L'Iran frappé d'une résolution à l'AIEA pour son escalade nucléaire

Publié le Mercredi 05 juin 2024

L'Iran frappé d'une résolution à l'AIEA pour son escalade nucléaire

  • Le texte, déposé par Londres, Paris et Berlin (E3), a été approuvé par 20 pays sur 35, selon trois diplomates interrogés par l'AFP, avec la voix des Etats-Unis, initialement réticents par crainte d'envenimer les tensions au Moyen-Orient
  • La Russie et la Chine ont voté contre, tandis que 12 pays se sont abstenus. Un pays membre n'a pas participé

VIENNE: Devant la montée en puissance du programme nucléaire iranien, le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a adopté mercredi à Vienne une résolution rappelant formellement à l'ordre Téhéran.

L'Iran, qui a promis de riposter, a jugé cette initiative "précipitée et déraisonnable", mettant en garde contre "un effet destructeur" sur le processus diplomatique.

Le texte, déposé par Londres, Paris et Berlin (E3), a été approuvé par 20 pays sur 35, selon trois diplomates interrogés par l'AFP, avec la voix des Etats-Unis, initialement réticents par crainte d'envenimer les tensions au Moyen-Orient.

La Russie et la Chine ont voté contre, tandis que 12 pays se sont abstenus. Un pays membre n'a pas participé.

Cette résolution, la première depuis novembre 2022, élargit les griefs reprochés à l'Iran.

Elle déplore une nouvelle fois l'absence de "réponses techniques crédibles" concernant la présence de traces d'uranium inexpliquées sur deux sites non déclarés.

"Il est essentiel et urgent" que Téhéran clarifie la situation et fournisse l'accès aux lieux en question, insiste le texte confidentiel obtenu par l'AFP. A ce sujet, "un rapport complet" pourrait être demandé au directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi.

« Sans précédent »

Outre ce dossier qui traîne depuis des années, deux nouveaux points de contentieux font leur apparition.

L'Iran doit "revenir sur le retrait de l'accréditation" de certains de ses inspecteurs les plus expérimentés, et rebrancher "sans délai" les caméras de surveillance, insiste la résolution.

D'une portée symbolique à ce stade, elle vise à accroître la pression sur l'Iran, qui a fortement restreint sa coopération avec l'instance onusienne.

Elle peut être le prélude à une transmission du litige au Conseil de sécurité de l'ONU habilité à prendre des sanctions. En théorie seulement, car deux de ses membres, Moscou et Pékin, se sont nettement rapprochés de Téhéran ces deux dernières années.

Le texte a été modifié après d'intenses négociations avec les Américains, qui s'étaient opposés à une initiative similaire de l'E3 en mars et n'étaient pas favorables à cette nouvelle résolution avant de s'y rallier.

Si la République islamique nie vouloir se doter de la bombe, son programme ne cesse de monter en puissance.

Lors des débats qui se sont ouverts lundi dans la capitale autrichienne, les Européens ont dénoncé des avancées nucléaires "sans précédent pour un Etat non doté de l'arme atomique", évoquant une situation "alarmante".

« Ne pas rester inactif »

D'autant que "la confiance a été encore plus érodée" par les récentes déclarations publiques de responsables en Iran sur une possible évolution de la doctrine nucléaire vers une vocation militaire assumée.

Selon l'AIEA, l'Iran est le seul pays non doté de l'arme atomique à enrichir l'uranium au niveau de 60%, proche des 90% nécessaires pour élaborer une bombe, et à accumuler des stocks toujours plus importants.

"Le Conseil ne peut pas rester inactif alors que l'Iran remet en cause les fondements du régime de non-prolifération et sape la crédibilité du système international des garanties", ont réagi les pays de l'E3 dans un communiqué publié dans la soirée.

Ils espèrent que Téhéran "saisira cette opportunité (....) afin qu'aucune action supplémentaire ne soit nécessaire".

La République islamique s'est affranchie progressivement des engagements pris dans le cadre de l'accord international de 2015 conclu avec les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Ce pacte connu sous l'acronyme JCPOA était censé encadrer ses activités atomiques en échange d'une levée des sanctions internationales.

Mais il a volé en éclats après le retrait américain décidé en 2018 par le président d'alors, Donald Trump. Des discussions menées à Vienne pour le ranimer ont échoué à l'été 2022.

Dans une déclaration commune citée mercredi par l'agence iranienne Irna, Téhéran, Moscou et Pékin ont appelé "les pays occidentaux à faire preuve de volonté politique et à prendre des mesures" pour permettre un retour au JCPOA.


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.


Un protocole d'accord pour stimuler la création d'emplois et la formation dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en Arabie saoudite

Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Short Url
  • Le protocole d'accord porte sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique d'Al-Balad à Djeddah.
  • La collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

RIYADH : Le ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co, une filiale du Fonds d'investissement public, ont signé mercredi un protocole d'accord pour collaborer à la valorisation du capital humain national dans le secteur du tourisme.

Le protocole d'accord se concentre sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique de Jeddah, Al-Balad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Cette collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

L'accord, signé par Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co. Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co., et Hind Al-Zahid, sous-secrétaire par intérim au développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme, en présence du ministre du tourisme, Ahmed Al-Khateeb, stipule un effort de collaboration visant à exploiter les ressources et l'expertise partagées.

Le partenariat vise à renforcer les capacités des ressortissants saoudiens par le biais d'une formation complète, d'un enseignement et d'opportunités d'emploi.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Royaume en matière de tourisme, qui vise à attirer 150 millions de visiteurs par an d'ici à 2030 et à créer 1,6 million d'emplois liés au tourisme.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Arabie saoudite se félicite de l'accord conclu entre les parties yéménites en vue de lever les sanctions économiques

Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Short Url
  • Les autorités yéménites et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de la compagnie Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire d'autres vols.
  • Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

RIYADH : l'Arabie saoudite a salué mercredi une déclaration de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen au sujet d'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu du pays et les Houthis pour lever les sanctions économiques.

Hans Grundberg, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, a déclaré mardi que les deux parties avaient convenu d'atténuer les hostilités économiques en annulant les mesures les plus récentes prises à l'encontre des banques dans les zones contrôlées par l'autre partie et s'étaient engagées à mettre fin à toutes les mesures de ce type à l'avenir.

Elles ont également convenu d'augmenter la fréquence des vols de la compagnie nationale Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et d'introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. En outre, les deux parties discuteront des questions administratives, technologiques et budgétaires liées à la compagnie aérienne.

Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

Le Royaume espère que l'accord contribuera au dialogue entre les parties yéménites sous les auspices du Bureau de l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen afin de résoudre toutes les questions économiques et humanitaires et de parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite dans le cadre de la feuille de route visant à soutenir le processus de paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com