettre d'"appliquer ce traitement à d'autres cancers".

"Les cellules CAR-T pourraient peut-être marcher contre les maladies auto-immunes, des maladies comme le lupus, et peut-être un jour des maladies comme le diabète et les scléroses en plaques", explique-t-il.

L'un des principaux défis reste aussi de réduire les coûts du traitement, qui coûte aujourd'hui plus de 500.000 dollars - une somme en général couverte par les assurances.

Une vingtaine d'autres scientifiques ont été récompensés samedi lors du Breakthrough Prize, dans différentes catégories.

Les recherches honorées comprenaient notamment des médicaments efficaces pour traiter la cause sous-jacente de la mucoviscidose, une maladie mortelle des poumons, et la découverte des causes génétiques les plus courantes de la maladie de Parkinson.


JO-2024: le Coq sportif, petit poucet qui nie s'être vu trop beau

Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal.  Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an. (AFP).
Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal. Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an. (AFP).
Short Url
  • Dans l'usine de la marque au gallinacé, située à Romilly-sur-Seine (Aube), on travaille dans une atmosphère feutrée
  • Dans ces locaux à taille humaine, rares sont ceux à travailler encore sur des tenues olympiques et paralympiques. Tout sera achevé d'ici fin juin, espère Ewa Samson, directrice textile du Coq sportif

ROMILLY-SUR-SEINE: Le Coq sportif, petit équipementier français, a du dépasser de "nombreuses difficultés" et grossir pour habiller la délégation des Bleus aux Jeux: au sein de son usine historique où la machine n'a pas remplacé l'humain, son dirigeant réaffirme que tout sera livré à temps.

Dans l'usine de la marque au gallinacé, située à Romilly-sur-Seine (Aube), on travaille dans une atmosphère feutrée. Quelques dizaines d'ouvriers et de modélistes sont à pied d'oeuvre, concentrés sur leurs tâches, qui demandent dextérité et concentration.

Dans ces locaux à taille humaine, rares sont ceux à travailler encore sur des tenues olympiques et paralympiques. Tout sera achevé d'ici fin juin, espère Ewa Samson, directrice textile du Coq sportif.

L'usine pourra alors entièrement se consacrer à ses prochaines pièces, dont la liste est déjà affichée au centre de la chaîne de production: ensembles pour le grand public, tenues de golf, maillot d'un club de football de 3e division.

Pendant de longs mois, les 147 salariés de l'usine, sur les 363 que compte le Coq sportif en France, ont pourtant vécu au rythme des JO.

C'est là qu'ont été conçues de A à Z les tenues que porteront la grande majorité des athlètes français lors des Jeux olympiques, du 26 juillet au 11 août, et paralympiques (28 août-8 septembre).

Dans l'usine ont également été fabriquées les tenues que les athlètes français arboreront sur les podiums, ainsi qu'une petite partie de celles qu'ils porteront en compétition.

Cent ans plus tard

Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal.

Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an.

"Les concurrents contre qui on se bat ont tous 4, 5, 6 milliards minimum, je ne parle pas de Nike qui va faire 30 ou 40 milliards" de chiffre d'affaires, souligne auprès de l'AFP Marc-Henri Beausire, homme d'affaires suisse et actionnaire majoritaire du Coq sportif depuis 2005 via sa holding suisse Airesis.

Mais quand s'est présenté l'appel d'offres pour équiper la délégation française à Paris-2024, Marc-Henri Beausire n'a pas hésité: "cent ans plus tard, c'est le sens de l'histoire", dit-il, rappelant que son entreprise a habillé les équipes de France des Jeux de 1912 à ceux de 1972, y compris lors des derniers Jeux organisés à Paris, en 1924.

Certes, "nos difficultés ont été nombreuses", admet-il.

« On sera toujours là »

Le Coq sportif, qui a perdu 10 millions d'euros au premier semestre 2023 et a contracté l'an dernier un prêt garanti par l'Etat du même montant, reconnaît des retards dans le paiement de certains sous-traitants.

Le patron du comité olympique français (CNOSF), David Lappartient, a pointé il y a trois semaines "un petit peu de retard" dans la livraison des équipements aux athlètes français.

"Certaines fédérations sont inquiètes", assurait alors à l'AFP un haut responsable du mouvement olympique français, alors qu'un autre s'inquiétait, estimant du Coq Sportif "qu'ils n'avaient pas les reins solides".

Mais, à six semaines des Jeux, Marc-Henri Beausire se veut rassurant: "Tous les équipements vont être délivrés" à temps.

Et l'entrepreneur suisse souhaite candidater aux prochains appels d'offres visant à équiper les délégations françaises aux Jeux olympiques. "On est nés de ça, donc on sera toujours là, avec nos moyens", explique-t-il.

D'autant que, grâce au contrat des JO-2024, "on a acquis énormément de compétences" que le Coq sportif entend pérenniser, souligne Ewa Samson. A titre d'exemple, elle assure que l'équipe chargée des prototypes est ainsi passée de 4 à 10 membres depuis l'obtention du contrat JO.

Marc-Henri Beausire, lui, espère que l'exposition de sa marque lors des Jeux va permettre au Coq sportif de se développer à l'international, pour diversifier un chiffre d'affaires qui se fait actuellement de 80 à 90% en France. "On a changé de catégorie", assure-t-il, n'imaginant pas pouvoir être rétrogradé.


La grande inquiétude des électeurs musulmans de France face à l'extrême droite

Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment. (AFP).
Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment. (AFP).
Short Url
  • Pour Sarah, 23 ans, membre du collectif de femmes musulmanes "Khlass les clichés", il y a "un risque réel" de voir le Rassemblement national (RN) gagner les élections législatives", avec à la clé des "lois islamophobes"
  • Le Rassemblement national n'a pas caché dans le passé son hostilité à l'abattage rituel, qui interdirait de fait la viande halal et casher

PARIS: "Evidemment on a peur": à l'approche des législatives anticipées en France, les électeurs musulmans s'inquiètent d'une possible victoire de l'extrême droite, dont ils craignent d'être les premières victimes.

Pour Sarah, 23 ans, membre du collectif de femmes musulmanes "Khlass les clichés", il y a "un risque réel" de voir le Rassemblement national (RN) gagner les élections législatives", avec à la clé des "lois islamophobes" cherchant à "restreindre nos libertés individuelles", en matière de culte ou d'habillement par exemple.

Le Rassemblement national n'a pas caché dans le passé son hostilité à l'abattage rituel, qui interdirait de fait la viande halal et casher. En 2021, une de ses propositions de loi bannissait les "idéologies islamistes" et interdisait dans tout l'espace public le port du voile.

Sarah, qui n'a pas souhaité donner son nom, comme la plupart des personnes interviewées, s'inquiète aussi d'une "légitimation" de l'hostilité aux musulmans si, avec "un parti ouvertement raciste à la tête de l'Etat, les actes islamophobes se multiplient".

Samedi soir à Lyon (sud-est), une quarantaine de personnes d'ultra-droite ont déambulé dans les rues en criant "on est des nazis putain" et "islam hors d'Europe", selon des vidéos postées sur les réseaux sociaux. Le défilé a été condamné par le recteur de la Grande mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, qui a appelé les pouvoirs publics "à agir immédiatement" face à "la libération de la parole extrémiste".

« Boucs émissaires »

M. Hafiz avait déjà fustigé le 11 juin "la montée inquiétante de l'extrême droite", en s'inquiétant de voir que le "Maghrébin", le "musulman", sont "devenus les boucs émissaires, les symboles de tout ce qui est perçu comme menaçant, comme étranger, comme incompatible avec une identité nationale supposément homogène".

"Dans la tête des gens, c'est confondu maintenant: immigration = islam", et "invasion d'une population et d'une religion", affirme à l'AFP l'imam de Bordeaux (sud-ouest) Tareq Oubrou.

Dans cette évolution, beaucoup de musulmans déplorent le traitement médiatique qui leur est réservé.

"Dès que j'allume la télé, c'est dramatique, c'est islam islam islam, on confond avec l'islamisme, on met tout le monde dans le même sac", soupire devant la Grande mosquée Maryam, 46 ans, qui juge que "c'est plus difficile aujourd'hui qu'il y a quinze ans".

Cette mère de deux grands enfants leur a d'ailleurs conseillé "de faire des études pour pouvoir partir ailleurs", comme en écho au récent ouvrage "La France tu l'aimes mais tu la quittes", traduisant le malaise d'une partie des jeunes musulmans en France.

Mais les plus âgés aussi disent leur désarroi face aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet.

"Evidemment on a peur, pas trop pour la religion, surtout pour le quotidien", avoue Fatima, 70 ans.

"J'ai entendu (le président du RN) M. (Jordan) Bardella. Ce qu'il disait, c'était les étrangers dehors, ceux qui n'ont pas de travail dehors, et il dit qu'il va être Premier ministre? On veut empêcher ça, mais comment? on vote pour qui? On n'a personne", se désole Zora, 75 ans, arrivée il y a 46 ans de Tunisie.

Karim Tricoteaux, franco-algérien de 32 ans, voit un espoir dans le sentiment que "les partis de gauche sont en train de s'allier et sont plus puissants". Bien sûr, il ira voter: "Ça va le faire", promet-il.

Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment.

Aussi les responsables religieux appellent-ils à aller voter, et à ne pas prêter crédit aux vidéos sur les réseaux sociaux affirmant que la religion musulmane prône de s'abstenir.

"C'est des délires", affirme M. Oubrou en fustigeant "des ignares, qui ont un niveau bac -10 mais essaient de parler du droit canonique musulman".

"La religion musulmane prône au contraire le respect de l'autorité de l'Etat dans lequel on vit", assure M. Hafiz.


Législatives: fin du dépôt des candidatures, Mbappé «  contre les extrêmes  »

Short Url
  • Les candidats avaient jusqu'à 18 heures pour se rendre en préfecture et s'inscrire en vue du premier tour du 30 juin
  • Les listes définitives n'ont pas encore été toutes rendues publiques par les partis

PARIS: La course contre la montre pour déposer sa candidature s'est achevée dimanche après-midi pour les postulants aux législatives dans les 577 circonscriptions, au terme d'une folle semaine de tractations, d'alliances et de dissidences qui ont bouleversé le paysage politique.

Preuve de leur importance, ces élections, qui pourraient porter le RN au pouvoir, secouent jusqu'à l'Euro de football en Allemagne. Le capitaine de l'équipe de France Kylian Mbappé s'est dit "contre les extrêmes, les idées qui divisent". La veille, son coéquipier Marcus Thuram avait estimé qu'il fallait "se battre pour que le RN ne passe pas".

Les candidats avaient jusqu'à 18 heures pour se rendre en préfecture et s'inscrire en vue du premier tour du 30 juin. Le deuxième se tiendra le 7 juillet.

Les listes définitives n'ont pas encore été toutes rendues publiques par les partis. Mais, une semaine après le séisme de la dissolution, tout est désormais scellé après plusieurs journées de grande confusion avec le ralliement du patron des Républicains Eric Ciotti au Rassemblement national, des alliances locales entre la droite et la majorité ainsi que des candidatures dissidentes à gauche.

A gauche, l'offre est en grande partie connue depuis la formation du Nouveau Front populaire qui a réussi à se mettre d'accord en quelques jours sur un programme et des candidats.

Mais, nouveau coup de théâtre, Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales en 2022, a préféré jeter l'éponge. Sous pression après son investiture LFI qui avait heurté notamment socialistes et écologistes, il ne souhaite pas que sa candidature "soit utilisée" contre la nouvelle union de la gauche.

Saluant cette décision, LFI a annoncé investir un autre candidat, Aurélien Le Coq. Mais la militante féministe Amy Bah, soutenue par la maire socialiste de Lille Martine Aubry a maintenu sa candidature.

« Je ne serai jamais le problème »

Autre sujet de tension, LFI a refusé d'investir plusieurs figures historiques critiques de la ligne de Jean-Luc Mélenchon, comme Danielle Simonnet, Raquel Garrido et Alexis Corbière, déclenchant une nouvelle réprobation des socialistes et écologistes.

Le Nouveau Front populaire, qui rassemble de l'anticapitaliste Philippe Poutou à l'ex-président François Hollande, sera t-il capable de résister à l'hétérogénéité de ses composantes ?

Jean-Luc Mélenchon a joué l’apaisement dimanche, notamment sur une candidature à Matignon dont beaucoup ne veulent pas.

"Si vous pensez que je ne dois pas être Premier ministre, je ne le serai pas. Je ne serai jamais le problème", a-t-il déclaré sur France 3.

Au lendemain de la candidature surprise de l'ex-président François Hollande en Corrèze sous la bannière du Nouveau Front populaire, l'ancien Premier ministre Lionel Jospin (1997 à 2002) a, lui, aussi défendu la nouvelle union, seule "digue", selon lui, capable de contenir le parti d’extrême droite.

Il a dénoncé dans Le Monde "l’arrogance" et la "légèreté" d'Emmanuel Macron dans son choix de dissoudre l'Assemblée, l'ex-président Nicolas Sarkozy estimant que le chef de l'Etat a pris "un risque majeur pour le pays (qui) peut le plonger dans un chaos".

Pouvoir d'achat

Au centre, après la déroute des européennes et "la sidération" de la dissolution, la majorité tente de se remobiliser sous la houlette de Gabriel Attal.

Sur le pouvoir d'achat, premier thème mis en avant par les Français, le Premier ministre a promis samedi plusieurs mesures en cas de victoire de son camp notamment une baisse des factures d'électricité de 15% "dès l'hiver prochain" et une hausse du montant de la prime dite "Macron", versée par les entreprises à leurs salariés.

"Je ne crois pas que l'annonce de dépenses supplémentaires soit la réponse", a prévenu dimanche sur LCI le président du MoDem François Bayrou, allié de la majorité.

Cette dernière, qui accuse un grand retard dans les sondages, tente d'élargir son socle.

En cas de victoire, "il va falloir envisager de réunir dans un gouvernement des personnalités (...) éloignées les unes des autres", a commenté M. Bayrou.

Alliances locales

Des "pactes de non-agression" entre la majorité et la droite semblent se mettre en place, et des députés LR sortants seront assurés de pouvoir candidater sans macroniste contre eux.

Des tenants de l'aile gauche de la Macronie tendent eux la main, dans La Tribune, à l"ami social-démocrate" pour qu'il rejette le Nouveau Front Populaire et son programme, un mélange de "démagogie" et d'"inconséquence".

Du côté de LR, le parti joue sa survie après la rocambolesque semaine consécutive au choix solitaire de son président Eric Ciotti de s'allier avec le Rassemblement national.

A Nice le LR a d'ailleurs investi un autre candidat Virgile Vanier contre Eric Ciotti, a indiqué dimanche à l'AFP un membre de la commission d'investiture.

Nicolas Sarkozy a dénoncé cette alliance, une erreur stratégique selon lui, car le parti risque de devenir un simple "supplétif" du RN.

A l'extrême droite, la clôture des candidatures permettra de juger des ralliements entraînés par le député des Alpes-Maritimes.

Si le patron du RN Jordan Bardella a annoncé qu'il y aurait "un candidat commun" "dans 70 circonscriptions", le Niçois semble n'avoir aucune figure nationale avec lui.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune dimanche, un Français sur trois souhaite une victoire du RN, un sur quatre de l'alliance de gauche et un sur cinq de Renaissance.

Si le parti d'extrême droite arrive au pouvoir, Marine Le Pen, dont la soeur Marie-Caroline a fait acte de candidature dans la Sarthe, a déclaré qu'elle ne demanderait pas la démission du président Macron.