L’Arabie saoudite s’engage en faveur des technologies vertes, déclare le ministre de l’Énergie

Short Url
Publié le Mardi 30 avril 2024

L’Arabie saoudite s’engage en faveur des technologies vertes, déclare le ministre de l’Énergie

  • Les experts ont discuté des projets de divers pays sur la manière de progresser dans la production de molécules vertes
  • Malgré les aspects positifs des pays engagés dans la production de molécules vertes, comme la création d’emplois, il reste encore un long chemin à parcourir

DUBAÏ: L’Arabie saoudite se concentre sur la production de molécules vertes: c’est ce qu’a déclaré le prince Abdelaziz ben Salmane al-Saoud, ministre de l’Énergie du Royaume.

«Nos projets sont clairs pour tout le monde. Nous nous concentrons sur la molécule», a affirmé le prince lors d’une réunion du Forum économique mondial, à Riyad. «Être respectueux de l’environnement est notre devoir humain. Ce que nous faisons aujourd’hui ne devrait nullement compromettre les aspirations des générations futures.»

Lors d’une réunion axée sur les molécules vertes comme les biocarburants, l’hydrogène et leurs dérivés, les experts ont discuté des projets de divers pays sur la manière de progresser dans la production de molécules vertes.

Pour sa part, le prince Abdelaziz est convaincu que le concept devrait être indépendant de la couleur, car le commerce des molécules concerne la manière dont nous produisons de l’énergie propre – et cela n’a pas de couleur.

«Il existe une empreinte carbone que nous devons gérer et atténuer. Je pense que la stigmatisation restreindrait nos choix plutôt que de les élargir. Nous pensons, en tant que Saoudiens, que nous avons besoin de toutes les sources d’énergie, qu’il s’agisse de combustibles nucléaires, à base d’hydrocarbures ou de synthèse. Nous sommes ouverts aux options qui se présentent à nous.»

Le prince a également déclaré que le Royaume était «libertaire» dans son approche commerciale, qu’il étaitdisposé à partager son expertise avec d’autres pays et qu’il était déjà en affaires avec certains États européens.

«Même si la technologie reste un défi, nous continuons à déployer les efforts nécessaires pour la rendre accessible et abordable à tous», a-t-il affirmé.

Le ministre de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis (EAU), Souhail al-Mazrouei, a soutenu que, comme en Arabie saoudite, les dirigeants de son pays étaientconscients de la nécessité d’investir dans les nouvelles énergies.

«La région revêt une importance primordiale pour résoudre les problèmes et trouver des solutions», a précisé M. Al-Mazrouei. «L’énergie propre est un domaine dans lequel nous avons décidé de nous lancer il y a dix-sept ans, alors que nous réfléchissions à ce qui se passerait lorsque nous exporterions le dernier baril de pétrole.»

Faisant écho aux propos du prince, M. Al-Mazrouei a indiquéque les consommateurs ne devraient pas se limiter à la technologie considérée comme exploitable simplement parce qu’ils peuvent se permettre de la payer.

«Nous travaillons sur la technologie pour la rendre accessible à tous», a-t-il ajouté.

Amani Abou Zeid, commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union africaine, a fait savoir que l’Afrique avait différents niveaux de développement et de besoins et il a exprimé la nécessité de favoriser des options énergétiques de rechange.

Electrifiés que dans 49% du continent

«Dans l’ensemble, nous ne sommes encore électrifiés que dans 49% du continent; plus de la moitié de la population n’adonc pas d’électricité. L’Afrique ne peut se permettre d’écarter une solution à ce stade.»

Patrick Pouyanné, président-directeur général de TotalEnergies SE, ainsi que Shrikant Vaidya, président de l’Indian Oil Corporation, et Erasmo Carlos Battistella, PDG de Be8, ont réitéré l’importance de l’accessibilité et du prix abordable lors de la production de molécules vertes.

Malgré les aspects positifs des pays engagés dans la production de molécules vertes, comme la création d’emplois, il reste encore un long chemin à parcourir.

Le prince Abdelaziz a conclu en ces termes: «Je pense que nous devons être conscients de l’importance de ce défi. Nous évoquons toujours l’intelligence artificielle, la composante de l’électrification, et ce qui est nécessaire pour y parvenir. Le monde aura besoin de molécules propres et nous espéronsœuvrer tous ensemble à cette fin.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Les dépenses en matière d’éducation en hausse, les transactions atteignent 2,9 milliards de dollars

Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Short Url
  • Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SR
  • Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

RIYAD : Les dépenses des points de vente en Arabie saoudite ont atteint 10,9 milliards de couronnes suédoises (2,9 milliards de dollars) au cours de la semaine qui s’est terminée le 20 juillet, le secteur de l’éducation enregistrant la plus forte hausse, selon les données officielles.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SRR.

Les données ont également montré que les dépenses dans les hôtels ont augmenté de 0,2% par rapport aux sept jours précédents pour atteindre SR270,2 millions. 

Cette légère hausse fait suite à des hausses plus importantes dans le secteur au cours des deux semaines précédentes, avec une hausse de 17,9 % du 30 juin au 6 juillet et un bond de 3,8 % du 7 au 13 juillet.

Malgré la croissance de ces secteurs, les dépenses en PDV dans le Royaume ont continué à suivre une trajectoire inverse, diminuant de 8,8 % après avoir diminué de 9,8 % la semaine précédente. 

Les dépenses en matériaux de construction ont chuté de 5,2 % sur la période de sept jours la plus récente, ce qui représente la plus faible baisse de tous les secteurs par rapport à la semaine précédente Le PIB de la Communauté devrait atteindre 312,6 millions de DM.

Le secteur de la santé a connu la deuxième plus faible baisse, enregistrant une baisse de 10,2 pour cent à 696,3 millions de SRR.

Les dépenses en vêtements et chaussures se classent au troisième rang des dépenses en baisse, de même que celles en faveur des appareils électriques, avec une baisse de 11,3 % dans les deux catégories.

La plus forte baisse de valeur a été observée dans le secteur des télécommunications, qui a enregistré un total de transactions de 89,5 millions de GRS après une baisse de 13 %.

Les dépenses de restauration et de café ont dominé les dépenses des points de vente avec 1,67 milliard de SRR, suivies par 1,64 milliard de SRR sur les aliments et les boissons et 1,41 milliard de SRR sur divers biens et services. Ensemble, ces trois catégories représentent 43,27 % de la valeur totale des dépenses en PS.

Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

Les dépenses à Djeddah ont suivi, représentant 14,4% du total et atteignant 1,58 milliard de SRN, soit un changement négatif hebdomadaire de 7,7%.

Les dépenses dans Hail, Tabuk et Buraidah ont diminué de 14 %, 12,4 % et 9,7 %, respectivement, avec des chiffres atteignant SR168,2 millions, SR189,3 millions et SR249,6 millions.

La plus faible baisse a été enregistrée à la Mecque, où le taux de variation hebdomadaire s’est établi à 441,4 millions de RS, soit 3,9%

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite présente des opportunités minières lors d’une visite ministérielle au Brésil

Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Short Url
  • Le ministre de l’industrie et des ressources minérales a souligné les avantages d’investir dans le royaume.
  • Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

RIYAD : L’Arabie saoudite a invité les entreprises brésiliennes à investir dans son secteur minier, soulignant des opportunités de croissance substantielles lors d’une visite de son premier ministre dans le pays sud-américain. 

Lors d’une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo, Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, a déclaré que la production minière est un problème mondial qui nécessite une direction et une collaboration internationales en raison de son rôle essentiel dans transition énergétique mondiale. 

L’Arabie saoudite vise à attirer des acteurs internationaux alors que son secteur minier se prépare à s’étendre dans le cadre de l’initiative gouvernementale alignée sur la vision saoudienne 2030. Cet effort vise à accroître la transparence des licences, à promouvoir les industries nationales et à stimuler le développement de contenu local et la création d’emplois. 

Au cours de la réunion, le ministre a déclaré : « Le Royaume reconnaît que les défis mondiaux liés à la production minière exigent un leadership collectif. Notre stratégie pour réaliser de réels progrès repose sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur l’établissement de partenariats solides à l’échelle mondiale. » 

Il a ajouté : « La production minière va au-delà de la valeur économique; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses ressources abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée et ses occasions exceptionnelles d’investissement, le Royaume est en bonne voie pour une croissance transformatrice. » 

Le ministre a souligné les avantages d’investir en Arabie saoudite, notamment ses ressources naturelles abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée, son infrastructure moderne et un environnement commercial favorable. 

Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

Il a déclaré que l’événement est devenu la plate-forme la plus importante pour discuter des opportunités, des problèmes et des solutions dans le secteur minier mondial, selon un communiqué du ministère. 

Grâce à sa stratégie nationale pour l’industrie, l’Arabie saoudite se positionne comme un leader dans divers secteurs, offrant des opportunités d’investissement dans plus de 800 projets évalués à 1000 milliards de SR1 (266,59 milliards de dollars). Cette initiative vise à accroître les exportations, à transformer le paysage industriel national et à soutenir les efforts de diversification économique du pays. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


La société Fitch Ratings se retire du Liban

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Short Url
  • Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 
  • « Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.

RIYADH : L'indisponibilité de certaines données clés a conduit Fitch Ratings à renoncer à catégoriser le Liban, l'agence ne disposant plus d'informations suffisantes pour maintenir son évaluation du pays. 

L'agence de notation mondiale a confirmé les notes de défaut à long terme de l'émetteur libanais en devises étrangères et en monnaie locale comme étant restreintes et a par la suite retiré l'IDR et le plafond du pays de la nation. 

Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 

Cela signifie que l'agence a confirmé les notes de la dette à long terme du Liban comme étant restreintes et a cessé de fournir des évaluations et des analyses pour le pays en raison de l'insuffisance des données.

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui a considérablement influencé l'évaluation de sa notation. 

L'incapacité du gouvernement à rembourser l'euro-obligation, qui arrivait à échéance le 9 mars 2020, a conduit à sa catégorisation en tant que défaut de paiement restreint.

« Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.  

Les IDR en monnaie locale restent en défaut de paiement restreint car le gouvernement n'a pas repris le paiement des intérêts sur les titres en monnaie locale détenus par la Banque du Liban, bien qu'il continue à assurer le service de la dette en monnaie locale auprès des créanciers privés. 

Fitch a également déclaré que les autorités n'ont pas initié de restructuration de la dette en monnaie locale. 

La décision de l'agence de retirer les notations du Liban a été motivée par le fait que l'émetteur a cessé de publier les comptes nationaux et les données fiscales, qui ne sont désormais disponibles que jusqu'en 2021. 

Ce manque d'informations financières à jour a empêché Fitch de maintenir des notations précises. 

L'agence a ajouté que la note de pertinence environnementale, sociale et de gouvernance du Liban pour la stabilité et les droits politiques et pour l'État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption s'élève à cinq. 

Cela reflète l'impact élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale dans le modèle de notation souveraine de Fitch. 

« Le Liban est mal classé (14,8), ce qui reflète l'absence d'antécédents récents de transitions politiques pacifiques, des droits relativement faibles en matière de participation au processus politique, une faible capacité institutionnelle, une application inégale de l'État de droit et un niveau élevé de corruption », a ajouté l'agence. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com