Selon un rapport du Forum économique mondial, l’Arabie saoudite se classe troisième parmi les pays du CCG dans le classement ETI

Les pays du monde entier procèdent à une restructuration de leurs systèmes énergétiques en réponse aux engagements mondiaux. (Shutterstock)
Les pays du monde entier procèdent à une restructuration de leurs systèmes énergétiques en réponse aux engagements mondiaux. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Jeudi 20 juin 2024

Selon un rapport du Forum économique mondial, l’Arabie saoudite se classe troisième parmi les pays du CCG dans le classement ETI

  • L’Arabie saoudite occupe la 58e place au classement général, avec un score ETI de 55,9 et un score de préparation à la transition de 45,4
  • Les pays de Conseil de coopération du Golfe ont annoncé des initiatives régionales et des objectifs nationaux ambitieux en vue de lutter contre le changement climatique

RIYAD: L’Arabie saoudite a été classée troisième parmi les pays du Golfe selon l’indice mondial de transition énergétique (ETI), d’après les derniers résultats publiés par le Forum économique mondial (WEF). 

Le rapport, intitulé «Favoriser une transition énergétique efficace en 2024», évalue 120 pays sur la base des performances de leurs systèmes énergétiques, mettant l’accent sur l’équité, la durabilité environnementale, la sécurité énergétique et l’état de préparation à la transition. 

L’Arabie saoudite occupe la 58e place au classement général, avec un score ETI de 55,9 et un score de préparation à la transition de 45,4. 

Ce dernier chiffre s’explique par divers facteurs, notamment la stabilité de l’environnement politique, le niveau d’engagement politique et le climat d’investissement, l’accès aux capitaux, l’engagement des consommateurs, le développement et l’adoption de nouvelles technologies. 

Ce classement reflète les progrès réalisés par le Royaume dans ses efforts pour trouver un équilibre entre ses réserves d’énergie et ses objectifs de développement durable, dans un contexte de volatilité économique mondiale et d’avancées technologiques. 

Les pays du monde entier procèdent à une restructuration de leurs systèmes énergétiques en réponse aux engagements mondiaux, tels que l’accord de Paris de 2015, et aux décisions prises lors d’événements tels que la COP28, qui s’est achevée à Dubaï en décembre dernier. 

Ces dernières années, les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont annoncé des initiatives régionales et des objectifs nationaux ambitieux en vue de lutter contre le changement climatique. Les Émirats arabes unis (EAU) et Oman se sont engagés à atteindre l’objectif «zéro émission nette» d’ici à 2050, tandis que l’Arabie saoudite s’est fixé cet objectif pour 2060 et a lancé l’Initiative verte pour le Moyen-Orient. 

Le Qatar est en tête des États du CCG dans l’Indice de transition énergétique, se classant 50e avec un score de 57,3. Les Émirats arabes unis, quant à eux, sont en 52e position, avec un score ETI de 57. 

Oman occupe la 62e place, tandis que Bahreïn et le Koweït ont décroché respectivement la 103e et la 104e place. 

Le rapport insiste sur le fait que les nations doivent impérativement réformer leurs systèmes énergétiques, mettre en place des solutions énergétiques propres et améliorer l’efficacité afin de parvenir à des transitions mondiales durables. 

Il souligne que si des progrès ont été accomplis, des défis tels que les tensions géopolitiques continuent d’influer sur la trajectoire de cette transformation. 

«Le paysage mondial se caractérise par une volatilité économique, des tensions géopolitiques accrues et des évolutions technologiques. Cette incertitude se reflète dans l’ETI, qui a enregistré une baisse du taux d’amélioration au cours des trois dernières années», note le rapport. 

Les pays en tête du classement ETI pour 2024 sont principalement européens. La Suède et le Danemark occupent les premières places grâce à leurs cadres politiques solides, à leurs investissements dans les énergies propres et à l’innovation technologique, selon le document. 

La disparité des scores ETI entre les économies avancées et les économies en développement a diminué, avec un déplacement notable du centre de gravité de la transition énergétique vers les pays en développement. Malgré ces progrès, les investissements dans les énergies propres sont restés fortement concentrés dans les pays développés et en Chine. 

Le rapport met l’accent sur la nécessité cruciale d’un soutien financier de la part des pays développés afin de faciliter une transition énergétique équitable dans les pays émergents et en développement. 

«Les scores moyens de l’indice mondial de transition énergétique ont atteint leur niveau le plus élevé, 107 pays sur 120 ayant progressé au cours de la dernière décennie», indique le rapport.  

Alors que les pays du monde entier s’efforcent d’assurer un avenir énergétique durable, le rapport appelle à des efforts concertés en matière d’élaboration des politiques : «Le message de l’ETI cette année est clair: il n’y a pas de temps à perdre. Les décideurs du monde entier doivent agir de manière décisive et concertée pour accélérer la transition vers un avenir énergétique équitable, sûr et durable.» 

L’Arabie saoudite est en train de devenir un leader proactif en matière de politiques de transition énergétique, affirme le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié en mars. En effet, le Royaume est à l’origine d’initiatives vertes qui visent à atténuer les défis économiques posés par la transition vers la durabilité. 

L’étude précise que l’Initiative verte saoudienne, lancée en 2021, a pour objectif de lutter contre le changement climatique et de réduire les émissions de carbone. 

«L’initiative verte est axée sur trois objectifs, notamment l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité jusqu’à 50% d’ici à 2030 et le déploiement de technologies d’économie circulaire à faible émission de carbone, parmi lesquelles le captage, l’utilisation et le stockage du carbone», explique le rapport. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La compagnie Diriyah Co. signe un contrat de 2 milliards de dollars pour la réalisation de Wadi Safar

Diriyah Co. a conclu un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour le développement de Wadi Safar. (AN Photo/Loai El-kellawy)
Diriyah Co. a conclu un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour le développement de Wadi Safar. (AN Photo/Loai El-kellawy)
Short Url
  • Le projet comprend un club équestre, des terrains de polo et des centres de villégiature de luxe.
  • M. Jerry Inzerillo : Wadi Safar sera l'un des plus beaux projets résidentiels au monde.

RIYADH : Diriyah Co. a signé un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour développer le projet Wadi Safar, qui comprend le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club et plusieurs hôtels de luxe.

« C'est un très grand jour », a déclaré Jerry Inzerillo, PDG du groupe Diriyah Co. Group, Jerry Inzerillo, a déclaré à Arab News. « Il est inhabituel pour les sociétés de développement du monde entier de signer des contrats de 2 milliards de dollars, mais il s'agit d'un gigantesque paquet de construction pour notre Wadi Safar, qui sera l'un des plus beaux développements résidentiels au monde », a-t-il déclaré.

Le protocole d'accord a été signé mercredi au siège de la DGDA à Riyad par Inzerillo, le président d'Urbacon Trading & Contracting, Ramez Al-Khayyat, et le PDG du groupe Al-Bawani, Fakher Al Shawaf.

« Wadi Safar abritera le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club, un parcours de golf de 27 trous conçu par Greg Norman, ainsi que 10 complexes touristiques spectaculaires », a déclaré M. Inzerillo. « Quatre de ces établissements sont inclus dans ce forfait : Aman, qui sera l'un des plus beaux Aman du monde, Oberoi, un opérateur hôtelier spectaculaire de l'Inde, Faena de l'Argentine et de Miami, et Chedi de l'Extrême-Orient. Ces quatre complexes sont magnifiques ».

Le PDG a déclaré que Wadi Safar « sera l'un des plus grands développements résidentiels de luxe dans le monde, avec un paquet de 2 milliards de dollars ».

M. Inzerillo a indiqué que la semaine dernière, un autre contrat de 2 milliards de dollars avait été signé pour le quartier nord polyvalent, qui comprendra la bibliothèque King Salman, l'université King Salman et la place Diriyah.

« Avant le mois de décembre, nous émettrons d'autres contrats dont les montants seront proches de cette somme », a-t-il ajouté. 

« Cela indique que Diriyah avance à toute allure pour réaliser la Vision 2030. Diriyah sera achevée à temps pour l'Expo 2030 de Riyad, qui sera la plus grande exposition au monde. »

Situé à l'ouest de Diriyah, Wadi Safar a pour objectif d'être un centre culturel résidentiel offrant les meilleures expériences du monde en matière de polo, d'hôtels de luxe et de terrains de golf.

Mohamed Saad, président de Diriyah Co, a souligné l'importance de ce nouveau partenariat : « Il s'agit de la construction principale de nombreux actifs à Wadi Safar, notamment le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club, qui sera le plus grand club de polo équestre de la région. Il comprendra également une série d'hôtels : Amaala Resort, Six Senses et Chedi.

« Tout ce que nous faisons doit revenir aux racines et à la culture de Diriyah. Nous concevons tous nos bâtiments et nos actifs de manière à présenter et à célébrer l'héritage, la culture et le patrimoine de Diriyah », a-t-il déclaré. 

M. Saad a souligné que les actifs ouvriraient progressivement chaque année et que d'ici 2030, tous les actifs de Diriyah seraient opérationnels.

« Nous avons déjà livré le terrain de golf de Wadi Safar et nous inviterons bientôt les gens à y jouer », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les hôtels de Wadi Safar commenceraient à ouvrir progressivement en 2026.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Les dépenses en matière d’éducation en hausse, les transactions atteignent 2,9 milliards de dollars

Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Short Url
  • Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SR
  • Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

RIYAD : Les dépenses des points de vente en Arabie saoudite ont atteint 10,9 milliards de couronnes suédoises (2,9 milliards de dollars) au cours de la semaine qui s’est terminée le 20 juillet, le secteur de l’éducation enregistrant la plus forte hausse, selon les données officielles.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SRR.

Les données ont également montré que les dépenses dans les hôtels ont augmenté de 0,2% par rapport aux sept jours précédents pour atteindre SR270,2 millions. 

Cette légère hausse fait suite à des hausses plus importantes dans le secteur au cours des deux semaines précédentes, avec une hausse de 17,9 % du 30 juin au 6 juillet et un bond de 3,8 % du 7 au 13 juillet.

Malgré la croissance de ces secteurs, les dépenses en PDV dans le Royaume ont continué à suivre une trajectoire inverse, diminuant de 8,8 % après avoir diminué de 9,8 % la semaine précédente. 

Les dépenses en matériaux de construction ont chuté de 5,2 % sur la période de sept jours la plus récente, ce qui représente la plus faible baisse de tous les secteurs par rapport à la semaine précédente Le PIB de la Communauté devrait atteindre 312,6 millions de DM.

Le secteur de la santé a connu la deuxième plus faible baisse, enregistrant une baisse de 10,2 pour cent à 696,3 millions de SRR.

Les dépenses en vêtements et chaussures se classent au troisième rang des dépenses en baisse, de même que celles en faveur des appareils électriques, avec une baisse de 11,3 % dans les deux catégories.

La plus forte baisse de valeur a été observée dans le secteur des télécommunications, qui a enregistré un total de transactions de 89,5 millions de GRS après une baisse de 13 %.

Les dépenses de restauration et de café ont dominé les dépenses des points de vente avec 1,67 milliard de SRR, suivies par 1,64 milliard de SRR sur les aliments et les boissons et 1,41 milliard de SRR sur divers biens et services. Ensemble, ces trois catégories représentent 43,27 % de la valeur totale des dépenses en PS.

Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

Les dépenses à Djeddah ont suivi, représentant 14,4% du total et atteignant 1,58 milliard de SRN, soit un changement négatif hebdomadaire de 7,7%.

Les dépenses dans Hail, Tabuk et Buraidah ont diminué de 14 %, 12,4 % et 9,7 %, respectivement, avec des chiffres atteignant SR168,2 millions, SR189,3 millions et SR249,6 millions.

La plus faible baisse a été enregistrée à la Mecque, où le taux de variation hebdomadaire s’est établi à 441,4 millions de RS, soit 3,9%

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite présente des opportunités minières lors d’une visite ministérielle au Brésil

Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Short Url
  • Le ministre de l’industrie et des ressources minérales a souligné les avantages d’investir dans le royaume.
  • Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

RIYAD : L’Arabie saoudite a invité les entreprises brésiliennes à investir dans son secteur minier, soulignant des opportunités de croissance substantielles lors d’une visite de son premier ministre dans le pays sud-américain. 

Lors d’une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo, Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, a déclaré que la production minière est un problème mondial qui nécessite une direction et une collaboration internationales en raison de son rôle essentiel dans transition énergétique mondiale. 

L’Arabie saoudite vise à attirer des acteurs internationaux alors que son secteur minier se prépare à s’étendre dans le cadre de l’initiative gouvernementale alignée sur la vision saoudienne 2030. Cet effort vise à accroître la transparence des licences, à promouvoir les industries nationales et à stimuler le développement de contenu local et la création d’emplois. 

Au cours de la réunion, le ministre a déclaré : « Le Royaume reconnaît que les défis mondiaux liés à la production minière exigent un leadership collectif. Notre stratégie pour réaliser de réels progrès repose sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur l’établissement de partenariats solides à l’échelle mondiale. » 

Il a ajouté : « La production minière va au-delà de la valeur économique; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses ressources abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée et ses occasions exceptionnelles d’investissement, le Royaume est en bonne voie pour une croissance transformatrice. » 

Le ministre a souligné les avantages d’investir en Arabie saoudite, notamment ses ressources naturelles abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée, son infrastructure moderne et un environnement commercial favorable. 

Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

Il a déclaré que l’événement est devenu la plate-forme la plus importante pour discuter des opportunités, des problèmes et des solutions dans le secteur minier mondial, selon un communiqué du ministère. 

Grâce à sa stratégie nationale pour l’industrie, l’Arabie saoudite se positionne comme un leader dans divers secteurs, offrant des opportunités d’investissement dans plus de 800 projets évalués à 1000 milliards de SR1 (266,59 milliards de dollars). Cette initiative vise à accroître les exportations, à transformer le paysage industriel national et à soutenir les efforts de diversification économique du pays. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com