Eric Dupond-Moretti bientôt visé par une enquête pour conflits d’intérêts

Depuis sa nomination au gouvernement en juillet, accueillie par les syndicats comme une «déclaration de guerre à la magistrature», le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti est confronté à des accusations de conflits d'intérêts qu'il récuse (Photo, AFP).
Depuis sa nomination au gouvernement en juillet, accueillie par les syndicats comme une «déclaration de guerre à la magistrature», le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti est confronté à des accusations de conflits d'intérêts qu'il récuse (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 09 janvier 2021

Eric Dupond-Moretti bientôt visé par une enquête pour conflits d’intérêts

  • Une de ces plaintes reproche au ministre d'avoir ouvert une autre enquête administrative à l'encontre du juge Edouard Levrault qui avait dénoncé, après la fin de ses fonctions comme juge d'instruction à Monaco, avoir subi des pressions
  • «L'ouverture d'information judiciaire était nécessaire, il faut qu'une enquête ait lieu, il y a manifestement un problème»

PARIS: La Cour de justice de la République (CJR) va enquêter sur le garde des Sceaux Eric Dupond-Morettivisé par des plaintes de l'association Anticor et de trois syndicats de magistrats qui l'accusent de conflits d'intérêts liés à ses anciennes activités d’avocats.

Le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, a annoncé vendredi dans un communiqué qu'il ouvrirait bientôt une information judiciaire pour «prises illégales d'intérêt», confiée à la commission d'instruction de la CJR, qui agit comme juge d'instruction dans cette affaire impliquant un ministre.

Depuis sa nomination au gouvernement en juillet, accueillie par les syndicats comme une «déclaration de guerre à la magistrature», le ministre de la Justice est confronté à des accusations de conflits d'intérêts qu'il récuse.

Deux plaintes et trois signalements ont en particulier été adressés depuis fin septembre à la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour les actions menées dans l'exercice de leur fonction. 

Au cœur des accusations, les poursuites administratives ordonnées par Eric Dupond-Moretti contre trois magistrats du parquet national financier (PNF) qui avaient participé à une enquête préliminaire visant à identifier la taupe qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute. 

Pendant ces investigations, des facturations téléphoniques détaillées de plusieurs avocats, dont celle du futur ministre, avaient été examinées.

Une de ces plaintes reproche également au ministre d'avoir ouvert une autre enquête administrative à l'encontre du juge Edouard Levrault qui avait dénoncé, après la fin de ses fonctions comme juge d'instruction à Monaco, avoir subi des pressions.

Avant de devenir ministre, Eric Dupond-Moretti avait été l'avocat d'un des policiers mis en examen par ce magistrat et avait critiqué les méthodes du juge.

Après examen, la commission des requêtes de la CJR, composée de hauts magistrats et qui fait office de filtre, a jugé recevables les plaintes d'Anticor et de l'Union syndicale des magistrats, du Syndicat de la magistrature et d'Unité magistrats SNM FO, selon le communiqué du procureur général.

«Première étape» 

Ce dernier est désormais tenu d'ouvrir une information judiciaire.

La commission a en revanche jugé irrecevables deux signalements de l'ancien maire-adjoint de Grenoble Raymond Avrillier et du député LFI Ugo Bernalicis, estimant que ceux-ci n'avaient pas été «lésés par le délit imputé au ministre».

Elle a par ailleurs estimé que le décret du 23 octobre, qui prévoit que les dossiers impliquant des parties dont M. Dupond-Moretti a été l'avocat ou dans lesquelles il a été impliqué soient gérés par le Premier ministre Jean Castex, était «sans incidence» sur les plaintes examinées par la CJR «dès lors qu'il était postérieur aux faits dénoncés».

Interrogé jeudi soir sur France 2 sur la plainte des syndicats de magistrats, le garde des Sceaux avait indiqué : «Je ne sais pas quel sort lui sera réservé, mais sachez bien que le moment venu, je m'expliquerai, vous pourrez compter sur moi pour dire tout ce que j'ai à dire».

L'entourage du ministre n'a pas souhaité faire plus de commentaires.

«L'ouverture d'information judiciaire était nécessaire, il faut qu'une enquête ait lieu, il y a manifestement un problème», a réagi pour sa part Me Jérôme Karsenti, avocat d'Anticor.

«On attend la suite, savoir si ça va prospérer au fond», a indiqué Céline Parisot, la présidente de l'USM. «Il s'agit d'une première étape (...) notre requête est jugée suffisamment sérieuse pour aboutir à une enquête. On attend la suite et que la CJR nous dise ce qu'il en est en droit», a déclaré son homologue du SM, Katia Dubreuil.

Selon la magistrate, la plainte des syndicats a été déposée après de multiples démarches auprès du Premier ministre, du président de la République et du ministre de la Justice lui-même pour que «cesse» cette situation de conflit d'intérêts. Ces démarches n'avaient «abouti à rien», a-t-elle souligné.

Plusieurs autres ministres ou ex-ministres d'Emmanuel Macron, parmi lesquels Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Olivier Véran, sont déjà visés depuis le 7 juillet par une autre information judiciaire confiée à la commission d'instruction de la CJR, cette fois concernant la gestion de la crise du coronavirus.


Mélenchon enfariné lors du défilé contre l'extrême droite: deux hommes jugés en juillet

Jean-Luc Mélenchon, lors d'une « marche pour la liberté » appelée par plusieurs organisations, associations et syndicats à « combattre les idées d'extrême droite » le 12 juin 2021 à Paris (Photo, AFP)
Jean-Luc Mélenchon, lors d'une « marche pour la liberté » appelée par plusieurs organisations, associations et syndicats à « combattre les idées d'extrême droite » le 12 juin 2021 à Paris (Photo, AFP)
Short Url
  • Sur les réseaux sociaux, des internautes l'ont vite reconnu comme étant le jeune animateur de la chaîne YouTube «Pourquoi ça craint ?»
  • Samedi vers 14H00, alors qu'il répondait à la presse place de Clichy, le chef de file de La France Insoumise et candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon avait reçu de la farine sur le visage

PARIS: Le youtubeur, qui a revendiqué l'enfarinage de Jean-Luc Mélenchon à la manifestation contre l'extrême droite samedi à Paris, et un complice présumé, doivent être jugés le 7 juillet pour « violences sur personne chargée d'une mission de service public », a appris l'AFP dimanche auprès du parquet de Paris. 

Placé en garde à vue samedi quelques heures après les faits, cet animateur d'une chaîne YouTube politique de droite radicale s'est vu remettre une convocation devant le tribunal correctionnel de Paris afin d'y être jugé pour « violences sur personne chargée d'une mission de service public ». 

Un second second homme sera jugé à ses côtés pour « complicité » de ce délit. 

Samedi vers 14H00, alors qu'il répondait à la presse place de Clichy, le chef de file de La France Insoumise et candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon avait reçu de la farine sur le visage. 

Le fondateur de LFI avait dénoncé un acte « lâche » qui « aurait pu être pire », parlant aussi d'« une grande tension » et d'un seuil « franchi », quelques jours après la gifle reçue par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans la Drôme. 

Devant des journalistes qui le filmaient après son acte, le youtubeur s'était présenté comme un « souverainiste ». « Je ne crois pas au débat », avait-il ajouté, revendiquant « un geste de contestation, comme beaucoup de gens en font ». 

Sur les réseaux sociaux, des internautes l'ont vite reconnu comme étant le jeune animateur de la chaîne YouTube « Pourquoi ça craint ? », créée en janvier 2020 et comptant 19 000 abonnés. 

Après une première série de vidéos fustigeant l'immigration, l'Union européenne, les militants antifascistes, les médias et la République, le youtubeur réalisait ces derniers mois des interviews de personnalités marquées à l'extrême-droite ou « anti-système », notamment un rappeur nationaliste, et un « gilet jaune » royaliste. 

Un autre youtubeur d'extrême-droite, « Papacito » est quant à lui visé par une enquête du parquet de Paris ouverte mercredi, à la suite d'une plainte de Jean-Luc Mélenchon contre sa vidéo simulant l'exécution d'un électeur LFI.  

« Papacito » s'est défendu auprès du magazine Valeurs actuelles en invoquant le droit à la satire tout en reconnaissant que la vidéo était « extrêmement provocante ». 


Après la Covid, Philippe inquiet du «risque politique»

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe (Photo, AFP).
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe (Photo, AFP).
Short Url
  • Edouard Philippe n’est pas certain que «les prochains» à exercer le pouvoir «soient aussi éclairés» qu'actuellement, affirme-t-il dans un documentaire
  • Dans ce film de près de trois heures réalisé par son ami Laurent Cibien et intitulé «Aux manettes», Philippe revient sur ses trois années à Matignon

PARIS: « De tous les risques » liés à la crise de la Covid, « le risque politique » paraît le plus dangereux à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, pas certain que « les prochains » à exercer le pouvoir « soient aussi éclairés » qu'actuellement, affirme-t-il dans un documentaire.

« Le risque sanitaire, je pense que ça finira par aller », prédisait Philippe en avril 2020, dans le troisième volet du documentaire « Edouard mon pote de droite », diffusé dimanche en avant-première au Fipadoc de Biarritz et prochainement sur France 5.

« Le risque économique, le risque financier », aussi. « Mais alors le risque politique ! Vu l'appauvrissement, la peur, les déstabilisations... je ne garantis pas que les prochains soient aussi éclairés », s'inquiétait-il, au cœur du premier confinement.

Dans ce film de près de trois heures réalisé par son ami Laurent Cibien et intitulé « Aux manettes », Philippe revient sur ses trois années à Matignon, à travers des conversations régulières dans son bureau qui permettent de capter l'atmosphère du moment, les doutes et enjeux entourant certaines grandes décisions.

« Ici tu gères le monde imparfait », explique-t-il ainsi en 2018 à Cibien, qui suit son parcours depuis près de vingt ans. 

Mais « ce qui me plaît fondamentalement dans l'acte de gouverner est d'être dans la situation où c'est toi qui t'y colle », ajoute-t-il.

Début novembre 2018, on voit également Philippe affirmer que la première manifestation des »gilets jaunes » ne l' « inquiète pas particulièrement », avant de rétropédaler sur la taxe carbone « parce qu'il fallait bien un geste d'apaisement », puis de lâcher plusieurs milliards pour calmer la colère.

« Je ne suis jamais fan de mesures qui accroissent la dette. Il y a un moment où ça va nous coûter cher. Mais je ne suis pas un hystérique », glisse-t-il ainsi fin 2018, tout en confiant sa préoccupation de voir un jour la France dans la même situation financière que la Grèce. « Les gens qui disent le contraire, ce sont des mabouls », assène-t-il.

Parfois « crevé », « cuit » par les crises, Philippe est aussi mis en scène mois après mois dans la gestion de la Covid, jusqu'à son départ de Matignon le 3 juillet 2020.

« J'ai l'impression de conduire un car, j'ai du monde derrière, j'ai un frein sur deux qui fonctionne pas, il y a du brouillard, du verglas, on est sur une route de montagne, et t'as cinq types dans le car qui te disent qu'il fallait aller à gauche, à droite, et d'autres qui te disent de pas se planter », résume-t-il en avril 2020.

Début juin 2020, juste avant le deuxième tour des municipales au Havre, il confie qu'il remettra sa démission quoi qu'il arrive, victoire ou défaite, à Emmanuel Macron « parce que quand tu demandes aux électeurs de te faire confiance, il est urbain de laisser le choix au président de te faire confiance à nouveau ou pas ».

Mais Macron pourrait-il le conserver ?  « Il a confiance en moi, je suis pratique. Je ne veux pas prendre sa place, je ne veux pas le poignarder, je ne dis pas ce qu'il me dit, je suis plutôt loyal, je fais atterrir des choses compliquées. Mais ça ne veut pas dire qu'il me gardera », souligne-t-il.

Quant à savoir s'il pourrait un jour devenir président de la République lui-même un jour, Philippe, qui avait balayé l'hypothèse en rigolant il y a vingt ans devant la caméra de Cibien, se montre un brin embarrassé : « Ce n'est pas une question légère, c'est une question assez compliquée ».


Le Rwanda approuve la nomination d'un ambassadeur de France à Kigali

Les couleurs du drapeau rwandais ornent des bureaux d'une école de Kigali.(Image d'illustration / AFP)
Les couleurs du drapeau rwandais ornent des bureaux d'une école de Kigali.(Image d'illustration / AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron avait annoncé le 27 mai le retour d'un ambassadeur français au Rwanda, lors d'une visite dans la capitale Kigali marquant une normalisation des relations entre les deux pays
  • Il avait alors reconnu les responsabilités de la France dans le génocide des Tutsi de 1994, qui a fait au moins 800 00 morts

KIGALI : Le gouvernement rwandais a approuvé samedi soir la nomination d'Antoine Anfré au poste d'ambassadeur de France au Rwanda, poste inoccupé depuis 2015 en raison des tensions entre les deux pays sur le rôle joué par Paris dans le génocide de 1994.

Le président français Emmanuel Macron avait annoncé le 27 mai le retour d'un ambassadeur français au Rwanda, lors d'une visite dans la capitale Kigali marquant une normalisation des relations entre les deux pays. Il avait alors reconnu les responsabilités de la France dans le génocide des Tutsi de 1994, qui a fait au moins 800 00 morts.

Le choix d'Antoine Anfré à ce poste a été approuvé samedi soir lors d'une réunion du cabinet gouvernemental rwandais, dirigée par le président Paul Kagame, selon un compte-rendu officiel consulté dimanche par l'AFP.

Ancien ambassadeur au Niger (2014-2015), M. Anfré est cité à plusieurs reprises dans le rapport d'une commission d'historiens français dirigée par Vincent Duclert remis en mars au président Macron et qui a conclu aux "responsabilités lourdes et accablantes" de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda.

Alors "rédacteur Rwanda" à la direction des Affaires africaines et malgaches (DAM) du ministères des Affaires étrangères, il avait mis en garde dès 1991 contre les risques de dérives violentes au Rwanda et pointé "un nécessaire changement" de la politique de la France dans la région, selon le rapport Duclert qui affirme que ses notes lui ont valu d'être mis à l'écart de la DAM.

Diplômé de Sciences-Po et de l'ENA, il a notamment occupé les postes de sous-préfet de Limoux (Aude) entre 2000 et 2003, puis de premier conseiller d'ambassade à Nairobi et Ankara de 2006 à 2009. Il a également été conseiller d'ambassade à Londres de 2011 à 2014.