Les réserves internationales de l’Arabie saoudite à 1 750 milliards de riyals, leur niveau le plus élevé depuis dix-huit mois

Les réserves sont constituées de devises internationales et d’or. (Shutterstock)
Les réserves sont constituées de devises internationales et d’or. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 18 juin 2024

Les réserves internationales de l’Arabie saoudite à 1 750 milliards de riyals, leur niveau le plus élevé depuis dix-huit mois

  • La position de réserve de l’Arabie saoudite au FMI s’est élevée à 12,72 milliards de riyals, mais elle a diminué de 14% au cours de cette période
  • L’agence de notation financière Fitch Ratings souligne que la position du Royaume reflète la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs

RIYAD: Les réserves internationales de l’Arabie saoudite ont atteint 1 750 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) au mois de mai, soit le niveau le plus élevé depuis dix-huit mois, et elles ont enregistré une augmentation annuelle de 6%, selon de nouvelles données.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne (Sama) révèlent que ces avoirs englobent l’or monétaire, les droits de tirage spéciaux (DTS), la position de réserve du Royaume au Fonds monétaire international (FMI) et les réserves de change.

Selon les chiffres du mois de mai, les avoirs internationaux en devises, notamment les devises et les dépôts à l’étranger ainsi que les investissements dans des titres étrangers, représentaient 95% du total, soit 1 660 milliards de riyals. Ils ont également connu une hausse de 6% au cours de cette période.

Les DTS comptaient pour 4% du total, s’élevant à 77,68 milliards de riyals, et ils ont progressé de 0,3% au cours de la même période.

Créés par le FMI pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres, les DTS tirent leur valeur d’un panier de grandes devises: le dollar américain, l’euro, le yuan chinois, le yen japonais et la livre sterling. Ils peuvent être échangés entre gouvernements contre des devises librement utilisables en cas de besoin.

Les DTS fournissent des liquidités supplémentaires, stabilisent les taux de change, servent d’unité de compte, facilitent le commerce international et favorisent la stabilité financière.

La position de réserve de l’Arabie saoudite au FMI s’est élevée à 12,72 milliards de riyals, mais elle a diminué de 14% au cours de cette période. Cette catégorie représente essentiellement le montant qu’un pays peut retirer du FMI sans condition.

Au mois de mars, l’agence de notation financière Fitch Ratings a annoncé qu’elle avait confirmé la note de défaut émetteur à long terme en devises de l’Arabie saoudite à «A+» avec une perspective stable.

L’agence souligne que la position du Royaume reflète la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs. Elle constate par ailleurs une amélioration de la gouvernance grâce aux réformes sociales et économiques et aux efforts visant à renforcer l’efficacité des institutions gouvernementales.

Les notes de l’Arabie saoudite sont renforcées par la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs, avec un ratio dette publique/PIB et des actifs étrangers nets souverains nettement supérieurs aux médianes «A» et «AA», des réserves budgétaires substantielles sous forme de dépôts, ainsi que d’autres actifs du secteur public.

Selon l’agence, le Royaume bénéficie de réserves budgétaires considérables et affiche l’un des ratios les plus élevés de couverture de la dette par les réserves parmi les émetteurs souverains notés, soit seize mois et demi de paiements extérieurs courants.

Fitch prévoit que les réserves diminueront pour atteindre une moyenne de 420 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’ici à 2024-2025 en raison du recul de l’excédent de la balance courante, compensé par des investissements provenant d’entités telles que le Fonds public d’investissement (PIF).

En outre, les actifs étrangers nets souverains devraient rester supérieurs à 50% du PIB au cours de cette période, dépassant la médiane «A» de 6%.

Dans un rapport publié au mois de juin, le FMI a salué la «transformation économique sans précédent» de l’Arabie saoudite, attribuant son succès à des politiques gouvernementales prudentes et à des efforts de diversification efficaces.

Il a également souligné que la forte demande intérieure, les réformes financières en cours et les politiques environnementales constituaient des atouts majeurs dans l’évolution du paysage économique du Royaume.

À la suite de sa visite officielle dans le pays, le FMI a prévu que la croissance du PIB de l’Arabie saoudite va s’accélérer de près de 4,5% d’ici à 2025 et se stabilisera à 3,5% par an à moyen terme.

La croissance non pétrolière devrait atteindre 3,5% en 2024 avant d’augmenter davantage à partir de 2025. Malgré une baisse prévue de la production pétrolière en 2024 en raison des réductions de production, on s’attend à une reprise en 2025.

Le FMI affirme que les efforts de diversification de l’Arabie saoudite donnent des résultats positifs et il insiste sur la nécessité de maintenir la dynamique de croissance non pétrolière, de garantir la stabilité financière et d’améliorer la compétitivité des entreprises.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le sommet mondial de l'IA à Riyad veut se pencher sur l'impact de l'IA

GAIN 2024 se concentrera davantage sur l'IA que ses éditions précédentes de 2020 et 2022, avec des sujets tels que l'innovation dans le secteur.
GAIN 2024 se concentrera davantage sur l'IA que ses éditions précédentes de 2020 et 2022, avec des sujets tels que l'innovation dans le secteur.
Short Url
  • L'événement, organisé par l'Autorité saoudienne des données et de l'IA, se concentrera sur l'une des questions mondiales les plus pressantes d'aujourd'hui - la technologie de l'IA
  • La troisième édition de l'événement se tiendra au Centre de conférences du Roi Abdel Aziz du 10 au 12 septembre

RIYAD : L'Arabie saoudite accueillera à Riyad, en septembre prochain, des décideurs économiques, de grandes entreprises de technologie et d'intelligence artificielle, des leaders d'opinion internationaux et des dirigeants d'organisations internationales, à l'occasion de la troisième édition du Sommet mondial sur l'intelligence artificielle (GAIN).

L'événement, organisé par l'Autorité saoudienne des données et de l'IA (SDAIA), se concentrera sur l'un des problèmes mondiaux les plus pressants d'aujourd'hui - la technologie de l'IA - et tentera de trouver des solutions qui "maximisent le potentiel de ces technologies transformatrices au profit de l'humanité", selon un communiqué publié dimanche.

La troisième édition de l'événement se tiendra au Centre de conférences du Roi Abdel Aziz du 10 au 12 septembre sous le patronage du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en sa qualité de président du conseil d'administration de la SDAIA, ajoute le communiqué.

Le sommet GAIN se déroulera dans un contexte de préoccupations croissantes concernant l'impact des technologies d'IA et réaffirmera l'engagement du Royaume à soutenir les efforts internationaux visant à améliorer le bien-être humain face aux défis associés au développement de la technologie.

GAIN 2024 se concentrera davantage sur l'IA que ses éditions précédentes de 2020 et 2022, avec des sujets tels que l'innovation dans le secteur, les développements clés qui façonnent un meilleur avenir pour l'IA, et la promotion d'un environnement favorable aux ressources humaines dans ce domaine.

Parmi les autres sujets abordés figurent l'IA aux niveaux local et mondial, la relation complémentaire entre les humains et l'IA, les chefs d'entreprise dans le domaine de l'IA, la relation entre les données et les applications, l'intelligence artificielle générative (GenAI), l'éthique de l'IA, les processeurs et l'infrastructure de l'IA, ainsi que l'IA et les villes intelligentes.


Les systèmes des marchés financiers saoudiens ont résisté à la panne technologique mondiale

Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Short Url
  • L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  
  • Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

RIYADH : Les systèmes du marché des capitaux de l'Arabie saoudite ont bien résisté à la panne technique mondiale du 19 juillet, qui a perturbé les vols, les services de radiodiffusion et les services essentiels dans le monde entier. 

L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  

Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

La panne, déclenchée par une mise à jour logicielle de la société de cybersécurité CrowdStrike, a provoqué des perturbations généralisées dans divers secteurs. 

En réponse, la CMA a demandé aux sociétés cotées sur le marché financier saoudien de divulguer tout développement significatif lié à l'incident. L'autorité de régulation du marché a souligné que ses équipes techniques surveillaient les systèmes 24 heures sur 24 afin d'assurer la stabilité et la continuité des activités. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Grâce à AlUla, les liens culturels entre l'Arabie saoudite et la Chine sortent renforcés

Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales.  (Fournie)
Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales. (Fournie)
Short Url
  • Ces événements ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie.
  • Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées.

RIYADH : L'Arabie saoudite et la Chine ont approfondi leurs liens culturels grâce à la participation de la Commission royale pour AlUla à des forums mondiaux importants à Istanbul et à Luoyang.  

La CRU a participé au Dialogue de la Route de la Soie et au Forum international des anciennes capitales afin de renforcer la collaboration et de présenter AlUla comme le « plus grand musée vivant » du monde. 

Ces événements, qui se sont déroulés du 27 au 30 juin, ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays le long des anciennes routes commerciales.  

Les forums ont permis de développer les partenariats culturels entre la Chine et l'Arabie saoudite et d'organiser des visites officielles à AlUla. 

La stratégie de l'Arabie saoudite en matière de tourisme, axée sur le riche patrimoine d'Al-Ula, est devenue la pierre angulaire du renforcement des liens culturels et économiques avec la Chine, illustrant l'engagement du Royaume à tirer parti de ses atouts historiques pour favoriser les partenariats internationaux. 

Lors du Forum international des anciennes capitales, des réunions de haut niveau ont été organisées avec des responsables de Luoyang sur le tourisme, l'agriculture, la conservation et le développement urbain, ce qui a permis d'explorer de nouveaux domaines de coopération entre les deux nations. 

« La Commission royale pour Al-Ula continue de s'appuyer sur les fondements profondément ancrés du partenariat culturel qui existe entre la Chine, le Royaume et l'Arabie du Nord-Ouest », a déclaré un porte-parole de la Commission royale pour Al-Ula dans un communiqué. 

Le porte-parole a ajouté : « Le dialogue sur la route de la soie et le forum international des anciennes capitales ont représenté des occasions passionnantes de développer de nouvelles voies de collaboration, en mettant l'accent sur le développement de l'échange de connaissances et la promotion du tourisme, avec diverses initiatives fondées sur notre statut commun de destinations anciennes et de points de repère en développement rapide pour le patrimoine humain ». 

Le forum a été lancé pour favoriser le dialogue et la collaboration entre des villes à l'histoire millénaire. Il facilite également un accord signé plus tôt cette année entre AlUla et ses partenaires chinois de l'administration provinciale du patrimoine culturel du Henan.  

Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées et la collaboration en matière de recherche, ainsi que sur le développement des talents, le tourisme et d'autres échanges culturels. 

Il comprend également la création d'un laboratoire archéologique axé sur la technologie, la réalisation d'activités de fouilles, la recherche et la promotion des liens entre les sites patrimoniaux d'AlUla et du Henan. 

L'accord prévoit également la mise en œuvre de programmes d'échange collaboratifs, la participation à des expositions et à des événements, et l'utilisation de technologies muséales telles que la réalité virtuelle et la réalité augmentée. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com