Chants, danses et Coran: en Ethiopie, la ville d'Harar célèbre Shuwalid, festival séculaire

Des jeunes femmes vêtues d'habits traditionnels se reposent après un défilé lors de la célébration du festival Shuwalid à Harar, le 16 avril 2024. (Photo Michele Spatari AFP)
Des jeunes femmes vêtues d'habits traditionnels se reposent après un défilé lors de la célébration du festival Shuwalid à Harar, le 16 avril 2024. (Photo Michele Spatari AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 17 avril 2024

Chants, danses et Coran: en Ethiopie, la ville d'Harar célèbre Shuwalid, festival séculaire

  • Shuwalid - «fête de Shuwal», mois du calendrier musulman succédant à celui de Ramadan - marque la fin de six jours supplémentaires de jeûne observés par certains musulmans à l'issue du mois sacré
  • Sur la scène dressée sur chacune des deux placettes, des membres des mosquées, vêtus de blanc, scandent joyeusement en choeur les sourates

HARAR, Ethiopie : Psalmodiant des sourates au rythme obsédant des tambours, hommes, femmes et enfants dansent en tapant des mains. Les habitants d'Harar, ville fortifiée d'Ethiopie figée dans le temps, célèbrent Shuwalid, fête gardienne des traditions séculaires toujours vivantes de cette petite communauté.

Shuwalid - «fête de Shuwal», mois du calendrier musulman succédant à celui de Ramadan - marque la fin de six jours supplémentaires de jeûne observés par certains musulmans à l'issue du mois sacré.

Mardi soir, les placettes autour des deux sanctuaires au centre des festivités, à l'intérieur des murailles qui enserrent la vieille ville depuis le XVIe siècle, étaient noires de monde pour le premier Shuwalid depuis son inscription fin 2023 au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco.

Sur la scène dressée sur chacune des deux placettes, des membres des mosquées, vêtus de blanc, scandent joyeusement en choeur les sourates.

Ils commencent à balancer en rythme le haut du corps. Plusieurs se lèvent et dansent.

Au pied de la scène, une partie de la foule reprend les chants, certains accompagnent le rythme du tambour en entrechoquant des plaquettes de bois. Des groupes de femmes dansent.

- Recherche de fiancé -

Les Harari se revendiquent du soufisme, courant mystique de l'islam qui se veut une voie spirituelle vers Dieu. Les soufi pratiquent le Zikir, répétitions de formules du Coran qui peuvent être notamment révisées, chantées et dansées.

«Shuwalid fait partie de nos traditions», sourit Aïcha Abdurahman, institutrice de 19 ans dont les mains sont décorées au henné, qui aime revêtir les habits traditionnels, «les chants, les danses». «Cela permet aussi de nous voir», notamment les Harari vivant hors de la ville: «Les gens viennent de partout».

«Cette année, Shuwalid est spécial, c'est le premier depuis son inscription par l'Unesco. Cela nous rend très heureux et très fiers», dit-elle.

Les femmes attirent particulièrement les regards avec leurs tuniques et voiles brodés de couleurs ou de brillants, le front ceint de parures étincelantes.

Les jeunes ont apporté un soin particulier à leur apparence. Car la tradition veut que Shuwalid soit aussi l'occasion de repérer et faire connaissance avec un(e) possible fiancé(e).

«Cela remonte au temps où jeunes garçons et filles étaient strictement séparés. Aujourd'hui, ils se connaissent déjà, mais la tradition perdure», explique Abdul Ahmed, guide et fin connaisseur de l'histoire de la ville et de ses traditions.

«Ce soir, on va chercher un fiancé, souhaitez-nous bonne chance», rigole Iman Mohamed, 20 ans, accompagnée de sa copine Gizman Abdulaziz du même âge: «Shuwalid, c'est le moment où garçons et filles font connaissance, c'est une opportunité une fois dans l'année. C'est pour cela qu'on s'est faite belle».

- 82 mosquées -

Quelques heures avant, des habitants de Harar Jugol - nom de la partie fortifiée de la ville d'Harar qui s'étend désormais au-delà des murailles - s'affairaient aussi à raviver de couleurs pastel certains murs chaulés de ses 368 étroites ruelles.

Située à 500 km à l'est de la capitale Addis Abeba, Harar Jugol est elle-même listée au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Outre ses 82 mosquées - dont trois du Xe siècle - et ses 102 sanctuaires sur moins d'un demi kilomètre carré, elle est le témoin préservé de traditions urbanistiques africaines et islamiques.

On y trouve encore de nombreuses maisons traditionnelles harari dont «la conception intérieure est exceptionnelle», note l'Unesco. Elles sont constituées d'une seule pièce en escalier de deux ou trois larges marches, les plus âgés s'installant sur la partie la plus haute. Une mezzanine sert de couchage.

Capitale d'un royaume au XVIe siècle, puis émirat indépendant, longtemps carrefour commercial, Harar n'a été intégrée à l'Ethiopie qu'en 1887.

La vieille ville a peu changé au cours de son histoire. A la fin du XIXe siècle, des commerçants indiens ont bâti des demeures à véranda de bois venues s'ajouter à l'identité urbaine de la vieille ville.

Les Harari - une infime minorité des quelque 120 millions d'Ethiopiens - ont su maintenir leurs traditions et «l'organisation des communautés sur la base de systèmes traditionnels leur a permis de préserver leur héritage social et matériel, et notamment la langue harari», souligne l'Unesco.

Les célébrations ont continué toute la nuit et dans la matinée.


Des étudiants saoudiens remportent 10 prix lors d'un concours international de mathématiques

La secrétaire générale de Mawhiba, Amal Al-Hazaa, a déclaré que cette victoire est une source de fierté pour l'ensemble de la nation (SHUTTERSTOCK)
La secrétaire générale de Mawhiba, Amal Al-Hazaa, a déclaré que cette victoire est une source de fierté pour l'ensemble de la nation (SHUTTERSTOCK)
Short Url
  • La secrétaire générale de Mawhiba, Amal Al-Hazaa, a déclaré que cette victoire est une source de fierté pour l'ensemble de la nation .
  • L'équipe saoudienne a remporté deux médailles d'argent, cinq médailles de bronze et trois certificats de mérite face à 345 autres élèves.

RIYADH : Des étudiants saoudiens en mathématiques ont remporté 10 prix, face à une forte concurrence de 38 pays, lors de la 36e Olympiade annuelle de mathématiques Asie-Pacifique, a rapporté l'agence de presse saoudienne mercredi en fin de journée.

L'équipe saoudienne, représentée par la Fondation du roi Abdulaziz et de ses compagnons pour le talent et la créativité (Mawhiba) et le ministère de l'Education, a remporté deux médailles d'argent, cinq médailles de bronze et trois certificats de mérite face à 345 autres élèves.

Youssef Bakheet, de la direction de l'éducation de la Commission royale pour Jubail et Yanbu, et Muath Al-Qahtani, de la province orientale, ont reçu les médailles d'argent.

Les médailles de bronze ont été décernées à Mohammed Al-Ghamdi et Ilyas Al-Faraj de la province orientale, Ahmed Al-Shahri de Riyad, Fatima Bouali d'Al-Ahsa et Ahmed Khalawi de Jeddah.

Les certificats de mérite ont été décernés à Mohammed Hafez et Abdul Salam Al-Salmi de Médine, ainsi qu'à Youssef Khalawi de Jeddah.

Le secrétaire général de Mawhiba, Amal Al-Hazaa, a déclaré que cette victoire est une source de fierté pour toute la nation.

La participation à l'APMO faisait partie du programme Mawhiba pour les olympiades internationales, qui est organisé en partenariat stratégique avec le ministère de l'éducation.

Il s'agit de l'un des 20 programmes et initiatives qui proposent des programmes d'études avancés et des programmes d'enrichissement fournis chaque année par Mawhiba et le ministère pour les élèves talentueux.


Moussa Diaby rejoint Al-Ittihad en provenance d'Aston Villa

Diaby devrait renforcer le potentiel offensif d'Al-Ittihad. (Photos : Ittihad)
Diaby devrait renforcer le potentiel offensif d'Al-Ittihad. (Photos : Ittihad)
Short Url
  • Moussa Diaby rejoint ses compatriotes Karim Benzema et Ngolo Kante à Djeddah

RIYAD : Le français Moussa Diaby a rejoint Al-Ittihad, a annoncé le club jeudi.

L'équipe de Djeddah a posté une vidéo d'annonce dans laquelle le joueur porte le jersey noir et jaune d'Ittihad.

Il rejoindra les Tigres pour un contrat de cinq ans après avoir passé avec succès un examen médical à Alicante, en Espagne, selon un communiqué du club.

Diaby annonce dans la vidéo : "Bonjour les Tigres, je suis là", en tenant un téléphone à cadran d'époque.

--

"Je suis ravi de rejoindre Al-Ittihad et de faire partie d'un projet qui vise à construire une équipe forte reflétant la riche histoire et les valeurs du club. J'ai hâte de collaborer avec mes nouveaux coéquipiers pour remporter des victoires et apporter de la joie à nos fans dévoués", a déclaré le français.

"Diaby a un palmarès impressionnant, ayant joué dans les meilleurs championnats de France, d'Allemagne et d'Angleterre, où il a démontré son talent et son habileté en tant qu'ailier", peut-on lire dans le communiqué.

Domingos Oliveira, le PDG d'Ittihad, a déclaré : "Notre comité sportif a identifié le besoin de renforcer le poste d'ailier avec un joueur exceptionnel, et nous sommes convaincus que Moussa Diaby est l'un des meilleurs joueurs qui se distinguent au niveau mondial à ce poste".

--

Le milieu de terrain de 25 ans a joué 54 matchs pour Aston Villa, en Premier League anglaise, dont 25 la saison dernière, lors de l'impressionnante quatrième place du club.

En Espagne, le joueur a été accueilli par le directeur sportif de l'équipe, Ramon Planes, et a été présenté à ses nouveaux coéquipiers et au personnel technique et administratif.

Il rejoint ses compatriotes Karim Benzema et Ngolo Kante dans la ville de la côte ouest.

Le gaucher Diaby, joueur rapide et polyvalent, n'est pas connu pour marquer beaucoup de buts, mais sa menace offensive sera un avantage pour les Tigres.

Ittihad a connu une saison décevante l'année dernière, finissant en cinquième place, après avoir remporté le titre de la Saudi Pro League un an plus tôt.

Le club de Djeddah a fait appel au vétéran français Laurent Blanc comme entraîneur pour augmenter ses chances face aux trois autres grands clubs de la SPL : Al-Hilal, Al-Nassr et Al-Ahli.

L'Ittihad est actuellement en stage de pré-saison en Espagne et jouera contre Séville vendredi.

--

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le programme de reforestation côtière de l'Arabie saoudite en bonne voie

Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Short Url
  • Quelque 13 millions de plants de palétuviers ont été plantés jusqu'à présent depuis le lancement, il y a un an, de l'ambitieux programme de couverture forestière du littoral
  • Le programme vise à planter 100 millions de palétuviers le long des côtes de la mer Rouge et du golfe Persique d'ici à 2030

RIYAD : L'Arabie saoudite est en bonne voie pour atteindre son objectif de planter 100 millions de palétuviers d'ici 2030, conformément à l'Initiative verte saoudienne et à la Vision 2030 du royaume.

Quelque 13 millions de plants de palétuviers ont été plantés jusqu'à présent depuis le lancement de l'ambitieux programme de couverture forestière côtière il y a un an, indique un rapport du Centre national pour le développement de la couverture végétale et la lutte contre la désertification (NCVC) publié par l'Agence de presse saoudienne.

La plupart des projets sont actuellement menés le long de la côte de la mer Rouge, la province de Jazan arrivant en tête avec 5,5 millions de plants. La province de La Mecque suit avec 2,4 millions de plants, celle de Médine avec 2 millions, celle de Tabouk avec 1,5 million et celle d'Asir avec 1 million.

Sur la côte du golfe Persique, la province orientale en a planté 500 000 jusqu'à présent, selon le rapport. Mais avant le lancement officiel du projet le long du golfe Persique, le centre a noté que 700 000 plants avaient déjà été plantés, dont 200 000 sur l'île de Ras Abu Ali, dans le gouvernorat de Jubail, et 500 000 dans le gouvernorat d'Al-Wajh.

"Le projet comprend la mise en place de clôtures et l'entretien des plants, afin de les protéger des algues, ainsi que la protection des sites contre le pâturage et l'empiètement", a rapporté l'agence SPA.

Dans la province occidentale d'Asir, la NVCV et l'Autorité de développement de la région d'Asir (ASDA) ont lancé mercredi la campagne "Restauration des mangroves" sur les côtes de la province, dans le cadre des activités de la Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves, qui est célébrée chaque année le 26 juillet.

--
Plantation de palétuviers dans le gouvernorat d'Al-Barak de la région d'Asir. (SPA)

La campagne a débuté par la plantation de 500 plants de palétuviers sur les plages du gouvernorat d'Al-Barak. Le gouverneur d'Al-Barak, Abdullah bin Ali bin Muhya, et le maire, Nasser Saeed Al-Shahrani, ont dirigé l'événement.

"L'initiative vise à sensibiliser à l'importance de la plantation et de la protection des forêts de mangroves, à éduquer la société sur l'importance des mangroves et leur impact positif sur l'environnement, à souligner le rôle de ces arbres dans la crise du changement climatique et à atténuer le réchauffement de la planète...", indique le rapport.

Les mangroves, qui travaillent de concert avec les herbiers marins et les récifs coralliens, maintiennent les zones côtières en bonne santé, affirment les scientifiques marins.

On a constaté qu'elles fournissaient un habitat essentiel à des milliers d'espèces, qu'elles stabilisaient les rivages, prévenaient l'érosion et protégeaient les communautés contre les vagues et les tempêtes.

"On estime que 75 % des poissons pêchés commercialement passent un certain temps dans les mangroves ou dépendent de réseaux alimentaires qui peuvent être retracés jusqu'à ces forêts côtières", selon le Musée américain d'histoire naturelle.

De nombreux pays où les mangroves sont gravement détruites souffrent d'un déclin continu de leurs prises de poissons.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com