Les Etats-Unis créent une «ceinture des batteries», misant sur la transition électrique

Une vue du Guilford Technical Community College, qui offre un programme d'apprentissage où les étudiants travaillent avec le constructeur automobile Toyota, le 22 avril 2024, à Greensboro, en Caroline du Nord. (Photo Allison Joyce / AFP)
Une vue du Guilford Technical Community College, qui offre un programme d'apprentissage où les étudiants travaillent avec le constructeur automobile Toyota, le 22 avril 2024, à Greensboro, en Caroline du Nord. (Photo Allison Joyce / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 09 mai 2024

Les Etats-Unis créent une «ceinture des batteries», misant sur la transition électrique

  • Une déferlante d'investissements se déverse aux Etats-Unis, où le président Joe Biden s'active à raviver le tissu industriel et la chaîne d'approvisionnement dans des secteurs cruciaux: batteries, semi-conducteurs, etc.
  • C'est ainsi qu'une «ceinture des batteries» s'étoffe, surtout dans le sud-est du pays -- Caroline du Nord et Géorgie en première ligne -- avec l'implantation d'usines de batteries pour véhicules électriques, et de composants

GREENSBORO, États-Unis : Plus jeune, Devante Cuthbertson pensait devoir un jour quitter sa ville de Greensboro, dans le sud-est des Etats-Unis, pour trouver du travail, jusqu'à ce que le constructeur japonais Toyota décide d'investir près de 14 milliards de dollars pour y bâtir une méga-usine de batteries automobiles.

A 28 ans, il effectue un apprentissage dans un établissement public d'enseignement technique, incluant trois jours hebdomadaire de travail chez le constructeur installé en Caroline du Nord, dans l'optique d'y décrocher un emploi.

Une déferlante d'investissements se déverse aux Etats-Unis, où le président Joe Biden s'active à raviver le tissu industriel et la chaîne d'approvisionnement dans des secteurs cruciaux: batteries, semi-conducteurs, etc.

En cette année de scrutin présidentiel, il fait aussi du pied aux électeurs en col bleu dans les Etats-clés, ceux qui peuvent basculer d'un bord à l'autre selon l'élection, comme l'est la Caroline du Nord.

Mais Joe Biden souhaite également saper la domination chinoise dans les technologies de la transition énergétique.

C'est ainsi qu'une «ceinture des batteries» s'étoffe, surtout dans le sud-est du pays -- Caroline du Nord et Géorgie en première ligne -- avec l'implantation d'usines de batteries pour véhicules électriques, et de composants.

- Opportunité -

Mais avec un syndicalisme peu présent dans ces régions, le président démocrate, qui a promis de «bons emplois syndiqués», est sous pression et pourrait ne pas tirer les fruits de cet essor industriel.

Des syndicats et organisations de protection des droits civiques en Alabama et en Géorgie ont tenté, en août 2023, d'obtenir de Hyundai une protection des droits des travailleurs. Le constructeur sud-coréen a investi 7,6 milliards de dollars en Géorgie, notamment pour bâtir une usine de véhicules électriques.

La perspective d'une création de centaines, voire de milliers, d'emplois a revitalisé des régions entières -- y compris Greensboro et ses alentours, qui avaient prospéré grâce aux industries du textile, du tabac et des meubles.

Pour Devante Cuthbertson, l'arrivée de Toyota a représenté «une opportunité», raconte-t-il à l'AFP. Celle «de faire partie de quelque chose de plus grand qu'un simple boulot. C'est une carrière».

Les effectifs de la gigantesque usine de batteries de Toyota devraient grimper de quelque 800 aujourd'hui à 5.100 personnes d'ici 2028, et l'investissement total à 13,9 milliards de dollars. A l'origine, le constructeur prévoyait seulement 1,29 milliard.

- Déficit de recharge -

Les véhicules électriques devraient représenter environ 30% du marché américain d'ici 2030, relève Sean Suggs, directeur de cette usine, mais il s'inquiète du manque d'infrastructures, comme les stations de recharge.

Le constructeur américain Tesla a créé son propre réseau, désormais utilisable par plusieurs concurrents, et l'émergence de nouveaux acteurs devrait améliorer le maillage.

Le groupe finlandais Kempower s'est ainsi installé en Caroline du Nord il y a deux ans, bénéficiant d'un financement des autorités américaines pour favoriser le développement du secteur.

Près de 650 milliards de dollars de subventions fédérales et locales ont été annoncés depuis 2021 pour développer l'industrie verte (énergie et production).

Une mesure phare de Joe Biden, l'Inflation Reduction Act (2022), doit déverser quelque 370 milliards de dollars d'aides et d'avantages fiscaux pour accélérer la transition énergétique, notamment sur les routes avec l'électrique.

Tomi Ristimaki, patron de Kempower, anticipe une hausse pérenne des financements pour les constructeurs américains et européens, avec des gouvernements qui tentent d'effriter l'hégémonie chinoise.

L'entreprise a investi plus de 40 millions de dollars dans son usine de Durham, et créé des centaines d'emplois. Elle prévoit de s'approvisionner, pour plus de la moitié de ses besoins, auprès de fournisseurs américains.

- Patience -

La Caroline du Nord attire «des niveaux d'activité quasi inédits», relève Christopher Chung, directeur d'un organisme de développement économique de cet Etat.

Le fabricant américain de semi-conducteurs Wolfspeed a notamment investi 5 milliards de dollars dans sa nouvelle usine.

Selon M. Chung, non seulement ces projets se multiplient mais les montants moyens investis ne font qu'enfler, tout comme leurs effets sur l'emploi.

Ces sociétés vont néanmoins devoir faire preuve de patience, car le marché du véhicule électrique se développe moins rapidement qu'anticipé, et la main-d'oeuvre qualifiée manque.

Mais les effets se font déjà ressentir sur le terrain, explique Evito Perez, machiniste chez Toyota: «Les écoles obtiennent davantage de financements qu'auparavant, et beaucoup de routes sont refaites».

 

 


Le Cabinet saoudien approuve la mise en place d'un programme national de minéraux

Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.  
  • Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

RIYADH : L'Arabie saoudite s'apprête à lancer un nouveau programme national sur les minéraux, renforçant ainsi sa position en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des métaux.
 
Le cabinet saoudien a approuvé la mise en place de cette initiative, qui sera liée au ministère de l'Industrie et des Ressources minérales du Royaume, selon un communiqué. 
 
Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.
 
Il s'inscrit dans l'ambition de l'Arabie saoudite de faire de l'exploitation minière un pilier industriel fondamental de l'économie du pays. Elle s'aligne également sur l'objectif du ministère de renforcer le secteur et de contribuer aux développements en cours dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite.

Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

 
Bandar Alkhorayef, ministre de l'industrie et des ressources minérales, a remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman à la suite de l'approbation du cabinet, et a déclaré que le programme jouera un rôle efficace pour stimuler la croissance dans le secteur des minéraux et exploiter les richesses minérales du Royaume.
 
« Cette décision du Conseil des ministres d'établir le Programme national des minéraux constituera un changement qualitatif dans le soutien des chaînes d'approvisionnement dans les secteurs industriel et minier et renforcera la position du Royaume en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des minéraux », a déclaré M. Alkhorayef dans un communiqué.

« Selon les orientations du Royaume, il s'agit de développer les chaînes de valeur minières afin que le secteur minier devienne le troisième pilier de l'industrie nationale, et de tirer profit de la situation géographique du Royaume, qui représente l'un des plus importants carrefours commerciaux majeurs », a-t-il également déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


HSBC choisit son directeur financier Georges Elhedery comme prochain directeur général

Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Short Url
  • Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre
  • Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae)

HONG KONG: Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.

"Je suis ravi de confirmer Georges en tant que prochain directeur général du groupe HSBC", a indiqué le président du groupe Mark Tucker, dans un communiqué à la bourse de Hong Kong.

"Nous avons hâte de travailler avec lui à la tête d'HSBC dans la prochaine phase de développement et de croissance", a-t-il ajouté.

Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae).

Il a rejoint HSBC en 2005, après une vaste expérience dans le trading à Londres, Paris et Tokyo, et est devenu le directeur financier du groupe en janvier 2023.

De 2016 à 2019, il a dirigé les opérations de la banque au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie.

M. Elhedery prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Noel Quinn, qui a annoncé en avril à 62 ans, son départ surprise après 37 ans de carrière à HSBC.


Le nouveau Murabba Development Co. de PIF dévoile la conception d’un nouveau stade polyvalent

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 
  • « Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

RIYAD : Un nouveau stade de 45000 places est prévu pour améliorer le paysage sportif et de divertissement de l’Arabie saoudite alors que New Murabba Development Co. a dévoilé sa conception dans le cadre de son projet à usage mixte.  

Dans un post sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, la société basée à Riyad, détenue par le Fonds d’investissement public du Royaume, a annoncé que l’installation dans son développement immobilier à venir dans le nord-ouest de la capitale présenterait desutiliser des espaces, ce qui lui permet d’accueillir une variété d’événements sportifs et d’activités de divertissement. 

Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 

« Le nouveau stade de Murabba contribue à démontrer l’ampleur des efforts déployés pour faire du Royaume un centre mondial de premier plan en offrant les meilleures expériences sportives et de divertissement », a déclaré la société dans son X post. 

« Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

En plus du stade, le projet comprendra un musée, une université de technologie et de design, un théâtre immersif et plus de 80 lieux de divertissement et de culture à la fin de 2032.

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

« Le nouveau stade de Murabba incarne notre engagement à transformer Riyad en une destination mondiale pour le sport et le divertissement », a déclaré Michael Dyke, PDG de l’entreprise. 

« Le stade sera non seulement un lieu de calibre mondial pour les événements sportifs, mais aussi un carrefour communautaire dynamique qui améliorera la qualité de vie des résidents et des visiteurs », a-t-il ajouté.

Le projet New Murabba, d’une superficie de 19 km2, offrira plus de 25 millions de mètres carrés de superficie, 104 000 unités résidentielles, 9 000 chambres d’hôtel, 980 000 mètres carrés d’espace de vente au détail et 1,4 million de mètres carrés d’espace de bureau. 

En février 2023, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a annoncé le lancement de New Murabba Development Co., visant à transformer le centre-ville de Riyad avec un mélange unique d’offres résidentielles, commerciales et de divertissement. 

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

En mai, la société détenue par le Fonds d’investissement public a également accueilli le New Murabba Partnership Forum à l’InterContinental Riyad. 

L’événement a réuni un groupe diversifié de fournisseurs et de partenaires pour explorer les nombreuses opportunités au sein de cette destination révolutionnaire, prête à devenir le centre-ville le plus transformateur de Riyad, selon un communiqué de presse précédent. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com